Recèrca

sus 16
Filtrar
Lou Dalfin (1) Lou Dalfin%22" class="occitanica " title="Enlever ces résultats">
oci (92)
fre (76)
eng (2)
ita (2)
lat (1)
Tipe : Film documentari / Data : 2014
Nombreux sont les auteurs qui ont fait fleurir la langue d'oc entre les murs de Nîmes. Nombreux également sont ceux qui, dans cette langue, ont su retranscrire l'atmosphère et le quotidien de l'ancienne Nemausis, tel Antoine Bigot. Reprenant et modifiant la trame traditionnelle des fables de La Fontaine, le fabuliste se fait la voix des quartiers nimois. En s'aventurant dans la campagne alentour, à quelques kilomètres de la ville, de nouveaux trésors se dévoilent. C'est bien sûr le Pont du Gard qui arbore un étrange lièvre sur ses flancs. Ce sont aussi les capitelles, constructions de pierre sèche reposant sur un ingénieux savoir-faire.
 
Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Centre de ressorsa

Pour contacter l'établissement

CARRÉ D'ART Place de la Maison Carrée tel : 04 66 76 35 03 fax : 04 66 76 35 10 mail : bibliotheque@ville-nimes.fr

Catalogue des bibliothèques de la Ville de Nîmes Photographie de la bibliothèque Carré d'art à Nîmes

Historique et missions

Dès 1786, à la veille de la Révolution française, le Journal de Nismes invite à la création d'un établissement commun réunissant collections muséales et bibliothécaires. Il faudra en fait attendre, comme ce fut d'ailleurs le cas pour de nombreuses bibliothèques françaises, que paraisse le décret de la Convention du 3 brumaire an VI (1795) pour que débute officiellement l'histoire de la bibliothèque de Nîmes.

Situées jusqu'alors au 19 Grand'Rue, dans les locaux de l'ancien collège des Jésuites, les collections de la bibliothèque rejoignent finalement au début du XXe siècle les collections muséales dans les locaux du nouvel édifice du Carré d'Art.

Ouvert en 1993, le Carré d'Art de Nîmes prend place face au forum de la Maison carrée, site antique emblématique de la ville. Il constitue un complexe culturel réunissant un musée d'art contemporain et la bibliothèque municipale, proposant ainsi un dialogue entre lieux (Maison carrée et Carré d'Art, édifice contemporain créé en harmonie avec le site antique) et dialogue entre les collections – art contemporain au musée et fonds patrimoniaux de la section bibliothèque – dans la pure tradition des Lumières.

Les collections occitanes de la Bibliothèque Carré d'art de Nîmes

 Les collections de la bibliothèque de Nîmes témoignent de la grande activité intellectuelle et religieuse de la cité. Construite en premier lieu autour de la bibliothèque de Jean-François Séguier, les confiscations révolutionnaires puis les importants legs et dépôts des XIXe et XXe siècles ont permi à la biblitohèque de constituer des collections encyclopédiques et d'une richesse remarquable : L'Herbier général du Languedoc de Pierre Richer de Belleval, en est un exemple.

Les collections

Les collections de la bibliothèque de Nîmes dépassent aujourd'hui les 375 000 volumes, dont plus de 55 000 constituent les seuls fonds patrimoniaux, riches de centaines de manuscrits, d'une soixantaine d'incunables, de milliers d'imprimés et de nombreux dessins cartes et plans. 

L'occitan dans les collections du Carré d'Art de Nîmes

Jean-François Séguier était un érudit polygraphe nîmois ayant entretenu une riche correspondance avec les savants de son temps, bien au-delà des frontières de sa cité natale, et constitué une importante bibliothèque personnelle dont les collections sont le noyau central des actuels fonds anciens de la bibliothèque de Nîmes.  

  La collection Séguier compte de nombreux documents intéressant l'histoire et la littérature occitanes. Jean-François Séguier serait notamment, selon Bauquier 1, l'auteur d'une copie de l'Esclipse dou souleu (1706) conservé dans le cahier 4 du Ms 3039.

Son frère, l'abbé Séguier, prieur de St-Jean-de-Valeriscle est l'auteur de Mémoires sur le langage cévenol. Les manuscrits sont pour partie perdus mais deux volumes demeurent toutefois conservés dans les collections de la Bibliothèque de Nîmes et ont bénéficié d'une numérisation (pour les consulter : aquí

 La bibliothèque conserve également les collections de Sully-André Peyre, fondateur et directeur de la revue Marsyas, et de son épouse Juliette Roig, comprenant notamment des ouvrages du XIXe siècle en langue d'oc et sur la littérature d'oc.

Patrimoine occitan numérisé

Sur le site Collections numérisées de la ville de Nîmes :

Consulter les imprimés occitans issus des collections de la Bibliothèque carré d'art.

En consultation sur Occitanica :

Les collections occitanes numérisées de la Bilbiothèque Carré d'art de Nîmes

Fonds décrits

Dans le CCFr

Voir la fiche établissement et les fonds décrits // Fonds ancien // Fonds Sully-André Peyre // Fonds Benjamin Valz

Notes

"Les Provençalistes du XVIIIe siècle" dans La Revue des Langues romanes, troisième série, pp.65-83.

Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Eveniment / Data : 2018-12-04 20:00:00
Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Eveniment / Data : 2016-07-07 09:00:00
Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Eveniment / Data : 2019-06-20 18:00:00
Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Fons documentari

Histoire du fonds

Sully-André Peyre, né au Cailar en 1890, mort à Aigues-Vives en 1962, vit son enfance à Mouriès, village situé dans les alentours d’Arles. Peu avant la guerre de 14-18, il épouse Juilette Roig, poétesse connu sous le pseudonyme d'Amy Sylvel. Elle lui apporte une aide très efficace dans l’élaboration de la revue « Marsyas » qu’il commence à publier en 1921. Tirée à 1000 exemplaires, celle-ci paraitra durant quarante ans, avec une interruption imposée par la guerre de 39-45. Le dernier numéro, N° 383, sera publié en 1962, après sa mort, en hommage au poète. Sully-André Peyre a conçu sa revue comme un journal de travail, comme le support mensuel de son œuvre, y accueillant aussi les poètes provençaux dont il appréciait le travail, notamment Jean-Calendal Vianès, Farfantello, Fernand Moutet, Pierre Millet, Charles Galtier, Émile Bonnel …

Modalités d'entrée :

Legs

Accroissement :

Fonds clos

Description du fonds

Fonds occitan et régionaliste, le fonds Sully-André Peyre contient des correspondances manuscrites, les archives de l’écrivain et des manuscrits d’œuvres.
La bibliothèque de l’écrivain et de son épouse comprend des revues, des ouvrages de poésie, des romans en langue anglaise, romans, essais, "classiques poésie française", théâtre, des ouvrages du 19e siècle en langue d'oc et sur la littérature d’oc.

Dates extrêmes :

Fin XIXe - Deuxième moitié du XXe siècle

Langues représentées dans le fonds :

Occitan (provençal)

Occitan (languedocien)

Français

Anglais

Importance matérielle :

Enivron 13 mètres linéaires pour les archives, 3500 volumes pour la bibliothèque

Supports représentés :

Manuscrits/Tapuscrits

Monographies imprimées

Périodiques (presse et revues)

Pour le consulter

Identifiant du fonds :

Fonds Peyre, 119290_1 à 119290_2452

Instruments de recherche disponibles :

 

Ressources en ligne

Catalogue de la Bibliothèque de Nîmes :  http://cat-bib.nimes.fr/cgi-bin/koha/opac-search.pl

Conditions d'utilisation

Conditions de consultation :

Consultation sur place

Conditions de reproduction :

Sur demande motivée

Mise en ligne : 11/02/2020
Mise en ligne : 16/01/2020
sus 16