Recèrca

sus 3
Mise en ligne : 13/12/2018
Tipe : Fons documentari

Histoire du fonds

Francine Lancelot (1929-2003), chercheuse, danseuse et chorégraphe s’est très tôt intéressée aux danses traditionnelles régionales et à l’étude des danses anciennes, populaires et savantes. Elle devient dans les années 1960 l’actrice d’une véritable redécouverte des danses baroques.

Élève de François Malkovsky, de Mary Wigman puis de Françoise et Dominique Dupuy, elle travaille auprès de Pierre Conté au théâtre de l’Atelier où elle est initiée à la notation chorégraphique Conté. Danseuse, chorégraphe et comédienne à Saint-Etienne, Francine Lancelot rencontre une troupe de danses traditionnelles yougoslaves qui l’amène à s’intéresser au répertoire traditionnel français.

Elle se forme alors au collectage des chansons et danses traditionnelles auprès de Jean-Michel Guilcher. Elle est par lansuite missionnée par le CNRS pour recueillir les répertoires populaires chantés et dansés en France et participe notamment au programme RCP (Recherche Coopérative sur Programme) Aubrac où elle réalise des films de collecte sur des danseurs de bourrée. Elle réalise ainsi entre les années 1960 et 1970 des collectages autour des pratiques dansées traditionnelles dans l’Aubrac, en Provence et Languedoc, en Vendée, Haute-Bretagne, Béarn, Gers et Landes.

En 1973, elle soutient une thèse de 3° cycle en ethnologie historique à l’Ecole Pratique de Hautes-Etudes autour des sociétés de farandole en Provence et Languedoc1, dans laquelle elle s’attache à l’étude du rapport entre pratiques populaires et pratiques savantes.

S’intéressant également à la danse baroque, elle fonde dans les années 1980 sa compagnie Ris et Danceries qui lui permet de fédérer musiciens, musicologues, décorateurs, costumiers et passionnés de danse baroque. Elle publie en 1996, La Belle Dance2, catalogue raisonné des partitions chorégraphiques du XVIIIème siècle.

A la fin de sa vie, pour assurer la transmission et l’accessibilité de sa documentation Francine Lancelot a confié ses archives à plusieurs centres spécialisés, dont le COMDT.

Modalités d'entrée :

Dépôt

Accroissement :

Fonds clos

Fonds complémentaire :

Centre National de la Danse, Archives Francine Lancelot et Compagnie Ris et Danceries

BnF, Département des Arts du Spectacle, Fonds Ris et Danceries

UPCP-Métive, Fonds Francine Lancelot

Phonothèque de la MMSH, Corpus : Les sociétés de farandole en Provence et en Languedoc

Dastum, Fonds Francine Lancelot

Description du fonds

Corpus d’enregistrements sonores et audiovisuels réalisé dans le cadre d’une recherche sur les rondes chantées dans le Gers (Savès), Béarn et Landes (Albret et Grande-Lande) constitué pour partie en collaboration avec le CNRS. Ce corpus contient 5 versions de chants ainsi que 46 versions instrumentales collectés entre 1976 et 1977.

Dates extrêmes :

1976-1977

Langues représentées dans le fonds :

Occitan (gascon)

Français

Importance matérielle :

Enregistrements sonores : 02:00:00, Images animées : 01:00:00.

Supports représentés :

Enregistrements sonores

Documents audiovisuels

Pour le consulter

Identifiant du fonds :

 

Instruments de recherche disponibles :

Fonds inventorié sur le catalogue en ligne du COMDT

Conditions d'utilisation

Conditions de consultation :

Fonds consultable sur place

Conditions de reproduction :

Reproduction soumise à autorisation

Mise en ligne : 10/05/2019
Tipe : Revista / Data : 1891/1901
Mise en ligne : 19/09/2018
Tipe : Centre de ressorsa
Centre de ressources pour la culture occitane de tradition orale, la transmission et la diffusion des musiques et danses traditionnelles, le COMDT assure la diffusion et le soutien de la création artistique, la formation et sensibilisation ainsi que la recherche et la valorisation du patrimoine de tradition orale, notamment grâce à un atelier de facture instrumentale et un centre de documentation.

Pour contacter l'établissement

Centre de documentation
COMDT Toulouse Midi-Pyrénées
5, rue du Pont de Tounis
31500 Toulouse
Tél. : +33 (0)5 34 51 18 76
Mail : documentation@comdt.org
Site internet : http://www.comdt.org/

Accès libre, horaires d'ouverture :
Lundi : 10h – 13h / 15h – 17h45
Mardi : 14h – 18h45
Mercredi : 10h – 13h / 14h – 18h45
Jeudi : 14h – 18h45
Vendredi : 10h – 12h45

Historique et missions

Créé en 1971 par la Ville de Toulouse et les Ballets occitans de Françoise Dague, le Conservatoire Occitan se dote dès l’origine d’un centre de documentation ayant pour but de documenter les divers secteurs d’activités de la structure : facture instrumentale, formation, recherche autour des musiques et danses traditionnelles.

Se voulant un lieu de mémoire consultable par le grand public, le centre de documentation a pris en compte tous les supports documentaires et structuré peu à peu une photothèque, une bibliothèque ainsi qu’une phonothèque spécialisés dans le domaine de l’ethnomusicologie régionale et générale (musique, danse, littérature orale et ethnographie).

Affilié depuis 1985 à la FAMDT (Fédération des Associations de Musiques et Danses Traditionnelles), le COMDT, qui prend l’appelation de Centre Occitan des Musiques et Danses Traditionnelles en 2007, s’est spécialisé dans le traitement des archives sonores et a entrepris depuis sa création de collecter, sauvegarder et communiquer au public les archives sonores et audiovisuelles constituées lors de collectages dans la région Midi-Pyrénées et au-delà.

Les collections occitanes du centre de documentation du COMDT

Aujourd’hui le COMDT conserve dans ses collections 2500 ouvrages, 1400 documents sonores édités, 180 titres de périodiques, 44 fonds d’archives sonores et audiovisuelles ainsi que 1000 photographies et cartes postales anciennes dont la majorité portent sur le domaine occitan.

Parmi ces documents le centre de documentation du COMDT abrite une collection de disques vinyles comprenant les albums phares du renouveau des musiques traditionnelles occitanes (années 1960-1970).

La plupart des fonds d’archives sonores sont à caractère ethnographique et portent principalement sur les aires culturelles gasconnes et languedociennes. Ils sont particulièrement intéressants dans les domaines du chant et de la musique instrumentale, de la danse, de la littérature orale (contes, récits, formulettes…) et ethnographiques (fêtes, coutumes et traditions populaires…) et comportent de nombreux témoignages en langue occitane.

Instruments de recherche disponibles :

Catalogue documentaire disponible en ligne

Consulter les fonds décrits sur le CCFR (Catalogue Collectif de France)

Patrimoine occitan numérisé

De nombreuses enquêtes sonores ont été numérisées et sont consultables en ligne. Pour consulter les documents mis en ligne, cochez la case Écouter-voir qui se trouve dans chacune des recherches du menu Interroger le catalogue > documents.

Sont également consultables et téléchargeables à partir du catalogue, les photographies des instruments de musique de la collection du COMDT.

Mise en ligne : 29/03/2017
Mise en ligne : 19/09/2018
Tipe : Fons documentari

Histoire du fonds

Auguste Pujolle (188.-1965), ancien chef-divisionnaire de la Préfecture de la Gironde, poète et bibliophile, entretint des relations amicales avec de nombreux auteurs. Fondateur de la revue littéraire et artistique Burdigala, sa bibliothèque témoigne de son intérêt pour les œuvres régionales.  Pujolle a tenu un grand rôle dans la promotion de la littérature régionale aquitaine. Lors de l'inventaire du fonds, des manuscrits de Paul Valéry, François Mauriac et René Maran ont été retrouvés.

Modalités d'entrée :

Le fonds Auguste Pujolle provient du legs d’Auguste Pujolle en 1962.

Accroissement :

Fonds clos (ne connaîtra pas d'accroissement)

Description du fonds

Fête des vendanges : samedi 11, dimanche 12 et lundi 13 septembre 1909 : programme officiel des trois représentations et des cascades. Bordeaux : Commissariat général de la fête des vendanges Bureaux de la Petite Gironde1909. 11 f. : ill. ; 21 cm . A.P. 29809/ H 12373

La fête des vendanges à Bordeaux : les 12, 13 et 14 septembre 1909. Bordeaux : Gounouilhou, 1910. 116 p. : ill. ; 36 cm. Cote D 1714 : Demi-reliure à coins, gardes vernissées. Cote D 1714 : Exemplaire n° 64/100 sur Papier fort, acheté en novembre 1995, Margaret Féty. Cote A.P. 31301 : Exemplaire n° 94/100 sur Papier Fort .

La Vie ardente : cahiers trimestriels des amis d'André Lamandé. Paris : Les Amis d'André Lamandé, 1934-1939). Cotes Br 31405 et 31406 : exemplaires de Georges Planes-Burgade avec pièces jointes. Coupures de presse (2 articles "Le souvenir d'André Lamandé" 5 oct. 1934 et 9 mars 1936 signés Alceste et Philinte pseudonyme de Georges Planes-Burgade. Dactylographie de la Conférence de M. Gaston Rageot, Président de la Société des Gens de Lettres sur André Lamandé donnée le 19 déc. 1935 à Bordeaux). Cote A.P. 11284 : N° 1 (1934, juil.) - N°2 (1934, oct.-déc.) ; N° 6 (1936, janv.-juil.) ; N° 9 (1938, août-oct) - N° 11 (1939, janv.-juil.). [Manquants : n° 3 ; 4 ; 5 ; 7 ; 8]. Collection conservée dans les magasins des Fonds Anciens et Précieux).

Corbinelli, Jean (1622-1716). Sentiments d'amour, tirez des meilleurs poëtes modernes, par le sieur Corbinelli. T.2. Paris, C.Corbin, 1671. Titre restitué d’après la BNF. Page de titre manquante. Tome 2 seul. Rel. basane, 17e s., dos à nerfs, pièces de titre et de tomaison. Cote A.P. 33580.

Alibert, Louis (1884-1959) . Méhariste : 1917-1918. Préf. des lieutenant-colonels La Rocque et E. Laforgue. Ed. Originale. Bordeaux, Delmas, 1936. Exemplaire n°366/1700 sur alfa-mousse de Navarre. 1/2 rel. à bandes toile verte et papier marbré, tranches rognées. Fonds Auguste Pujolle. Envoi autographe de l'auteur : "A madame H. Gervais David". Cote : A.P. 15159

Alibert, Louis (1884-1959). Méhariste : 1917-1918. Préf. des lieutenant-colonels La Rocque et E. Laforgue. Bordeaux, Delmas, 1936. 367 p. : couv. ill. en coul. ; 20 cm. Cote A.P. 11823/ A.P. 15879.

Balzac, Jean-Louis Guez de (1597-1654). Lettres du Sieur de Balzac. Livre ancien. Paris, Toussaint Du Bray, 1624. 30, 582 p. (sig. A-B8 A-Z8 Aa-Nn8 Oo4) ; in-8°.Références restituées d’après le privilège, donné à Compiègne le 3 mai 1624. Préface de Jacques de La Motte-Aigron. Rel. parchemin 17e s., un plat manquant. Cote A.P. 33579.

Du Bartas, Guillaume de Saluste (1544-1590). seigneur. La Seconde Sepmaine de G. de S., seigneur D. B. Reveuë, augmentee & embellie en divers passages par l'Autheur mesme, ...Livre ancien. Rouen, Raphaël Du Petit Val, 1602. [12], 682 p. (sig. A11 B-Z12 Aa-Ff12) ; in-12. Références restituées d’après Arbour. Fait partie d'un recueil factice de deux pièces du même auteur. Rel. parchemin 17ème siècle. Dos ms. trace de liens. Page de titre manquante. Suite des œuvres de G. de Saluste sieur Du Bartas. Cote A.P. 33577/1.

Du Bartas, Guillaume de Saluste (1544-1590). seigneur. Suite des Œuvres de G. de Saluste Sieur Du Bartas : Contenant Les Pères. La Loy. Les Trophées. La Magnificence. L'histoire de Jonas ... plus, un fragment ou commencement de préface. La Lepanthe. Cantique de la victoire d'Yvry ... Livre ancien. Rouen, Raphael Du Petit Val, 1602. [22], 198, [16] p. (sig. Gg-Pp12 Qq11) ; in-12. Fait partie d'un recueil factice de deux pièces du même auteur. Rel. parchemin 17ème siècle. Dos ms. trace de liens. La Seconde Sepmaine de G. de S., seigneur D. B. Cote A.P. 33577/2

Estienne, Henri (1528-1598). L'introduction au "traité de la conformité des merveilles anciennes avec les modernes", ou Traité preparatif à l' "Apologie pour Herodote" ... Revu corrigé de nouveau. Livre ancien. Lyon, Benoît Rigaud, 1592. [30], 593, [27] p. (sig. *8 **8 a-z8 A-P8 Q7) ; in-8°. Références restituées d’après Arbour. Page de titre manquante. Rel. parchemin 16ème, trace de liens, dos ms. Cote A.P. 33582.

Gourdon, Maurice. A travers l'Aran : itinéraires d'un touriste . Livre ancien. Paris, G. Charpentier et Cie, 1884. 148 p. : ill. ; 16 cm. Les pages 1 à 82 sont des photocopies réalisées à partir de l'exemplaire de la bibliothèque de Toulouse dont la page 1 porte le cachet. Les p. 85-86 manquent. Cote A.P. 32337.

Guérin, Maurice de (1810-1839). Œuvres choisies. Avec une introduction biographique et critique, des notes bibliographiques, par Ernest Gaubert. Paris, Nouvelle librairie nationale, 1910. In-12, 359 p. Cote A.P. 25408 : Don : Auguste Pujolle, 1962-1963.

Henri IV (roi de France ; 1553-1610). Lettres d'amour et de guerre du roi Henri IV. Introduction, notes par M. André Lamandé. Paris, H. Jonquières, 1928. 331 p. : portr. en front., 7 f. de pl. ; 21 cm. Jadis et naguère : les hommes, les faits et les moeurs ; 2. P.F. 93013 Rés : Envoi manuscrit signé de l'auteur à Madame et Monsieur Planes-Burgade accompagné d'une lettre autographe et d'une carte postale signées par l'auteur. Cote AP 5887 : Don : Auguste Pujolle, 1962-1963.

Lafon, André (1883-1915). L’Élève Gilles. Paris, Perrin, 1912. 260 p. ; 19 cm. L'exemplaire coté A.P. 9982 porte une dédicace ms : André Lafon à Auguste Pujolle. Cote A.P. 9982/ A.P. 9978/ A.P. 9979.

Lafon, André (1883-1915). Poèmes provinciaux. Roubaix, Ed. du beffroi, 1908. 103 p. ; 19 cm. Pour des raisons de conservation, ce document doit être consulté sous forme de microfilm. Sont contrecollés dans l'exemplaire deux poèmes ms signés de l'auteur : l'un daté d'octobre 1909 sur la p. de garde ; l'autre non daté sur la p. 97. Est également contrecollé en p. 97, un poème, dactylographié et signé comportant des corrections ms, intitulé "Le convive". Envoi autographe signé d' André Lafon à Jean Lafont à l'avant titre. Cote A.P. 10234 Rés/ Mic. 618.

Le Tanneur, Jacques (1887-1935). Les Heures bordelaises. Bordeaux, éditions de la "Vie bordelaise", 1924. In-fol. non paginé. L'exemplaire coté A.P. 28298 présente une dédicace manuscrite de l'auteur adressée à M. Auguste Pujolles. Illustrations en couleur de l'auteur. Cotes A.P. 18613 / A.P. 28298.

Mauriac, François (1885-1970). L'enfant chargé de chaînes. Edition originale. Paris, B. Grasset, 1913. 275 p. ; 19 cm. Prospectus des éditions Grasset et bulletin d'envoi timbré à l'adresse d'Auguste Pujolle trouvés entre les pages 130 et 131. Envoi manuscrit autographe signé de l'auteur "A Auguste Pujolle fraternellement". Cote A.P. 23819.

Mauriac, François (1885-1970). Le Baiser au lépreux : précédé d'une lettre de Daniel Halévy à François Mauriac, et d'un hommage de J.-J. Tharaud à Henri Genet. Edition originale. Paris, B. Grasset, 1922. 149 p. ; 20 cm. Les Cahiers verts ; 8. Exemplaire sur Vergé bouffant n° 3244/6730. Cote A.P. 24231.

Mauriac, François (1885-1970). Le jeune homme. Edition originale. Paris, Hachette, 1926. 92 p. ; 17 cm. Les âges de la vie. Cote. A.P. 25802.

Mauriac, François (1885-1970). Le nœud de vipères. Edition originale. Paris, B. Grasset, 1932. 311 p. ; 19 cm. Pour mon plaisir ; deuxième série n° 7. Exemplaire sur Alfa n° 2628/2750. Cote A.P. 23988.

Mauriac, François (1885-1970). Les Mains jointes. Paris, H. Falque, 1909. 121 p. ; 19 cm. Bibliothèque du Temps Présent. Cotes A.P. 2303 Rés. et A.P. 2331.

Pujolle, Auguste ; Got, Armand. Poètes de la Bigorre et du Comminges : 1900-1963... Bordeaux, Éditions d'Aquitaine (Presses de l'Union française d'impression) , 1963. In-16 (19 cm), 127 p. 7,50 F. [D. L. 14828-65]. Cotes A.P. 33130/ A.P. 33131/ A.P. 33132/ A.P. 33550/ A.P. 33551.

Pujolle, Auguste. Evocations. Sonnets. Bordeaux, Féret, 1909. in-8. Cote A.P. 33059 Rés.

Pujolle, Auguste. L'Ascension du "Mont-Sacon", pièce couronnée aux Jeux Floraux du Languedoc. Prix Eymond Lapérouse / AugustePujolle. Lamalou-Les-Bains, éd. de la "Revue du Languedoc", 1907. 8 p. ; 25 cm. Cotes A.P. 31902/ A.P. 31928/A.P. 31929/A.P. 31930 .

Rabanis, François-Joseph (1800-1860). Notice sur Florimont sire de Lesparre suivie d'un précis historique sur cette seigneurie, de notes et éclaircissements. Bordeaux, H. Faye, 1843. [4]-114 p. ; 24 cm. Précis historique sur la seigneurie de Lesparre. Pour des raisons de conservation, ce document doit être consulté sous forme de microfilm. Cote A.P. 22083/ Mic. 1415.

Rostand, Edmond (1868-1918). La Journée d'une Précieuse. [S.l.] : [s.n.], 1900. 28 p. : pl. ; 26 cm. Envoi autographe d' Edmond Rostand Ex-libris vignette : Auguste Pujolle. Cote A.P. 19721.

Rostand, Edmond (1868-1918). Les Deux Pierrots ou le souper blanc. Lever de rideau en vers d'Edmond Rostand. Illustrations de Manuel Orazi. S.l.n.d.Pp. 459-486 : fig., pl. en noir et en coul. ; in-8. Envoi de l'auteur à Auguste Pujolle. Cote A.P. 2859.

Dates extrêmes :

Moyen-Âge- XXe siècle

Langues représentées dans le fonds :

oci

fre

Importance matérielle :

Environ une centaine de notices disponibles depuis le catalogue informatisé de la BM de Bordeaux.

Supports représentés :

Manuscrits/Tapuscrits, Monographies Imprimées, Périodiques (presse et revues), Enregistrements sonores, Documents audiovisuels, Documents iconographiques, Archives

Pour le consulter

Identifiant du fonds :

AP

Instruments de recherche disponibles :

Description du fonds dans le Répertoire naitonal des bibliothèques et fonds documentaires (RNBFD)

Inventaire des documents manuscrits des fonds Montesquieu de la Bibliothèque municipale de Bordeaux [livre] / Desgraves, Louis. - Genève : Droz, 1998. - 359 p. : ill., couv. ill. ; 24 cm.

Patrimoine des bibliothèques de France. 6, Catalogue collectif des fonds occitans des Bibliothèques publiques de Bordeaux / Ministère de la culture et de la communication, Direction du livre et de la lecture ; [réd.] par Christian Bonnet.... - Bordeaux (Bibliothèque municipale) : Société des bibliophiles de Guyenne, 1992 (33-Bègles : Impr. centrale). - 423 p.-XXXIII p. de pl. ; 26 cm + additions et corrections (8 p.)

Catalogue en ligne de la Bibliothèque de Bordeaux 

Conditions d'utilisation

Conditions de consultation :

Pas de restrictions.

Conditions de reproduction :

Pas de restrictions.

Mise en ligne : 07/01/2019
Tipe : Òbra

Lou Mayrau medouquin, tèxte medoquin anonim per l'enròtlament dins las armadas de Loïs XIV

Lo document entitolat Vers composés par M..., sur le départ de François Baudouin et ses compagnons médoquins allant à l'Armée, sovent designat per Lou Mayrau medoquin, es una brocadura anonima, sens data nimai mencion d'estampaire, coneguda per un sol exemplari descobèrt tardivament dens las colleccions de la Bibliotèca municipala de Nantes.
Se lo tèxte poiriá èsser contemporanèu del contèxte istoric que descriu (darnièr tèrç del sègle XVII), , lo sieu estampatge e la siá difusion estampada son probable posterioras de pròche d'un sègle. Enlà la raretat de l'obratge – ne'n coneisson pas qu'un sol exemplari – son subjècte emai sa provenença, lo parçan de Bordèu, fan qu'es excepcional dins lo còrpus de l'escrich occitan d'Ancian regime.
Lo tèxte es correntament intitolat per son primièr vèrs, Lou Mayrau medouquin (Lo vaquièr medoquin), que designa lo sieu personatge principal, un cèrt François Baudouin, lauraire proprietari d'a l'entorn de L'Esparra, dins la partida landesa de Medòc (actuala Gironda). Las de la siá vida de pagès, Baudouin contra, dins aqueste recit en vèrs a la primièra persona, coma respond favorablament a la sollicitation d'un oficièr recrutaire, M. de Rouchon, vngut li prepausar de s'engatjar dens las armadas reialas. Aprèp ager mes los sieus afars en òrdi al prèp del notari de L'Esparra, Baudouin se ronça dins lo recrutament d'una tropa de companhs parats a lo sègre a la guèrra. Se plaça a lor cap, amb de vam mas non sens una cèrta gravitat, l'espèctre de la mòrt al combat planant en permanécia. Lo tèxte s'arrèsta al moment que s'avian per los Paises-Basses e Maastricht que s'agís de tornar prene a l'enemic.

Una òbra unenca e misteriosa dins lo còrpus de l'escrich literari occitan

Descobèrt per Pierre-Louis Berthaud en 1938 per la siá segonda edicion de 1851 – tanplan rara coma l'edicion originala – de còps que i a gaitada coma una engana literària del sègle XIX, cal esperar las annadas 1980 per que François Pic 'trape enfin l'edicion originala del tèxte dins las colleccions de la Bibliotèca de Nantes. Se François Pic confirma las conclusions de Pierre-Louis Berthaud sus l'autenticitat del tèxte – e non pas una fabricacion del sègle XIX - l'estudi de l'edicion originala, mai que mai los sieus caractèrs materials e iconografics, sembla orientar de cap ad una impression bordalesa de la segonda meitat del sègle XVIII. François Pic identifiquèt los motius utilizats per l’estampaire emai la gravadura plaçada en frontispici. Sas recercas an desmostrat que s’agissiá de motius d’usatge en cò de fòrça estampaires de Bordèu e de Tolosa al sègle XVII. Alan Viaut, especialista de l'occitan gascon, a publicat una edicion critica del tèxte en 1990 dins la revista Garona. Segond èl, los marcaires cronologics nombroses e precises que malhan lo tèxta semblon indicar que s'agís plan d'un tèxte compausat e difusat al moment de la guèrra de Olanda, emai se n'es estampat que fòrça mai tard.

Lo caractèr excepcional d'aquel tèxte ven tanben de la siá provenença. Lo parçan de Bordèu n'a pas conegut l'abonda de produccion estampada occitana que coneisson d'altres foguièrs, de la Renaissença a la Revolucion. Per Medòc, s'agís del sol tèxte literari conegut pel periòde.

Un tèxte de propaganda dins lo contèxte de la guèrra de Olanda ?

Lou Mayrau medouquin sembla fòrça èsser un tèxte de propaganda per l'enròtlament de pageses medoquins dins l'armada de Loïs XIV, alavetz en guèrra contra una brava partida d'Euròpa. Lo tèxte fa d'efièch fòrça referéncias dirèctas a la guèrra de Olanda que, de 1672 a 1678, opausèt o reialme de França e son aliat anglés a Espanha, al Sant-Empèri roman germanic emai a las Províncias-Unidas (actuals Paises-Basses).

Baudouin parla d'anar a la guèrra contra l’Amperure d’Allemagn , lou Flamand, qu'a mes sourdats en campagne per fin de tourna dens Mestriq (Maastricht) lo prince d’Orange. Un còp dens la plaça, lodich prince d'Orange se veirà encauga (empreisonar) dens la vila. Totas aquelas indicacions poirián far referéncia a un episòdi precís de la guèrra de Olanda : lo sèti de Maastricht per las armadas del prince d'Orange e dels Paisses-Basses espanhòls per fin de tornar prene la ciutat als Franceses en 1676. L'accion se passariá doncas en 1676 e non pas en 1672 coma l'indica una mencion sus la pagina de títol.

Guèrra costosa, la guèrra de Olanda fasquèt l'objècte d'una intensa propaganda ostila al reialme de França a travèrs Euròpa. De mai, de temptativas de sedicions contra Loïs XIV, encoratjadas per los Habsbourg dins lo reialme de França, espeliguèron, mai que mai en Normandia emai dins las províncias meridionalas (Guiana, Lengadòc, Provença, Dalfinat). Dins aquel contèxte politic e militari complicat pel rei de França, la creacion e la difusion de tèxtes de propaganda en lenga del pòble coma Lou Mayrau medouquin sembla d'a fons plausibla, emai se lo mai grand mistèri demòra sus l'autor e sas motivacions realas. Es de signalar qu’en 1672, la senhoria de L’Esparra aparteniá a la granda familha gascona de Gramont qu’un membre Antoine IV de Gramont (1641-1720), s’es illustrat justament coma general pendent la guèrra de Olanda. Autrament dich, n’es pas impossible que le tèxte emane directament del ròdol d’aquela poderosa familha gascona, una de las mai poderosas del reiaume emai d’Euròpa. Lo Mayrau medouquin, vist aital, far pensar a una levada d’òst senhorial (lo drech del senhor de levar de tropas) de la maison Gramont sus las sias tèrras medoquinas. Mas rès ne permet çaquelà d’aplejar aquela ipotèsi.
Mise en ligne : 19/02/2019
Tipe : Òbra

La Cadichounne de Bordeaux (1877-1878), primièr jornal politic en occitan

Lo diluns 10 de setembre de 1877, dins un contèxte politic tendut entre republicans e reialistas, a la velha d’eleccions legislativas que s’anoncian virulentas, pareis per las carrièras de la capitala girondina un novèl jornal, clarament d’opinion reialista, entègrament redigit en occitan : La Cadichounne.

Lo nom causit se referís a l’univèrs del poèta gascon Mèste Verdièr e de las recardèiras, las mercadièras ambulantas bordalesas. Aquelas recardèiras an lo vèrbi naut e l’insulta aisida. Lo ton es balhat còp sec dins lo títol del jornal: s’agirà de faire pròva de parlar franc, de dire çò que l’òm pensa shens crenhença d’ofensar, e al besonh d’alucar la meca de la polemica. Lo cap-redactor, director e conceptor del jornal es un certan Eugène Druilhet-Lafargue.

Lo jornal pareis en doas serias primièr onze numèros del 10 de setembre al 17 de novembre de 1877, puèi 12 numèros (demest los quals nau solament nos son pervenguts) entre lo 15 de decembre de 1877 e lo 30 d’abrial de 1878, mas aquela segonda seria en realitat mòstra una Cadichounne qu’es venguda un jornal satiric en francés. amb qualques tèxtes occitans

La Cadichounne n’es pas lo primièr jornal entègrament publicat en occitan : la siá parucion es posteriora de dètz meses a la del periodic marsilhés Lou Tron de l’Èr, que lo primièr numèro ne’n pareis lo 6 de genièr de 1877. Pasmens La Cadichounne s’aficha coma un cas a despart, primièr del fach que se dona per ambicion d’èsser entègrament en occitan, dels títols a las publicitats finalas, sens un sol mòt de francés, e sustot que s’agís d’un jornal, d’opinion, un jornal politic (çò que n’èra pas Lou Tron de l’Èr).

Un contèxte politic tendut : la lucha entre republicans e reialistas

Lo contèxte es lo d’una crisi politica qu’entrainèt la quasi-paralisia de l’Estat: la crisi parlementària de 1876-1877, la quina vei la Republica en tant que fòrça politica prene vertadièrament lo poder, malgrat las temptativas del president legitimista Patrici de Mac Mahon. Las originas de la crisi remontan a son eleccion al printemps de 1873. Fàcia a la montada del camp republican, menat per Léon Gambetta, lo vielh marescal legitimista se regdís dens son actitud de “luòctenent general del reiaume”. Las eleccions legislativas de febrièr-març de 1876, previstas per las leis organicas de 1875 qu’instauran las basas de la IIIau Republica, confirman la butida republicana. Los prefèctes receben de directivas sevèras : interdiccion e sasidas de jornals, interpelacions.

En Gironda, lo prefècte Jacques de Tracy aplica amb rigor aquelas directivas. Gambeta, deputat de bordèu, fai votar lo 17 de mai una mocion de desfisança contra lo govèrn. Mac Mahon dissòlv la Cramba lo 25 de junh de 1877. Las novelas eleccions legislativas auràn luòc los 14 e 28 d’octobre. La campanha comença en setembre, marcada per una violéncia dens los escambis entre protagonistas dels dos camps. Es dins aquel contèxte qu’apareis La Cadichounne.

Un journal taillé pour le combat

Amb las siás colomnas a la una (lo meteis format coma La Petita Gironda a la meteissa epòca), lo son gost prononciat pels títols tumadisses, pels dessenhs satirics, per los eslogans eficaces, La Cadichounne es un jornal d’afrontament, de polemica e de provocacion. Òm sentís que Druilhet a fargat son jornal coma o poguèt, un pauc de tris e de tras. Aquò’s un jornal de recuperacion, que recicla de materials d’autres organas de premsa emai de libres. Mas los articles son, eles, originals.

Per las siás illustracions, Druilhet iserís de nombrosas gravaduras pitorescas. Aqueras gravaduras ne son pas originalas, son pas estadas realizadas exprès per La Cadichounne. Venen dels Contes balzatois. Aqueles pichons contes vilatgeses an per encastre la vida rurala de dos pichons vilatges charanteses: Balsac e Vindèla. L’autor, Jean Condat digut Chapelot (1824-1908) a rescontrat un succès vertadièr a París amb aqueles pichons contes naiènts e umoristics. Fai apèl al dessenhaire en vòga Barthélémy Gautier (1846-1893) per illustrat sas istòrias. Gautier comença de se far un nom de dessenhaire dins la premsa parisiana : Le Petit Journal pour rire, Le Journal amusant, La Vie parisienne, emai tanben Le Gaulois. Dins La Cadichounne  son inseridas, a la fin de cada numèro, de publicitats (en occitan) pels contes de Chapelot. N’i a pas nada tralha coneguda d’una collaboracion oficiala entre Chapelot o Gautier e Druilhet-Lafargue, autorizant aqueste-aquí a reciclar las illustracions dels Contes balzatois. Lo dessenhaire n’es d’alhors citat a nat moment dins La Cadichounne coma estant autor de las gravaduras. Una simpla frasa, au bas de las publicitats, precisa que que lous imatges de La Cadichounne soun tirats d’aquets countes. Aquò’s dificile de dire se Druilhet aviá de verai l’autorizacion de reütilizar aquelas òbras. Dins tots los cas, aquò permet a La Cadichounne de s’ofrir per sas colomnas una “puntura” de la caricatura de premsa del temps.

Qu’es aquò qu’a poscut motivar Druilhet-Lafargue, reialista e catolic intransigent, a reciclar las illustracions dels contes de Chapelot, republican moderat e probable franc-maçon ? Rès ne nos permet pas d’o afirmar, mas probable la sola necessitat d’aver d’urgéncia d’illustracions de qualitat per son jornal en desborsicant lo mens possible, e pas rès se possible. 

Eugène Druilhet-Lafargue : « le petit lutteur courageux » (P.-L. Berthaud)

Eugène Druilhet-Lafargue es un personatge mal conegut. Proprietari, rentièr, Drulhet-Lafargue èra un publicista, un poligraf, amator esclairat a façon del sègle XIX, membre de mantas societats sabentas, publicant brocaduras e monografias sus de subjèctes autanplan dispariats coma la botanica, la biologia, la paleontologia, l’agronomia, la zoologia, la filosofia o encara l’arqueologia. Èra tanben musicaire, tocaire d’armonium en renomada. Sos quites adversaris saludan la siá “distinccion” e la siá elegància. Catolic militant, de sensibilitat orleanista, pròche de l’Òrdre Moral, Druilhet s’es mai d’un còp atacat al positivisme e al scientisme del sieu temps e sembla s’èsser afogat per la question de la conciliacion de las sciéncias e de la religion. Druilhet foguèt tanben un òme politic, puèi que foguèt candidat malurós a las eleccions legislativas a Bordèu de cap a Léon Gambetta en persona. Foguèt tanben un efemèr president de la comission municipala de Cauderan, exerçant per decret presidencial la fonccion de conse de la comuna.

Membre de mantas societats sapientas, en Gironda e enlà, Druilhet-Lafargue a poscut costejar al dintre de l’Academia de las Sciéncias, Bèlas-Letras e Arts de Bordèu qualques personalitats localas estacadas a l’occitan, coma l’abat Hyppolite Cauderan, l’abat Arnaud Ferrand, Achille Luchaire, Jules Delpit, Joan-Francés Bladèr o encara Léo Drouyn… Tanplan membre correspondent de la Societat de las Letras, Sciéncias e Arts d’Avairon, Druilhet i podiá rescontrar de personalitats estacadas a la causa de l’occitan, demest losquaus l’abat Justin Bessou (1845-1918), una figura pionièra del felibrige en Avairon.

Un jornal bordalés e panoccitan

Dins La Cadichounne, lo causit de l’occitan es justificat per un discors lingüistic que poiriam quasi qualificar de militant que s’ataca als enriquesits franchimands e desdenhan la lenga del parçan per fin de s’elevar en aparéncia sus l’escala sociala. Fornís tanben de donadas chifradas - fantasistas mas l’intencion es aquí - e de prepaus que renvian en granda partida a la tenguda, en octobre de 1861, de la vint-ochena sesilha del Congrès scientific de França, que los seus actes foguèron estampats a cò dels estampaires associats Coderc-Dégreteau-Poujol en 1864. Cabon notadament lo Mémoire sur les idiomes du Midi de la France en général, et sur celui du centre de la Guienne en particulier, de l’inspector de la Societat Francesa d’Arqueologia, Auguste du Peyrat, que sembla aver marca los esperits bordalés. Veirèm que lo contèxte bordalés, emai las relacions e los camps d’activitat de Druilhet-Lafargue explican aquela portada teorica e revendicativa. S’ajostan a aquò qu’existissiá alavetz al dintre de l’Academia de Bordèu mantas personalitats interessadas per l’estudi e la valorizacion de çò que començavan desjà de sonar la “lenga d’òc”, que las òbras completas de Verdié venián d’èsser tornadas estampar, apareis que Druilhet-Lafargue banhava dins un climat sensibilizat a l’occitan. Existissiá clarament dins lo Bordèu d’aquel temps un interès de certans intellectuals locals per l’occitan, malgrat que ne formèsson pas un “front” unificat. Druilhet, quora s’amusarà a atacar de jornals republicans bordaleses, recebrà d’alhors d’unes d’entre eles responsas mai o mens aimablas en occitan. Notèm pasmens qu’un (o una) dels cronicaires (-ras) del jornal signa “Clémence-Isaure”, del nom de la fondatritz mitica del Consistòri del Gai Saber de Tolosa.

Aquel element explica que, sol de tot lo paisatge de la premsa bordalesa, Druilhet-Lafargue fasca mòstra dins lo seu jornal d’una apròcha reflexica sus l’occitan, o pr’èsser exact, qu’utilize un discors tendent a valorizar l’occitan coma argument contra sos detractors.

Per tant qu’a la lenga, aquò’s plan d’occitan bordalés qu’es emplegat. Druilhet n’es pas particulariament atentiu a la qualitat de la siá lenga, aquò lo mens que poscan dire: gallicismes, barbarismes e marganhas de sintaxi malhan un occitan que l’òm ressentís pasmens coma autentic. Grumilheja per alhors d’expressions idiomaticas e de localismes. Unes cronicaires - que s’agisca de Druilhet el-meteis o non - revendican una quita apartenença locala, l’emplec del parlar “pishadèir”, aquò’s a dire lo del barri Sant-Miquèl. I a dens La Cadichounne o avem dich una dimenson engatjada, que’n fa non solament lo primièr jornal politic de lenga occitana, mas lo primièr jornal d’aquela mena a portar un discors revendicatiu sus l’occitan. A partir del n°3 (22 de setembre), pareis de mai dins cada numèro de La Cadichounne un extrach de l’Essai grammatical sur le gascon de Bordeaux. Guillaoumet debingut grammérien (Bordèu, Coderc-Dégreteau-Poujol, 1867) de Guilhaume Dador. Aquela preséncia se pòt analizar de mai d’una faiçon: besonh d’enriquesir lo contengut del jornal, viste a cort d’’informacions a mesura que las escasenças per lasqualas èra nascut passan; pairinatge d’un autor d’expression occitan plan conegut a Bordèu dins los mitans catolics, mas taben benlèu interès simplament pedagogic, per una grammatica “del pòble”, accessibla malgrat sos defauts. La Cadichounne se malha donc d’una dimension suplementària, a pretencion pedagogica : òm i pòt trobar un quite cors d’occitan en fulheton.

Amb lo temps e la necessitat de variar lo contengut per ne pas alassar lo public, vesèm aparéisser de contribucions dins d’autras variantas de l’occitan : en parlar de Vasadés, puèi de Libornés primièr. Puèi, dins los darnièrs numèros, rescontrèm de tèxtes de l’abat Léon Maumen (1803-1888) d’Aira, figura del partit catolic dins Landas, e un quite poèma nimés, extrach de  L’Embarras de la fieiro de Beaucaire celèbre tèxte de 1657, per Jan Michel (1603-1689), dins la siá edicion de 1700, que Druilhet a probable tirat de sas coneissenças filologicas occitanas. De vèrsa la meteissa epòca, Druilhet combla de voides de mai en mai badants dins las colomnas de La Cadichounne en i fasent paréisser de largs extraches dels Usages et chansons populaires de l'ancien Bazadais: Baptêmes, noces, moissons, enterrements de Lamarque de Plaisance (Bordèu, Balarac, 1845). Lo jornal, malgrat que siasque sul descreis, revestís donc en pareissença una dimension panoccitana inatenduda. Mas ben de verai, totes aqueles artifcis ne servisson pas qu’a amagar una realitat que n’es que visibla de tròp : l’occitan recula, al profièch d’articles en francés, e ne se redusís lèu qu’a un o dos tèxtes, una cançon, al mièg d’un jornal quasiment francofòn.

La Cadichounne presenta aital dins la sias colomnas, dins lo corrent del mes de setembre de 1877, un roman-fulheton, qu’es lo segond en lenga occitana conegut. Aquò’s un roman d’inspiracion realista e de l’atmosfèra sorna, que n’es pas sens rapelar los estíles de Ponson du Terrail o d’Eugène Sue :  Lou Curt daous praoubes, signat Suzanne Blanc dicha Mayan. Los tres primièrs fulhetons tan solament foguèren publicats dins las colomnas de La Cadichounne, daissant l’obratge inacabat. Aquel roman seguís de sèt ans l’òbra del cronicaire bordalés republican (1840-1880) qui, en 1871, aviá fach paréisser dins La Gironde du Dimanche lo primièr roman-fulheton en lenga d’òc jamai repertoriat, Caoufrès, roman de guèrra tanben inacabat aprèp onze liurasons.

Per la rèsta, las receptas de La Cadichounne non diferisson pas briga de las dels autres jornals satirics del temps: atacas frontalas, ton richonièr, grinçant e cinic. Los candidats republicans son escarnits sus lors fisics, lors traches de caractèr, lors defauts (quequejadís, manca d’eloquéncia, irritabilitat), lors religions o lors engatjaments ideologics. De cançons, a còps d’origina, a còps destornadas d’aires coneguts, malhan lo jornal que venen esgaiar las gravaduras de Barthélémy Gautier. Aquelas cançons son impietadosas, tanben coma los articles que las acompanhan. Trobèm mai d’un còp lo tòpos obligat de la scèna dels dos pageses, l’un - estupide -  que vòl votar pel candidat republican e l’autre - intelligent e cultivat - qui l’incita a l’encontra a balhar la siá votz al candidat conservador. Lo ròtle del bon sens e de la clarvesença es de còps que i a atribuît a la pròpra esposa del pèc, que fa votar son marit pel camp “de que cal” jos la menaça de son escoba.

Una fin rapida fauta de combatants

Druilhet/Mayan reïtèra a cada fin de numèro que ne farà pas cap de crida de fons, que se’n sortirà tot sol, que La Cadichounne ne se balharà pas a degun, eca. Segur, es de bon avisar l’afanament dels ressòrts comics, del prepaus emai de la vèrbia, mai que mai aprèp lo n°8 (dijaus 20 d’octobre), qui pareis a l’endeman de la victòria escrasenta dels republicans en Gironda, tanlèu lo primièr torn (n’i n’aurà pas besonh d’un segond), e lo  n°11 (10 de novembre), a l’endeman de las eleccions departamentalas e d’arrondiment, que confirman la victòria republicana. Lo “Père Mayan” ne se’n relevarà pas nimai lo son jornal. Lo 30 d’abriu de 1878 pareis lo darnièr numèro de La Cadichounne. Lo jornal acaba la siá segonda seria, entamenada en genièr. Dos meses de silenci desseparan donc las doas serias de La Cadichounne, mas en realitat tot las dessepara. Lo jornal entègrament redigit en lenga d’òc, a daissat la plaça a un jornal satiric en francés, on aicí e alà se venon ajostar un article gascon. La Cadichounne èra estada creada per un afrontament: aqueste-aicí passat e perdut, n’a pas mai de rason d’existir. Eugène Druilhet-Lafargue el tanben desapareis totalament dels ecrans en seguida de la mòrt de La Cadichounne. Jà misteriós, lo personatge ven una enigma. Lo son nom desapareis de las societats sabentas que frequenava. Lo retrobèm qualques annadas mai tard en Bretanha, onte fai fonccion d’editor. Lo luòc emai la data de son decès son desconeguts.

Mise en ligne : 26/02/2019
Tipe : Òbra

Histoire du fonds

Correspondances issues du fonds Bacquié-Fonade (Coll. CIRDÒC, BAC-A)

Félibre toulousain, Pierre Bacquié-Fonade, plus connu sous le nom de Marius Bacquié-Fonade, (1854-1910) est principalement connu pour avoir créé en 1904 l'association des Toulousains de Toulouse et avoir posé les bases du Musée du Vieux Toulouse fondé en 1907. Il est également membre-fondateur de l'Escolo Moundino en 1893 et rédacteur en chef de la revue La Terro d'Oc (1894-1933) . Il est élu majoral du Félibrige en 1905.
Très intéressé par le mouvement régionaliste qui se développe à la fin du XIXe siècle, il rencontre Joseph Roumanille qui lui conseille de constituer une bibliothèque régionaliste sur Toulouse et le Languedoc. C’est à la fois par ses recherches personnelles et par les envois qu’il reçoit en qualité d’administrateur de la revue La Terro d’Oc qu'il constitue une des plus riches bibliothèques sur l'histoire de Toulouse. Cette collection est complétée par celle du secrétaire-adjoint de la revue, l'écrivain Danton Cazelles (1867-1961). Vendue en 2014, la collection de Marius Bacquié-Fonade a été acquise par le CIRDÒC pour sa partie occitane, une partie des collections sur l'histoire de Toulouse a été acquise par les Archives municipales de Toulouse.

Accroissement :

Fonds clos

Description du fonds

Le fonds Marius Bacquié-Fonade se compose de deux grand ensembles :

BAC-A : correspondances reçues et envoyées par Marius Bacquié-Fonade et Danton Cazelles.

BAC-B : manuscrits littéraires envoyées à Marius Bacquié-Fonade, Danton Cazelles ou Marguerite Navarre, en tant que responsables de la revue La Terro d’Oc.

Dates extrêmes :

1885 - 1946

Langues représentées dans le fonds :

Occitan (languedocien)

Occitan (provençal)

Occitan (gascon)

Français

Importance matérielle :

0.10 mètre linéaire, 250 feuilles environ

Supports représentés :

Le fonds comprend des manuscrits de correspondances ainsi que des pièces littéraires de différentes natures : poésie, prose, paroles de chanson, partition, dessin, conte.
Il comprend également quelques poèmes imprimés.

Importance matérielle :

Accéder à la correspondance numérisée entre Marius Bacquié-Fonade et Frédéric Mistral en ligne sur Occitanica

Pour le consulter

Identifiant du fonds :

BAC

Instruments de recherche disponibles :

Accéder à la description détailllée du fonds

Conditions de consultation :

Consultable au CIRDÒC, en salle de recherche

Conditions de reproduction :

Toute reproduction en vue d'une édition ou production audiovisuelle de la documentation contemporaine soumise au droit d'auteur ne peut se faire sans l'accord des ayants-droit. La reproduction de documents à des fins de recherche, sans publication des documents, est possible sous réserve des impératifs de conservation des documents.

Mise en ligne : 29/03/2017
Tipe : Film documentari / Data : 2011-03-11

Presentacion pel collectiu Dètz

Glapam Tolosa que s’ei transformat en Glapam Nissa, tà seguir lo Carnaval de Nissa la Bella.

Aquò qu’ei un extrèit deu passa-carrèra dens la vielha vila, mes tanben de la serada au Sezamo, dab entervistas e moments de musica impovisats.

Un carnaval independent, hèit peu monde de Nissa, de l’Orphéon de la Verrerie de Tolosa, d’autes amics de Marselha, de Cuneo, e autas vilas a l’entorn : Louis Pastorelli (Gigi de Nissa), Jérémy Couraut (Djé Balèti), Capitanissa, Sainte Ambrounette Sougirous de la Fouasse, e d’autes.

 

Rodatge : 05/03/2011 a Nissa

Mise en ligne : 05/02/2018
Appartient à :
sus 3