Recèrca

sus 2
Filtrar
Filtres actifs
Type de Document : Article
Contributeur : BNF
Sauf
Sous-Menu : Actors
Dialecte : Languedocien
Auteur : Daugé, Césaire (1858-1945)
fre (16)
oci (4)
pro (2)
BNF (17)
Tipe : Article / Data : 1874-1879
De 1790 a 1794, l'abat Henri Grégoire, deputat a la Constituenta puèi a la Convencion, mena la primièra granda enquèsta sus las lengas parladas en França. Adreça lo 13 d'agost de 1790 una letra-circulara a las diferentas societats patrioticas que conten cuarenta tres questions relativas als usatges lingüistics e a las costumas dels estatjants de las províncias. Se l'entrepresa de Grégoire s'inscriu clarament dins un projècte politic d'uniformizacion lingüistica e « d'anientament dels pateses », la documentacion produsida per Grégoire per l'enquèsta representa una sorsa importanta per la coneissença de la situacion sociolingüistica de França al moment de la Revolucion. L'enquèsta abotiguèt al Rapport sur la nécessité d’anéantir les patois et d’universaliser l’usage de la langue française, presentat per l’abat Grégoire al nom del Comitat d'instruccion publica davant la Convencion nacionala lo 16 de prairial de l'an II.

A partir de 1874, Augustin Gazier (1844-1922), mèstre de conferéncia a la Sorbonne, dirigís la bibliotèca de la Societat de Port-Royal a París que consèrva una granda part de las correspondéncias e dels archius de l'abat Grégoire (ne saber + sul fons de l'abat Henri Grégoire conservat a la Bibliotèca de la Societat de Port-Royal). Entrepren la publicacion de las responsas mandadas a l'abat Grégoire dins lo quadre de son enquèsta Lingüistica. Las « Lettres à Grégoire sur les patois de France » son estadas publicadas per Augustin Gazier dins la Revue des langues romanes en quinze liurasons de 1874 (seria 1, t. V) fins a 1879 (seria 3, t. I) puèi publicadas en monografia en 1880 :
Augustin GAZIER, Lettres à Grégoire sur les patois de France, 1790-1794 : documents inédits sur la langue, les moeurs et l’état des esprits dans les diverses régions de la France au début de la Révolution ; suivi du Rapport de Grégoire à la Convention… Paris : A. Durand et Pedone-Lauriel, 1880 (reprint : Genève : Slatkine, 1969).

Consultar las « Lettres de Grégoire sur les patois de France » (Revue des langues romanes, 1874-1879)

[1] RLR, 1874, série 1, t. V : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k19828x/f422
Conten : introduction d'A. Gazier ; réponse d'Auguste RIGAUD, Montpellier, 28 janvier 1791 ; réponse de la Société des Amis de la Constitution, Carcassonne, s. d.

[2] RLR, 1874, série 1, t. VI : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k198298/f581
Conten : réponse de la Société des Amis de la Constitution, Carcassonne, s. d. (suite).

[3] RLR, 1875, série 1, t. VII : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k19830g/f111
Conten : réponse de la Société des Amis de la Constitution, Carcassonne, s. d. (suite et fin ; réponse de François Chabot, Saint-Geniès, Aveyron, 4 septembre an II [1792].

[4] RLR, 1875, série 1, t. VIII : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k19831t/f71
Conten : réponse d'aun anonyme, s. l., s. d. [Bas-Languedoc, Roussillon ou Cerdagne] ; réponse de Sénard, Toulouse, 1er septembre 1790 ; réponse de la Société des Amis de la Constitution d'Auch, département du Gers, s. d.

[5] RLR, 1876, série 2, t. I : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k198325/f276
Conten : réponse de la Société des Amis de la Constitution d'Auch, département du Gers, s. d. (suite)

[6] RLR, 1876, série 2, t. II : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k19833h/f28
Conten : réponse de la Société des Amis de la Constitution d'Auch, département du Gers, s. d. (suite et fin) ; réponse de Grégoire curé des Palais, Valence-d'Agen, 27 février 1791 ; réponse de Chaudon, Mézin (Lot-et-Garonne), 30 messidor an II [18 juillet 1794].

[7] RLR, 1877, série 2, t. III : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k19834v/f178
Conten : réponse de Pierre Bernadau, Bordeaux, 4 septembre 1790 (et aussi : traduction en occitan par P. Bernadau de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, 10 septembre 1790).

[8] ibid. : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k19834v/f230 
Conten : réponse de Pierre Bernadau, Bordeaux, sept. 1790-janvier 1791 (suite) ; réponse de la Société des Amis de la Constitution de Mont-de-Marsan (dépt. des Landes), s. d.

[9] RLR, 1877, série 2, t. IV : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k198356/f213
Conten : réponse de la Société des Amis de la Constitution de Mont-de-Marsan, s. d. (suite) ; réponse de la Société des Amis de la Constitution du club de Périgueux (Dordogne), Périgueux, 28 novembre 1790 ; réponse du citoyen Dithurbide (sur le basque), Lectoure, 1er messidor an II [19 juin 1794] ; réponse de la Société des Amis de la Constitution de Maringues (Puy-de-Dôme), s. d. ; réponse de la Société des Amis de la Constitution, Limoges, 6 novembre 1790.

[10] RLR, 1878, série 2, t. V : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k19836j/f9
Conten : réponse de Colaud de la Salcette, district de Dire (dépt. de la Drôme), 12 janvier 1792 ; Claude-François Achard, « Syntaxe de l'idiome provençal » présentée au Comité d'Instruction Publique, 1794.

[11] ibid. : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k19836j/f237
Conten : Claude-François Achard, « Syntaxe de l'idiome provençal » (suite) ; réponse de Lorain fils, district de Saint-Claude (dépt. du Jura), 14 septembre 1790 (dialectes bourguignons) ; réponse de Joly, Saint-Claude (dépt. du Jura), 7 septembre 1790 ; réponse de M.-J.-P. Rochejean (Jura ; Ardèche), 15 mars 1791.

[12] RLR, 1878, série 2, t. VI : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k19837w/f51
Conten : réponse de M.-J.-P. Rochejean (Beaumarchais, Seine-et-Marne ; Sully, Loiret), 15 mars 1791 ; (notes de Grégoire) patois de Maconnais, Dombes, Bresse ; (notes de Grégoire) Bourguignon ; réponse de Bernardet, Mazille (Saône-et-Loire), 28 décembre 1790 ; réponse d'Oberlin, Strasbourg, 28 août 1790 (dialecte d'Alsace) ; réponse d'Aubry curé de Bellevaux (duché de Bouillon, région wallonne), 26 février 1792.

[13] ibid. : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k19837w/f169
Conten : réponse d'Aubry curé de Bellevaux (duché de Bouillon, région wallonne), 26 février 1792 (suite : Dictionnaire du patois du duché de Bouillon ; Conjugaison des verbes wallons).

[14] RLR, 1879, série 3, t. I : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k198387/f53
Conten : réponse de J.-B. Hennebert, Saint-Omer, 21 novembre 1790 (dialectes de l'Artois) ; réponse de Vincent Poupart, Sancerre, 9 septembre 1790 (dialectes du Berry) ; réponse de Pressac, curé, Saint-Gaudent (dialectes du Poitou, dépt. de la Vienne), s. d.

[15] ibid. :  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k198387/f183 
Conten : réponse de Pierre Riou, laboureur à Plougonoil, 17 octobre 1790 (breton) ; réponse de [Lequinio ?], s. l., s. d. (breton) ; Appendice : Rapport de Grégoire à la convention ; lettres reçues par Grégoire après 1791.

Tipe : Article / Data : 1888
La conférence sur "Les parlers de France" du philologue Gaston Paris a eu une très grande influence sur la linguistique en France au tournant du XXe siècle, en particulier sur le projet d'Atlas linguistique de la France de Jules Gillieron. 
"Gaston Paris, romaniste, professeur au Collège de France et futur académicien, nie l'existence même de la langue d'oc, en prônant une continuité entre les divers « parlers » présents sur le territoire français, à tel point d'ailleurs, qu'on a longtemps placé l'occitan dans la famille des langues gallo-romanes, sans s'interroger sur les liens de parenté étroits qui pouvaient exister entre l'occitan et le catalan, ce dernier ayant été classé dans le domaine hispano-roman. Ce discours de Gaston Paris qui tente de convaincre qu'il existe une adéquation naturelle entre les parlers de France et ses frontières physiques est assez représentatif des positions des représentants officiels de la linguistique française d'une part, et d'autre part de ce que peut être la négation du travail des érudits provinciaux." (source : L'occitan : une langue, une histoire, une littérature, Université Paul-Valéry Montpellier-III, UOH)

Accéder à l'article "Les parlers de France" dans Gallica (bnf.gallica.fr) : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k92984n/f161
Tipe : Article / Data : 1970
Aqueste article que pareguèt en doas liurasons dins la Revue des langues romanes (seria 1, tòme 1, 1870), Charles de Tourtoulon, membre de « l’Escòla romanista » de Montpelhièr - la Société pour l’étude des langues romanes nascuda un an abans - es lo premièr estudi e la primièra edicion parciala del tèxt conegut coma la version occitana de la Cirurgia d’Albucasis.

La Cirurgia d’Albucasis es una traduccion en lenga occitana del sègle XIV d’un tractat de cirurgia extrach de l’enciclopèdia medicala Al-Tasrif del grand medecin cordoan Abu Al-Qasim (v. 940-v. 1013), dich « Albucasis » en Occident.
En comparant lo manuscrit unenc de la Cirurgia (uèi conservat a Montpelhièr, Bibliotèca Interuniversitària de Medecina, H95) amb una version latina contemporanèa (Montpelhièr, BIU, H89 ter), Charles de Tourtoulon d'aviada abandona l’ipotèsi d’un passatge dirècte de l’arab a l’occitan e establís que la traduccion occitana foguèt facha a partir d’una version en latin.

Çaquelà l’origina del manuscrit es pas montpelhierenca, malgrat l’importància dels estudis de medecina dins l’istòria de la vila. Foguèt realizat al sègle XIV per un grand prince pirenenc, lo comte Gaston III de Fois, lo famós « Gaston Fèbus », coma ne testimònia de marcaires linguistics pirenencs nombroses dins la lenga utilizada pel traductor coma las armas e devisa de la dinastia de Fois-Bearn inscrichas al primièr fulhet.

L’article comença per una introduccion istorica e linguistica puèi s’acaba amb l’edicion dels primièrs fulhets del manuscrit de l’Albucasis occitan. Doas edicions completas del tèxt de la Cirurgia foguèron publicadas dempuèi, en 1985 (La Chirurgie d'Albucasis : ou Albucasim : texte occitan du XIVe siècle : Jean Grimaud et Robert Lafont dir., Montpellier : Centre d'études occitanes) e en 1992 (La Chirurgia : versione occitanica della prima metà del Trecento : Mahmoud Salem Elsheikh ed. scientifique, Firenze : Ed. Zeta).

Legir l'article :

- 1ra part, RLR, S1-T1, 1870, p. 3-17 (legir l'article en linha sus Gallica).
- 2da part, RLR, S1-T1, 1870, p. 301-307 (legir l'article en linhe sus Gallica).
Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Article / Data : 1930
Dins aqueste article paregut en 1930 dins la revista Romania, Clovis Brunel presenta e edita lo tèxte de dos fragments novèls del Breviari d'amor, los fragments ara siglats e (Archius departementals de Gard, liassa 1 F 83) e i (anc. Besièrs, Bib. Soc. Arqueol.).

Legir l'article :

Legir l'article en linha sus gallica.bnf.fr
Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Article / Data : 1889-1890

Aqueste glossari de las designacions vernacularas en occitan de la « flòra dalfinenca » (Droma e una part d’Isèra) foguèt publicada per l’abat Louis Moutier en tres liurasons, entre 1889 e 1890, dins lo Bulletin de la Société d'archéologie et de statistique de la Drôme.
Louis Moutier (1831-1903) èra lo gavidaire de l’escòla felibrenca dromenca a la fin del sègle XIX. Aqueste lexic botanic es eissit del sieu monumental e fòrça preciós Diccionari dels dialèctes dalfinencs de mai de 25’000 entradas, longtemps demorat inedich e conservat a la Bibliotèca municipala de Valença, es estat publicat per Jean-Claude Rixte en 2007 (ed. IEO-Droma e ELLUG).
Louis Moutier elaborèt una grafia particulara per transcriure l’occitan tal coma èra parlat a la fin del sègle XIX en Dalfinat. La transcripcion dels tèrmes en grafia classica es disponibla en annèxe de l’edicion del Dictionnari dels dialèctes dalfinencs (J.-C. Rixte ed. scientific, 2007)

Consultar lo Glossari botanic de Louis Moutier :

- Introduccion e Glossari (A-J) : BSAD, 23 (1889), p. 480-490 : consultar sus gallica.bnf.fr
- Glossari (L-P) : BSAD, 23 (1889), p. 613-616 : consultar sus gallica.bnf.fr
- Glossari (R-Z) : BSAD, 14 (1890), p. 107-111 : consultar sus gallica.bnf.fr

Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Article / Data : 1913-1914
Dins aqueste pichon suplement de sièis paginas, apondon a sa biografia de Simon-Jude Honnorat publicada dins las Annales des Basses-Alpes (t. XVI, 1913-1914), A. Richaud recensa una tièra de mots e expressions occitanas dels Alps provençals absents del famós Diccionari provençal-francés del medecin dinhenc, primièr grand diccionari de la lenga occitana.  

Consultar la ressorsa sus gallica.bnf.fr.
Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Article / Data : 1913-1916
Aquesta biografia del mètge Simon-Jude Honnorat (1783-1852), medecin de Dinhe, sabent naturalista e autor del primièr grand diccionari de la lenga occitana amb son Dictionnaire provençal-français ou Dictionnaire de la langue d'oc ancienne et moderne... (Dinhe : Repos, 1846-1848), redigida per l'abat Aimat Richaud a l'entorn de 1913 demora un dels estudis mai complets sus la vida d'Honnorat. Es estada publicada en mantuna liurason dins las Annales des Basses-Alpes (t. XVI e XVII, 1913-1916).

Consultar la ressorsa sus Gallica :

- Capítol 1 : Ann. Basses-Alpes, t.XVI, 1913-1914, p. 269-283 : consultar sus gallica.bnf.fr
- Capítol 2 : Ann. Basses-Alpes, t.XVI, 1913-1914, p. 345-356 : consultar sus gallica.bnf.fr 
- Capítol 3 : Ann. Basses-Alpes, t.XVI, 1913-1914, p. 414-427 : consultar sus gallica.bnf.fr 
- Capítol 4 : Ann. Basses-Alpes, t.XVI, 1913-1914, p. 453-491 : consultar sus gallica.bnf.fr  
- Capítol 5 : Ann. Basses-Alpes, t. XVII, 1915-1916, p. 33-49 : consultar sus gallica.bnf.fr
- Capítol 6 : Ann. Basses-Alpes, t.XVII, 1915-1916, p. 109-122 : consultar sus gallica.bnf.fr  
Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Article / Data : 1926
Cet article de Joseph Anglade paru dans le Mercure de France le 1er janvier 1926 est le premier texte publié s’intéressant à la pensée et l’action de Jean Jaurès vis-à-vis de la langue occitane.
Le languedocien Joseph Anglade (1868-1930) est agrégé de lettres, spécialiste de la littérature occitane, professeur à la faculté de Toulouse depuis 1910 et fondateur de l’Institut d’études méridionales en 1914 et par ailleurs Majoral du Félibrige. Anglade est représentatif de l’évolution qui s’opère au sein des mouvements de renaissance occitane au cours de l’entre-deux-guerres : rapprochement des mondes savants romanistes et des mouvements renaissantistes, montée en puissance de tendances républicaines et progressistes face aux régionalistes conservateurs.
Jean Jaurès, panthéonisé deux ans plus tôt en 1924, devenait au même moment une figure importante à la fois du progrès social et intellectuel, de l’internationalisme et de l’identité nationale et républicaine en France. Joseph Anglade fut l’un des premiers à saisir l’intérêt de rallier la figure de Jaurès en voie de mythification aux problématiques du combat renaissantiste pour la reconnaissance et le soutien politique en faveur de l’occitan dans la France républicaine du XXe siècle.
Joseph Anglade propose ici, dans une revue nationale, un article plus stratégique que véritablement historique même s’il est riche de sources et d’informations. Il est clair que Joseph Anglade souhaite avant tout rendre compatible les écrits de Jean Jaurès sur la langue et la littérature occitane - essentiellement quatre articles parus dans La Dépêche entre 1909-1911 - avec le projet renaissantiste mené par le Félibrige au point de conclure que « Jaurès avait donc l’âme d’un félibre et d’un bon félibre » ! en reconnaissant tout de même qu’ « il aurait fait des restrictions sérieuses au sujet de certaines idées fondamentales - ou qui paraissent telles - de la doctrine félibréenne et qu’avant d’être déclaré dignus intrare, il aurait dû répondre à quelques questions d’orthodoxie ; car il avait par certains côtés une âme d’hérétique et de mécréant, félibréen s’entend. »
Au final, même s’il tente de dissimuler le profond désintérêt que Jaurès témoigna tout au long de sa vie pour les mouvements de renaissance occitane - à la différence de la pratique de langue occitane pour laquelle sa posture et sa pensée tranchaient avec celles des hommes politiques de sa génération - Joseph Anglade rappelle à juste titre l’intérêt et l’estime que le Jaurès critique littéraire portait à la littérature d’expression occitane de son temps.
Cet article paru en 1926 ouvre en tout cas une question jusque-là totalement - et sciemment ? - ignorée de la plupart des biographes de Jean Jaurès : celle de sa connaissance d'une réalité occitane, d’un certain intérêt pour la littérature occitane voire d'une pensée historique du fait régional occitan marqué par la Croisade contre les Albigeois notamment. Il faut cependant attendre les années 1970 pour que le chantier soit véritablement ouvert par les historiens et spécialistes de Jean Jaurès (André Armengaud, Rémy Pech, Ulrike Brummert) parallèlement à la célébration d’un Jaurès en véritable mythe d’une conscience collective occitane en construction chez les écrivains, artistes et intellectuels des années 1970 et 1980. Entretenant débats et controverses pendant une bonne décennie, les deux « partis », historiens et militants, mirent au jour une autre dimension de la question linguistique chez Jaurès, que ne traitait pas Joseph Anglade en 1926, celle de sa propre « occitanité », de sa pratique de la langue dans le discours public et de son évolution vers une pensée politique de l’enseignement de l’occitan à l’école en 1911, seule - mais puissante - revendication de Jean Jaurès vis-à-vis du « fait occitan ».

Consulter l'article sur Gallica :

Lire l'article sur gallica.bnf.fr
Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Article / Data : 1904
Article de Bernard Sarrieu paru dans la Revue de Comminges en 1904, sur le réveil occitan en Gascogne au début du XXe siècle.
Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Article / Data : 1970
Article de Bernard Sarrieu paru dans la Revue des Langues Romanes en 1902 (tome cinquième de la cinquième série), sur le parler de Bagnères-de-Luchon et de sa vallée.
Mise en ligne : 17/01/2020
sus 2