Recèrca

Filtrar
Filtres actifs
Auteur : CIRDOC
Portail : Enciclopèdia
fre (1)
Tipe : Òbra / Data : 2019-09-25
Cette anthologie bilingue occitan-français parue aux éditions Honfleur P.J. Oswald en 1971 marque une étape importante dans l'Occitanie du XXe siècle : elle dessine les contours d'une nouvelle poétique occitane.
Une nouvelle poétique avec sa dynamique propre, un mouvement, en somme, une fois mises côte à côte les créations.  
Transgenre, elle prend forme en concomitance avec un renouveau chansonnier militant. Consciente, elle épouse et travaille en profondeur les grandes questions sociales qui traversent le devenir occitan.

La notion de « colonialisme » apparaît dans le domaine occitan dès le début des années 1960 à travers l'analyse de Serge mallet portant sur la situation économique des mineurs de Decazeville, alors en grève. Il y est, plus précisément, question de « colonialisme intérieur ». A Robert Lafont d'en dessiner ensuite plus en détail les contours à travers la fenêtre économique, notamment.

Ici, la notion de colonialisme se veut tout à la fois économique et culturelle. Se décoloniser signifie donc, dans le cas présent et en premier lieu, s'émanciper pleinement en tant qu'occitans.

L'ouvrage est divisé entre un texte contextualisant signé par Marie Rouanet et une sélection de poèmes et chansons de Jean Larzac, Silvan-Marc Seguran, Yves Rouquette, Jean-Marie Petit, Henri Espieux, Bernard Lesfargues, Roland Pecout, Georges Reboul, Philippe Gardy, Serge Bec, André Combettes, Gilbert Suberroques, Colette Derdevet, Roseline Roche, Maryse Roux, Jean David, Jean-Baptiste Seguy, Robert Lafont, Alan Ward, Michel Decor, Raymond Tabarca, Christian Rapin, Vazeilles, Jean-Baptiste Seguy, Jean-Louis Racouchot, Robert Allan, Gilbert Suberroques, Jean-Jacques Fraisse, Claude Marti, Jean Boudou, Robert Lafont, Pierre-André Delbeau, Mans de Breish, Lapassade, Patric.

« Dans cette province asphyxiée qui ne crée plus, dont tous les créateurs fuient vers Paris, il est incroyable que des jeunes poètes ou chanteurs prennent la parole, en occitan, pour dire les vérités vitales. »
Marie Rouanet
Mise en ligne : 17/01/2020