Recèrca

Filtrar
Filtres actifs
Collection : Ressources du Languedoc-Roussillon sur Occitanica
Sujet : Corbières (France ; massif) -- Histoire
"L'affrontement binaire supposé par l'existence de la frontière ne doit donc pas masquer la difficulté à penser cette limite qui, toujours entre deux, devient alors une source d'imaginaire et de mythes." J.Duclos, 2004.

"Les frontières n'ont de sens que pour les populations qui croient en leur existence ou encore pour les populations qui ont appris à y croire. Henri Velasco, 2004.


Les Corbières furent durant des siècles la frontière entre deux royaumes fréquemment en guerre durant le Moyen Âge et à l'époque moderne et qui se firent face de part et d'autre, au moyen de leurs forteresses respectives.

 

I/ Naissance de la frontière : figuration et conception, entre opposition et échanges

Une des caractéristiques premières de la frontière établie à Corbeil est de cristalliser les revendications et les antagonismes sur une barrière naturelle, le relief collinaire escarpé des Corbières. Historiquement, des limites ethniques et culturelles se profilent d'ailleurs déjà à cet endroit dès la proto-histoire. C'est une zone de marche, c'est-à-dire de transition, qui sera confirmée par les peuplements et l'histoire antique et médiévale de ce territoire.

Marche Hispanica du temps de Charlemagne et zone d'invasion et d'implantation temporaire des troupes d'Al-Andalus, l'espace des Corbières et du Fenouillèdes, demeura toujours une zone de passage quelques furent les contraintes naturelles.

Plus que ligne de rupture, les Corbières, tout particulièrement aux yeux de leurs propres habitants, ne furent-elles pas plutôt une zone frontière, dont les limites floues n'empêchèrent pas au fond et de tous temps les échanges et les rencontres, bien sûr amoindris par la situation politique de cette époque ?

L'existence de différents vestiges anciens, tels le Pech de Maho, du côté de Sigean, à la fois structure défensive et espace d'échanges commerciaux (le Pech de Maho est également un emporium, un centre de commerce) conduisent de nombreux historiens contemporains à souligner la nature de carrefour et de tampon de cet espace des Corbières. Ils minimisent ainsi l'idée d'une frontière imperméable entre deux espaces et deux civilisations, par ailleurs culturellement et linguistiquement proches.

Une enquête de 1300 ap. J.-C. menée sur ordre de l'Archevêque de Narbonne et du Seigneur de Leucates suite à des plaintes manifestées vis-à-vis des voisins espagnols, permet ainsi de mieux connaître la situation réelle de cet espace. Les conclusions tirées de celles-ci par les historiens relativisent l'importance matérielle de la frontière. Elles confirment l'idée d'une frontière floue et discrète sur le terrain, ne représentant pas dans les faits une muraille rompant définitivement les échanges culturels comme commerciaux. Le statut nouveau des Corbières, entrées de plein-pied dans les stratégies géopolitiques des deux royaumes limitrophes, conduit malgré tout à une perception nouvelle de cet espace, notamment pour ses habitants. Elle se charge dès lors de sens et d'interprétations idéologiques nouveaux se manifestant sous formes de contes et de légendes, de toponymes particuliers, qui s'inscrivent et se transmettent via la mémoire orale locale.


II/ Zone de marche : entre mythe et réalité (cultures, monde sauvage/civilisé...)

A/ Les Corbières, limites entre deux pays, limites entre deux mondes

Les Corbières, zone escarpée au faible peuplement avant même l'établissement de la frontière sur la ligne de crête du massif, constituent tout naturellement une zone de marge, la transition entre le monde civilisé et le monde sauvage. Elles sont ainsi un espace de limites susceptibles d'accueillir tout ce que le nouvel ordre social rejette. Les Corbières sont ainsi suspectées d'être le refuge de brigands et d'accueillir des manifestations surnaturelles et magiques : sorciers, démons, fées et autres esprits de la nature.

Les bornes, tours et autres forteresses implantées dans le paysage pour définir la limite entre les deux pays vont ainsi organiser l'espace et protéger du danger représenté à la fois par l'ennemi lointain que par le proche monde sauvage. Ces monuments s'accompagnent dès lors de multiples histoires, légendes et superstitions construites autour de ces symboles du contrôle de l'homme sur son territoire.

 

B/ Légendes d'un territoire à la marge

Les Corbières outres les bornes, la Roque d'en Talou en est l'une des plus célèbres, présentent également de nombreux dolmens. À Fontjoncouse, la zone compte ainsi pas moins de quatre pierres levées. Autour de celles-ci demeurent de nombreuses légendes d'ailleurs rappellées par la toponymie elle-même.
Les nombreuses mentions et histoires de Maures témoignent de cette conception de l'espace et du monde. Elles sont le souvenir de la lointaine et fugace occupation musulmane en terre audoise. La légende de Roland de Roncevaux, neveu de Charlemagne tué au cours d'une attaque dans les Pyrénées figure d'ailleurs parmi les histoires bien connues de ce territoire.

Le complexe folklorique autour de ces géants arpenteurs, qui auraient participé au modelage du paysage sont très fréquentes dans cette région. Le toponyme du Sol d'Astine, de "las tinas" en occitan, évoquent ainsi les empreintes de géants, tout comme les toponymes Gigant, ou Caramentra, qui renvoient à la pure tradition carnavalesque. Les correspondances entre le corps et le paysage, et les analogies scatalogiques fréquentes dans ces mêmes cérémonies carnavalesques sont d'ailleurs particulièrement fréquentes : Le Trau de Madama, l'Estront de la Vièilha... comme autant d'appropriation et de dédramatisation de l'espace par une civilisation médiévale à la fois fascinée et terrifiée par cette notion d'entre-deux, particulirement exacerbée en cette zone de marche-frontière. Les Corbières sont riches de ces histoires et légendes qui forment le socle d'une mémoire orale partagée avec le reste de l'Occitanie, adaptée ici aux spécificités de ce territoire à la marge.


C/Les Corbières, espace de retraite spirituelle

Désert au sens religieux du terme également, les Corbières furent très tôt une terre de retraite spirituelle privilégiée, tant pour les cathares fuyant les exactions que pour les chrétiens "orthodoxes" eux-mêmes.

Dès le VIIe ou VIIIe siècles environ, les gorges et grottes des environs de Saint-Paul-de-Fenouillet attirent les ermites qui s'installent dans ces abris naturels coupés du monde. Ceux-ci se placent sous la protection de Saint-Antoine, saint patron des ermites et premier d'entre eux, au moins dès le XVe siècle, date pour laquelle nous possédons les plus anciens témoignages écrits de l'existence d'un ermitage, qui perdura dans ses fonctions jusqu'au début du XXe siècle. Prochainement transformé en lieu d'exposition et de mémoire, il devrait permettre au public de découvrir l'autre facette des Corbières, depuis toujours frontière naturelle entre le monde civilisé et le monde sauvage, terrestre et spirituel.


CONCLUSION

La notion de frontière est pour l'époque qui nous concerne et durant laquelle les Corbières jouèrent ce rôle, quelque peu différente de celle qu'on lui connait de nos jours. Toutefois, elle va prendre progressivement au XIIIe siècle une connotation plus nettement militaire.
L'identité des territoires se construit alors, dans un rapport qui se fait toujours plus frontal à mesure que la symbolique circulaire s'amenuise (l'opposition entre un centre sacré et une périphérie plus sauvage, dominait ainsi jusqu'à présent). La frontière devient progressivement et pour reprendre le mot de Robert Lafont, "une cicatrice de l'histoire".


BIBLIOGRAPHIE

CRASTRE, Victor (1903-1983), Catalogne : des Corbières à L'Ebre, Paris : Horizons de France, 1959.

FABRE, Daniel. La tradition orale du conte occitan : les Pyrénées audoises. Presses universitaires de France, 1973-1974 (30-Nîmes) : impr. Barnier) Publications de l'Institut d'études occitanes.

PALA, Marc. L' ancienne frontière : entre mythe et histoire, un espace de l'entre-deux, Narbonne : Parc naturel régional de la Narbonnaise en Méditerranée, impr. 2008.

VILLEFRANQUE, Josette. Imagerie des Corbières : légendaire des plantes, des pierres et des bêtes, Portet-sur-Garonne, Loubatières, 1987.
Mise en ligne : 16/01/2020