Recèrca

Tipe : Grope / Data : 2014-03-20

Histoire du Félibrige

Le 21 mai 1854, sept poètes provençaux, Frédéric Mistral (1830-1914), Joseph Roumanille (1818-1891), Théodore Aubanel (1829-1886), Paul Giéra (1816-1861), Alphonse Tavan (1833-1905), Anselme Mathieu (1828-1895), et Jean Brunet (1822-1894), réunis au château de Font-Ségugne (Vaucluse), fondent le Félibrige, mouvement de sauvegarde, d'illustration et de promotion de la langue et de la culture des pays d'oc.

L'association s'organise autour d'un consistoire national composé de cinquante félibres majoraux, de six maintenances (mantenènços) régionales et d'écoles félibréennes locales. Le Félibrige est dirigé à l'échelon national par un félibre majoral, élu au siège de Capoulié (Président), d'un secrétaire (baile), d'un trésorier (clavaire) et des assesseurs (assessour).

Le Félibrige perpétue aujourd’hui encore les objectifs des "Primadiés" ouvrant son action à la reconnaissance de la diversité linguistique et culturelle, en France et à l'international. Il se réunit chaque année à l'occasion de la Santo-Estello (Sainte-Estelle) dans une ville différente, et tous les sept ans pour lo Grand Jo Flourau setenàri. Àcette occasion sont désignés le Maître en Gai-Savoir (Mèstre en Gai-Sabé), lauréat des joutes littéraires organisées durant cette réunion et la reine du Félibrige,représentante honorifique de l'association.

Les collections et parutions du Félibrige

Dès sa naissance, le Félibrige porte la renaissance des pays d'oc, et mène en ce sens divers chantiers autour de la langue et de la culture occitanes. En 1855 paraît le premier numéro de l'Armana prouvençau, réalisation officielle et collective du mouvement, depuis annuellement édité. En 1878 paraît le premier des deux volumes du [Lou] Tresor Dóu Felibrige (1878-1886), ouvrage somme des connaissances linguistiques de l'ensemble des parlers occitans.

Le Félibrige poursuit depuis son œuvre d'édition (ouvrages et périodiques), socle de son action, par la publication d'ouvrages et de périodiques, ainsi que sur l'organisation d'assises, colloques, débats et manifestations diverses. Le Félibrige se réunit par ailleurs tous les ans, dans une ville différente, sous le patronage de sainte Estelle (fêtée le 21 mai) : Santo-Estello.

Félibrige
Parc Jourdan - 8 bis Avenue Jules Ferry
13100 AIX en Provence
Tél : 04 42 27 16 48
Site internet : www.felibrige.org

Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Grope
Nòstra responsa : « L'abat Martin » es lo nom francés del curat de Cucunhan « 'l'abat Martí », un dels personatges mai conegut de la literatura populara occitan. Lo coneissèm tanben jos d'autres noms, coma "lo paire Borràs" dins la version estampada la mai anciana (redigida per l'escrivan narbonés Hercule Birat dins las annadas 1830-1850). Existís doas autras versions literàrias en lenga d'òc d'aquel obratge, la del provençal Joseph Roumanille (1866) e la del carcasonés Achille Mir (1884) considerada coma mai pròcha de la tradicion orala del conte.

Es a partir de la version de Romanille qu'Alfonse Daudet escriguèt la version francesa de l'istòria de l'abat Martin publicada dins lo jornal l'Evénement (1866), puèi dins Les Lettres de mon Moulin (1869). Lo curat de Cucunhan de Daudet acabarà d'èsser consacrat pel filme realizat per Marcel Pagnol per la television en 1967 (L'abat Martin es interpretat per Fernand Sardou).

Per ne saber mai sus l'istòria de l'òbra, podètz consultar las responsa qu'avèm realizada al subjècte del «viatge dins la Corbièras de Blanchot de Brenas» tèxte que conten una de las primièras versions de l'istòria del curat de Cucunhan.

Lo curat de Cucunhan es un conte de tradicion orala dels païses d'Òc, mai que mai conegut dins sa version audenca, mas se trapariá de versions dins d'autras regions europencas, coma en Itàlia. L'istòria es teissuda a l'entorn d'una esquèma simpla, la d'una fabla moralizanta bastida coma una divina comèdia al revèrs ont lo capelan cèrca sos ovelhas al paradís, puèi al purgatòri, per los trapar en infèrn. Vos balham çai-jos las diferentas sequéncias a partir de la version d'Achille Mir. Aquelas an lo merita d'èsser escrichas amb la coneissença de las diferentas versions, dins l'esperit e la lenga populara d'Aude d'ont lo conte es eissit.


L'istòria :
L'abat Martin qu'"èra bon coma lo bon pan (…) aviá son amna entahinada" perque los Cucunhencs que n'aviá la carga, son pas fòrças devòts e abandonèron sa glèisa. Per fin de los tornar metre sus lo bon camin, afirma aver d'informacion de lor revelar a prepaus de l'esconduda d'un tresaur. Lo dimenge que seguís, los fidèls se prèissan a la glèisa per escotar lo famós «sermon del curat de Cucunhan». Lo sermon de l'abat Martin es una fabla ont conta son arribada a las pòrtas del paradís e ont demanda a Sant Pèire «s'avèm a Cucunhan quaucas amnas salvadas, / E s'al Paradís son dintradas.» Veredicte: Al paradís «pas una amna de Cucunhan !» D'aquí, l'abat Martin se'n va al purgatòri. Al purgatòri «pas degun de Cucunhan». Acaba evidentament per los trapar en infèrn.

Edicions del Sermon del Curat de Cucunhan per Achille Mir (1822-1901) que se pòdon consultar CIRDÒC-Mediatèca occitana.

Achille MIR, Lou Sermou dal curat de Cucugna (avec traduction française : pouëmo Tragi-coumic, Illustracius de N. Salières, Montpellier, Hamelin Frères (impr.), s. d. [vers 1887], 67 p.
(cote CIRDOC : CAC 1143)

Edicion amb revirada francesa Lo Curat de Cucunhan d'Achille Mir es magnificament illustrat per Narcisse Salières (Paul-Narcisse Salières, pintre e dessenhaire nascut a Carcassona en 1818).
Lo tèxte es redigit dins la grafia mistralenca de l'autor.

L'edicion la mai recenta de la version lengadociana d'Achille Mir :

Achille MIR, Le Sermon du curé de Cucugnan, novèla edicion bilingüe lengadocian-francés, presentacion e revirada de René Quehen e Christian Burgat, Montesquieu-Volvestre, Ed. René Quéhen, 1989.
(cote CIRDÒC : CAC 2762)

Reprint de l'edicion originala.

Edicion en grafia classica :

Achille MIR, Lo Sermon del curat de Cucunhan, presentacion de L. Còrdas [Léon Cordes], Carcassona, L. Bonafos & Fils, s.d. [vers 1975].
Cote CIRDOC : CBB 397-25
Lo tèxt d'Achille Mir foguèt largament popularizat dins lo vilatge de Lengadòc per l'interpretacion que ne faguèt Leon Còrdas, escrivan e òme de teatre occitan. Aquela edicion compren un prefaci de Leon Còrdas que per el lo tèxt d'Achille Mir « atteint le niveau d'une véritable épopée burlesque » e « déchaîne, avec le rire libérateur, une merveilleuse illustration du sentiment populaire en pleine possession de son occitanité » a l'opausat de la version filmada per Marcel Pagnol a partir d'Alfonse Daudet, que quicha los clichats meridionals.
Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Particion / Data : 18..
Partition pour voix et piano sur un texte de Joseph Roumanille, musique de A. Dau
Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Particion / Data : [1885]
Partition pour chant et piano, sur des paroles de Joseph Roumanille.
Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Particion / Data : 2014

Sommaire

Le groupe de "Primadié" en 1854 à Font-Ségugne. De gauche à droite : au premier rang, Frédéric Mistral, Joseph Roumanille, Jules Giéra ; au second plan, Théodore Aubanel, Paul Giéra, Alphonse Tavan et celui que Roumanille qualifiera dans sa correspondance de "troubadour inconnu".  (Source iconographique : Achille REY, Frédéric Mistral : Poète républicain, Cavaillon : Imprimerie Mistral, 1929, p.31. Original conservé au Palais du Roure, Avignon) 

Le 21 mai 1854, au Château de Font-Ségugne à Châteauneuf-de-Gadagne (Vaucluse), un groupe de sept jeunes poètes, rassemblés à l'occasion d'un banquet, se réunissent autour d'un projet de restauration de la littérature provençale. Selon la version relatée par Frédéric Mistral (1830-1914), aussi connue sous le nom de "légende dorée", le groupe serait constitué, outre celui-ci, de Joseph Roumanille (1818-1891), Paul Giéra (1816-1861), Théodore Aubanel (1829-1886), Alphonse Tavan (1833-1905), Jean Brunet (1822-1894) et Anselme Mathieu (1833-1895). Une incertitude subsiste quant à la présence de ces deux derniers.

Les poètes réunis autour de cette cause s’organisent peu à peu sous l’impulsion de Frédéric Mistral et de Joseph Roumanille son aîné. Mistral devient rapidement la figure de proue et l’animateur du mouvement, jusqu’à ses derniers jours. Le Félibrige se dote d’une organisation structurée et hiérarchisée, dédiée à la défense et illustrant la langue d’oc. Son objectif principal est de rendre à la langue occitane sa dignité littéraire et de mettre en valeur la richesse de la culture d'oc. Cette orientation est largement suivie et relayée dans les régions méridionales par l’organisation d’événements et de commémorations et la publication d’ouvrages et de revues.

Son action politique et linguistique vise à promouvoir l’usage de la langue d'oc "dis Aup i Pirinèu". Pour cela, les félibres disposent d’un outil : Lou Tresor dóu Felibrige, ou Dictionnaire provençal-français embrassant les divers dialectes de la langue d'oc moderne, publié par Frédéric Mistral en 1886. L’ouvrage, fruit de trente années de travaux et de collecte linguistique, est encore aujourd'hui un instrument scientifique de référence.
 

1-Origine

La première rencontre des félibres, le jour de la Sainte-Estelle, reste le symbole de l'association et ce jour marque depuis le rendez-vous annuel des félibres, sous le nom de fête de la Santo Estello ou "félibrée". En 1855, moins d'un an après leur première rencontre, paraît le premier volume de l'Armana prouvençau adouba e publica de la man di felibre, almanach qui porte encore de nos jours la parole des poètes de langue d'oc. 


Le mot félibre est rapidement vulgarisé par les œuvres de ceux qui revendiquent leur appartenance au félibrige. L'origine de ce mot est cependant soumise à controverse. Il aurait été adopté par Mistral, soit sur la base d'un mot issu du bas-latin signifiant "nourrisson", soit sur celle d'une confusion: la transformation de "Sépher, libre de la Lei" (entendu dans l'Oraison de Saint Anselme) en "Set felibres de la Lei", qui se prononce de la même façon. Il donne de nombreux dérivés : félibrige, félibrejado, félibrejar1.

2-Organisation

En vertu de ses statuts officiels de 1876, le félibrige est dirigé par un Capoulié (de cap, tête ou chef), assisté d'un chancelier et d'un Consistoire de félibres Majoraux (assemblée) dont le nombre est fixé à cinquante. Les félibres Majoraux se distinguent par la Cigalo (cigale d'or) qu'ils arborent à la boutonnière. Celle-ci, qui a valeur de titre et d’appellation, se rattache le plus souvent à un qualificatif régional ou symbolique et se transmet à leur mort à la suite d'élections2

Le premier des Capoulié, Frédéric Mistral, sera élu en 1876. C'est le Capoulié qui porte à la boutonnière l'étoile à sept branches3 ainsi que la Coupo4 et qui préside le Consistoire5. Tous les sept ans, les félibres se donnent une reine qui est choisie par le poète lauréat des Jeux Floraux du félibrige6.

La cellule de base de l'organisation félibréenne est l'Escolo (École), dirigée par un Capiscol. Les Escolo sont regroupées au sein de Maintenances, sortes de divisions administratives qui correspondent aux grandes composantes dialectales de la langue d’oc (Prouvènço et Coumtat, Dóufinat, Lengadò, Roussihoun, Guiano, Gascougno, Limousin e Auvergno, Bearn e Fouis)7.


3-Historique

L’association qui voit le jour dans la seconde moitié du XIXe siècle réunit peu à peu un grand nombre de personnalités du Midi et de sympathisants animés par l’idée de refaire de la langue d’oc la grande langue de création littéraire qu’elle avait été au temps des troubadours. Le succès rencontré par le poème Mirèio, de Frédéric Mistral, en 1859, et le prix Nobel de littérature qui lui est attribué en 1904, ainsi que l’impact de l’ensemble de son œuvre permettent au félibrige d’accéder à une notoriété nationale et internationale. Peu à peu, le projet félibréen dépasse l’aventure littéraire pour investir le champ politique et historique.  

Le félibrige de 1854 (date de sa création) pose les bases d’une institution originale qui évolue autour du personnage de Mistral et de son œuvre. Mistral, à la fois instigateur et modèle du mouvement en tant que penseur et écrivain, en est également le théoricien par son œuvre de lexicographe. Par la publication en 1876 du dictionnaire Lou Tresor dóu Felibrige, fruit du collectage et de la compilation des parlers des pays de langue d’oc, il propose un outil pour l’usage de la langue (graphie dite "mistralienne" ou "félibréenne"). Frédéric Mistral et ses amis posent le problème de la reconnaissance d’une diversité linguistique et au-delà de la décentralisation et du fédéralisme.

L'institution regroupe des hommes d'opinions différentes aussi bien du point de vue politique (de l'extrême-droite à l'extrême-gauche) ou religieux qu'en ce qui concerne ce que doit être le but de l'action félibréenne (purement culturel, ou déjà politique, autour de la revendication fédéraliste), d'où des débats parfois vifs au cours de son histoire Les questions de choix linguistique, de pédagogie, d’enseignement, de politique sont au cœur des débats. Volontairement détaché des questions politiques, Mistral maintient avec difficulté cette position de neutralité face à l’ampleur du mouvement confronté au centralisme français et aux tentations de revendications fédéralistes ou nationalistes.

Le félibrige réuni quelques centaines d'adhérents, puis quelques milliers pendant l'entre-deux-guerres, majoritairement issus des classes moyennes. Il est à l’origine d’une importante production littéraire qui marque un déclin à partir de 1914, année de la disparition de Mistral et début de la première guerre mondiale, facteur d'érosion des forces vives de la nation. Son influence diminue au lendemain de la seconde guerre mondiale avec l’apparition officielle de l’Institut d’Estudis Occitans (IEO), né à la libération (1945) qui se détache du modèle et des personnalités du félibrige pour proposer un nouveau mode d’action et d’écriture (graphie normalisée dite alibertine du nom du linguiste Louis Alibert).



Notes

1 René Jouveau, Histoire du félibrige. 1854-1876, Aix en Provence, 1984, p. 76.

2
Comme les fauteuils pour les Académiciens de l’Académie française.

3 Étoile à sept branches symbole du félibrige en mémoire des sept félibres fondateurs. Cartabèu de de Santo Estello, 1877, p. 11.

4 Coupo félibrenco, coupe d’argent donnée par les Catalans aux poètes provençaux qui en offrent une semblable aux poètes catalans en 1878 et qui a inspiré la chanson de la Coupo Santo (Trésor p. 637).

5 Assemblée des félibres Majoraux.

6 Les concours littéraires organisés par le félibrige ont pris le nom de Grand Jo Flourau dóu Felibrige et Jo Flourau de Mantenènço.

7 Cartabèu de santo estello recuei dis ate ouficuiau dóu felibrige pèr la pountannado de 1877-1882, p. 7, 104.

Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Libre / Data : 1868
Lettre écrite par Louis Roumieux à Joseph Roumanille, le 21 mai 1868 depuis Beaucaire.
Mise en ligne : 16/01/2020