Recèrca

Filtrar
Filtres actifs
Sujet : Mouzat, Jean (1905-1986)
Portail : Enciclopèdia
fre (1)
Tipe : Article biografic

Jean Mouzat naît à Tulle le 24 novembre 1905. Très tôt, il est influencé par l’oeuvre majeure de Joseph Roux, La Chansou Lemouzina, « légende des siècles du Bas-Limousin» qui, sur le mode lyrique, fait renaître la grande époque des troubadours et celle des papes limousins d’Avignon. Marqué de cet exemple littéraire, le jeune Jean Mouzat baigne par ailleurs dans le parlé limousin, tullois en particulier. C’est toutefois la langue et la culture anglaises qui baliseront son parcours professionnel dans un premier temps : promus professeur d’anglais en 1925 dans la Sarthe puis à Revel (Haute-Garonne), il part deux ans plus tard comme assistant de langue française à l’université de Belfast. Là-bas, il compose ses premiers poèmes en langue d’oc autant qu’en français, publiant déjà les Chansós de davans lo jorn qui obtiendront un prix de l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse.

C’est ensuite le retour en France avec l’agrégation d’anglais qui portera Jean Mouzat jusqu’à Lyon puis Paris, non sans avoir été entre-temps mobilisé pour le service militaire d’abord, puis pour la « drôle de guerre » entre avril 1939 et juillet 1940. Mais c’est la recherche universitaire qui l’attire : en 1949, le voilà inscrit sur le registre des thèses de la Faculté des lettres de Paris pour La vie et l’oeuvre de Gaucelm Faidit, une étude critique et traduction des poèmes de Gaucelm Faidit, troubadour du XIIème siècle dit « d’Uzerche ». La thèse sera finalement soutenue - et publiée en 1965.

Il explique lui-même l’évolution de sa pensée :

« Lorsque j’entrai à la faculté, je choisis l’anglais comme premier sujet d’étude, peut-être pour mieux courir le monde. Aussitôt après mes premiers certificats de licence, j’abordai l’ancien provençal et la littérature médiévale de langue d’Oc. Tout d’abord parce qu’elles m’ouvraient un passionnant domaine, avec l’attrait d’une poésie étrange et belle et de cette civilisation disparue du cheval, de l’épée et du luth qui enchante si fort l’esprit romanesque et romantique de la jeunesse. De plus, ces études me rattachaient à mon pays natal, car pour le Limousin cette époque fut l’âge d’or de ses plus belles gloires. Né et nourri à la jonction des terres de Ventadour, de Turenne et de Comborn, à la croisée des chemins que parcoururent Guillaume IX, le premier troubadour, et Bernart de Ventadour dans ses voyages, près du tombeau de Marie de Ventadour dans l’abbaye de Tulle, les troubadours et leurs inspiratrices sont l’archéologie de la ville et de ma province. La langue qu’ils chantaient, toujours reconnaissable, toujours vivante, je l’entendais résonner dans ma famille, dans les rues, dans les hameaux. Serait-il blâmable de se rattacher à son lignage ? »

Il expose cette idée forte, déjà, dans l’Apel a la jòinessa intellectuala de Lemosin en 1943 : « alumar un rotal de fe et d’amor » (allumer un brasier de foi et d’amour) pour défendre et illustrer « lo país patrial », développer « l’espression espirituala de la patria », « la saviessa d’un vielh pòple de laboraires e de bargiers » (la sagesse d’un vieux peuple de laboureurs et de bergers), accomplir « lo dever d’onor en gardar l’eiretatge », et enfin « reviscolar l’Occitanía, la comunautat miegjornala e mediterrana de nòstras raças de solelh » (la communauté méridionale et méditerranéenne de nos races de soleil)...

Suite à la publication de sa thèse, différentes conférences lui permettent de faire mieux connaître, en France et à l’étranger, la littérature limousine et occitane du Moyen  Âge. Ses travaux le porteront jusqu’à l’université du Minnesota aux États-Unis, où il occupe le poste de maître de conférence de juillet 1966 à juin 1967. C’est en 1968 qu’il sera finalement titularisé à la Faculté des lettres et sciences humaines de Limoges. Élu en 1969 président de la Société des Lettres, Sciences et Arts de la Corrèze, il se consacrera ensuite à ses activités bénévoles jusqu’à la fin de sa vie.

Mise en ligne : 17/01/2020