Explorar los documents (265 total)

L'Ecò dóu bousquetoun. - De l'annado 02, n°30 (21 de jun 1916) fins a l'annado 03, n°12 (18 de mai 1917) [Texte imprimé]
Priolo, Marguerite (1890-1955)
Jouveau, Marius (1878-1949)
Pouzol, Francis (1891-1918)
G. de la Maloutèiro
Eyraud d'en Va
Arsac, Gustavi
Boudon, Albert
Abric, Louis
Fourmaud, Louis (1888-1944)
Serenne, J.
L'Ecò dóu bousquetoun, qualifié de "Journalet di Felibre dòu front", fait partie des nombreux journaux de la Première Guerre mondiale rédigés par les mobilisés sur le front afin de maintenir un lien entre les soldats d'une même région. 
Une version française de ce titre est également parue sous le nom de L'Echo du boqueteau.
Comme de nombreux périodiques des tranchées, L'Eco était imprimé avec un procédé de type "polycopie", moins coûteux et plus simple à mettre en place qu'une impression professionnelle en temps de guerre.

>> Accéder au numéro numérisé sur Gallica

 

Les perdrix : conte en vers patois auvergnats / [Amable Faucon] [Texte imprimé]
Faucon, Amable (1724-1802)
Les perdrix ou Le conte des perdrix est un petit conte licencieux écrit en occitan auvergnat par Amable Faucon dans les dernières decennies du XVIIIe siècle. Il fait partie des poèmes réunis sous le titre : La Henriade de Voltaire, mise en vers burlesques auvergnats, imités de ceux de la Henriade travestie de Marivaux, suivie du quatrième livre de l'Enéide de Virgile et publié à Riom en 1798.
Album auvergnat, bourrées, montagnardes, chansons, noëls et poèmes en patois d'Auvergne... / par J.-B. Bouillet,.... [Texte imprimé]
Bouillet, Jean-Baptiste (1799-1878). Éditeur scientifique
L'Album auvergnat, recueille le résultat de trente ans de recherches de Jean-Baptiste Bouillet sur les chants et la littérature de sa région, l'Auvergne.
Illustré de gravures représentant des scènes de vie quotidienne et des scènes de danse (bourrée), cet album donne ainsi un aperçu visuel des costumes traditionnels auvergnats.
Ensag de glossari botanic auvernhat / Loïs Delhostal [Texte imprimé]
Delhostal, Louis (1877-1933)
Cet « Essai de glossaire botanique auvergnat » est paru en tiré à part après une première publication en 1932 dans la revue Oc. Son auteur, Louis Delhostal (1877-1933), est un instituteur cantalien, majoral du félibrige, continuateur de l’œuvre d'Arsène Vermenouze, et cofondateur de la Société d'études occitanes.
Acquis très tôt aux réformes graphiques de l'occitan écrit, il adopte définitivement la graphie classique en 1927 pour son troisième recueil poétique Beluguetas. Parallèlement à son œuvre littéraire en occitan, Louis Delhostal a produit de nombreuses études de folklore auvergnat publiées sous forme de séries d'articles dans la presse régionale et les revues occitanes : « Les Croquis d'Auvergne » dans La République libérale, « La tradition populaire dans le Cantal » dans Le progrès du Cantal, « Quauquas Bourrèias » dans Lo Cobreto.
Son Ensag botanic auverhnat donne le nom vernaculaire des plantes en occitan ainsi que leurs appellations latines et françaises. Précurseur de l'ethnobotanique, il donne également des indications de culture et d'usages traditionnels des plantes.
BORRÈIA
CIRDÒC - Mediatèca occitana

Entre dansa tradicionala e coregrafia contemporanèa.

Dansa qu’es emblèma dels Auvernhàs emigrats a París, la borrèia es una d’aquelas dansas tradicionalas que la practica se’n arrestèt pas jamai, emai qu’a sauput evoluir dins de contèxtes culturals novèls.
Qualques mites atornejan sas originas : per d’unes, aquò’s una dansa cèlta, per d’autres nos vendriá dels grècs, mas cap d’element nos es pas per ara pervengut que posquèssa definir amb precision son origina. Lo tèrme de borrèia apareis pel primièr còp dins los tractats de dansa del sègle XVII, mas i designa un pas de dansa del repertòri sabent. Es pas qu’a comptar de la fin d’aquel sègle que la borrèia ven descricha coma una dansa populara del Massís central, en particulièr dins los tèxtes de Mma de Sévigné (1676) e de Jean Fléchier (1665).


 Mas aquò’s l’emigracion dels Auvernhàs a París a l’epòca industriala que faguèt de la borrèia un element emblematic de l’identitat auvernhata amb la constitucion de las amicalas e l’invencion del bal museta. La borrèia, aquò’s la dansa de predileccion del balèti, mas un còp en contacte amb las dansas de la vila, evoluís per contacte amb las dansas de coble. Al meteis moment, dins sa region d’origina, se montan los primièrs gropes folclorics que fixan e transmeton aquel fenomèna coregrafic, e prenon part a sa sauvagarda d’un autre biais.
 Amb l’emergéncia del moviment fòlc e de las campanhas de collectatge que se menan dins las annadas 1970, la borrèia ganha salut e persisténcia.
 
                                            
                                  
Uèi, sa practica a recuolat e lo ligam entre generacions s’es destendut un bricon mai, mas la borrèia demòra viva e constituís un patrimòni viu ara seculari. Dempuèi qualques annadas, la borrèia es dintrada sus la scenas artisticas mercés a de coregrafs que venon posar l’inspiracion a las fonts del repertòri tradicional. Foguèt lo cas per exemple de Dominique Bagouet que creèt en 1976 la pèça Ribatz, Ribatz ! sus una suita d’aires tradicionals tot en s’inspirant de las dansas que son presentas dins los balètis e las vòtas.

Mai recentas son las multiplas iniciativas a l’entorn de la borrèia e la multiplicacion de creacions contemporanèas e urbanas. Sidi Graoui amb sa creacion Le labyrinthe des Origines explòra e decortica lo fenomèna de la borrèia en l’estacant dins sa practica coregrafica contemporanèa a el. Jean-Christophe Bleton, dins De Bouts, mèscla la dansa tradicionala amb las arts del circ. E la pèça Mets ta veste rouge es ela lo produch del rencontre de dansaires dels mitans contemporanèu, hip-hop, flamenco e tradicional, que reactualizan la borrèia per l’inscriure dins lo paisatge dansat d’ara.
 
 

 
sus 27