Recèrca

sus 6
Filtrar
Marie Picard (1) Marie Picard%22" class="occitanica " title="Enlever ces résultats">
Éric Fraj : (Adaptation littéraire) (1) Éric Fraj : (Adaptation littéraire)%22" class="occitanica " title="Enlever ces résultats">
Benjamin Melia (1) Benjamin Melia%22" class="occitanica " title="Enlever ces résultats">
Denis Sampieri (1) Denis Sampieri%22" class="occitanica " title="Enlever ces résultats">
Forabandit (1) Forabandit%22" class="occitanica " title="Enlever ces résultats">
Lou Dalfin (1) Lou Dalfin%22" class="occitanica " title="Enlever ces résultats">
Lou Seriol (1) Lou Seriol%22" class="occitanica " title="Enlever ces résultats">
Rodin Kaufmann (1) Rodin Kaufmann%22" class="occitanica " title="Enlever ces résultats">
fre (43)
oci (17)
cat (3)
ita (2)
eng (1)
ger (1)
Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Eveniment / Data : 2017-06-22 19:30


JEUDI 22 JUIN :

>> 19h30 : Présentation des jeux (Bar Central)
Animation par la banda Les Canaillous
>> 22h00: Théâtre

VENDREDI 23 JUIN :

>> 18h30 : Cercavila amb els Gegants, els Trabucaires, la Batucada, els Grallers, els jugadors
>> 20h00 : Olympiade des enfants (Plaça de Catalunya)
>> 22h00 : Foc de la Sant Joan
>> 22h30 : Concert

SAMEDI 24 JUIN :

>> 09h00 : Réveil de la population avec les gralles, les trabucaires et les timbalers
>> 10h00-18h00 : Jeux inter villages du Conflent (Plaça de Catalunya)
>> 18h30 : Paquito et remise des prix
>> 19h00 : Ballets traditionnels avec Terra de Sol (Plaça de la Republica)
>> 20h00 : Tio-Tio
>> 21h00 : Concert avec le groupe Hold Up (Plaça de la Republica)
>> 22h00 : Correfocs avec les Nyerros del Conflent et les Diables de Bao (Carrers de Prada)

DIMANCHE 25 JUIN :

>> 10h00 : Xicolatada (Plaça de la Republca)
>> 10h30 : Ball del Gegant Pere II
>> 11h00 : Ballets avec Terra de Sol
>> 12h30 : Trobada castellera amb Pallagos del Conflent i Castellers del Riberal (Plaça de Catalunya)
>> 14h00 : Concours de pétanque (Foirail)
>> 14h30 : Paella
>> 16h00 : Sardanes amb la Cobla Tres Vents

Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Òbra
Entre 1965 et 1983 ces trois pubications vont être le laboratoire vivant de la pensée politique du mouvement occitan à travers reportages, enquêtes, témoignages, débats et comptes rendus engagés.

Viure (1965-1973)

Revue trimestrielle publiée à Nîmes de 1965 à 1973 (30 numéros) sous la direction de Robert Lafont. Lors de sa création, le comité de rédaction réunit Jean-Paul Bringuier, Claude Fabre, Gui Martin et Yves Rouquette. Jean Larzac et Philippe Gardy rejoindront l’équipe en 1966. Le premier numéro paraît en 1965, il débute par un texte liminaire Revolucion occitana, souvent repris par la suite, qui constitue un manifeste et annonce mai 68. Le texte est rédigé par Robert Lafont et Yves Rouquette.
L'importance de Viure tient à son caractère précurseur dans tous les domaines. Par ses analyses (aliénation, colonialisme intérieur, socialisme, nationalisme...) la revue a donné les éléménts nécessaires à la réappropriation de l'histoire et de l'identité occitanes.
Des désaccords au sein du comité de rédaction entraîneront la disparition de la revue en 1973.

Dire : revista de critica occitana  (1976)

Revue trimestrielle, publiée à Avignon en 1976, seuls 3 numéros paraîtront. Le comité de rédaction se compose, entre autres, de Yves Barelli, Claude Barsotti, Gaston Bazalgues, Philippe Gardy, Robert Lafont et Philippe Martel.
Entièrement rédigée en occitan, la revue tente de combler le vide laissé par Viure et en présente les mêmes caractères.

Aicí e ara (1979-1983)

Revue trimestrielle, publiée à Montpellier de 1979 à 1983 (15 numéros) sous la direction de Rémi Pach. Le comité de rédaction réunit Jean-Frédéric Brun, Jean-Pierre Laval, François Pic. Le titre de la publication fait référence au manifeste publié dans le premier numéro de Viure en 1965 « Aicí e ara. Dins aqueste païs e dins aqueste sègle, l’òme… L’òme deliure e responsable » et affirme la volonté de filiation entre les deux publications.  Revue de réflexion et de critique sur l’occitanisme, indépendante de tout mouvement ou parti politique, les articles traitent de sujets politiques, culturels et littéraires. Aicí e ara est aussi ouverte aux autres minorités nationales. La revue est à l’origine de la création en 1980 de l’Union del Pòble d’Òc, qui se veut un rassemblement et non un parti, le Manifeste de l’U.P.O est publié dans le n°9 de novembre 1980.  La revue est rédigée entièrement en occitan jusqu’au n° 10 de février 1981, à partir de mai 1981 apparaissent des articles en français. En mai 1982, après une interruption d’un an, une nouvelle série voit le jour et la revue annonce un changement de cap, elle ne s’adresse plus seulement aux occitanistes et accorde une place plus importante à l’aspect culturel. Les articles en occitans, dans un esprit d’ouverture et de tolérance, s’ouvrent à la graphie mistralienne. Le dernier numéro paraît en février 1983, son éditorial fait le constat de démobilisation et de régression du mouvement occitan depuis l’arrivée de la gauche au pouvoir.
Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Manuscrit / Data : 1879
Revirada "en dialècte clarmontés" (occitan lengadocian de Clarmont d'Eraut) de la Satira II del poèta latin Aules Persius Flaccus (sègle I ap.JC) dich Perse, òbra d'inspiracion estoïciana que s'ataca a la faussa devocion.
Tipe : Article scientific / Data : 2017-05-05
Comunicacion de Silvan Chabaud dins l'encastre de la jornada d'estudis « Autour de Félix Castan » organizada per l'equipa de recèrcas LLACS (EA 4582, Universitat Paul-Valéry, Montpelhièr) e lo CIRDÒC lo 05 de mai de 2017.
Tipe : Mòstra virtuala / Data : 2018

Les troubadours occitans initièrent au Moyen Âge une révolution esthétique et idéologique qui ne cesse de nourrir, dans le monde entier, la pensée et la création contemporaines. De la peinture de Soulages à la poésie d'Ezra Pound, Dylan ou Bashung...en passant par les joutes musicales des Fabulous Troubadours toulousains ; cette exposition vous propose un cheminement dans les géographies et les flux de l'art du trobar, du XIIe à nos jours.

Exposition réalisée par le CIRDOC en collaboration avec Claude Sicre, Amic Bedel et l'Ina (Institut national de l'audiovisuel)

Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Libre / Data : 2018-11
Adaptation en BD de l'œuvre de Marcel Pagnol, et traduction en provençal (graphie mistralienne) de Jean-Michel Turc. Illustrations de Morgann Tanco.

En savoir plus :
https://www.angle.fr/bd-la-gloire-de-mon-pere-tome-1-9782818965610.html
Mise en ligne : 06/04/2020
Appartient à :
Tipe : Òbra

Edicion originala Institut Estudis Occitans, « Messatges», Tolosa, 1958.

Es per aquel recuèlh d’un dotzenat de poèmas qu’Ives Roqueta dintra en poesia en 1958 e s’impausa coma un autor que compta dins una declaracion d’apartenéncia e d’intencion de se far la paraula del monde que parlan pas e d’i tornar sa dignitat.

Poèmas d’amor, lirics e enfuocats, d’amistats –amb una guinhada barroquisanta cap a l’univèrs de Pèire Francés, l’amic Pèiròt- o evocacion del país per « dire lo campèstre dels òmes, en images de lenga » dins « una fam de mots jamai assadolada ».1

Roqueta a 22 ans amb al còr aquela panta d’èsser la votz de son pòble, de se’n noirir per ne faire la matèria primièira de son òbra. « La joinessa del poèta exigís qu’abranda aquela panta, que denóncia, qu’acusa, qu’anóncia un país abitable .» Es çò que fa dins una lenga escrincelada, dirècta que se sap faire violenta, posant volontàriament dins l’expression sociala, lo natural de la paraula viva. Amb Ives Roqueta, lo poèta occitan es una votz collectiva, votz populara, votz contemporanèa e immemoriala : tre son primièr recuèlh, se definís e definís lo poèta coma trabalhador d’utilitat publica.

Vaquí çò que ne dirà mai tard : « L’escritura pòt pas èsser ni presa, ni exercici de poder. Es un trabalh coma un autre. Lo bonur seriá que foguèsse "trabalh d’utilitat collectiva", servicis qu’òm se rend entre egals… »

Tres partidas plaçadas caduna jos los auspicis de tres poètas franceses famoses qu’inspirèron l’autor : Paul Éluard, Guillaume Apollinaire e René Guy Cadou a qual, segon R. Lafont : « los poèmas d’amor e d’evocacion del país devon fòrça sens denegar lo segond Eluard. »

Ives Roqueta, a travèrs aquelas influéncias, capita d’alargar son caminament poetic personal tot fasent ausir una votz singulara. Se fa lo poèta de la paraula, sens s’alunhar completament de sos mèstres Josèp Sebastian Pons o Max Roqueta – a qual es dedicat lo libre- quora pintra « lo caratge de la tèrra » dins sos mormolhs mai secrets, dins lo bruch dels arbres o de l’aiga, « dins lo pantais del cade ».

Dins un estudi sus l’òbra, Maria Joana Verny vei dins lo poèma eponim L’escriveire public un rebat del poèma de Max La lenga s’es perduda : « Diferisson pasmens per sa fin, los dos poèmas : Max ne demòra a l’impossibilitat de parlar " ieu demòre mut e nus per lo camin ", alara qu’Ives, dins l’ardor de sa jovença, se quilha en quilhar " una taula / contra lo vam dels sèrres " e es aquí que se proclama " escriveire public " ».2

Lo poèta s’inscriu d’ara enlà al mitan de son pòble, dins aquel « revirament messianic »3, que comença ja segon Lafont, « de definir " lo mal de la tèrra " ». Es lo títol del recuèlh seguent qu’esperlongarà « los damnes de la tèrra » qu’acaba aqueste.

Lafont tot respièchant l’estetica d’Ives Roqueta se permetiá dins Òc, a la sortida del libre, qualques criticas sus la fòrma mas mancava pas de saludar « un libre fòrça important que pòrta lo ton de la vida vidanta », una poesia que se fa « l’ensag de la vertat. »

Del poèma al poèta, se pòt pas que partejar la conclusion de Maria Joana Verny : « Roqueta escriveire public… òc-ben, lo títol d’aquela òbra de joinessa es ben aquel que se poiriá donar a l’ensemble de l’òbra per rendre compte d’aquela volontat capuda de donar una votz a aqueles que n’an pas. »

Aquela votz de contaire, rocalhosa e universala, d’un que marquèt son temps nos demòra per sempre mai => https://occitanica.eu/exhibits/show/las-voses-de-la-modernitat---/ives-roqueta--l-escriv--ire-pu

1     Joan Eygun, Prefaci, dins Pas     que la fam / La faim, seule -     1958-2004, Letras d'òc, 2005.     « ua hami de mots jamei     arregolada »   
2     Maria-Joana     Verny,     « Ives Roqueta, escriveire public », Revue     des langues romanes, Tome     CXXI N°2 | 2017, 407-434.   
3     Ibid

Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Article biografic
Eric Fraj, nascut en decembre de 1956, es un cantaire e autor occitan contemporanèu que tanben canta qualquas cançons en catalan o castelhan. Entamenèt sa carrièra musicala a Bordèu en 1971 qu'aviá pas encara quinze ans en primièra part d'un concèrt de Claudi Marti. 

Canta de poèmas de grands autors occitans coma Joan Bodon o d'escrivans André du Pré o Josa-Maria Caballero Bonald qu'a mes en musica amb sa guitarra. Interprèta tanben de tèxtes personals. Sa musica s'enrasiga e s'endralha dins un mond mediterranèu e sa votz s'inspira del cant liric.

Trabalha e demòra dins lo país tolosan (Murèth), ont ensenhèt l'occitan e la filosofia al licèu. En 2000, interpretèt lo ròtle del trobador Jaufre Rudèl dins L’Amour de Loin, espectacle escrich e mes en scèna pel guitarrista Vicente Pradal.

En genièr de 2005 cantèt amb Lluís Llach la cançon A força de nits a Tolosa. En 2010, crèa l'espectacle Pep el Mal, basat sus l'istòria del seu grand-paire, imigrat valencian (Alcoi) a L'Avelhanet, e que trasmetèt lo gost del cant e de las lengas a son pichon-filh.
Eric Fraj es acompanhat per divèrses musicians coma Guilhem Lopez,  Jean-Raymond Gélis, Morgan Astruc... La riquesa son son trabalh es miralhada per son site web :  www.ericfraj.com

Eric Fraj anoncièt en 2017 son ultima creacion, Rendez-vous, mas s'arrestarà pas çaquelà de cantar, a la damanda.
Mise en ligne : 18/01/2020
Tipe : Centre de ressorsa / Data : 2014-03-20
1 / Les origines de l'Académie de Marseille

L' Académie de Marseille fut fondée par lettres patentes en août 1726. Fille adoptive de l'Académie française, elle eut le maréchal de Villars, Gouverneur de Provence, comme premier Protecteur. Composée de vingt membres, elle en accueillit trente lors de sa transformation en Académie des Belles Lettres, Sciences et Arts en 1766. Espace de culture littéraire et de rayonnement scientifique, la Compagnie obtint de Louis XVI, la direction de l'observatoire de la Marine.

Supprimée à la Révolution (le 21 août 1793), elle reprend vie dès 1799, tout d'abord Lycée des Sciences et des Arts, puis en 1802 : Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts. Depuis cette date, quarante membres sont répartis en trois classes (Sciences 18, Lettres 12, Beaux-Arts 10). Elle élit aussi dix académiciens libres (non résidants), vingt associés (membres de l'Institut de France), quarante correspondants et des membres à titre étranger.

Pluridisciplinaire, l'Académie participe depuis treize ans à la Conférence nationale des Académies, association qui rassemble, sous l'égide de l'Institut de France, vingt-huit académies de province, la plupart antérieures à la Révolution. Elle est membre de la jeune Académie de la Méditerranée qui a tenu à Marseille en juillet 2000 sa séance de rentrée solennelle. Au cours de l'année de grandes conférences publiques sont organisées.

La Compagnie n'a jamais cessé de publier : Recueils, Mémoires et Documents, plus récemment Dictionnaire des Marseillais et du Parler marseillais et de distribuer des prix annuels.
Ainsi, l'Académie s'efforce-t-elle, depuis 1726, de transmettre un message de culture scientifique, littéraire et artistique. Elle reste profondément attachée à sa mission : défendre la langue française et promouvoir le rayonnement de l'image de Marseille et de la Provence.

À ce titre, l'Académie de Marseille conserve une précieuse bibliothèque, riche de nombreux ouvrages anciens, pour partie datant du XVIIIe siècle, ainsi que des archives.



2/ La Bibliothèque de l'Académie de Marseille

Débutée dès 1726, cette bibliothèque recèle de nombreux livres rares et précieux, des brochures inédites et des ouvrages retraçant l'histoire de la pensée et des sciences. Parmi les ouvrages conservés dans la bibliothèque de l'Académie de Marseille, figurent les Mémoires, revues et brochures éditées par cette société savante depuis sa fondation. Notons par ailleurs l'existence d'un important fonds ancien, constitué de près de 10'000 documents, datant pour certains du XVIIIe siècle.

Les Sciences, arts et belles-lettres, sujets d'intervention et de réflexion de l'Académie, côtoient dans la bibliothèque, les ouvrages relatifs à l'histoire de la Provence. Récits de voyages, poésies, livres de médecine, atlas...

Les collections occitanes de l'Académie de Marseille :

Mémoire de Marseille et de la Provence, ayant compté dans ses rangs des membres prestigieux dont le poète occitan Frédéric Mistral (1830-1914), la Bibliothèque conserve également de précieuses archives, pour partie relative à l'histoire et à la langue occitanes.


3/ Patrimoine occitan numérisé

Fonds de correspondance entre Frédéric Mistral et Ludovic Legré conservé par l'Académie des Sciences Lettres et Arts de Marseille, sur Occitanica.

Les Mémoires publiés par l'Académie sont quant à eux présents sur Gallica.



4/ Instruments de recherche

La bibliothèque et les archives de l'Académie de Marseille ont fait l'objet de l'établissement de près de 4500 notices, enregistrées dans la base de données e-corpus à découvrir ICI.
Mise en ligne : 16/01/2020
sus 6