Retour haut de page

La course Camarguaise [fiche encyclopédique]

Voir la notice détaillée
vignette_course.jpg

La course camarguaise est un sport traditionnel notamment pratiqué dans le Gard et l'Hérault où les participants tentent d'attraper des attributs primés fixés à la base des cornes d'un taureau Camargue. A l’instar de la course landaise, elle ne nécessite pas de mise à mort de l’animal, un boeuf de race Camargue. Bien distincte des autres activités tauromachiques, ce sport fait pleinement partie du patrimoine et des traditions provençales.

1/ Pratique actuelle

Raseteur tentant de décrocher un attribut - Crédit photo. : Olivier Calleriza

Raseteur tentant de décrocher un attribut - Crédit photo. : Olivier Calleriza

Raseteur tentant de décrocher un attribut - Crédit photo. : Olivier Calleriza

Raseteur tentant de décrocher un attribut - Crédit photo. : Olivier Calleriza

x

La course camarguaise bénéficie depuis quelques années d'un dynamisme spectaculaire, ainsi plus de 900 courses sont organisées chaque année, du mois de mars à novembre, sur l'ensemble de son aire de pratique qui comprend l'Hérault, le Gard, les Bouches-du-Rhône ainsi que le Vaucluse. Toutes les courses se déroulent toujours sur le même schéma, dans le respect des règles traditionnelles.

La course commence par une capelada, où les participants à la course, les raseteurs, entrent dans l'arène pour saluer le public. L'entrée se fait toujours sur l'air d'ouverture de Carmen de Georges Bizet (1838-1875). Une sonnerie de trompette jouant l'èr di biòu retentit alors pour annoncer l'arrivée du taureau dans l'arène. De forme circulaire, l'arène est entourée de barrières au-dessus desquelles les raseteurs doivent pouvoir bondir pour échapper à la poursuite du taureau. Une seconde sonnerie se fait entendre : elle annonce le début de la course.

Pendant quinze minutes environ les raseteurs vont alors tenter de décrocher les attributs fixés à la base de des cornes ou sur le dos du taureau : cocarde, glands et ficelles qui doivent être décrochés dans cet ordre. Chaque attribut décroché rapporte un nombre de points déterminé au raseteur.

Abrivada dans les rues d'Aigues-Mortes - Crédit photo. : Olivier Calleriza

Abrivada dans les rues d'Aigues-Mortes - Crédit photo. : Olivier Calleriza

Abrivada dans les rues d'Aigues-Mortes - Crédit photo. : Olivier Calleriza

Abrivada dans les rues d'Aigues-Mortes - Crédit photo. : Olivier Calleriza

x

En marge de la course, l'abrivada et la bandida sont incontournables. L'abrivada désigne l'arrivée des taureaux dans l'arène, accompagnés depuis les champs par les gardians de la manade à cheval. En fin de course, lors de la bandida, les taureaux sont ramenés aux prés dans les mêmes conditions. Des attrapaires suivent le cortège cherchant à immobiliser les taureaux ou les faire échapper dans les rues.

2/ Histoire du sport

Si l'on retrouve trace d'activités tauromachiques dès l'Antiquité, les premières mentions de course camarguaise remontent à 1402 avec l'organisation d'une course de taureau à Arles donnée en l'honneur de Louis II, comte de Provence. Les courses taurines ont continué à être pratiquées dans les villes et villages, lors des fêtes. Tous les volontaires étaient alors autorisés à participer et à faire acte de bravoure en allant décrocher des récompenses fixées sur les taureaux lâchés dans les rues de la ville ou du village.

 Lansargues (Hérault) course de taureaux sur la place publique - Coll. Archives municipales de Marseille (33Fi3436)

Lansargues (Hérault) course de taureaux sur la place publique - Coll. Archives municipales de Marseille (33Fi3436)

 Lansargues (Hérault) course de taureaux sur la place publique - Coll. Archives municipales de Marseille (33Fi3436)

Lansargues (Hérault) course de taureaux sur la place publique - Coll. Archives municipales de Marseille (33Fi3436)

x
La course camarguaise telle qu'on la connaît aujourd'hui s'uniformise et se codifie dans le courant du XIXème siècle, notamment sous l'égide de l'écrivain et manadier Folco de Baroncelli, proche de Frédéric Mistral.  


Les taureaux autrefois lâchés dans les villes et villages reviennent dans les arènes, les fleurs et foulards fixés sur le taureau sont remplacés par des cocardes, des primes sont créées pour celui qui ira décrocher l'attribut, enfin les jeunes participants aux courses s'habillent de blanc et deviennent raseteurs : la course camarguaise était née.

Il faudra attendre 1975 pour que naisse la Fédération Française de la Course Camarguaise qui règlemente aujourd'hui l'ensemble des courses.

3/ Acteurs

 Médias :

Fédération Française de la course camarguaise

La Fédération française de la course camarguaise (FFCC) est une association française loi de 1901 fondée le 2 septembre 1975 organisant les trophées taurins. La fédération est agréée par le Ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative français depuis décembre 2004. La fédération recense 2 865 licenciés en 2012.

Consulter le site de la FFCC

4/ Lexique

De nombreux mots du lexique ne sont pas traduits ou ne rendent pas leur valeur d'origine. Certains ne sont pas traduits et simplement prononcés « à la française ».

Abrivado ou abrivada : littéralement élan, hâte. Traduit par « arrivée » ou employé tel quel dans l'usage moderne.

Bandido ou bandida : retour des taureaux aux prés après la course. Littéralement bannir, exiler.

Capelado ou capelada : salut, littéralement « coup de chapeau »

Èr di biòu : air des taureaux

Manado ou manada : troupeau

5/ Ressources

Les sports traditionnels ont fait l'objet d'un projet d'inventaire dans le cadre de la convention de 2003 de l'Unesco sur le patrimoine culturel immatériel. Une fiche d'inventaire complète sur la course camarguaise est téléchargeable sur le site du Ministère de la Culture et de la Communication

Retrouver tous les documents relatifs à la course camarguaise sur Occitanica

 

Citer ce document

CIRDÒC-Mediatèca occitana, La course Camarguaise [fiche encyclopédique], Occitanica - Mediatèca Enciclopedica Occitana / Médiathèque encyclopédique occitane
http://purl.org/occitanica/12427

Contribuez

Tags autorisés : <p>, <a>, <em>, <strong>, <ul>, <ol>, <li>