Resultats de recèrca

9 resultat
Contributeur : CIRDOC
Tag : Poètas-obrièrs = Poètes-ouvriers
Lo CIRDOC Mediatèca Occitana
Leis radieros pensados doou poueto cassaire / Pierre Bellot [Brocadura]
Bellot, Pierre (1783-1855)
Martegaou en vouyagi : conte coumique / Pierre Bellot [Brocadura]
Bellot, Pierre (1783-1855)
Veillées provençales : poésies patoises et françaises / Pierre Bellot [Libre]
Bellot, Pierre (1783-1855)
Bouquetières ou les trois mariages : comédie-vaudeville / Pierre Bellot [Libre]
Bellot, Pierre (1783-1855)

Représentée pour la première fois, à Marseille, sur le théâtre du Gymnase, le 16 mars 1843

Naissance de Notre Seigneur Jésus-Christ ou Crèche-pastorale / Pierre Bellot [Brocadura]
Bellot, Pierre (1783-1855)
Leis républicaino prouvençalo : chansons / Joseph Désanat [Libre]
Desanat, Joseph (1796-1873)

Joseph Désanat naît à Tarascon le 2 novembre 1796 et meurt dans cette même ville le 23 décembre 1873. Il est l'auteur d'un grand nombre de brochures poétiques qui se distinguent par leur caractère politique comme il l'indique au titre de son premier recueil publié à Marseille en 1831 : Lou troubadour natiounaou vo lou chantré tarascounen : recueil dé pouésiou poulitiquou, bachiquou, pastouralou, etc., en vers prouvençaou.


Désanat exerce successivement les métiers de taillandier, forgeron, courtier en blé avant de s'installer à Marseille dans les années 1837 où il devient courtier, puis charcutier à partir de la Noël 1841. C'est dans l'année 1841 (29 janvier) qu'il lance le journal lou Bouil-abaïsso, hebdomadaire publié régulièrement jusqu'en juillet 1842 (n.77). Une seconde série paraîtra de 1844 à mars 1846. Aux dires de Désanat, le journal connaîtra 220 abonnés et sera tiré à 500 exemplaires.


Par son journal Désanat devient un éveilleur de la conscience occitane en réunissant autour de cette publication à la fois érudits, notables provinciaux et poètes ouvriers comme Jasmin, Daveau, Pélabon, Peyrottes, Arnaud, Chabert, Vire. Ceux-ci lui adressent régulièrement leurs poèmes qu'il nomme «  peis » pour les publier dans son journal, son « oulo » dira-t-il.


En 1848 (22 février), la IIe République, présidée par Louis-Napoléon Bonaparte, succède à la monarchie bourgeoise de Louis-Philippe. Elle instaure le suffrage universel et prend des mesures sociales demandées par la classe ouvrière. La démocratisation sociale se traduit par des scènes de fraternisation de la bourgeoisie avec le monde ouvrier contre la monarchie. La République proclame le droit au travail. La fraternité s’ajoute à la liberté et à l’égalité dans la devise de la République.


C'est dans ce contexte qu’apparaissent les œuvres des premiers poètes ouvriers (Victor Gélu, Charles Poncy, Jean Reboul, Louis Vestrepain...) qui s'attachent à décrire le monde du travail et à afficher les revendications sociales. Parmi-eux, Désanat publie en 1848 Leis républicaino prouvençalo : chansons nouvelles de circonstance en vers provençaux.

Lou vote universel. Air de Benini dans le Bouffe :
           Veici l'èro démocratiquo

Su nosti scèno politiquo,

Restaren pus espetatour,

Arro sian toutis électour

De parias nia pu ges en Franço

L'houro de nosto délivranço

A demouli la rouiouta,

           Toutis an lou dret de vouta.
(Désanat, 1848, p. 6)

Signature de Joseph Désanat


Pour saluer la jeune République, Désanat annonce un grand « projet d’écriture républicaine » en indiquant au dos de son ouvrage qu'il fera paraître « le 15 de chaque mois une livraison en brochure » qui « contiendra constamment de Chansons nouvelles inédites toutes palpitantes d'actualité républicaine ».



Fouet de carnabal attribué à Louis Vestrepain [Brochure]
Vestrepain, Louis (1809-1865)

Le fouet de carnabal es una succession de satiras, que se trufa segon l'esperit de carnaval, d'un cèrt nombre de compòrtaments condemnats per son autor, Louis Vestrepain, que pasmens a pas apausat son nom sus aquel recuèlh..

Louis Vestrepain (1809-1865), sabatièr, fa partida de la generacion dicha dels « poètas-obrièrs » occitans. Participa amb Lucien Mengaud (1805-1877), musician, pintre, joielièr puèi secretari de comuna, al renovèl de la cultura occitana tolosana, sa vila natala.. 

Sos primièrs escriches pareisson tre 1836, e rencontran subte un cèrt succès. En 1860, recampa dins un meteis recuèlh, Las espigas de la lenga mondina, una seleccion de sas precedentas publicacions. Lo succès rencontrat, permetrà a aquela òbra de conéisser de frequentas reedicions..

Dins la dralha dels autors màgers de son temps, coma Jasmin que sembla èsser son modèl principal, Louis Vestrepain s'ensaja tant a la poesia lirica, qu'al genre folcloric. Sovent satirics, sos poèmas mesclan occitan e francés, e son autant de retraches en rima de la vida quotidiana de Tolose al sègle XIX, que desvelan las mors e costumas de son temps.

Chansons populaires provençales de Joseph Arnaud [Manuscrit]
Arnaud, Joseph (1828-1891)

Trois manuscrits du XIXème siècle. Le premier "Misé blaguaraspas", daté de janvier 1857 est désigné sous le terme de "bavardage provençal". Les deux suivants "Ah ! lougua dé cadiéras" et "Leis louguataris dé Misé Taffo", sont des scènes populaires mises en musique par Louis de Croze.

Joseph Arnaud était un chanteur et chansonnier marseillais, qui jouissait à son époque d'une renommée internationale. On lui doit l'écriture de plus de 1500 titres.

Mazodier, Estelle
CIRDÒC-Mediatèca occitana
Aital l’aviá escais-nommat Balzac ! Son renom l’a menat dins los salons parisencs, luòc de la “jet-set” de l’epòca que Jasmin i portèt la paraula del pòble en occitan fins a la capitala, demorant çaquelà un pauc embarrat dins l’estereotip del « gascon », que se’n glorificava, d'alhors. Un personatge carismatic, autor prolixe e pròche del pòble, un pauc doblidat a l’ora d’ara, mas que dubriguèt la dralha a un fum de poètas de lenga d’òc.

Jasmin, un poèta-obrièr que n’es pas un !

Nascut lo 6 de març de 1798 dins una familha plan paura de l’agenés, Jacques Boé (de son nom vertadièr) recep pasmens una instruccion e fa pròva d'una vertadièra cultura literària de son temps.
Plan jove, s’installa coma perruquièr en Agen. Dins aqueste periòd, que seguís la Revolucion, lo pichòt pòble obrièr de las vilas creis bravament còsta la figura totjorn importanta dels paisans del campèstre.
Son comèrci lèu lèu fa flòri e li dona léser de se consagrar a sa passion per l’escritura. Causís de s’exprimir en occitan, la lenga del pòble :

« O ma lengo, tout me zou dit.
Plantarey uno estelo a toun froun encrumit » (graphie de l'auteur)

« Ô ma lenga, tot m'o ditz.
Plantarai una estela a ton front encrumit. »

 
(Épître à Charles Nodier « Des cranto de Paris »).



Se fa pas vertadièrament partida del mitan obrièr, viu en vila e lo costeja. Se pòt pas qualificar de poèta engatjat, mas dins sos escriches, se fa lo testimòni de son temps, defend un estil realista (çò qu’empacha pas l’umor !) e tracta de tematicas divèrsas coma l’amor, las evolucions tecnologicas de son temps, e defend de valors umanistas : la libertat, la caritat.

Jasmin, un « showman »

Sos poèmas, se foguèron estampats dins mai d’un recuèlhs, son d’en primièr destinats a èsser recitats en votz nauta, amai cantats ! Grand orator, Jasmin se produsís davant un public totjorn mai nombrós : comença pro d’ora un torn de França de las regions (se diriá uèi una virada !), anant d’un cap a l’autre d’Occitània per presentar son òbra al public que, se coneis la lenga, la sap pas legir. Sas aparicions se transforman pauc a cha pauc en espectacles vertadièrs : aital, se produsirà a Tolosa acompanhat de 20 musicians e de mai de 380 figurants !
L’argent qu’amassèt dins sos espectacles (mai d’un milion de francs en 12 000 representacions) es tornar balhat a d’òbras de benfasença.

La reconeissença del mond literari

Charles Nodier, academician francés, lo descobrís e li dubrís las pòrtas dels salons parisencs. Aquí, i rescontra, un après l’autre, Lamartine, Ampère, Chateaubriand e serà quitament recebut per lo rei Louis-Philippe en 1842.
Recompensat de prèmis literaris per lo Felibritge, l'Acadèmia d'Agen, e, tan susprenent qu’aquò pòsca paréisser, per l'Académie Française, es quitament fach chivalièr de la Légion d'Honneur en 1845. Pasmens, se pòt supausar que l’interés que suscita dins lo mond parisenc es un pauc mesclat de condescendéncia e demòra ligat a l’exotisme que remanda son imatge de « gascon » amb totas las connotacions positivas coma pejorativas qu’aquò pòt supausar.
Après aquesta passa de glòria, son estatua senhoreja totjorn en Agen, sa vila natala e Jasmin laissèt son nom a una carrièra parisenca e amai a una estacion de metro !