Recèrca

sus 2
Tipe : Libre / Data : 1910
Frédéric Mistral traduit le texte de la Genèse à partir de 1878, sous le pseudonyme de Guy de Montpavon, au rythme d'un chapitre par an dans l'Armana Prouvençau. Ce texte sera publié en intégralité avec les versions française et latine chez l’éditeur Honoré Champion en 1910.
Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Libre / Data : 1891

 Paru pour la première fois en 1859, ce poème épique en langue d'oc (provençal rhodanien) relate les amours contrariées de Mireille et Vincent, deux jeunes gens de condition sociale différente.

Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Libre / Data : 1867
Calendau est un grand poème épique en 12 chants où transparaissent des thèmes chers à Mistral : l'exaltation de la "Nation" et de la "race" provençales.
Calendau est également un poème didactique empli de symbolisme félibréen ayant pour but d'instruire le lecteur sur les mœurs, les métiers, et l'histoire de la Provence. Cette œuvre ne connaît pas à Paris le succès de Mirèio et vaut à Mistral des attaques contre ses idées "séparatistes".
Le Poème raconte l'histoire de Calendal, pêcheur d'anchois de Cassis, devant accomplir pour conquérir la jeune femme qu'il aime une série d'exploits.
Comme MireilleCalendal a fait l'objet d'une adaptation en opéra (1894) par Paul Ferrier pour le livret et Henri Maréchal pour la musique. 


>> Accéder au documensur Gallica
Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Libre / Data : 1889
Publié en 1876, Lis isclo d'or fait partie des deux grands recueils de poésies lyriques de Mistral.
Il contient des pièces de circonstance, d'actualité, des poèmes de luttes, historiques, et des contes en vers.

>> Accéder au document sur le site de la Bibliothèque Numérique "Bodleian Libraries, University of Oxford" (temps de chargement long)
Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Libre / Data : 1884
Troisième des grandes compositions poétiques de Frédéric Mistral, Nerto est un poème de 4000 vers octosyllabiques publié en 1884. Cette oeuvre raconte les aventures de Nerte, jeune fille vendue au diable par son père. L'action se déroule au Bas Moyen Âge évoquant Arles et Avignon au temps des papes.
En 1884, Nerto obtient le prix Vitet de l'Académie française. Et en 1924, le poème est adapté en opéra en quatre actes par Charles-Marie  Widor (pour la musique) et Maurice Lénat (pour le livret).

>> Accéder au documensur Archive.org
Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Libre / Data : 1912
Publié en 1912, deux ans avant sa mort, Lis óulivado est le dernier grand recueil de poèmes lyriques de Frédéric Mistral. Il rassemble des poèmes écrits jusqu'en 1907, majoritairement des chansons.

>> Accéder au documensur Gallica
Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Libre / Data : 1859
Edition originale de Mirèio publiée en 1859.
Ce long poème en douze chants est dès l'origine édité avec une traduction littérale française, ce qui a certainement contribué à séduire le public parisien. C'est l'œuvre qui a rendu célèbre Frédéric Mistral, on dénombre une trentaine de traductions en langues étrangères. 
En 1861, Mireille vaut à Mistral le prix Monthyon décerné par l'Académie française. Lamartine le qualifie de "nouvel Homère". 
Mirèio relate la naissance d'un amour contrarié entre deux jeunes gens de condition différente : Mireille et Vincent. 

>> Accéder au documensur Gallica
Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Libre / Data : 1890
L'héroïne de ce poème dramatique en cinq actes et en vers est la comtesse de Provence, Jeanne Ière de Naples (1326-1382). Mistral tente par son récit de réhabiliter ce personnage historique controversé en l'idéalisant. 
Cette tragédie repose sur le conflit amoureux entre Jeanne et son mari André de Hongrie. Au delà du conflit sentimental, le véritable drame du récit est politique. Il s'agit de savoir qui règnera sur la Provence : le personnage grossier septentrional ou la civilisation brillante du Midi représentée par la reine lettrée ; la force ou l'esprit.

>> Accéder au documensur Gallica
Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Libre / Data : 1890
Les traductions en langues étrangères de Frédéric Mistral sont nombreuses, en particulier celles de Mirèio qui sont au nombre d'une trentaine. 
Les trois premières en anglais sont l'oeuvre de C. Grant (Avignon) en 1867, de H. Crichton (Londres) en 1868 et de Preston (Boston) en 1872. 
C'est celle d'Harriet W. Preston qui a bénéficié du meilleur accueil parmi les trois. L'édition ici reproduite est celle de 1890, éditée à Londres.

>> Accéder au documensur Archive.org
Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Libre / Data : 1861
Mirèio a été publié à de nombreuses reprises à partir de 1860 par l'éditeur Charpentier, devenu Charpentier et Fasquelle. 
Cette édition de 1861 qui porte également la mention d'édition "Avignoun, enco de Roumaniho Libraire", est complétée par des notes à la fin de chaque chant. Dans les dernières pages on trouve également les partitions de Magali, mélodie provençale populaire transcrite par Fr. Seguin.

>> Accéder au documensur Gallica
Mise en ligne : 16/01/2020
sus 2