Recèrca

sus 1049
Filtrar
Humour (120)
Tipe : Film documentari / Data : 2015
Cette vidéo fait partie des interventions de la 2e Journée Occitanica organisée en mai 2015.

La numérisation du patrimoine vient accompagner l'émergence des "savoirs communs" et participe à l'effort de démocratisation du patrimoine. Dans ces nouveaux espaces de pratique, d'échange et d'acquisition des savoirs, les langues de France bénéficient d'une potentielle "égaliré des chances" notamment par l'existence d'espaces communautaires ouverts el multilingues. L'ensemble des outils Wikimédia en est l'un des meilleurs exemples et peut constituer une boîte à outils pour les bibliothèques et institutions patrimoniales.

La journée « Numériser, Transmettre : la numérisation du patrimoine pour la transmission des langues de France » est organisée avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication - « Appel à projets national patrimoine écrit », de la Région Languedoc-Roussillon, de Languedoc-Roussillon Livre et Lecture et de l'ensemble des partenaires du portail interrégional www.occitanica.eu
Tipe : Film documentari / Data : 2015
Cette vidéo fait partie de la table ronde "Bibliothèques numériques et diffusion du patrimoine documentaire en langues de France" de la 2e Journée Occitanica organisée en mai 2015.

Cette table ronde présente un panorama des projets numériques engagés dans la sauvegarde et la transmission des langues de France : Quelles ressources ? Quels outils ? Quelles intentions ? Pour quels publics ?

La journée « Numériser, transmettre : la numérisation du patrimoine pour la transmission des langues de France » est organisée avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication - « Appel à projets national patrimoine écrit », de la Région Languedoc-Roussillon, de Languedoc-Roussillon Livre et Lecture et de l'ensemble des partenaires du portail interrégional www.occitanica.eu
Tipe : Article biografic

Éléments biographiques

France Karine, est professeure privée de musique, diplômée de l’École Normale de Musique de Paris. Son nom d’artiste est Mytyl Fraggi.
Proche des Amis du bulletin Occitania en 1938-1939, elle est ensuite membre du Centre Provençal de Culture Occitane (section de l’IEO) à partir de 1945.

Engagements dans la renaissance d'oc

En 1938, France Karine participe à la Deuxième concentration de Culture et de Fraternité Provençales, qui se tient à l’« Auberjo de Jouinesso de Marsiho-Alau », à Allauch, Place Pierre Bellot, du samedi 17 septembre au samedi 24. Cette réunion est organisée par Jorgi Reboul, Père aubergiste, fondateur (le 26 septembre 1936) et animateur de l’Auberge de Jeunesse, affiliée au Centre Laïque des Auberges de Jeunesse.
Le vendredi 22 septembre, à la suite de l’excursion en car à la Sainte-Baume, est proposée une « Veillée sur la Terrasse : La Musique et le Peuple, par FRANCE KARINE, Directrice de la Chorale Populaire. Audition de disques ».

France Karine participe également à l’animation de la Troisième concentration de Culture et de Fraternité Provençales. Pâques 1939, du samedi 8 au mardi 11 avril, qui est en même temps le Congrès organisé par le journal Occitania.

France Karine, directrice de la Chorale Populaire, appartient au milieu progressiste des intellectuels et artistes marseillais. Sa participation aux rencontres d’Allauch prouve une sensibilité provençale, voire un engagement occitaniste. Elle a sans doute participé au Comité d’Aide aux Intellectuels Catalans, fondé à Marseille le 7 avril 1938 par Pierre Rouquette et Jorgi Reboul car son nom figure sur la liste manuscrite établie par Pierre Rouquette des personnes à inviter à la réunion du Comité du 30 août 1938 au domicile de Jorgi Reboul, sans que nous ayons la certitude de sa participation.

À la Libération, France Karine dirige la Chorale du Front National et fait partie de l’Union Nationale des Intellectuels – UNI –, structure unitaire fondée à la Libération, encadrant les activités culturelles. Pierre Rouquette, qui a animé à Marseille une active section de la Societat d’Estudis Occitans (SEO) avant la seconde guerre mondiale, fonde et préside le Centre Provençal de l’Institut d’Estudis Occitans, (qui deviendra autonome dans les années 70, quand la section régionale de l’IEO sera assumée par lo Calen). L’assemblée constitutive a lieu le dimanche 14 octobre 1945 dans les salons de l’UNI, 15 rue Edouard Delanglade. Le président sollicite alors France Karine pour que la Chorale se produise à la séance inaugurale en interprétant des chants occitans, choisis par lui, et qu’elle doit apprendre à ses choristes. Ainsi Coupo Santo (à 4 voix), Lou Bastimen, Lou Renegat (Jan de Fonfaron) ont dû faire partie du répertoire le 15 novembre. France Karine et sa chorale interviendront pour d’autres manifestations du Centre Provençal, ainsi le 19 février 1946 pour la causerie de Pierre Rouquette sur les « Noëls de Saboly ».

France Karine est l’épouse d’Alexandre Jouvène, qui tient une galerie Tableaux anciens et modernes à Marseille, Expert près les tribunaux et les Cies d’Assurance. Comme France Karine, Alexandre Jouvène est affilié au Centre Provençal de l’IEO à son origine : c’est lui qui a envoyé – et non le Président Pierre Rouquette empêché par la grippe - l’invitation à l’Assemblée constitutive du Centre pour le 14 octobre 1945, signée par « un membre de la Commission », Alexandre Jouvène, sur papier à en-tête « Tableaux anciens et modernes Alexandre Jouvène ». En l’état actuel de la documentation, nous ignorons si l’engagement occitaniste du couple s’est poursuivi.

Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Revista / Data : 1877/1879

L'Armanac de la Lauseta, publié entre 1877 et 1879, se veut fédéraliste et pan-latin. Cet almanach républicain à tendance de gauche se positionne en alternative à la pensée du mouvement félibréen provençal.

La Lauseta est un almanach né sous l'impulsion de Louis-Xavier de Ricard, de sa femme Lydie Wilson de Ricard et d'Auguste Fourès. Ce dernier y a apporté de nombreuses contributions sous forme de poèmes, de contes et de chroniques notamment. Les textes de Lydie Wilson de Ricard y sont signés du pseudonyme Dulciorella ou Lidia Colonia.

Le premier numéro de La Lauseta a été publié en 1877, le second en 1878 et le troisième et dernier en 1879. La publication a pris fin rapidement suite à la mort en 1880 de Lydie Wilson de Ricard et à un voyage en Amérique Latine de Louis-Xavier de Ricard. 

Un ultime numéro est sorti en 1885 sous la direction d'Auguste Fourès uniquement.

Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Revista / Data : 1898 ; 1900-1914
Armanac déu bou biarnés e déu franc gascou
Mise en ligne : 30/03/2020
Tipe : Revista / Data : 2005
Valses et bourrées alternent avec une polka ou un nostalgique "regret" dans le premier CD des Costauds de la Lune, qui reprend aussi bien des mélodies jouées en Auvergne que les succès des grands maîtres parisiens.
Mise en ligne : 17/01/2020
Appartient à :
Buda Musique
Tipe : Contributor
Les collections occitanes conservées par la Bibliothèque nationale de France figurent parmi les plus riches et représentatives de l'histoire des expressions artistiques, intellectuelles, sociales occitanes et de leur actualité aujourd'hui. 
Le département des manuscrits de la BnF conserve la plus importante collection de manuscrits occitans du Moyen Âge, héritée des collections royales d’Ancien régime, de collections princières, de bibliothèques monastiques qui les avaient copiés ou collectionnés. Par le dépôt légal, la BnF reçoit, référence et conserve depuis plusieurs siècles la production occitane imprimée en France.

Présentation des ressources disponibles sur Occitanica 

Les œuvres et documents occitans numérisés et mises en ligne par la BnF sur Gallica (gallica.bnf.fr) sont sélectionnés, référencés et présentés par les bibliothécaires du CIRDOC.
En retour, la BnF valorise le patrimoine écrit occitan numérisé par le CIRDOC en le référençant automatiquement au sein des bibliothèques numériques Gallica et Europeana.
Cette politique de valorisation réciproque et surtout enrichie par des contenus de médiation est le fruit de la coopération entre la BnF et le CIRDOC dans le cadre du pôle associé « langue et civilisation occitanes ».


Voir les œuvres et documents de la BnF disponibles sur Occitanica.

Voir les œuvres et documents du CIRDOC disponibles sur Gallica.

Autres ressources concernant les collections occitanes de la BnF 

Mise en ligne : 06/04/2020
Tipe : Article / Data : 1874-1879
De 1790 a 1794, l'abat Henri Grégoire, deputat a la Constituenta puèi a la Convencion, mena la primièra granda enquèsta sus las lengas parladas en França. Adreça lo 13 d'agost de 1790 una letra-circulara a las diferentas societats patrioticas que conten cuarenta tres questions relativas als usatges lingüistics e a las costumas dels estatjants de las províncias. Se l'entrepresa de Grégoire s'inscriu clarament dins un projècte politic d'uniformizacion lingüistica e « d'anientament dels pateses », la documentacion produsida per Grégoire per l'enquèsta representa una sorsa importanta per la coneissença de la situacion sociolingüistica de França al moment de la Revolucion. L'enquèsta abotiguèt al Rapport sur la nécessité d’anéantir les patois et d’universaliser l’usage de la langue française, presentat per l’abat Grégoire al nom del Comitat d'instruccion publica davant la Convencion nacionala lo 16 de prairial de l'an II.

A partir de 1874, Augustin Gazier (1844-1922), mèstre de conferéncia a la Sorbonne, dirigís la bibliotèca de la Societat de Port-Royal a París que consèrva una granda part de las correspondéncias e dels archius de l'abat Grégoire (ne saber + sul fons de l'abat Henri Grégoire conservat a la Bibliotèca de la Societat de Port-Royal). Entrepren la publicacion de las responsas mandadas a l'abat Grégoire dins lo quadre de son enquèsta Lingüistica. Las « Lettres à Grégoire sur les patois de France » son estadas publicadas per Augustin Gazier dins la Revue des langues romanes en quinze liurasons de 1874 (seria 1, t. V) fins a 1879 (seria 3, t. I) puèi publicadas en monografia en 1880 :
Augustin GAZIER, Lettres à Grégoire sur les patois de France, 1790-1794 : documents inédits sur la langue, les moeurs et l’état des esprits dans les diverses régions de la France au début de la Révolution ; suivi du Rapport de Grégoire à la Convention… Paris : A. Durand et Pedone-Lauriel, 1880 (reprint : Genève : Slatkine, 1969).

Consultar las « Lettres de Grégoire sur les patois de France » (Revue des langues romanes, 1874-1879)

[1] RLR, 1874, série 1, t. V : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k19828x/f422
Conten : introduction d'A. Gazier ; réponse d'Auguste RIGAUD, Montpellier, 28 janvier 1791 ; réponse de la Société des Amis de la Constitution, Carcassonne, s. d.

[2] RLR, 1874, série 1, t. VI : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k198298/f581
Conten : réponse de la Société des Amis de la Constitution, Carcassonne, s. d. (suite).

[3] RLR, 1875, série 1, t. VII : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k19830g/f111
Conten : réponse de la Société des Amis de la Constitution, Carcassonne, s. d. (suite et fin ; réponse de François Chabot, Saint-Geniès, Aveyron, 4 septembre an II [1792].

[4] RLR, 1875, série 1, t. VIII : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k19831t/f71
Conten : réponse d'aun anonyme, s. l., s. d. [Bas-Languedoc, Roussillon ou Cerdagne] ; réponse de Sénard, Toulouse, 1er septembre 1790 ; réponse de la Société des Amis de la Constitution d'Auch, département du Gers, s. d.

[5] RLR, 1876, série 2, t. I : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k198325/f276
Conten : réponse de la Société des Amis de la Constitution d'Auch, département du Gers, s. d. (suite)

[6] RLR, 1876, série 2, t. II : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k19833h/f28
Conten : réponse de la Société des Amis de la Constitution d'Auch, département du Gers, s. d. (suite et fin) ; réponse de Grégoire curé des Palais, Valence-d'Agen, 27 février 1791 ; réponse de Chaudon, Mézin (Lot-et-Garonne), 30 messidor an II [18 juillet 1794].

[7] RLR, 1877, série 2, t. III : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k19834v/f178
Conten : réponse de Pierre Bernadau, Bordeaux, 4 septembre 1790 (et aussi : traduction en occitan par P. Bernadau de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, 10 septembre 1790).

[8] ibid. : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k19834v/f230 
Conten : réponse de Pierre Bernadau, Bordeaux, sept. 1790-janvier 1791 (suite) ; réponse de la Société des Amis de la Constitution de Mont-de-Marsan (dépt. des Landes), s. d.

[9] RLR, 1877, série 2, t. IV : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k198356/f213
Conten : réponse de la Société des Amis de la Constitution de Mont-de-Marsan, s. d. (suite) ; réponse de la Société des Amis de la Constitution du club de Périgueux (Dordogne), Périgueux, 28 novembre 1790 ; réponse du citoyen Dithurbide (sur le basque), Lectoure, 1er messidor an II [19 juin 1794] ; réponse de la Société des Amis de la Constitution de Maringues (Puy-de-Dôme), s. d. ; réponse de la Société des Amis de la Constitution, Limoges, 6 novembre 1790.

[10] RLR, 1878, série 2, t. V : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k19836j/f9
Conten : réponse de Colaud de la Salcette, district de Dire (dépt. de la Drôme), 12 janvier 1792 ; Claude-François Achard, « Syntaxe de l'idiome provençal » présentée au Comité d'Instruction Publique, 1794.

[11] ibid. : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k19836j/f237
Conten : Claude-François Achard, « Syntaxe de l'idiome provençal » (suite) ; réponse de Lorain fils, district de Saint-Claude (dépt. du Jura), 14 septembre 1790 (dialectes bourguignons) ; réponse de Joly, Saint-Claude (dépt. du Jura), 7 septembre 1790 ; réponse de M.-J.-P. Rochejean (Jura ; Ardèche), 15 mars 1791.

[12] RLR, 1878, série 2, t. VI : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k19837w/f51
Conten : réponse de M.-J.-P. Rochejean (Beaumarchais, Seine-et-Marne ; Sully, Loiret), 15 mars 1791 ; (notes de Grégoire) patois de Maconnais, Dombes, Bresse ; (notes de Grégoire) Bourguignon ; réponse de Bernardet, Mazille (Saône-et-Loire), 28 décembre 1790 ; réponse d'Oberlin, Strasbourg, 28 août 1790 (dialecte d'Alsace) ; réponse d'Aubry curé de Bellevaux (duché de Bouillon, région wallonne), 26 février 1792.

[13] ibid. : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k19837w/f169
Conten : réponse d'Aubry curé de Bellevaux (duché de Bouillon, région wallonne), 26 février 1792 (suite : Dictionnaire du patois du duché de Bouillon ; Conjugaison des verbes wallons).

[14] RLR, 1879, série 3, t. I : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k198387/f53
Conten : réponse de J.-B. Hennebert, Saint-Omer, 21 novembre 1790 (dialectes de l'Artois) ; réponse de Vincent Poupart, Sancerre, 9 septembre 1790 (dialectes du Berry) ; réponse de Pressac, curé, Saint-Gaudent (dialectes du Poitou, dépt. de la Vienne), s. d.

[15] ibid. :  http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k198387/f183 
Conten : réponse de Pierre Riou, laboureur à Plougonoil, 17 octobre 1790 (breton) ; réponse de [Lequinio ?], s. l., s. d. (breton) ; Appendice : Rapport de Grégoire à la convention ; lettres reçues par Grégoire après 1791.

Tipe : Eveniment / Data : 2020-04-27 09:30:00
Qu’est-ce que le patrimoine linguistique ? Quelles réalités historiques se trouvent sous l’appellation « Langues de France » ? Comment la variation linguistique peut-elle être étudiée et transmise au plus grand nombre ? Ces sont quelques-unes des interrogations que cette formation souhaite adresser pour permettre une connaissance plus approfondie des collections patrimoniales et les possibilités de les valoriser.


PROGRAMME 

Lundi 27 avril
9h30–12h30 : « Qu’est-ce que le patrimoine linguistique ? / Langues, dialectes, patois, français régional »

14h30–17h : « Histoire de la dialectologie de la Révolution française à nos jours / Instruments et sources de la dialectologie moderne »


Mardi 28 avril
9h–11h :  « Éditer des textes dialectaux modernes » (Frédéric Duval)

11h15–12h45 : « La variation linguistique en France métropolitaine » (Myriam Bergeron-Maguire)

14h–15h30 : « Un patrimoine expatrié : le français dans le Nouveau Monde » (Myriam Bergeron-Maguire)

15h45–17h15 : « Langues de France et actions de soutien de la DGLFLF : comment valoriser les collections patrimoniales ? »


INFORMATIONS PRATIQUES 

Public : 
Professionnels des bibliothèques et archives désirant valoriser des fonds présentant un intérêt patrimonial par leur caractère linguistique.
Professionnels des métiers du livre.
Tout public.

Dates :  
lundi 27 et mardi 28 avril 2020
Lieu : École nationale des chartes, 65, rue de Richelieu, Paris 2e
Programme détaillé et inscription :
http://www.chartes.psl.eu/fr/formation-continue/patrimoines-linguistiques-france

Tarifs : 
Etudiant ou doctorant, contactez-nous : formation.continue @ chartes.psl.eu
Institution publique  (420 €).
Organisme « privé » (840 €).


Mise en ligne : 31/01/2020
Tipe : Film documentari / Data : 2015
Cette vidéo fait partie de la table ronde "Le panimoine numérisé et la recherche appliquée en technologies du langage" de la 2e Journée Occitanica organisée en mai 2015. 

Les projets applicatifs des sciences du langage et l'émergence des humanités numériques reposent sur un dialogue interdisciplinaire innovant entre les sciences humaines et les professionnels des technologies numériques.

Le patrimoine numérisé se révèle être une matière première à fort potentiel pour nombre d'applications innovantes.
Quels usages et quels projets autour des langues de France ?


La journée « Numériser, Transmettre : la numérisation du patrimoine pour la transmission des langues de France » est organisée avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication - « Appel à projets national patrimoine écrit », de la Région Languedoc-Roussillon, de Languedoc-Roussillon Livre et Lecture et de l'ensemble des partenaires du portail interrégional www.occitanica.eu
sus 1049