Recèrca

sus 3
Présentation du producteur :

La ville de Valence possède des hôpitaux et établissements de charité dès le Moyen-Age. L’Hôtel-Dieu et l’Hôpital Général sont les deux structures existantes à partir du XVIIe siècle. D’autres établissements (hôpital de Bourg-lès-Valence, maladreries, confréries hospitalières, structures d’accueil d’orphelines) leur sont unis avant 1790. L’ensemble des structures prennent le nom d’Hospices civils de Valence, au sein duquel l’Hôpital général est l’établissment le plus important. Les Hospices civils ont fait l’objet de dons et legs à toutes les époques. Ce sont dans ces fonds de famille ou de particuliers que se trouvent des pièces rédigées en langue occitane.

Présentation du contenu :

Les pièces en langue occitane se trouvent dans les fonds de famille ou particuliers dont les Hospices sont légataires ou donataires. Elles intéressent essentiellement les biens mobiliers et immobiliers des personnes.

Importance matérielle :
40 ml

Couverture Temporelle :
1426-1914

Supports représentés dans le fonds :
Manuscrits/Tapuscrits

Accroissement :
Fonds clos (ne connaîtra pas d'accroissement)

Accès

Identifiant du fonds :
3S

Instruments de recherche :
Pour la partie du fonds antérieure à 1790 : André Lacroix, Inventaire-sommaire des archives communales et hospitalières de la Ville de Valence antérieures à la Révolution, Valence, Legrand et Granger, 1914. Pour la partie postérieure à 1790 : André Lacroix, Inventaire-sommaire des archives de l’Hôpital général de Valence [postérieures à 1790], registre ms non paginé, s.d. [v. 1865]. Les archives postérieures à 1865 ne sont pas inventoriées. L’ensemble du fonds doit faire l’objet d’un classement définitif et d’un nouvel inventaire publié en 2013.

Conditions d'utilisation

Conditions de consultation :
Accès libre sous réserve de restrictions liées à l’état matériel du document.

Conditions de reproduction :
La reproduction pour usage privée est libre ; elle est soumise à autorisation pour tout usage public (mise en ligne, exposition, publication, par exemple) ou à caractère commercial. Elle peut amener, dans ce dernier cas, le paiement de droits.
Mise en ligne : 29/03/2017
Tipe : Manuscrit / Data : 18..
Mise en ligne : 04/10/2017
Tipe : Manuscrit
Prise de vue de l'<i>Aube bilingue de Fleury</i>, Biblioteca apostolica Vaticana, Reg. lat. 1462

L'alba bilingua originària de l'abadiá de Fleury (Saint-Benoît-sur-Loire) es un cort poèma religiós fargat per lo cant liturgic, compausat dins la segonda mitat del sègle X e format de tres estròfas en latin e d'un repic en lenga romana que sa natura exacta es a l'ora d'ara encara discutida. 
S'agís d'un cant liturgic, una « cançon d'alba » alegorica, a significacion religiosa que descriu lo fenomèn astrologic de l'alba e l'apèl d'un « desrevelhaire » als pigres ( « pigri » ), imprudents ( « incauti » ) e assomelhats ( « torpentes » ). Lo repic roman d'aquela Alba constituís la responsa dels « pigres » a aquel apèl.

La metafòra de l'alba poiriá remandar al tèma escatologic (relatiu a la fin del monde) de la venguda del Crist qu'anóncia la fin del temps o lo de sa resurreccion. L'identificacion de la lenga del repic - sovent considerada coma d'ancian occitan de la forma arcaïca o corrompuda - fa l'objècte de debats importants pels especialistas dempuèi sa descobèrta en 1881 per lo filològ alemand Johannes Schmidt (1843-1901). Se la lenga e la significacion del repic contunhan de faire debat, l'Alba de Fleury demòra pasmens un testimoniatge rare del procediment a l'òbra dins l'Euròpa romana al cap de l'an Mil e que menèt a l'emergéncia d'una literatura en lenga vernaculària, movement dins loqual l'occitan ocupa una plaça a despart. Ne testimònian sas doas poesias religiosas de la primièra mitat del sègle XI (lo Boeci e la Canso de Sancta Fides d'Agen) e mai que mai, mens d'un sègle après, las primièras manifestacions de la lirica dels trobadors, promesa a una abondància creativa sens egal.

L'alba bilingua es coneguda d'après una còpia unenca, notada sus lo canton superior d'un fulhet al dintre d'un recuèlh de poèmas de Fulgence e d'escriches juridics (sègle IX-X). Cada linha de tèxte conten una notacion musicala en neumas plaçadas en dessús.

Consultar lo document numerizat :

Consultar lo fulhet 50v. del codex Reg. lat. 1462 de la Biblioteca apostolica vaticana sus http://digi.vatlib.it/view/MSS_Reg.lat.1462/0104

Mise en ligne : 29/03/2017
Tipe : Particion / Data : 1874
Cantic a Nòstra-Dòna de Lorda compausat a l'escasença del romavatge a Lorda organizat per l'arquevesque del diocèsi d'Ais-de-Provença del 15 al 19 de junh 1874. La particion compren la musica notada, lo tèxte d'aquel cantic e mai las particions de l'Ave Maris Stella e d'un Magnificat.
Mise en ligne : 03/04/2017
Tipe : Libre / Data : 1899
C'est en 1899 qu'Alcée Durrieux (1819-1901), avocat à la Cour d'appel de Paris, originaire de Lectoure (Gers), érudit et philologue, traducteur des Poésies gasconnes de Pey de Garros, publie son Dictionnaire étymologique de la langue gasconne avec la racine celte ou grecque de chaque mot gascon suivi du mot latin et français, en deux volumes.
Mise en ligne : 29/03/2017
Tipe : Libre / Data : 1901
C'est en 1899 qu'Alcée Durrieux (1819-1901), avocat à la Cour d'appel de Paris, originaire de Lectoure (Gers), érudit et philologue, traducteur des Poésies gasconnes de Pey de Garros, publie son Dictionnaire étymologique de la langue gasconne avec la racine celte ou grecque de chaque mot gascon suivi du mot latin et français, en deux volumes.
Mise en ligne : 27/09/2017
Tipe : Manuscrit / Data : 18..
Transcripcion d'un tèxte extrach d'un ancian registre de la catedrala de Tula contenant mantuns actes en latin, francés emai occitan. Lo document es estat transcrich per l'abat Joseph Roux (1834-1905), felibre majoral lemosin, canonge de la catedrala de Tula, fondator de la revista occitana Lemouzi.
Tipe : Manuscrit / Data : 13..
F° 1 : Fragment d’un traité théologique du XIIIe s. avec commentaire. F° 6 : « Ayso es la vida de sancta Margarita » ; « Senhors e donas gran conquist » ; « Podet dar ab Dieu Jhesu Crist... ». F° 24v° : « E preguem sancta Margarita. Que nos do a dar bona vida. E bona fi. Amen. Amen ». F° 25 : Prière : « Deus qui virginalis perdicicie titulo et sacre Passionis vexillo beatam Margaritam... glorificasti da nobis... ».
Mise en ligne : 18/09/2018
Tipe : Libre / Data : 1696
Permission datée du 23 avril 1695
Mise en ligne : 18/09/2018
Tipe : Libre / Data : 1702
Mise en ligne : 18/09/2018
sus 3