Explorar los documents (23 total)

La Condesa / Frédéric Mistral, traduction catalane et castillane de Víctor Balaguer [Texte imprimé]
Mistral, Frédéric (1830-1914)
Balaguer, Víctor (1824-1901). Traducteur
Le poème la Coumtesso de Frédéric Mistral a été écrit à Maillane le 22 août 1866, il est adressé « au catalan don Victor Balaguer », alors exilé politique, réfugié en Provence. Le texte paraît dans l'Armana prouvençau en 1867 et sera publié la même année à Barcelone accompagné d'une version catalane par Victor Balaguer. En 1889 le même poème avec sa traduction française est publié dans Lis Isclo d’or.
La Coumtesso / Frédéric Mistral [poème publié dans : Lis Isclo d'or] [Texte imprimé]
Mistral, Frédéric (1830-1914)

Le poème la Coumtesso de Frédéric Mistral a été écrit à Maillane le 22 août 1866, il est adressé « au catalan don Victor Balaguer », alors exilé politique, réfugié en Provence. Le texte paraît dans l'Armana prouvençau en 1867 et sera publié la même année à Barcelone accompagné d'une version catalane par Victor Balaguer. En 1889 le même poème avec sa traduction française est publié dans Lis Isclo d’or.

Le refrain de la Coumtesso avec deux vers de Victor Balaguer sont inscrits sur la Coupo santo offerte par les poètes catalans aux félibres.

Morta diuhen qu’es,
Mes jo la crech viva.
V. Balaguer

Ah ! se me sabien entèndre !
Ah ! se me voulien segui !
F. Mistral

La Coumtesso est un poème politique et revendicatif dans lequel Mistral personnalise la Provence incarnée par la Coumtesso enfermée dans un couvent par sa sœur la France. Il s’y élève contre l'idéologie et la centralisation jacobine. Il y défend la revendication d’une culture opprimée.

Sabe, iéu, uno Coumtesso
Qu'es dóu sang emperiau :
En bèuta coume en autesso

Cren degun, ni liuen ni aut ;
E pamens uno tristesso
De sis iue nèblo l'uiau.

Lors de sa parution dans l’Armana prouvençau, le poème sera commenté par Emile Zola dans le Figaro du 3 février 1867 :

"Le poème en langue provençale dont je vais parler brièvement, n’est pas un fait isolé, l’œuvre d’un troubadour égaré en plein dix-neuvième siècle. Il se rattache à tout un ensemble littéraire, il est le produit direct d’un large mouvement qui porte, depuis une dizaine d’années, certains esprits généreux et poétiques du Midi à rêver d’une résurrection de la Provence, « de la belle comtesse », comme la nomment les initiés.

Il y a complot, je vous en préviens. Lisez dans l’Almanach provençal de 1867 une pièce de vers intitulée : la Coumtesso, Frédéric Mistral y appelle aux armes « tous ceux qui savent le comprendre et tous ceux qui veulent le suivre ». Ce sont là des songes pleins de générosité, dont je me garderai de discuter la poésie. A quoi bon étaler aux yeux de ces poètes, ivres de leurs clairs soleils, le spectacle des faits accomplis et des nécessités sociales. Eh ! Laissons-les chanter, laissons-les rêver. Ils adoucissent dans leurs chants l’agonie de cette langue provençale qui recule pas à pas devant la langue française…"

Si l’on peut voir une revendication nationaliste dans le poème la Coumtesso, il est intéressant de le rapprocher du discours prononcé par Mistral le 25 mai 1884, lors de la fête des félibres de Sceaux, à l’occasion de l’anniversaire de Florian et du 400ème anniversaire du rattachement de la Provence à la France.

La fête des félibres de Sceaux pour l’année 1892 aura pour président d’honneur Emile Zola.

Quarantième entretien au sujet de Frédéric Mistral / d' Alphonse de Lamartine [Texte imprimé]
Lamartine, Alphonse de (1790-1869)
Dans le quarantième entretien de son Cours familier de littérature, Alphonse de Lamartine fait l'éloge de Frédéric Mistral qui vient de publier Mirèio
Il commence son texte ainsi : 
"Je vais vous raconter aujourd'hui une bonne nouvelle ! Un grand poète épique est né. La nature occidentale n'en fait plus, mais la nature méridionale en fait toujours : il y a une vertu dans le soleil."

>> Accéder au documensur Gallica

A consulter également :
Un article du numéro 889 du 23 août 1863 du Figaro évoque la rencontre entre Mistral et Lamartine
Discours e dicho / de F. Mistral [Texte imprimé]
Mistral, Frédéric (1830-1914)
Recueil de divers discours de Frédéric Mistral reflétant la pensée de l'auteur. Y sont rassemblés les discours annuels de la Sainte-Estelle et quelques articles de Mistral.

>> Accéder au documensur Gallica

Le poème du Rhône = Lou Pouèmo dóu Rose / par Frédéric Mistral
Mistral, Frédéric (1830-1914)
Edition originale du Pouèmo dóu Rose (1897).
Il s'agit d'un long poème en douze chants, sans rimes ni assonances, en vers décasyllabiques. Mistral l'a écrit en hommage au Rhône et à la batellerie fluviale. Le véritable héros en est le fleuve.
Le thème principal de cette dernière grande épopée de Mistral est l'amour absolu, mais aussi le conflit entre l'homme et les forces de la nature.
Le poème du Rhône a reçu un prix décerné par l'Académie française en 1897.

>> Accéder au documensur Gallica
Li Prouvençalo, poésies recueillies par Joseph Roumanille [texte imprimé]
Roumanille, Joseph (1818-1891). Éditeur scientifique
Saint-René Taillandier (1817-1879). Préface

.

Mirèio = Mireille : édition avec notes / de Frédéric Mistral
Mistral, Frédéric (1830-1914)
Mirèio a été publié à de nombreuses reprises à partir de 1860 par l'éditeur Charpentier, devenu Charpentier et Fasquelle. 
Cette édition de 1861 qui porte également la mention d'édition "Avignoun, enco de Roumaniho Libraire", est complétée par des notes à la fin de chaque chant. Dans les dernières pages on trouve également les partitions de Magali, mélodie provençale populaire transcrite par Fr. Seguin.

>> Accéder au documensur Gallica
Mirèio : édition anglaise / Frédéric Mistral, traduction par Harriet Waters Preston [Texte imprimé]
Mistral, Frédéric (1830-1914)
Preston, Harriet Waters (1836-1911). Traducteur
Les traductions en langues étrangères de Frédéric Mistral sont nombreuses, en particulier celles de Mirèio qui sont au nombre d'une trentaine. 
Les trois premières en anglais sont l'oeuvre de C. Grant (Avignon) en 1867, de H. Crichton (Londres) en 1868 et de Preston (Boston) en 1872. 
C'est celle d'Harriet W. Preston qui a bénéficié du meilleur accueil parmi les trois. L'édition ici reproduite est celle de 1890, éditée à Londres.

>> Accéder au documensur Archive.org
La Rèino Jano = La Reine Jeanne / par Frédéric Mistral
Mistral, Frédéric (1830-1914)
L'héroïne de ce poème dramatique en cinq actes et en vers est la comtesse de Provence, Jeanne Ière de Naples (1326-1382). Mistral tente par son récit de réhabiliter ce personnage historique controversé en l'idéalisant. 
Cette tragédie repose sur le conflit amoureux entre Jeanne et son mari André de Hongrie. Au delà du conflit sentimental, le véritable drame du récit est politique. Il s'agit de savoir qui règnera sur la Provence : le personnage grossier septentrional ou la civilisation brillante du Midi représentée par la reine lettrée ; la force ou l'esprit.

>> Accéder au documensur Gallica
Mirèio / de Frederi Mistral [Texte imprimé]
Mistral, Frédéric (1830-1914)
Edition originale de Mirèio publiée en 1859.
Ce long poème en douze chants est dès l'origine édité avec une traduction littérale française, ce qui a certainement contribué à séduire le public parisien. C'est l'œuvre qui a rendu célèbre Frédéric Mistral, on dénombre une trentaine de traductions en langues étrangères. 
En 1861, Mireille vaut à Mistral le prix Monthyon décerné par l'Académie française. Lamartine le qualifie de "nouvel Homère". 
Mirèio relate la naissance d'un amour contrarié entre deux jeunes gens de condition différente : Mireille et Vincent. 

>> Accéder au documensur Gallica
sus 3