Recèrca

Filtrar
Filtres actifs
Auteur : Bové, José (1953-....)
Portail : Mediatèca
Tipe : Emission ràdio / Data : 2009-10
Le succès de la manifestation Anem Òc, organisée par la Confédération Occitane, le 24 Octobre 2009 à Carcassonne, réunit 10 000 personnes venues de tout l’espace occitan : ce succès est une surprise pour les organisateurs, un collectif de grandes organisations occitanes (IEO, FELCO, Calandreta, etc.) À cette occasion, José Bové, qui vient d’être élu député européen, prend la parole à la tribune pour dénoncer l’attitude de l’État contre la diversité linguistique et culturelle et demande la ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires.

Ràdio Lenga d'òc était présente sur l'évènement : en atteste ce numéro de l'émission Camina que caminaràs présentée par le journaliste-reporter Aimat Brees.

Le discours de José Bové :
« Et la France aujourd'hui, fait partie de ces rares pays, qui refusent de reconnaître la diversité, et qui refusent de reconnaître leurs histoires.
Alors, on est ici pour rappeler à l'État français qu'aujourd'hui il doit, de manière impérative, traduire dans la langue française la Charte européenne des langues. On est là aussi pour rappeler que chacun de nos territoires, que chacune de nos langues doit pouvoir être utilisée dans les services publics. On est là pour rappeler que la diversité de nos cultures doit apparaître partout sur nos territoires et que c'est la première façon de la reconnaissance de la diversité. On est là, enfin, pour dire qu'il n'est pas normal que le service public de l'Éducation ne reconnaisse pas la diversité culturelle.
Il faut que l'occitan, le basque, le corse, le catalan, puissent être appris de la maternelle jusqu'à l'âge adulte, et que ce soit organisé par le service public. Ce n'est pas normal que ce soit les familles qui soient obligées de faire un acte militant pour pouvoir permettre à leurs enfants de s'inscrire dans leurs propres cultures. Aujourd'hui, l'État jacobin va contre l'Europe.
Aujourd'hui, l'État jacobin a un discours archaïque. C'est l'Europe des régions que l'on va construire. Et cette Euope des régions ne s'arrête pas aux frontières des États. L'Occitanie, elle a aussi une partie de l'autre côté, en Espagne, elle a une partie au Val d'Aran. La Catalogne, elle est des deux côtés de la frontière des Pyrénées. Le Pays Basque il est aussi des deux côtés. Il n'est pas normal que chacun de ces pays ne puisse pas vivre et se développer en fonction de ses propres cultures.
Alors, on est là pour affirmer qu'il n'y aura pas d'Europe sans reconnaissance de la diversité, et que c'est parce qu'il y aura la reconnaissance de cette diversité que l'on pourra construire une Europe solidaire, humaniste et écologique. »

José Bové intervient sur le document sonore ci-dessous dès 27 : 40.
Mise en ligne : 17/01/2020