Recèrca

sus 160
Filtrar
Amic Bedel (7) Amic Bedel%22" class="occitanica " title="Enlever ces résultats">
AMTA (6)
Conta'm (5) Conta'm%22" class="occitanica " title="Enlever ces résultats">
Joan-Pau Verdier (5) Joan-Pau Verdier%22" class="occitanica " title="Enlever ces résultats">
Corou de Berra (4) Corou de Berra%22" class="occitanica " title="Enlever ces résultats">
fre (990)
oci (707)
frd (40)
eng (33)
ita (14)
pro (9)
lat (6)
cat (5)
frm (1)
ger (1)
por (1)
spa (1)
Humour (114)
/ Data : 2011-10-01
Assister à un concert de France, c'est comme monter à bord d'un avion titanesque en pleine course dont on entendrait vrombir la carlingue dans son moindre boulon, sentirait toute la puissance faire vibrer nos dents, avec au creux des entrailles une furieuse envie de partir foutrement loin, longtemps, en laissant son cerveau à la consigne de l'aéroport. Non content d'être une musique incroyable, le fruit d'une fusion des fréquences hurlantes et entêtantes assénées par le trio, c'est un moyen de transport très concret, monolithique, implacable, sans concession vers des paysages inconnus dont l'auditeur, tous les sens en éveil, est l'explorateur privilégié. Montez à bord !!! Montez le son !!! et laissez-vous partir.

Le passage de France, le 5 mars 2009 à la centrifugeuse à Pau, sur l'invitation de la familha Artús à l'occasion de leur carte blanche, a donné lieu à trois enregistrements.

Les deux premiers (enregistrés le 4 mars 2009) étaient destinés au pressage de leur album "Pau" (deux faces d'environ 20 minutes, édition limitée à 200 exemplaires, sérigraphiés à la main).

Le troisième, c'est le live de la soirée, avoisinant les 50 minutes, un temps plus proche de leur pratique réelle de la scène (En temps normal, ils jouent jusqu'à épuisement !).
Mise en ligne : 17/01/2020
Appartient à :
Gaston III (1331-1391) comte de Fois e vescomte de Bearn accedís al poder en 1343, data de la mòrt de son paire Gaston II. Essent qu’es encara tròp jove, sa maire Alienòr de Commenge se tròba un temps a la regéncia.
Sas tèrras s’espandisson a l’entorn de Fois pel comtat e de Tarba, Pau e Lo Mont pel vescomtat. Costejan las del rei de França Felip VI de Valés, del rei d’Anglatèrra Edoard III emai las de la corona d’Aragon, en plen contèxt de Guèrra de Cent ans (1337-1453). L’abiletat estrategica e politica de Gaston esparnhèt a son pòble los chaples de la guèrra.

Lo comte vòl conservar la sobeiranetat de sas tèrras. Justifica son autoritat e son autonomia d’un costat en se reclamant sol sobeiran de Fois e de Bearn, mas tanben en assetant las especificitats localas, mantenent aital a despart l’organizacion politica, administrativa, sociala e linguistica del reiaume de França.

Dos principis màgers de son administracion son doncas d’una part la conservacion de las tradicions juridicas ja en plaça e d’autra part l’usatge de la lenga occitana dins l’exercici de son poder.

La vida sociala de Bearn depend dempuèi de sègles dels Fòrs de Bearn, tèxtes de dreches e privilègis reconeguts a la populacion, redigits en occitan e qu’avián una vertadièra valor legislativa.

Per çò que concernís la lenga, se parla majoritàriament gascon sus l’ensems del domeni mas tanben lengadocian dins una part del comtat de Fois. Per se far comprener dins tot lo domeni, Gaston Fèbus, que sa lenga mairala es lo bearnés, s’exprimís en occitan, qu’es aital la lenga parlada dins la vida de cada jorn e a la cort, lenga de l’administracion e del poder. S’es conservada una documentacion oficiala redigida en occitan fòrça importanta. Totun Gaston, qu’es un aristocrata letrat e cultivat, mestreja tanben lo francés e lo latin.

Las arts a la cort

Lo fast de sa cort es a la nautor de sa noblesa : las arts i an una plaça d’onor.

Los musicians e joglars que circulan dins Euròpa tota venon a la cort de Gaston, fasent d’aquela un centre de diffusion dels corrents polifonics novèls : l’Ars Nova e l’Ars Subtilior. Los darrièrs trobadors i son volontièr aculhits : Gaston presa fòrça lor lirica e se pòt que se siá assajat tanben a la composicion. Doas cançons li son atribuidas, emai se son pas atestadas. La primièra es una canso : « Canso de mossen Gasto comte de foix per la qual gazaynet la joya a tholoza ». L’autra atribucion, populara e un pauc azardosa, que li es prestada es lo Se Canta (tanben conegut jol nom d’Aquelas montanhas).

Las letras e las sciéncias an tota lor plaça dins la bibliotèca de Gaston Fèbus, que compta per exemple una revirada en occitan de la Cirurgia d’Albucasis, òbra fondamentala de medecina, d’origina araba, e una revirada en occitan del De proprietatibus rerum (l’Elucidari en occitan) de Bertomiu l’Anglés, obratge enciclopedic sus las res (elements de la Creacion). Se devon notar tanben los dos libres que devèm al quite Gaston, qu’escriguèt pas en occitan mas en francés, lo Livre des oraisons, qu’es un libre de pregàrias fòrça personal, e lo Livre de chasse, un obratge remarcable e remarcat, qu’es demorat un obratge de referéncia en matèria de venariá.

Lo mite Gaston Fèbus

Lo mite fargat a l’entorn de son personatge li es en partida deguda, que Gaston Fèbus aviá lo biais per metre en valor sa personalitat famosa, mas d’autres aprèp el an entretengut aquel mite. La posteritat de Gaston Fèbus foguèt ajudada per las Chroniques de France, d’Angleterre et des pays voisins de Jean Froissart. Lo nom de Gaston Fèbus demorèt asociat a la noblesa saberuda, gràcia tanben a son Livre de chasse, qu’èra encara una referéncia dins la disciplina de sègles après son escritura.
Al sègle XIX, après l’aveniment d’un interés creissent per l’Edat Mejana e los trobadors, la volontat d’ancorar la renaissença occitana dins una perspectiva istorica prestigiosa menèt de felibres bearneses a se tornar apropriar la figura mitica de Gaston Fèbus.
 

 

Mise en ligne : 17/01/2020
Présentation du producteur :

Ville de Pau : administration communale Le fonctionnement de l'administration communale de Pau (corps de ville) est connu depuis le XVe siècle : il était organisé selon les règles édictées par le For de Béarn (Rubrica deus juratz). La ville était administrée par 6 jurats et 12 députés élus par l'assemblée des voisins, assistés par des gardes. Les jurats seuls avaient le pouvoir de décision, les députés ayant seulement un rôle consultatif. Les gardes étaient chargés de l'exécution des mesures prises par les jurats. Le garde boursier était chargé de l'administration des finances de la communauté. La langue employée par l'administration communale paloise est le béarnais jusqu'en 1620 (rattachement du Béarn à la France par le Louis XIII) puis le français après cette date.

Présentation du contenu :

AA1 – Cartulaire dit "Livre Rouge" de Pau (réalisé à partir du XVIIe siècle). registre 318 ff° pap. mss béarnais et français AA2 – Titres de la ville. - Rétablissement des privilèges de la ville par Jean et Catherine, roi et reine de Navarre (1498, 1 pièce parch. ms béarnais) ; confirmation par Antoine de Bourbon et Jeanne d'Albret, roi et reine de Navarre (1557, 1 pièce parch. ms béarnais) ; enregistrement par la Chambre des Comptes de Pau de la confirmation des privilèges par Henri III, roi de Navarre (1582, 1 pièce parch. ms béarnais) ; enregistrement de la confirmation des privilèges par Louis XIII roi de France et de Navarre (1610, 1 pièce parch. ms béarnais) ; confirmation par Louis XIV, roi de France et de Navarre (1643, 1 pièce parch. ms) ; lettres de Pierre, marquis de Lons, lieutenant pour le roi en Navarre et Béarn, au Corps de ville, concernant la tenue des États généraux de la province de Béarn (1761 et 1772, 2 pièces mss et 2 pièces impr.). AA5 – Titres de la ville (copies du XVIIe siècle). - Lettres patentes de Henri III, roi de Navarre, confirmant les titres et privilèges accordés en 1465 par Gaston IV, comte de Foix et de Bigorre, seigneur souverain de Béarn (8 septembre 1582, 1 pièce ms béarnais) ; lettres patentes de Louis XIII, roi de France et de Navarre, confirmant les privilèges anciens (novembre 1610, 1 pièce ms) ; enregistrement par la Chambre des Comptes de Pau des lettres patentes de Louis XIII (14 décembre 1627, 1 pièce ms) ; lettres patentes de Louis XIV confirmant les privilèges de la ville (14 septembre 1643, 1 pièce ms) ; enregistrement des lettres patentes de Louis XIV (3 février 1645, 1 pièce ms) ; édit de Louis XIII unissant la souveraineté de Béarn et le royaume de Navarre au royaume de France, sous réserve expresse de leurs fors, droits, franchises et immunités (1620, pièce ms).

Importance matérielle :
1 registre + 2 liasses (contenant ensemble 14 pièces manuscrites sur papier ou parchemin, dont 5 pièces en occitan)

Couverture Temporelle :
1406-1812

Supports représentés dans le fonds :
Manuscrits/Tapuscrits

Accroissement :
Fonds clos (ne connaîtra pas d'accroissement)

Accès

Identifiant du fonds :
AA1-5

Instruments de recherche :
http://archives.agglo-pau.fr/

Conditions d'utilisation

Conditions de consultation :
Non indiqué.

Conditions de reproduction :
Non indiqué.
Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Musician / Data : 1973
Joan-Pau Verdier est un chanteur occitan né le 1er février 1947 à Périgueux. Il a fait ses études à Bordeaux, et a vécu à Paris avant de se fixer dans le Sarladais.

Il commence à chanter dans les cabarets et enregistre d'abord un 45 tours, Desemplumat, suivi d'un 33 tours intitulé Occitania sempre en 1973. D'abord essentiellement folk, sur des textes autant en occitan qu'en français, la musique de Joan-Pau Verdier va évoluer vers le rock dès la fin de l'année 1973.

Joan-Pau Verdier est considéré comme une figure phare de la renaissance de la chanson occitane dans les années 1970, se démarquant déjà par son travail musical moderne, éclectique et recherché ainsi que par sa voix, se rapprochant de son "maître" Léo Ferré, qu'il eut l'occasion de rencontrer plusieurs fois, d'interpréter en occitan, et dont il partage les convictions anarchistes.

Premier représentant de la nòva cançon occitana à chanter en limousin, il fut aussi le premier à signer chez une major parisienne (Philips en l'occurence). Ce fait, qui paraît pourtant anodin aujourd'hui, fut passablement critiqué et reproché à Verdier à l'époque, par une partie du milieu occitaniste, notamment les tenants du label historique Revolum/Ventadorn, plus attachés à décentraliser les productions culturelles en France.

Joan-Pau Verdier répondit à la critique avec humour (et avec l'aide de son parolier de l'époque, l'écrivain Michel Chadeuil) dans la chanson Sei una puta (L'exil, 1974), entre autres. Toutefois, cet épisode constitua un tournant dans sa carrière.

S'ensuivit une période "parisienne" pour Verdier, où celui-ci électrisa sa musique, s'entoura de musiciens renommés pour enregistrer des disques davantage francophones. Paradoxalement, cette période contribua à faire acquérir à Verdier une notoriété nationale.

En 1983, Joan-Pau Verdier rompt avec Philips, et continuera à enregistrer des disques jusqu'en 1990 et une pause dans sa carrière musicale.

Dans les années 1990, Joan-Pau Verdier effectue son retour à la terre, au Périgord en l'occurence. Il participera au projet Bigaròc avec ses amis de Peiraguda Jean Bonnefon et Patric Salinié. Il enregistrera également un album de reprises de Léo Ferré en occitan qui, faute de distributeur, ne sera diffusé qu'en 2001. Puis il enchaînera pour un projet autour de Georges Brassens, avec ses compères Bonnefon et Salinié.

Joan-Pau Verdier proposera à partir de 2007 un nouveau répertoire centré sur Léo Ferré, qu'il interprète en occitan avec un succès certain. S'ensuivront un projet discographique autour des troubadours puis Les Rêves Gigognes (2010), un retour à des créations personnelles, dernier travail à ce jour pour Joan-Pau Verdier.

Joan-Pau Verdier est encore actif dans l'univers occitan, et anime « Meitat-chen, meitat-porc », une émission de radio en langue d'òc sur France Bleu Périgord, en compagnie de Nicolas Peuch. Il y réalise une chronique acide et hebdomadaire, rassemblée en un recueil, Lenga de pelha (2017).

Joan-Pau Verdier a écrit la bande-originale du film (en occitan) Histoire d'Adrien, de Jean-Pierre Denis, caméra d'or lors du festival de Cannes en 1981.

Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Son documentari / Data : 2015-10-16
Gaston III, comte de Fois, vescomte de Bearn, dintrèt dins la legenda jol nom e la grafia occitana de Fèbus.

Dins lo contèxte tumultuós de la Guèrra de Cent Ans (1337-1453), qu'opausa reialmes de França e d'Anglatèrra, marca l'epòca per son sens agut de la politica e son amor de las arts e de las letras. Se son demoradas mai que mai las accions militàrias màgers d'aquel estratèg militari, lo fast de sa cort e los desbòrdaments de son caractèr, Fébus aguèt tanben un ròtle de granda importància sus lo desvolopament de la lenga e de la cultura occitanas al sègle XIV.

Bon coneisseire de l'occitan dins sa varianta bearnesa tant coma l'occitan literari dels trobadors, fa de sa lenga mairala un otís politic que li permet d'aumentar son poder sus l'ensems de la populacion de sos territòris. Es tanben un actor del desvolopament cultural en particulièr per lo domeni scientific.

Son tots aquestes aspèctes del personatge de Gaston Fèbus que presentèt Claudine Pailhès, Conservator general del patrimòni, directritz dels A.D. d'Arièja e especialista de Gaston Fèbus, dins sa conferéncia donada al CIRDÒC lo 16/10/2015 a l'escasença del collòqui "La Guèrra de Cent Ans en paises de lenga d'òc (sègles XIV-XV)", organizat per l'associacion Histoires et Cultures en Languedoc.
Tipe : Article / Data : 1888
La conférence sur "Les parlers de France" du philologue Gaston Paris a eu une très grande influence sur la linguistique en France au tournant du XXe siècle, en particulier sur le projet d'Atlas linguistique de la France de Jules Gillieron. 
"Gaston Paris, romaniste, professeur au Collège de France et futur académicien, nie l'existence même de la langue d'oc, en prônant une continuité entre les divers « parlers » présents sur le territoire français, à tel point d'ailleurs, qu'on a longtemps placé l'occitan dans la famille des langues gallo-romanes, sans s'interroger sur les liens de parenté étroits qui pouvaient exister entre l'occitan et le catalan, ce dernier ayant été classé dans le domaine hispano-roman. Ce discours de Gaston Paris qui tente de convaincre qu'il existe une adéquation naturelle entre les parlers de France et ses frontières physiques est assez représentatif des positions des représentants officiels de la linguistique française d'une part, et d'autre part de ce que peut être la négation du travail des érudits provinciaux." (source : L'occitan : une langue, une histoire, une littérature, Université Paul-Valéry Montpellier-III, UOH)

Accéder à l'article "Les parlers de France" dans Gallica (bnf.gallica.fr) : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k92984n/f161
Tipe : Article
Présentation du producteur :

Ville de Pau : administration communale. Le fonctionnement de l'administration communale de Pau (corps de ville) est connu depuis le XVe siècle : il était organisé selon les règles édictées par le For de Béarn (Rubrica deus juratz). La ville était administrée par 6 jurats et 12 députés élus par l'assemblée des voisins, assistés par des gardes. Les jurats seuls avaient le pouvoir de décision, les députés ayant seulement un rôle consultatif. Les gardes étaient chargés de l'exécution des mesures prises par les jurats. Le garde boursier était chargé de l'administration des finances de la communauté. La langue employée par l'administration communale paloise est le béarnais jusqu'en 1620 (rattachement du Béarn à la France par le Louis XIII) puis le français après cette date.

Présentation du contenu :

Défense des droits de la ville sur le Pont-Long et autres territoires (1408-1769) : FF 1, FF 3-4, FF 10, FF 39. FF1 – Défense des droits de la communauté (dont landes du Pont-Long). – Sentence de Ramon seigneur d'Arros, sénéchal de Béarn, sur les réparations que Pierre d'Espalungue doit faire aux murailles de la ville sur lesquelles est adossée sa maison (1408, 1 pièce parch. ms béarnais) ; Saisie de bétail et d'outils faite par les gardes de Pau contre des particuliers de Lons dans les bois de l'Ousse et du Larron : acte de reconnaissance (1421, copie + trad. pap. ms de 1686) ; Propriété des salheyts : acte de protestation des voisins de Pau contre le seigneur de Béarn (16 septembre 1443, 1 pièce parch. + copie pap. mss béarnais) ; Saisie d'une hache faite par les gardes de Pau contre un habitant de Billère au Pont-Long : acte de reconnaissance (1444, 1 pièce pap. ms béarnais) ; Saisie par les Ossalois d'un cheval appartenant à un habitant de Billère au Pont-long : sentence de la Cour Majour 1450, 1 pièce pap. ms béarnais) ; Saisie de bétail contre un habitant de Billère dans le bois de l'Ousse : sentence de la Cour Majour (1450, 2 pièces pap. mss béarnais) ; Protestation des communautés de Pau et Ossau sur leurs droits respectifs sur le Pont-Long (1473, 1 pièce pap. ms béarnais) ; Protestation des Palois contre la communauté d'Ossau pour avoir autorisé, sans leur assentiment, des gens de Buros à mettre en culture une parcelle du Pont-Long (1484 [copie XVIIIe s.], 1 pièce pap. ms béarnais, ) ; Saisie de bétail contre Arnaud de Casamajor, commandeur de l'Hôpital d'Aubertin, au Pont-Long : acte de reconnaissance (1488 [copie XVIIIe s.], 1 pièce pap. ms béarnais) ; Requête de marchands de la vallée d'Ossau adressée à Catherine, reine de Navarre, et au Sénéchal de Béarn (1509, 1 pièce pap. ms béarnais). (1408-1509). FF3 – Défense des droits de la communauté (landes du Pont-Long, salheyts). –Saisie de bétail contre des habitants de Buros au Pont-Long : acte de reconnaissance (1511, 1 pièce parch. ms béarnais) ; Poursuite des jurats et bayle de Pau contre Arnaud Lanusse, de Gelos, pour avoir coupé des arbres dans les salheyts entre le Gave et l'Ousse : acte de reconnaissance (1516, 1 pièce parch. + copie pap. ms béarnais) ; Saisie contre des habitants d'Idron pour avoir coupé du bois au bois de l'Ousse : acte de reconnaissance (1517, 1 pièce pap. ms béarnais + trad. pap. ms XIXe s.) ; Saisie contre des habitants de Lescar pour avoir coupé du bois dans la forêt de la Ront : acte de reconnaissance (1517, 1 pièce pap. ms béarnais + trad. pap. ms) ; Saisie de bétail contre des habitants de Buros au Pont-Long : sentence du Conseil souverain de Béarn (1537 [copie XVIIIe s.], 1 pièce pap. ms béarnais) ; Propriété du salheyt de Pau : acte d'affirmation des droits de la ville contre Estienne Cemitière, trésorier de Béarn, au sujet d'arbres abattus par le vent sur la grève du Gave (1587, 1 pièce parch. + copie pap. mss béarnais) ; Landes du Pont-Long, droits des habitants de Pau contre ceux des habitants de Sendets : sentence du Conseil souverain de Béarn (1589, 2 pièces pap. mss béarnais) ; Limites du Pont-Long entre Pau et Billère : arrêt du Conseil souverain de Béarn (1590, 2 pièces pap. mss béarnais) ; Police du Pont-Long, confirmation des droits de la communauté de Pau : sentence du Conseil souverain de Béarn (1591, 1 pièce pap. ms béarnais) ; Pacage au Pont-Long, droits des communautés de Pau et Morlaàs : sentence du Conseil souverain de Béarn (1592, 1 pièce pap. ms béarnais) ; Sentence du Conseil souverain de Béarn entre Pau et la vallée d'Ossau, qui ordonne l'exécution d'une sentence rendue par le sénéchal de Béarn en 1490 au sujet du Pont-Long (1594 [copie XVIIIe s.], 1 pièce pap. ms béarnais). Police exercée par le corps de ville : procédure de reconnaissance des lieux où les jurats de Pau ont juridiction (1620, 1 cahier pap. ms). (1511-1620). FF4 – Landes du Pont-Long, droits de la communauté de Pau. – Sentence du Conseil souverain de Béarn confirmant les Palois dans leurs droits sur le Pont-Long contre les habitants de Buros. (28 septembre 1542).1 rouleau parch. ms béarnais. Tribunal du Sénéchal de Béarn (1464-1578). FF2 – Cour du Sénéchal de Béarn, installation à Pau. – Ordonnance de Gaston IV, vicomte de Béarn, fixant à Pau la Cour du Sénéchal de Béarn, et établissant dans la ville un marché hebdomadaire et trois foires annuelles (1464, 3 pièces parch. et 1 pièce pap. mss béarnais) ; Ordonnance de Madeleine de Viane, régente au nom de François Fébus son fils, confirmant les ordonnances de Gaston IV relatives à la ville (1473, 1 pièce parch. ms béarnais) ; Lettres patentes de Catherine, reine de Navarre, ordonnant que soit lue dans les rues de la ville son ordonnance transférant à Pau les audiences du Sénéchal précédemment tenues à Orthez et Oloron (1513, 1 pièce parch. ms béarnais) ; Ordonnance de Jean et Catherine, roi et reine de Navarre, confirmant les ordonnances de Gaston IV (1514, 1 pièce parch. ms béarnais) ; Supplique des habitants de Pau à la Reine, dame souveraine de Béarn, par laquelle ils demandent le rétablissement dans leur ville du siège des sénéchaussées d'Orthez et d'Oloron (1567, 1 pièce pap. ms béarnais) ; Opposition des jurats, gardes et habitants de Pau au sujet de l'installation du siège du Sénéchal à Morlaàs (1576, 1 pièce pap. ms béarnais) ; Procès-verbal de l'érection et installation du siège du Sénéchal en la ville de Morlaàs (1777, 1 cahier pap. ms béarnais) ; Jugement du procureur-syndic des Etats de Béarn sur la requête présentée par la ville contre les jurats de Morlaàs (1578, 1 pièce pap. ms béarnais) ; Requête de la ville au Conseil souverain de Béarn sur la requête présentée par la ville contre les jurats de Morlaàs (1578, 1 pièce pap. ms béarnais) ; Mémoire des jurats et communauté de Pau contre ceux de Morlaàs au sujet du siège du Sénéchal, (s.d., 1 cahier pap. ms béarnais). (1464-1578). Procès menés par la ville (1731-1786) : FF 6-9, F34-36 Police exercée par le Corps de ville Registres de police (1676-1793) : FF11 à 30 Expositions d'enfants (1737-1777) : FF31 à 32 Prisons de l'hôtel de ville (1737-1787) : FF33 Pièces relatives aux affaires traitées par le Corps de ville (1590-1785) : FF37 à 38 FF38 – Requête de demoiselle Isabeau Darrigrand, de Jurançon, contre la demoiselle Elisabeth Darros, pour le paiement de 2 000 livres tournois, prix d'une terre située à Jurançon (1590). 1 rouleau parch. ms. Béarnais.

Importance matérielle :
5,16 mètres linéaires.

Couverture Temporelle :
1408-1793.

Supports représentés dans le fonds :
Manuscrits/Tapuscrits

Accroissement :
Fonds clos (ne connaîtra pas d'accroissement)

Accès

Identifiant du fonds :
FF1 à 39.

Instruments de recherche :
http://archives.agglo-pau.fr/

Conditions d'utilisation

Conditions de consultation :
Consultation aux jours et heures d'ouverture au public de L'Usine des Tramways – Archives et Patrimoine.

Conditions de reproduction :
Reproduction uniquement à partir des fichiers numériques existant ou par photographie sans flash pour un usage personnel et non commercial. Tout reproduction en vue de publication commerciale devra faire l'objet d'une demande d'autorisation auprès de Madame la Présidente de la Communauté d'agglomération Pau-Pyrénées et est soumise à une redevance fixée par le Conseil communautaire.
Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Revista / Data : 1877/1879

L'Armanac de la Lauseta, publié entre 1877 et 1879, se veut fédéraliste et pan-latin. Cet almanach républicain à tendance de gauche se positionne en alternative à la pensée du mouvement félibréen provençal.

La Lauseta est un almanach né sous l'impulsion de Louis-Xavier de Ricard, de sa femme Lydie Wilson de Ricard et d'Auguste Fourès. Ce dernier y a apporté de nombreuses contributions sous forme de poèmes, de contes et de chroniques notamment. Les textes de Lydie Wilson de Ricard y sont signés du pseudonyme Dulciorella ou Lidia Colonia.

Le premier numéro de La Lauseta a été publié en 1877, le second en 1878 et le troisième et dernier en 1879. La publication a pris fin rapidement suite à la mort en 1880 de Lydie Wilson de Ricard et à un voyage en Amérique Latine de Louis-Xavier de Ricard. 

Un ultime numéro est sorti en 1885 sous la direction d'Auguste Fourès uniquement.

Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Revista / Data : 1898 ; 1900-1914
Armanac déu bou biarnés e déu franc gascou
Mise en ligne : 30/03/2020
Tipe : Òbra

Cet article "Corpus" propose une synthèse historique sur les grandes enquêtes linguistiques intéressant la langue occitane menées depuis la Révolution française jusqu’à nos jours. Il décrit et signale également la documentation et les archives liées aux différentes enquêtes et vous donne accès à la documentation disponible en ligne. 

1/ « L’Enquête sur les patois » ou « Enquête de Grégoire » (1790-1794)


Source : http://www.bib-port-royal.com/gregoire.htmlL'enquête menée de 1790 à 1794 par l'abbé Henri Grégoire (1750-1831), député de l'Assemblée constituante puis de la Convention nationale n'est pas une enquête administrative de statistique officielle, même si elle est soutenue par les institutions révolutionnaires. L’abbé Grégoire mène un projet à visée politique et dont le but est clairement un « inventaire avant disparition » (Merle, 2010). Le questionnement sur les « patois » s'accompagnait d'ailleurs de nombreuses demandes relatives aux mœurs et à la moralité du peuple. Pour autant, l’entreprise de l’abbé Grégoire est bien la première enquête s’intéressant à la sociologie linguistique de la France, avec un questionnaire comportant quarante-trois rubriques. L'enquête Grégoire sollicitait les sociétés patriotiques des Amis de la Constitution et non les administrations.
Elle donna lieu au Rapport sur la nécessité d’anéantir les patois et d’universaliser l’usage de la langue française, présenté par l’abbé Grégoire au nom du Comité d’Instruction publique devant la Convention nationale le 16 prairial an II.

> Sources et fonds documentaires :

Les matériaux et documents produits pour l’enquête (réponses à la circulaire de l’abbé Grégoire, envoi d’imprimés en langues de France) sont répartis entre deux fonds documentaires :

- Bibliothèque de la Société de Port-Royal - Fonds de l’abbé Henri Grégoire >> fiche de fonds

- Bibliothèque nationale de France, NAF 2798 >> fiche de fonds

> Documentation en ligne sur Occitanica :

Voir tous les documents sur l’enquête Grégoire disponibles sur occitanica

> Bibliographie :

Voir tous les documents ayant pour sujet l’enquête Grégoire dans le Trobador, catalogue collectif de la documentation occitane.


2/ Enquête impériale sur les patois, aussi appelée « Enquête de Coquebert de Montbret » (1807-1812)

 

Source : Page de titre des Mélanges sur les langues, dialectes et patois (coll. CIRDÒC-CAC 7763) L'Enquête impériale sur les patois, menée entre 1807 et 1812, est la première enquête de linguistique officielle, organisée par le bureau de la Statistique du ministère de l'Intérieur. Elle a été conduite par le savant Charles-Etienne Coquebert de Montbret et son fils Eugène, grands érudits et spécialistes des langues. La méthode de l'enquête est très différente de celle de l'enquête de l’abbé Henri Grégoire qui poursuivait un but politique plus que sociolinguistique ou scientifique, celui de prouver « la nécessité » et de trouver « les moyens d'anéantir les patois et d'universaliser l'usage de la langue française ». L’enquête impériale met en place une méthode proche de la dialectologie moderne en demandant, commune par commune via l’administration départementale, la traduction systématique d’un même texte, la Parabole de l'enfant prodigue. Interrompue en 1812, elle est resté inachevée.

Une partie des traductions de la Parabole de l’enfant prodigue en langues de France recueillies au cours de l’Enquête impériale a été publiée par Eugène Coquebert de Montbret dans les Mélanges sur les langues, dialectes et patois  : renfermant, entre autres, une collection de versions de la Parabole de l'enfant prodigue en cent idiomes ou patois différens, presque tous de France… Paris : Delaunay, 1831.

Les archives de l’enquête ont été dispersées, une partie semble perdue. La documentation sauvegardée se trouve pour une bonne partie au sein du fonds Charles-Etienne et Eugène Coquebert de Montbret à la Bibliothèque municipale de Rouen, à la Bibliothèque nationale de France, aux Archives nationales et dans plusieurs Archives départementales.

> Sources et fonds documentaires

- Bibliothèque Municipale de Rouen, Fonds Coquebert de Montbret … >> fiche de fonds

- Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, «  Notes et documents sur les patois de la France » : NAF 5910-5914 >> Fiche de fonds

- Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Collection Coquebert de Montbret (volumes « Linguistique ») : NAF 20080-20081 >> Fiche de fonds

- Archives Nationales, F/17/1209 :  “Enquête sur les patois”

> Documentation en ligne sur Occitanica :

Voir tous les documents sur l’Enquête impériale sur les patois disponibles sur occitanica

> Bibliographie :

Voir tous les documents ayant pour sujet l’Enquête impériale sur les patois dans le Trobador, catalogue collectif de la documentation occitane.


3/ Enquête du Ministère de l'Instruction publique, dite « Enquête de Victor Duruy »


Victor Duruy, ministre de l’Instruction publique sous le Second Empire de 1863 à 1869, lance en 1864 une enquête statistique destinée à mieux connaître la situation de l’enseignement primaire en France. L’enquête de 1864 se démarque des enquêtes précédentes par le degré de précision du questionnaire, destiné à dresser un tableau très précis de la situation de l’enseignement primaire en France. Par la circulaire du 28 mai 1864, le ministre Duruy adresse aux préfets un questionnaire qui devait être renseigné par les inspecteurs primaires, les inspecteurs d’académie et les recteurs, devant y ajouter un rapport d’ensemble concernant leurs circonscriptions scolaires.

Pour la première et la seule fois dans l’histoire de la statistique scolaire en France, le questionnaire comprend une rubrique sur les “idiomes et patois en usage” :

“ Existe-t-il des écoles où l’enseignement est encore donné en patois exclusivement ou en partie ? Nombre des écoles où l’enseignement est donné en totalité en patois ? En partie seulement ? Combien d’enfants savent le parler sans pouvoir l’écrire ? Quelles sont les causes qui s’opposent à une prompte réforme de cet état de choses ? Quels sont les moyens à employer pour le faire cesser. Joindre au rapport un fragment du patois ou de l’idiome avec la traduction littérale.” (circulaire du 28 mai 1864, publiée dans : Bulletin administratif du ministère de l’Instruction publique, nouvelle série, t. I, Paris, 1864).

Les directives données en font une enquête statistique particulièrement précise et développée et surtout, en intégrant dans un questionnaire précis sur les usages linguistiques dans les écoles et parmi les enfants, l’enquête Duruy produit jusqu’à l’enquête INSEE “Étude de l’histoire familiale” de 1999, la seule matière documentaire permettant une connaissance statistique assez précise de la situation sociolinguistique à l’échelle de la France.

> Sources et fonds documentaires :

Archives Nationales F/17/3160 : Instruction publique : “Statistique. États divers.” Ce dossier donne le résumé par département des réponses données à l’enquête du Ministère de l’Instruction publique de 1864. Les réponses à l’enquête du Ministère de l’Instruction publique de 1864 semblent ne pas avoir été conservées.


4/ La mission Tourtoulon-Bringuier (1873-1875)


En 1873, Charles de Tourtoulon et Octavien Bringuier, deux philologues félibres de l’école de Montpellier entreprennent une mission pour la Société pour l'étude des langues romanes, soutenue par le ministère de l’Instruction publique (arrêtés ministériels du 2 mai et du 11 juin 1873) en vue de déterminer la limite entre la langue française et la langue occitane ou domaine d’oïl et domaine d’oc. La mission Tourtoulon-Bringuier est la première grande enquête linguistique nationale fondée sur une enquête de terrain armée d’une méthodologie scientifique : les études sont menées sur les lieux mêmes, par les mêmes personnes, afin que le même esprit préside à l'ensemble des recherches, et aussi pour que les nuances phonétiques, si difficiles à noter exactement, le soient par les mêmes personnes. Ils mettent au point un alphabet phonétique et des critères linguistiques déterminés par avance.

L’Enquête Tourtoulon-Bringuier est menée au cours de deux missions : la première de l’embouchure de la Gironde jusqu’en Creuse, puis une seconde de la Creuse jusqu’en Allier. Seule la documentation de la première enquête est connue et accessible. Elle concerne 150 communes d’enquête et environ 500 personnes interrogées.

Les résultats de l’enquête Tourtoulon-Bringuier, publiés en 1876 dans un rapport au Ministre de l’Instruction publique intitulé “Étude sur la limite géographique de la langue d'oc et de la langue d'oïl” amèneront à repenser la conception des frontières linguistiques de façon non linéaires mais forcément approximatives.

L’école philologique de Paris dirigée par Gaston Paris et Paul Meyer lancent une contre-enquête dans le département de la Creuse, menée par Antoine Thomas (40 communes du sud de la Creuse).

La mission Tourtoulon-Bringuier, menée sous l’égide de la Société pour l’étude des langues romanes, qui s’oppose à l’école philologique de Paris, et dont les membres étaient proches, voire actifs dans la renaissance occitane félibréenne, se démarque également dans ses motivations idéologiques, comme l’a noté Guylaine Brun-Trigaud : “Son but officiel consistant à déterminer la limite oc-oïl pour toute la France, mais on peut penser qu’il s’agissait par ce biais d’évaluer le territoire que pourraient légitimement revendiquer les félibres, qui, depuis 1854, prônaient un retour de la langue et de la culture occitanes, autour de la personnalité de Mistral” (“Les enquêtes dialectologiques sur les parlers du Croissant : corpus et témoins”, Langue française. Vol. 93, n°1, 1992. En ligne)

> Documentation publiée :

Étude sur la limite géographique de la langue d'oc et de la langue d'oïl Premier rapport à M. le Ministre de l'Instruction publique, des Cultes et des Beaux-Arts. Extrait des Archives des Missions scientifiques et littéraires, troisième série - tome troisième, Paris, Imprimerie Nationale, 1876. >> En ligne

> Sources et fonds documentaires :

Archives nationales F/17/2943 : Ministère de l’Instruction publique : Octavien Bringuier - Dossier sur la mission en France ayant pour but d’étudier la limite entre les parlers d’oc et les parlers d’oïl.

Mise en ligne : 16/01/2020
sus 160