Recèrca

sus 4
Tipe : Centre de ressorsa

Pour contacter l'établissement

Adresse : 11 rue des Puits-Creusés, BP 7093, 31070 Toulouse Cedex 7I
Tél. 05.62.15.01.40
Fax 05.62.15.01.50

Historique et missions

Créé en 1995, le S.I.C.D. est un service inter-universitaire créé par convention entre sept établissements d’enseignement supérieur et de recherche de Midi-Pyrénées (universités Toulouse 1 Capitole, Toulouse 2 Le Mirail, Toulouse 3 Paul Sabatier, Institut national polytechnique de Toulouse, INSA de Toulouse, Institut supérieur de l’Aéronautique et de l’espace, EPA Jean-François Champollion d’Albi), et rattaché au Pôle de Recherche et d’enseignement supérieur PRES-Université de Toulouse (depuis 2008).

À ce titre, il agit également pour les autres établissements qui sont membres du PRES mais non signataires de la convention. Il a reçu délégation pour piloter les actions et les dispositifs qui sous-tendent le fonctionnement en réseau des bibliothèques des établissements :

- informatique documentaire : système informatique commun et interfaces de recherche.

- acquisitions mutualisées de ressources électroniques,

- gestion et valorisation du patrimoine écrit des universités,

- développement de contenus numériques : numérisation patrimoniale, portail des publications de recherche de l’université de Toulouse formations aux outils mis en place au sein du réseau,

- formation professionnelle des personnels (CRFCB) et formations à l’Information scientifique et technique (URFIST).

La mission du S.I.C.D. a été renforcée par la volonté des établissements d’enseignement supérieur et de recherche, membres de l’Université de Toulouse, de placer la politique documentaire de site dans les objectifs du projet de PRES dès sa gestation en 2006. En 2012, le système informatique commun équipe 60 bibliothèques au sein du réseau, et la mutualisation des ressources documentaires électroniques concerne la quasi-totalité des établissements membres du PRES.

Le S.I.C.D. assure également la conservation, le signalement, la communication et la valorisation des fonds patrimoniaux des bibliothèques universitaires (manuscrits et imprimés antérieurs à 1830, soit environ 50.000 documents).;

Les collections occitanes du SICD de Toulouse

Instruments de recherche disponibles :

Archipel : Catalogue collectif des bibliothèques universitaires de Toulouse et Midi-Pyrénées

Tolosana : les collections anciennes numérisées de l'Université de Toulouse

Lirel : liste des revues électroniques disponibles dans les bibliothèques de l'Université de Toulouse et Midi-Pyrénées

Épure : entrepôts d'Archives Ouvertes des établissements membres de l’Université de Toulouse

Patrimoine occitan numérisé

Voir les ressources occitanes numérisées

Mise en ligne : 19/07/2017
Tipe : Centre de ressorsa

Pour contacter l'établissement

Archives municipales de Toulouse
2, rue des archives
31500 - Toulouse
05.61.61.63.33

Historique et missions

Les Archives municipales de Toulouse sont installées depuis 1996 dans l'ancien réservoir d'eau de Périole, dans le quartier du faubourg Bonnefoy.

Elles sont nées en février 1205 lorsque le notaire Guillaume Bernard, sur l'ordre des consuls, commença la transcription des titres de la ville dans deux cartulaires semblables. Ensuite, malgré quelques aléas, l'administration municipale conserva précieusement ses archives et les organisa régulièrement au cours des siècles. Enfin, elles furent placées sous la responsabilité d'un archiviste de manière continue à partir de 1863.

Quelles sont les missions des Archives ?

- Collecter les sources de l'histoire de la ville et de ses habitants, auprès des services municipaux, des particuliers, des associations et des entreprises.

- Classer les documents selon leur provenance et leur période, pour les mettre à la disposition du public.

- Conserver les documents en les préservant et en les restaurant.

- Communiquer les documents par la salle de lecture, le service éducatif, les éditions, les expositions et le site Internet

Des fonds documentaires riches en accroissement

Les Archives possèdent actuellement environ 13 000 mètres linéaires de documents, du 13e siècle à nos jours, provenant en majorité des services municipaux, complétés par les dons, dépôts ou achats d'archives privées (entreprises, associations ou particuliers).

Les fonds traitent des différentes compétences de la commune depuis le Moyen Âge : l'organisation de la commune et son administration, la comptabilité et le cadastre, les bâtiments municipaux dont les écoles primaires, l'urbanisme et les permis de construire, la voirie et les travaux publics, les affaires militaires, la population (registres paroissiaux et d'état civil, recensements de population), la police municipale, les élections, les actions culturelles et sportives…

Pour compléter les dossiers et registres :

- des documents figurés (affiches, cartes et plans, dessins et gravures, photographies et cartes postales), en très grand nombre ;

- une bibliothèque historique et administrative d'ouvrages, de brochures et de périodiques.

Parmi les nombreuses richesses des Archives, les Annales manuscrites de la ville sont une collection de 12 gros registres dans lesquels ont été écrits les récits des événements notables survenus chaque année, accompagnés d'enluminures, dont les portraits des consuls de la ville appelés capitouls.

Les différents fonds doivent être classés, inventoriés et conditionnés selon les règles archivistiques. Ils peuvent être restaurés si leur état le nécessite. Leur numérisation ponctuelle ou programmée permet de les mettre à disposition plus aisément notamment grâce à la base de données des Archives.

Les collections occitanes des archives municipales de Toulouse

Les archives municipales de Toulouse conservent un fonds occitan : le fonds Bacquié-Fonade (voir la fiche de fonds du fonds Bacquié-Fonade).
Elles conservent également le fonds André Hermet, membre de l'Académie des Sciences et des Belles Lettres de Toulouse et vice-président de la Société des Toulousains de Toulouse. Sa bibliothèque conserve 11 ouvrages en occitan :

- De l'estat et police de l'église nostre Dame dite la Daurade à Tolose de JeanChabanel conservé sous la cote BH 32

- Discours prounounçat dabant la legiou de Sant-Ginest, pel R. P. Sermet, Exproubincial des Carmés Descaussés, Predicairé ourdinari del Rey, etc. A l'ouccasiou de la Federatiou generalo conservé sous la cote BH 972


- Retour del printems, & dé la libertat, per M. Girard, pere, brabé Grenadié de la Daourado, & amic de la Societat de la Constitutiou dés Jacoupins de Toulouso, & légit en Séenço publiquo al ci-devant Senechal, lé 3 Avril 1791. Es imprimat per ordre de la soucietat.  conservé sous la cote BH 987

- Dialogo entre le pero Sermet et Mestré Guillaumes ; paysan del Bilatge de ***. Legit le 6 Febrier 1791, à la Séenço publiquo del Cloub des Jacoupins, dins la Salo del ci-daban Senechal. conservé sous la cote BH 988

- Dialogo d'uno jardiniero de St. Estiené, dambé uno deboto de la mêmo parachio, légit à la séenço publiquo des amics de la Coustitutiou, fayt per Madoumaiselo Linas, fenno de V...., bouno patrioto, natibo de la parochio de la Daurado, aro dins la de St. Estiené. conservé sous la cote BH 1006

- Credo demoucratique, conservé sous la cote BH 1009 :

- « Terro Moundino » : A la recherche du folklore toulousain. Auta. conservé sous la cote BH 1397

- Cansous et Pouesïos Toulousènos. de L'Anric del Busca conservé sous la cote BH 1484

- Las espigos de la Lengo Moundino. Poésies languedociennes. de Louis Vestrepain conservé sous la cote BH 1493

- Las espigos de la Lengo Moundino. Poésies languedociennes. de Louis Vestrepain conservé sous la cote BH 1494

- Las Obros de Pierre Goudelin, augmentados noubelomen de forço pessos, ombé le Dictiounari sur la lengo Moundino. conservé sous la cote BH 1495

Mise en ligne : 29/03/2017
Mise en ligne : 13/12/2018
Tipe : Fons documentari

Histoire du fonds

Originaire du Mas-Cabardès dans la Montagne noire, Didier Olive s’est intéressé très tôt à la culture locale et plus particulièrement à la bodega aussi appelée craba, cornemuse de sa région dont il a appris à jouer. Alors qu’il était étudiant, il a mené une enquête auprès de la population du Mas-Cabardès pour mieux connaître les traditions orales et pratiques musicales de la région et tenter de retrouver les mélodies jouées à la bodega. Il a complété ses enquêtes orales par des recherches historiques à partir de documents d’archives sur la région.

Modalités d'entrée :

Dépôt de Didier Olive (2010)

Accroissement :

Fonds clos

Fonds complémentaire :

 

Description du fonds

Le fonds comprend les campagnes de collectages ethnomusicologiques menées par Didier Olive dans la région du Cabardès, principalement autour de la bodega. On y trouve principalement des témoignages, des chants (parfois accompagnés à l’accordéon diatonique ou à l’harmonica) et des airs de bodega. Les typologies de chants contenus dans ces collectages sont variés : amour et mariage, chants de conscrits, chants de bergers, chansons grivoises ou satiriques, chants de carnaval, chants religieux ou encore musiques de bal. D’un point de vue ethnologique, ces témoignages s’articulent autour des thèmes de la fabrication et la pratique de la bodega, des pratiques agricoles, de la médecine populaire, de la religion mais aussi des coutumes locales. Quelques contes et récits populaires en français et occitan figurent également dans le fonds.

Aux côtés des collectages sur la bodega, on trouve dans ce fonds des enquêtes sonores menées dans le Lauragais par Xavier Vidal et Renat Jurié.

Enfin, figure dans ce fonds un document remarquable : un enregistrement de Charles Alexandre, spécialiste de la bodega dans les années 1970. L’instrumentiste y interprète plusieurs morceaux à la bodega, parfois en version lente, assortis de commentaires à visée pédagogique.

Contenu du fonds :

Campagne de collecte au Cabardès en 1975 et 1976
Campagne de collecte au Mas-Cabardès en 1977
Campagne de collecte au Mas-Cabardès en 1978
Répertoire de chansons récentes et de tradition
Campagne de collecte au Mas-Cabardès et à Pradelles en 1979
Chants et airs du Cabardès à la bodega et à l'harmonica
Chants du Lauragais (enquête de Xavier Vidal et Renat Jurié)
Chants et formulettes du Lauragais (enquête de Xavier Vidal et Renat Jurié)
Sept chants du Cabardès
Répertoire de chants de création et de tradition accompagnés à l'accordéon diatonique
Interprétations chantées d'airs de bodega
Airs de chansons et de danses interprétés à la bodega
Campagne de collecte au Mas-Cabardès en 1978

Dates extrêmes :

1975-1985

Langues représentées dans le fonds :

Français

Occitan (dialecte languedocien)

Importance matérielle :

14 cassettes audio, 09:22:00

Supports représentés :

Enregistrements sonores

Pour le consulter

Identifiant du fonds :

2069 - 2081

Instruments de recherche disponibles :

Inventaire détaillé en ligne sur le catalogue documentaire du COMDT : http://83.155.146.68/Record.htm?idlist=31&record=19133497124919516799

Ressources en ligne :

Fonds entièrement consultable sur le catalogue documentaire du COMDT : http://83.155.146.68/Record.htm?idlist=31&record=19133497124919516799

Conditions d'utilisation

Conditions de consultation :

Consultation libre

Conditions de reproduction :

Copie sur autorisation

Mise en ligne : 10/05/2019
Tipe : Fons documentari

Histoire du fonds

Francine Lancelot (1929-2003), chercheuse, danseuse et chorégraphe s’est très tôt intéressée aux danses traditionnelles régionales et à l’étude des danses anciennes, populaires et savantes. Elle devient dans les années 1960 l’actrice d’une véritable redécouverte des danses baroques.

Élève de François Malkovsky, de Mary Wigman puis de Françoise et Dominique Dupuy, elle travaille auprès de Pierre Conté au théâtre de l’Atelier où elle est initiée à la notation chorégraphique Conté. Danseuse, chorégraphe et comédienne à Saint-Etienne, Francine Lancelot rencontre une troupe de danses traditionnelles yougoslaves qui l’amène à s’intéresser au répertoire traditionnel français.

Elle se forme alors au collectage des chansons et danses traditionnelles auprès de Jean-Michel Guilcher. Elle est par lansuite missionnée par le CNRS pour recueillir les répertoires populaires chantés et dansés en France et participe notamment au programme RCP (Recherche Coopérative sur Programme) Aubrac où elle réalise des films de collecte sur des danseurs de bourrée. Elle réalise ainsi entre les années 1960 et 1970 des collectages autour des pratiques dansées traditionnelles dans l’Aubrac, en Provence et Languedoc, en Vendée, Haute-Bretagne, Béarn, Gers et Landes.

En 1973, elle soutient une thèse de 3° cycle en ethnologie historique à l’Ecole Pratique de Hautes-Etudes autour des sociétés de farandole en Provence et Languedoc1, dans laquelle elle s’attache à l’étude du rapport entre pratiques populaires et pratiques savantes.

S’intéressant également à la danse baroque, elle fonde dans les années 1980 sa compagnie Ris et Danceries qui lui permet de fédérer musiciens, musicologues, décorateurs, costumiers et passionnés de danse baroque. Elle publie en 1996, La Belle Dance2, catalogue raisonné des partitions chorégraphiques du XVIIIème siècle.

A la fin de sa vie, pour assurer la transmission et l’accessibilité de sa documentation Francine Lancelot a confié ses archives à plusieurs centres spécialisés, dont le COMDT.

Modalités d'entrée :

Dépôt

Accroissement :

Fonds clos

Fonds complémentaire :

Centre National de la Danse, Archives Francine Lancelot et Compagnie Ris et Danceries

BnF, Département des Arts du Spectacle, Fonds Ris et Danceries

UPCP-Métive, Fonds Francine Lancelot

Phonothèque de la MMSH, Corpus : Les sociétés de farandole en Provence et en Languedoc

Dastum, Fonds Francine Lancelot

Description du fonds

Corpus d’enregistrements sonores et audiovisuels réalisé dans le cadre d’une recherche sur les rondes chantées dans le Gers (Savès), Béarn et Landes (Albret et Grande-Lande) constitué pour partie en collaboration avec le CNRS. Ce corpus contient 5 versions de chants ainsi que 46 versions instrumentales collectés entre 1976 et 1977.

Dates extrêmes :

1976-1977

Langues représentées dans le fonds :

Occitan (gascon)

Français

Importance matérielle :

Enregistrements sonores : 02:00:00, Images animées : 01:00:00.

Supports représentés :

Enregistrements sonores

Documents audiovisuels

Pour le consulter

Identifiant du fonds :

 

Instruments de recherche disponibles :

Fonds inventorié sur le catalogue en ligne du COMDT

Conditions d'utilisation

Conditions de consultation :

Fonds consultable sur place

Conditions de reproduction :

Reproduction soumise à autorisation

Mise en ligne : 10/05/2019
Mise en ligne : 29/03/2017
Tipe : Òbra / Data : 1494
Mise en ligne : 29/03/2017
Tipe : Centre de ressorsa
Centre de ressources pour la culture occitane de tradition orale, la transmission et la diffusion des musiques et danses traditionnelles, le COMDT assure la diffusion et le soutien de la création artistique, la formation et sensibilisation ainsi que la recherche et la valorisation du patrimoine de tradition orale, notamment grâce à un atelier de facture instrumentale et un centre de documentation.

Pour contacter l'établissement

Centre de documentation
COMDT Toulouse Midi-Pyrénées
5, rue du Pont de Tounis
31500 Toulouse
Tél. : +33 (0)5 34 51 18 76
Mail : documentation@comdt.org
Site internet : http://www.comdt.org/

Accès libre, horaires d'ouverture :
Lundi : 10h – 13h / 15h – 17h45
Mardi : 14h – 18h45
Mercredi : 10h – 13h / 14h – 18h45
Jeudi : 14h – 18h45
Vendredi : 10h – 12h45

Historique et missions

Créé en 1971 par la Ville de Toulouse et les Ballets occitans de Françoise Dague, le Conservatoire Occitan se dote dès l’origine d’un centre de documentation ayant pour but de documenter les divers secteurs d’activités de la structure : facture instrumentale, formation, recherche autour des musiques et danses traditionnelles.

Se voulant un lieu de mémoire consultable par le grand public, le centre de documentation a pris en compte tous les supports documentaires et structuré peu à peu une photothèque, une bibliothèque ainsi qu’une phonothèque spécialisés dans le domaine de l’ethnomusicologie régionale et générale (musique, danse, littérature orale et ethnographie).

Affilié depuis 1985 à la FAMDT (Fédération des Associations de Musiques et Danses Traditionnelles), le COMDT, qui prend l’appelation de Centre Occitan des Musiques et Danses Traditionnelles en 2007, s’est spécialisé dans le traitement des archives sonores et a entrepris depuis sa création de collecter, sauvegarder et communiquer au public les archives sonores et audiovisuelles constituées lors de collectages dans la région Midi-Pyrénées et au-delà.

Les collections occitanes du centre de documentation du COMDT

Aujourd’hui le COMDT conserve dans ses collections 2500 ouvrages, 1400 documents sonores édités, 180 titres de périodiques, 44 fonds d’archives sonores et audiovisuelles ainsi que 1000 photographies et cartes postales anciennes dont la majorité portent sur le domaine occitan.

Parmi ces documents le centre de documentation du COMDT abrite une collection de disques vinyles comprenant les albums phares du renouveau des musiques traditionnelles occitanes (années 1960-1970).

La plupart des fonds d’archives sonores sont à caractère ethnographique et portent principalement sur les aires culturelles gasconnes et languedociennes. Ils sont particulièrement intéressants dans les domaines du chant et de la musique instrumentale, de la danse, de la littérature orale (contes, récits, formulettes…) et ethnographiques (fêtes, coutumes et traditions populaires…) et comportent de nombreux témoignages en langue occitane.

Instruments de recherche disponibles :

Catalogue documentaire disponible en ligne

Consulter les fonds décrits sur le CCFR (Catalogue Collectif de France)

Patrimoine occitan numérisé

De nombreuses enquêtes sonores ont été numérisées et sont consultables en ligne. Pour consulter les documents mis en ligne, cochez la case Écouter-voir qui se trouve dans chacune des recherches du menu Interroger le catalogue > documents.

Sont également consultables et téléchargeables à partir du catalogue, les photographies des instruments de musique de la collection du COMDT.

Mise en ligne : 29/03/2017
Tipe : Òbra

Le Bon soir des moundis es un tèxte de poesia borlesca en occitan, pro enigmatic, construch en vèrs irregular coma un inventari de las insultas e vòt de malastre. Es datat del mitan del sègle XVIII, estampat en fulhet e conegut per un sol exemplar conservat a la Bibliothèque universitaire de l’Arsenal (Tolosa-1).
Aquel tipe de document a difusion populara es pro rar dins las colleccions publicas. Aparten pasmens a un còrpus abondós de tèxtes borlesques e carnavalesques que compausan una granda part de la literatura occitana de l’epòca modèrna (sègle XVI-fin sègle XVIII) dont Tolosa es un dels principals fogals a l'entorn del fòrça famós poèta Pèire Godolin (1580-1649).
Pauc conegut, descrich per le sabent Jean-Baptiste Noulet dins son Essai sur l’histoire littéraire des patois du midi de la France au XVIIIe siècle (Paris : J. Techener, 1859, p.172) coma contenent un « tissu d’ordures et d’injures dégoûtantes, en usage, ce semble, parmi le bas peuple, à la fin du XVIIIe siècle » (teissut d'orduras e d'injúria desgostanta, en usatge, çò sembla, demest lo bas poble, a la fin del sègle XVIII) lo percebrem uèi al contrari coma un testimoniatge preciós de la lenga populara dels Tolosencs, de lors divertiments e de lor umor dins una cultura collectiva fòrtament emprenhada de carnavalesc.
Lo fulhet conten al revèrs un autre tèxte en francés titolat « Pour les femmes » (Per las femnas) (e non “Contra” coma o pretend Noulet) qu'es un argumentari de defensa de las femnas, argüissent lor natura egala veire superiora a l’òme.

Consultar lo document

Consultar lo document sur Occitanica

Descripcion del document

Le bon soir des moundis. Tust, Tust, quié-là ? [Toulouse] : [s.n.], [17..]

Aquel fulhet que conten dos tèxtes estampats al rècto e al versò es conegut per un sol exemplar religat amb d’autras brocaduras en occitan dins un recuèlh eissit de la colleccion de l’erudit e bibliofila occitanista Frix Taillade (1819-1901) que sa bibliotèca es estada aquesida en 1906 per la bibliotèca de l’Universitat de Tolosa. Es uèi conservat dins lo fons ancian de l’Universitat de Tolosa (Bibliotèque universitaire de l’Arsenal - SCD Toulouse-1 ; quòta : Resp 35341-3/26).
Aquel document occitan tolosenc es imprimit sus un fulhet rècto-verso de format mejan (390 × 185 mm) que se pòt aparentar a de produccion populara de còlportatge que propausava a la venda ambulanta d'obratges estampats a feble prètz. Aquela practica a grandament obrada a la bona difusion de nombrosas òbras entre l'Edat Mejan e lo sègle XX. Las òbras de Pèire Godolin, Jasmin, Mesté Verdié e d'unes almanacs felibrencs son per exemple estada largament difusats mercés al còlportatge.
Sens data ni nom d’autor o d’estampaire, es estat datat posterior a las annadas 1720-1730 del fach de la mencion del « pape de Hollande » (Papa de Olanda). Es possible de veire dins aquel tèrme una allusion al esquisma provocat a las Províncias-Unidas (actuals Païses-Basses) per lo prelat catolic Dominique-Marie Varlet (1678-1742), avesque in partibus de Babilònia, excomunicat en 1725 per aver administrat de sagraments a las Províncias-Unidas mentre qu'èra estat relevat de sas foncions, e en oposicion als òrdres del papa. Refusant de se sometre al Sans Ses, Varlet fonda alara una glèisa catolica esquismatica a Utrecht, que serà apuèi coneguda jos lo nom de Église vieille-catholique (Glèisa vièlha-catolica) o Union d’Utrecht.

Contengut

Lo rectò conten « Le bon soir des moundis », seguit del jos-títol « Tust, Tust, quié-là ? ». Lo verso content un autre tèxte, en francés aquel es titolat « Pour les femmes » (Per las femnas).

Le bon soir des moundis se compausa de doas partidas. La primièra es una lista d’injúrias popularas en occitan. Mantunas mancan pas de vèrbia, d'unas relèvan quasi de l’absurde : Capèl de ressegaire, que le mèstre non val gaire, Visatge de pautrada, fisionomia mancada, Frut d’espital, enfant de còr de Marselha, Visatge de cuèr bolhit, visatge de trenta-sièis faiçons ...

La segonda es titolada « Passen as souhaits » e enumèra de vòts absurdes e borlesques. Tornamai, los vòts en question sofrisson pas de la comparason amb las insultas que los precedisson, al nivèl de la riquesa imaginativa, folastre e fantasista : Te soèti las perpelhas coma una bòta de rafes, Te soèti las dents e la machoara rengadas coma las nòtas de musica. Nos saram de còps de l'ambient d'un tablèu de Jérôme Bosch : Te soèti que tas costèlas serviscan de cabana al diable per se metre a l’abric del solelh, Te soèti que quand te mocas, te mocas la cervèla, Te soèti que Lucifèr te trigosse per de vinhas podadas de frèsc, juscas que siás en brotons. La calcavièlha es pas luènh darrièr lo bofon e l’òbra s'enriquís d’una dimension quasi inquietanta de per la fantasiá absurda e desbridada de l'imaginacion que ne fa pròva. Emai lo decòr quasi familièr de Tolosa deven fantasmagoric : Te soèti que le dòma dels Carmes e des Recolets te serviscan de pendents d’aurelhas, Te soèti quatre caissals coma le Pilièr d’Orleans.

Al tèrme de trenta-sièis vòts se tròba una Respounso (responsa), que se limita, en un desenat de linhas, a d’autras insultas e una seria de bon soir dins lo meteis esperit. Lo tot se clava per la senténcia amix eron, amix sion.
Ne sabèm pas mai sus l’identitat dels dos interlocutors ni sus lor garolha..

Lo tèxte francés imprimit al verso del fulhet pòrta lo títol Sur les femmes, sens mai de precision. Se seriá un pauc exagerat e anacronic de lo qualificar de feminista, es pasmens un tèxte que plaideja - en aparéncia - l’egalitat entre òmes e femnas, emai la superioritat d'aquelas sus la gent masculina : “De plus l’origine et le nom de la femme, selon l’Écriture sainte, est plus noble que celui de l’homme” (Emai, l'origina e lo nom de la femna, segon l'Escritua Santa, es mai nòble qu'aquel de l'òme). Lo mens que se'n pòsca dire es qu'es en rompedura totala de ton e d'atmosfèra amb la partida occitana del rècto. I cal veire un elògi carnavalesc ? L’inversion de las valors es una de las basas de Carnaval, es possible que lo plaidejat en favor de la presa de poder de las femnas dins la societat relèva en realitat del meteis esperit subversiu e provocator que la partida occitana.

Un pichon tresaur de literatura borlesca occitana de l’epòca modèrna

S'aquel tipe de documents es rare uèi dins las colleccions publicas, aquò vòl pas dire qu'èran pas nombroses dins la produccion estampada de difusion populara, en particulièr a Tolosa, que foguèt dempuèi la fin del sègle XVI un fogal de literatura borlesca, satirica e popular d'expression occitana.
Es malurosament dificil de reconstituir lo ròtle e la « vida » que podiá aver un tal tèxte dins lo Tolosa del sègle XVIII. Son format, son supòrt e son contengut convidan a pensar que s'agís pas d’escriches per èsser legits mas probable diches o jogats. S’agiriá d’un tèxte carnavalesc ? Sabèm l’importància del carnaval dins l’anciana Tolosa, coneguda per de nombroses escriches, dempuèi Godolin al sègle XVII. Mantuns passatge semblan dirèctament inspirats del grand poèta popular tolosenc Godolin, de noms son tirats de sas òbras, coma Ramonet l’Asclaire al mens que s'agisca de folclòre tolosenc qu’aviá espleitat Godolin dins sas òbras. Sabèm que Godolin a représ mantuns personatges de l'imaginari local, coma Tòcasòm.

Mai d'un luòc emblematics de Tolosa son citats dins lo Bon soir des moundis, coma lo Convent des Carmes, aquel dels Recollets e aquel dels Cordeliers, o encare la glèisa de la Dalbade, le quartièr de la Naubernat, lo « pont » e sas « lunas », comprendre lo Pont-Neuf (las « lunes » son probable los sièis desgolidors que lo perçan), o encara lo Pilier d’Orléans, celèbre pilar de la catedrala Saint-Étienne al pe del qual es enterrat Pierre-Paul de Riquet.
D'unas d'aquelas insultas seràn represas per lo farsejaire bordalés Meste Verdié (1779-1820) dins sa farça Cadichoune e Mayan (1819) e indica una cèrta difusion d'aquel tèxte, per via escricha o orala.

Mise en ligne : 09/05/2019
sus 4