Explorar los documents (8279 total)

Lo gojat de noveme/ Le jeune homme de novembre [Enregistrement sonore]
Sérgi Javaloyés

Enregistrament inedit de Bernat Manciet qui lei l’incipit deu Gojat de Noveme, realizat ençò de l’autor, a Trensac, dens las Lanas (40), per Sèrgi Javaloyès, escrivan, director de la revista Reclams. 

Aqueth roman pareishut peu prumèr còp en 1964 (Tolosa, Institut d’Estudis Occitan) e mantun còp tornat editar (Reclams, 1995 e 2003), qu’ei ua de las òbras màgers de la literatura occitana deu sègle XXau.

« Lo gojat de noveme qu’ei lo nom qui balha Bernat, lo narrator, ad aqueth estrangèr qui cossira quauques dias cada an au Barralh puish qui’s torna gahar lo camin deu son hat. Ua annada, non torna paréisher. Lavetz, ua longa espèra que comença per ua familha abladada per la misèria e la soledat. Lo gojat de noveme que tornarà totun mes arren non serà com abans. Bernat qu’aurà a víver parièr dens aqueth monde a las acabalhas, a maugrat de la tuberculòsi qui l’estofa ; víver dinc au darrèr bohar, entà díser lo secret qui còr-hereish la soa amna d’òmi. ». Presentacion de l’editor, Lo Gojat de Noveme, edicions Reclams, colleccions « Òbras », 2003, Pau.

Bernat Manciet, (Sabres, 1923 - Mont de Marsan, 2005), escrivan d’expression occitana de Gasconha et francesa, qu’ei ua figura màger de la literatura occitane deu sègle XXau.

Lo viatge de Joana - Sason 1 / Episòdi 8 [fulheton radiofonic]
Clément, Anne. Auteur, interprète
Benichou, Julien. Compositeur
Alranq, Perrine. Interprète
Vidal, Alain. Interprète
Benichou, Daphné. Interprète
Huang, Edda. Interprète

Zinner, Lucas. Interprète

Tèxte de l'episòdi 8 : 

Èrem dintrats dins l’aeropòrt de Filadelfia. Nos caliá esperar las maletas. Esperàvem dins una granda sala los embagatges que devián arribar sus un tapís rotlant. Una votz cridava dins un nautparlaire :

« Ladies and gentlemen welcome to the United States. The FDA, Food and Drugs Administration prohibits the importation of fresh food into the country. Our dogs are here to smell your luggage »

Mancava pas qu’aquò ! Dos chins anavan d’un saquet a l’autre e n’i aviá un que començava de jaupar davant lo saquet d’una familha : una femna dins un unifòrm corriguèt e dubriguèt lo sac : pecaire las gens avián gardat un sandwich Sncf ! Foguèt lèu escampat dins una bordilhèra. La familha, lo paire, la maire e los dos pichòts amb un accent de Marselha, se sarravan los uns contra los autres, vergonhòs e espaurugats, benlèu qu’avián paur d’èstre embarrats a Guantanamo !

Vegèri arribar ma maleta roja seguida d’aquela de Matilda. Caduna prenguèt la sieuna e los chins sentiguèron pas res e aprèp aver fach lo torn de la maleta, se n'anèron : of !

Ara la doana e tot lo tremblament : prenguèron de fotografias de las mans, los uòlhs, puèi nos calguèt emplenar de papièrs ambe l’adreiça de Romieg, lo telefòn etc… Urosament Matilda compreniá tot çò que demadavan sus los papièrs.

- "Do you have something to declare ? No fresh food in your luggage ?"

E los fromages de cabra ? Tot anava plan : avián escapat al nas del chin !

Nos caliá anar pòrta 19 B per prene l’avion per Baltimòre. Corredors sens fin, escaladors e puèi pas que de gens que parlavan pas francès ! Èra la musica d’un autre mond !

Defòra èra la nèit, e lo viatge èra cortet : 45 minutes, monta/davala.

« Ladies and gentlemen, please fasten your seat belts. We are leaving Philadelphia for Baltimore BWI»

L’avion èra pichòt, semblava un bus e lo cafè èra d’aigueta. Los viatjaires avián pas qu’un cartable. Benlèu qu’èran d’òmes e de femnas que travalhavan a Filadelfia e que dintravan lo ser a Baltimòre, coma los que trabalhan a Montpelhièr e que tornan lo ser al vilatge.

- "Comenci de n’aver mon sadol. Soi cansada. Aicí es 8 oras. Deu èstre 2 oras del matin al vilatge. Avèm barrat l’ostal a 6 oras del matin es a dire a mièja nèit aquí !"

- "Te’n fagues pas. Romieg nos esperarà ambe un bon sopar !"

- "M’an dich que dins aquel país las gens bevián pas de vin. Aquò’s verai ?"

- "Sabi pas, mas lo Romieg, li a totjorn agradat de beure un còp. E quand es vengut per enterrar sa maire lo darrièr còp que l’ai vist fa dètz ans, a pas begut que d’aiga ! Lo te pòdi afortir !"

- "Çò que m’estona es que dins aquel país i a mai de pèl negra que de pèl blanca."

- "Ai legit dins Wikipèdia a l’internet que Baltimòre, dins la guerra de sessession, èra una vila sudista e que ara i a mai de 70 dau cent de negres." - "Mas es una vila democrata e pas republicana coma lo Sud."

- "E ben tan melhor ! Es coma lo miegjorn de la França d’un còp èra !"

- "Cala-te : es totjorn a esquèrra !"

- "Veirem ben !"

- "Ladies and gentlemen welcome to Baltimore, Maryland. Please stay in your seats untill fastenseat belt ligths are off. United Airlines hopes you had a pleasant flight and looks forward flying whith you again soon".

Encara de corredors, d’escalièrs mecanics, la sala ambe lo tapís rotlant per tornar prene las maletas, ambe los fromatges de cabra de las cevenas... Una darrièra pòrta, un escalièr e en aut un òme los pels blancs, la pèl bruna de son paire vengut de Barcelona a la retirada en 1936, un pauc timide, mas un sorire generós e plen de doçor. Tot d’un còp la paur me prenguèt, podiái pas pus alenar, èra tant agradiu e ieu me sentissiái tan vièlha e laida a 60 ans coma a 20 ans…Lo temps fai pas res a l’afaire !

Davalèt l’escalièr :

- Ta maleta es tròp pesuga Joana ? Lo viatge es un pauc long benlèu quand òm es pas acostumat. Sès pas malauta au mens? La gripa H1N1 es pas venguda ambe tu fins a Baltimore ?"

Puèi me prenguèt dins sos braces e me sarrèt fòrt e ma paur se n’anèt :

- "As agut una bona idèa de venir. Ont es ta filhòla ?"

- "Aquí !"

Li faguèt un poton. Èrem totes tres au mitan de l'esperal de l’aeropòrt e èri tan urosa. Sabiái pas res de l’avenidor mas lo present m’agradava e aquò bastava per uèi.

- "Ma veitura es davant. Abans de dintrar a Catonsvilla, farem una virada dins la ciutat. De tot biais es lo camin.

-"Viva Baltimòre !"

La veitura èra una Prius Toyota plan polida e partiguèrem. Èri dins un autre mond per lo melhor e per lo pièger e mon còr fasiá tifa tafa de bonur !

Veire l'episòdi 9

Taste claouey, étymologie.
Lo CIRDÒC - Mediatèca occitana

Je recherche la signification de l'expression "Taste claouey"

Disparu du lexique moderne, l'expression "Taste claouey" parfois "Taste de claouey", telle qu'elle apparaît à Blanquefort où elle désigne un lieu-dit, se retrouve fréquemment dans la toponymie et la patronymie gasconnes. Tel est également le cas des deux termes qui la composent, "taste" ou "tasta" (graphie normalisée) et "claouey" ou "clauey", dont l'analyse nous proposent des pistes de compréhension quant à la signification d'une expression absente des lexiques modernes.

 

Taste/ Tasta

Lou Trésor dóu felibrige (F.Mistral) propose la définition suivante de tasta: "Tasta, tata (auv.d.) (bret.tasta, cat. Tastar, angl, tast, it. b.lat.tastare), v.a. et n. Tâter, toucher, palper, v. Chaspa, masanta; goûter, déguster, v.gousta; essayer, sonder le terrain, lambiner, v. Bestira."

Une première définition complétée dans le Dictionnaire étymologique des Noms de Famille Gascons de Michel Grosclaude (2003), par la proposition suivante: "je crois qu'il faut opter pour le sens de "hauteur" et en faire une forme de Tèsta, Latèsta, etc. Cette opinion est également celle de Boyrie-Fenié. Mais il semble bien que le sens de "taillis de hêtre" attesté en ancien gascon soit préférable (cf. Boisgontier, N.R.O. N°21-22, 1993, p.227).

Cette dernière piste semble la plus probante dans le cas de l'expression "taste claouey", au vu des propositions avancées ci-après pour la définition de "claouey" ou en graphie normalisée "clauey"/"clavièr".

 

Claouey/ Clauey

La définition proposée par Mistral dans "Lou Tresor dóu Felibrige" est la suivante: "Clavié, clabiè (l.), clauè (g.), clavi(for.), (rom. Clavier, claver, claouey, cat. Clauer, esp. Llavero), s.m. Clavier qui porte une chaînette à laquelle les femmes suspendent leurs ciseaux et les clefs, v.crouchet [...]." Cette définition nous invite à considérer la relation entre claouey/ clauey et la clau, la clé. Les recherches du côté de la toponymie gasconne permet alors de mieux cerner sa définition.

Ainsi l'ouvrage "Toponymie gasconne" de Bénédicte et Jean-Jacques Fénié (Luçon, 2006) apporte les précisions suivantes : "Clèda, ou son diminutif cledon, ont le même sens de "barrière", "enclos" [...] De sens analogue sont par ailleurs les nombreux-lieux dits Claous (commune de Pissos, L) ou Clauzet, de claus. 

 

Tasta clauey ou Taste claouey

La décomposition de l'expression nous a permis de définir quelques premières pistes de compréhension vis-à-vis d'une formule aujourd'hui disparue des lexiques modernes. On la retrouve toutefois toujours dans la toponymie gasconne, notamment à Blanquefort, où elle désigne un lieu-dit identifié en 1968 par Anne Cavignac dans son mémoire d'entrée à l'École nationale des Chartes.

Figure ainsi au paragraphe deux-cent-soixante-cinq de son étude sur "Les noms de lieux du canton de Blanquefort", une première mention dans un document de 1686, du lieu-dit "Tasta Clauey". L'origine de ce toponyme serait pour elle une évolution des termes claus, l'enclos, et clau, la clé, un dérivé clau + -ariu, ayant donné le terme clavière, c'est-à-dire une clôture de haie.

Consulté à ce sujet, Bénédicte Fenié apporte à ces premiers éléments, un complément d'information. Se penchant sur le glossaire du latin médiéval, elle propose une explication pour l'emploi du terme, accompagné ou non d'un déterminant.

" L'un des sens de tasta serait en effet: locus dumis et vepribus consitus, autrement dit un "hallier" un "endroit où les buissons abondent", en somme ce que nous appelons, dans la Grande Lande, la "tusta". La Taste Claouey ou Taste de claouey (tel qu'on le trouve actuellement à Blanquefort), indiquerait donc une parcelle en friche (buissonneuse) située dans un enclos."

 

Remerciements à :

Bénédicte Boyrie-Fénié, docteur en géographie historique et spécialiste de la toponymie occitane.

Joan-Breç Brana, pôle Lenga e societat, InOc Aquitània.

Le Groupe d'Archéologie et d'Histoire de Blanquefort.

 

En savoir plus:

BOISGONTIER, (Jacques), « Deux toponymes gascons du confluent », in Nouvelle revue d’onomastique, 1993 (n° 21-22), pp. 51-54.

CAVIGNAC, Anne, « Les noms de lieux du canton de Blanquefort  ( Gironde ) » , Mémoire d'entrée à l'École nationale des Chartes, promotion 1968.

FENIE, Bénédicte et Jean-Jacques, Toponymie gasconne, Bordeaux, 1992. (COTE CIRDOC: 491.47 FEN ).

GROSCLAUDE, Michel, Le dictionnaire étymologique des Noms de Famille Gascons, Lescar, 2003. (COTE CIRDOC: 492.47 GRO).

MISTRAL, Frédéric, Lou Tresor dáu Felibrige, Édition de 2003. (COTE CIRDOC: 443).

Lo viatge de Joana - Sason 1 / Episòdi 7 [fulheton radiofonic]
Clément, Anne. Auteur, interprète
Benichou, Julien. Compositeur
Alranq, Perrine. Interprète
Vidal, Alain. Interprète
Hébrard, Jean. Interprète
Benichou, Daphné. Interprète
Hommeau, Jean-François. Interprète
Vidal, Alain. Interprète
Huang, Edda. Interprète
Zinner, Lucas. Interprète

Tèxte de l'episòdi 7 : 

E ara èrem dins l’avion. Dejós i aviá los camps, los vilatges e mai las vilas, e a l’entorn de la maquina d'Air Bus Industrie A319, las nívols blancas que s’estiravan coma de tablèus del Miquèl Àngel : èra lo primièr còp qu’èri dins lo cèl ! Mon còr fasiá tifa tafa ! Matilda semblava èstre ambe los àngels e, del fenestron, regardava la tèrra s’aluenhar. Quante plaser d’èstre amb’aquela pichòta, benlèu qu’èra pas qu’un sòmi ! Tot lo bonur de la vida m’èra tombat sus l’esquina e aviái res demandat : aviái l’amor d’una filha polideta e soleta e l’argent del tonton mòrt. Lo malastre dels autres fasiá mon bonur !

Dins l’avion i aviá un molon de retirats : èran totes ensems, en rengadas a l’intrada de la classa « economica ». Parlavan mai que fòrt e fasián de bruch : risián, cantavan « c’est un fameux trois mats fin comme un oiseau, hisse et ho Santiago » !

Èra un viatge organizat : l’auton en Florida, Miami Beach en riba de mar.

Nòstres sètis èran sus lo costat drech au mitan aprèp las alas. Dos sètis darrièr i aviá un coble : lo tipe grandaràs e magre com’un estocafich, 45 ans, los pels blonds tintats, la boca fina que semblava anar d’una aurelha a l’autra. La femna, granda tanben, los pels roge, grasseta e risolièra. Sus lo sèti de l’autre costat de l'alèa, èra assetat un òme de trenta ans mal vestit, los pels crassós, lo menton pelut, la boca amara. Parlavan totes tres amb un accent fòrça ponchut. Lors voses èran d’un autre mond : me semblava d’ausir un filme policièr. Dins ma tèsta virava la comptina de l’escòla de mon vilatge : « parisien, tête de chien, parigot, tête de veau » !

Las ostèssas nos portèron lo dinnar e per començar, l’aperitiu. Per festejar aquel grand jorn de partença beguèrem de champanhe. Puèi manjèrem, èra pas michant per « una classa economica ». Los parisencs, eles, s’arrestavan pas de sonar l’ostessa per demandar de oisquí. Aprèp lo cafè commencèri de dormir, un pichòt penequet seriá benvengut qu'èrem levadas dempuèi lo matin d’ora. Los retirats contunhavan de parlar e de rire.

Subte lo tipe crassós commencèt de cridar :

- "Eh les vieux fermez-là, moi je suis de Bécon les Bruyères et j’ai la haine. Tas de vieux clous !"

Un grand silenci tombèt e tot lo mond se virèt per veire qual cridava :

- "J'veux m'saoûler – à boire l’hôtesse ! - tournez-vous les vieux, j'veux pus voir vos faces de clowns sinon j'réponds pus de rien."

Lo grand blondàs commencèt de s’espetar de rire en cridant :

- "Va-z-y Bécon les Bruyères, fais leur voir qui tu es !"

L’autre se quilhèt e contunhèt :

- "Vous avez peur vieux bouts ? Nous on est jeune ! On fait l’amour et vous vous n’avez plus qu’à faire le mort ! A boire ! et plus vite que ça !"

- "Wisky à gogo sur l’Atlantique ! à nos femelles qui nous attendent à Philadelphie !"

Las gens (los vièlhs e los autres) s’escondèron dins los sètis. La paura ostèssa sabiá pas pus de qué faire, e quand la paura femna passèt dins l'alèa, lo tipe li bailèt un grand carpan sus lo cuól !

- "Olé ! l’Amérique est à nous !"

Quand quicòm com’aquò arriba en bas sus la tèrra, es pas agradiu mas enfin se pòt totjorn dire qu’òm pòt arrestar la maquina, dubrir la pòrta e sortir. Mas tot en aut dins lo cèl en dessús de la mar, de qué faire ?

Matilda me prenguèt la man :

- "Joana, son capbords e son bandats ! As pas paur ?"

Ara los dos tipes dansavan en cantant e en cridant :

- "R'gardez les vieux, nous on danse et on chante ! Eh ! La femme ! Viens avec nous !"

Mas la femna rossèla se volguèt pas levar per dançar.

- "A boire ! A boire !"

Mas las ostèssas venián pas pus. E d’un còp arribèt lo capitani de l’avion amb son vestit blau e daurat e son capèl. Èra pas solet : de l’autre costat i aviá un autre òme, un stewart.

- "Asseyez vous Messieurs. Nous ne sommes pas dans un dancing et nous vous prions de rester tranquilles."

- "Eh capitaine ! On a payé ! On fait c'qu’on veut non ?"

- "Si vous voulez repartir à Paris par le prochain avion, libre à vous…"

- "Eh ! Tu vas pas nous faire peur avec ton uniforme ?!"

- "Vous voulez être attachés à votre fauteuil pour la fin du voyage ?"

Lo capitani sortiguèt las manetas de sa pòcha e tot cambièt.

- "Capitaine, vous avez gagné, on s'tait !"

- "Les hôtesses ne vous donneront plus à boire et nous vous retrouverons à Philadelphie. Outrages à passagers…"

Tot d’un còp lo silenci foguèt rei amb lo bronzinament de l’avion. La paur de la polícia aviá fach son efièch. La vida tornèt dins « la classa economica », mas los retirats èran mens brusents. Los dos parisencs se calèron sens dire un mot de mai e comencèron de roncar, boca duberta : lo oisquí fasiá son trabalh ! I aviá encara 5 oras davant de se pausar. Matilda, cansada, dormiguèt coma un enfant. Ieu causiguèri d’agachar un filme : Harry Potter a l’escòla de las mascas, en francés. M’agradèt fòrça. Puèi demorèri los uòlhs dubèrts somiant : benlèu qu’èri capborda d’ensajar de tornar veire Romieg aprèp 35 ans ! Mas de tot biais èra una escasença de las bonas per viatjar ambe ma pichòta Matilda. Veirem ben, lo deluvi me fasiá pas paur.

L’avion comencèt sa davalada per l’aterriment : e los fromatges de cabra de ma sòrre qu’aviái amagats dins un tuperware, es que los trobarián dins la valisa a la doana ?

Veire l'episòdi 8

Lo viatge de Joana - Sason 1 / Episòdi 6 [fulheton radiofonic]
Clément, Anne. Auteur, interprète
Benichou, Julien. Compositeur
Alranq, Perrine. Interprète
Vidal, Alain. Interprète
Hébrard, Jean. Interprète
Huang, Edda. Interprète
Zinner, Lucas. Interprète
Benichou, Daphné. Interprète

Tèxte de l'episòdi 6 : 

L'endeman èra lo jorn de l’auton. Las vendémias èran acabadas. Anèri encò del notari. Li diguèri que voliái vendre las vinhas qu’èran pas afermadas quand tornariái. Se quaucun cercava …. Me diguèt :

« Ambe la crisi las solas tèrras que se vendan son aquelas ont se pòt bastir d’ostals per los retirats e los toristas. Mas òm sap pas jamai : un ric american per faire un vin especial… »

Per lo moment l’argent de l’oncle bastariá per faire la fèsta ambe Matilda : n’i aviá pron. Voliái pas lo dire a degun, mas sus lo papièr, degun l’ausirà pas : 500.000€ !

De tot biais me caliá escriure un mail a Romieg a Baltimore avant de cercar a crompar las bilhetas d’avion. Urosament Matilda – qu’èra fòrça urosa de partir ambe ieu - parlava l’Anglés e foguèt un’ajuda de las grandas : Romieg èra professor a UMBC-University of Maryland Baltimore County Campus. Son ostal èra dins Catonsville dins lo comtat pas dins la ciutat de Baltimore. Enfin trapèrem son numèro de telefòn.

Èri vergonhosa, mas lo me caliá sonar : i aviá pas d’autra causida per partir. L’aviái pas vist dempuèi 10 ans. Lo darrièr còp èra vengut per l’enterrament de sa maire (encara, aquò finira pas jamai ! mas aqueste còp èra dins lo cementari, l'enterrament, pas dins lo Vire los pes dins l’aiga ambe l’urna !) E l’ora per sonar? Cossí saupre quand travalhava ? ambe lo desfasament orari èra pas simple : sièis oras de mens.

- "Pensi que lo melhor es de lo sonar de matin : ai vist sus la mapa que l’universitat es pròcha de son ostal qu’es sus Hill View numerò 875."

- "Es dins lo campèstre ?"

- "Non mas deu èstre un ostal ambe un jardin coma ne pòdes veire a la TV."

- "Nos caldrà logar una veitura, autrament serem embarradas luènh de la ciutat ! Vòli veire de mond !"

- "Donc sonarem a doas oras aprèp dinnar : serà uèch oras del matin per el."

Abans de nos anar jaire avèm fach una virada sus los sits de « vols économiques ».

Per Baltimòre èra pas simple e fòrça long : Montpelhièr/Paris, puèi Paris/Filadelfia e, per acabar, Filadelfia/ Baltimòre. E mai se costava 1700 €, èra lo mens car.

Aviam la nèit per soscar.

Èra lo primier còp de ma vida dempuèi qu’aviái quitat l’ostal de la maire que podiái dire « bona nèit » a quaucun dins mon ostal e qu’aviái de projèctes de vida vidanta amb aquela persona. Benlèu que Matilda, polida coma èra, trapariá lèu lèu un òme e que me daissariá tombar coma un vièlh crostet : mas uèi èra la vida « d’ici et maintenant » comme ils disent les intellos, que m’apassionava.

L'endeman matin avèm parlat dels papièrs : los passapòrts. Avèm sonat la prefectura : per ieu tot anava plan. Matilda, ela, aviá un passapòrt biometric tot nòu : èri fòrça suspresa qu’aquela pichòta aguèsse aquò.

- "Lo jorn de ma majoritat ai volgut èstre liura de me laissar l’escasença de partir lo jorn onte seriá possible e de laissar aquel vièlh mond."

- "Mas sabes Matilda qu’es pas qu’un viatge de 3 meses qu’anam faire. Puèi tornarem."

- "Veirem ben : pensi que tot es possible a mon atge ! Ai tota la vida davant ieu e la vòli engolir."

Bon : aviái pas res a dire.

Doas oras arribèron :

- "Allo. Romieg. Es Joana. Joana Belcaire !"

- "Ah ! la Jeanne , ça fait plaisir d’ausir ta votz e subretot ton accent. E la lenga occitana, qu’aicí es pas simple de trapar quaucun per la parlar. Quel bon vent ?.."

- "Romieg : je voudrais venir te voir à Baltimore. Je suis retraitée et j’ai envie de voyager. Et j’aimerais beaucoup te revoir. Sès un amic per ieu dempuèi totjorn."

- "Joana me fariá plaser tanben. Mas ieu trabalhi e seràs soleta a l’ostal. Te languiràs tota la jornada e en mai parlas pas la lenga d’aquí."

- "Romieg : soi pas soleta !"

- "Coma ? As un òme ? Enfin ?! E ieu que cresiái..."

- "Non : ma filhòla es venguda viure ambe ieu !"

- "Quina filhòla ? La coneissi pas !"

- "Es la filha d’una amiga del collègi, Luciana. Sa maire es mòrta e ara es venguda viure ambe ieu."

- "E trabalha pas ?"

- "Voldriá aprene la dietetica. Commençarà l’an que ven."

- "Bon ! Strange ! Aquò me fa plaser. Vos espèri : pren las bilhetas e vos vendrai quèrre a l’aeropòrt BWI Baltimore. Espèri los oraris. Te fau un poton : a benlèu." - "Te fau un poton tanben e te sonarai lèu lèu !"

Matilda dansava sus la terrassa, tant urosa ! Puèi me venguèt faire un poton. E valsèrem totas doas en cantant « la mazurka sota lei pins ».

- "Cossí coneisses aquela canson ?"

- "Una regenta nos aprenguèt quauques mots d’occitan e de cansons tanben !"

Un ora aprèp aviam pres las bilhetas electronicas : lo primièr d’octòbre seriam a Cattonsville Maryland.

Veire l'episòdi 7

Lo Lòto : recuèlh de mots e expressions per animar un lòto en occitan
Centre interrégional de développement de l'occitan (Béziers, Hérault)
Lo pichon recuèlh de mots e expressions çai jonch se pretend pas exaustiu. Es la resultanta de trabalhs de collectatge entrepreses per diferents enquestaires de las annadas 1940 a uèi, aquí sintetisats per lo CIRDÒC. Podètz contribuir en daissant un messatge de comentari çai jos

L'ensemble dels mots e expressions occitans dels lòtos constituís un repertòri en perpetuala creacion, a variacion geografica e istorica. La crida dels numèros es sovent acompanhada d'epitèts en occitan qu'animan las fasas de jòc. La significacion d'aquelas expressions es ligada a la simbolica del numèro, a la sonoritat de son enonciat, o a son grafisme.
Corso o cavalcada del Carnaval de Besièrs (cap a 1900)
Aquesta seria de 21 fotografias de la cavalcada o « corso » carnavalenc a Besièrs proven d’una colleccion privada aquesida per lo CIRDÒC en 2011. Se coneis pas la data exacta, ni lo contèxte, nimai l’autor d’aqueste reportatge fotografic, que se pòt datar de la tota fin del sègle XIX o del començament del sègle XX. Pasmens, es probable que s’agisca del grand « corso » organizat pel Comitat de las fèstas de Besièrs « jol patronatge de las autoritats civilas e militaras » en febrièr de 1900 tal coma se tròba descrich dins la premsa regionala de l’epòca.

Del carnaval fèsta populara al carnaval-espectacle oficial : transformacions de la fèsta besierenca dins las annadas 1880-1900

Aqueste reportatge fotografic constituís un document sus la transformacion de las practicas festivas carnavalencas dins las vilas occitanas dins lo corrent del darrièr tèrç del sègle XIX, Besièrs adoptant, coma Montpelhièr, Ais de Provença, Marselha, e fòrça vilas mai, dins lo periòde, lo modèl del carnaval-espectacle, fruch d’una organizacion e d’un enquadrament oficials, tal coma se constituís a Niça a partir de 1873 e que demòra lo modèl del genre.
Besièrs aviá sos rituals carnavalencs mai o mens immemorials que reprenián, dins un cicle calendari a l'entorn del Dimars gras e del dimècres de las Cendres, totes los grands canons dels carnavals populars lengadocians : espontaneïtat e dimension polemica de la fèsta organizada a l'entorn de rituals, travestiments e mascas, inversion dels sèxes, dels ròtles, dels poders, non separacion dels participants entre espectators e actors, usatge de la lenga populara, etc.
La premsa locala fa estat del declin de las practicas de carnaval, fèsta populara de carrièra, dins la societat besierenca coma dins las autras vilas de la region dins lo corrent del darrièr tèrç del sègle XIX. Lo 22 de febrièr de 1887, lo Messager du Midi rend compte atal del carnaval a Besièrs : « Aquesta annada, lo carnaval es a Besièrs mens brilhant que jamai. Pas gaire d’animacion sus nòstras permenadas e per nòstras carrièras, es a pena se òm vei d'aquí d'ailà qualques pichonas mascas. En revenge, i a agut dins nòstra vila de brilhantas seradas particularas, e una granda animacion dins los bals mascarats » e, mas luènh, en parlant del dimenge gras, autrescòps jorn fòrt del carnaval besierenc : « Sus las alèas Pau Riquet, cap a uèch oras, profitant d’una serada clementa, qualques mascas an ensajat de tornar alucar la gaietat besierenca ; mas l'aluqueta a pas pres. Lo carnaval es mòrt. Avèm plan mai d’autres tracasses a l’esperit. »
Lo meteis cronicaire fa estat d’un autre costat, de mesuras de polícia presas dins la region contra las tradicions de « gets de favòls, d’iranges o autres projectils », en particular lo dimècres de las Cendres ont condemna un « usatge que qualificam pas, que consistís a getar suls passants de matèrias mai o mens netas. » Aquesta cronica resumís a son biais las doas fòrças que menan las practicas festivas carnavalencas al declin dins aqueste darrièr tèrç del sègle XIX : una evolucion cap a una societat de lésers borgeses (sols los grands bals privats e publics subsistisson coma marcador de la fèsta e atiran la favor de la premsa locala) e una presa en man del temps e de practicas carnavalencas per las autoritats publicas (aicí per de mesuras de polícia mas tanben pel contraròtle de la quita organizacion de las festivitats via los comitats de las fèstas).

Lo reportatge del carnaval de Besièrs cap a 1900 tal coma lo podèm discernir sus aquelas fòtos contrasta atal radicalament amb las practicas carnavalencas coma fèsta populara ritualizada e polemica. Òm apercep sus las fòtos la neta separacion entre un public vengut espectator passiu d’un espectacle ordenat que celèbra d'ara enlà lo progrès tecnic, industrial e comercial (carris de la bicicleta, del progrès agricòla, de l’espeçariá, de l’eoliana), l’armada (cinc carris o gropes militars dins lo passacarrièra). La quita musica es d'ara enlà organizada a l'entorn de las societats de musica que desfilan amb lor bandièra.
Son dins las zònas ruralas que las practicas carnavalencas popularas se van manténer e se reactualizar a partir de las annadas 1970, en retrobant lor fòrça creativa e lor sens politic pel desvolopament de movements contestataris que retròban tot l’interès d’un temps de libertat, d’inversion dels ròtles e dels poders, sovent indissociable d’una volontat de redignificacion de la lenga e de las practicas culturalas popularas.
A Besièrs, un sègle aprèp la mòrt del carnaval popular, es a l'entorn del movement occitan e de las escòlas associativas Calandretas que renais al tot començament dels ans 1980 un carnaval d'ara enlà dich « occitan » que cèrca a reactualizar los ròtles e foncions del carnaval original, dont lo temps fòrt es lo jutjament - en occitan e per la joventut - del rei Carnaval, concebut coma una mesa en procès de l’istòria e de l’actualitat per sollicitar un avenidor melhor.

Detalh de las fotografias :

Sus las 21 fotografias de la seria (segon la numerotacion, sembla qu’un clichat aja desparegut), 20 son presas dempuèi l’estatge d’un immòble de l’actual baloard Frederic Mistral. Una sola fotografia, non numerotada, es presa dempuèi un autre emplaçament, aval de la « Passejada », es a dire las alèas Pau Riquet.

Identificant dels documents originals : CIRDÒC - Iconotèca : IC-PA/2-1.34_Bez

Liste des fotografias :
1 - carri de la bicicleta
2 - « carri de l’espeçariá »
3 - carreta florida
4 - Sa Majestat Carnaval
5 - carri florit
6 - mancanta
7 - scèna militara
8 - cavalcada militara
9 - « carri de l’industria agricòla » 
10 - « carri dels mirlitons » 
11 - societat musicala
12 - societat musicala : la Corala besierenca
13 - scèna militara
14 - carri florit
15 - societat musicala : fanfara e « lo pofre de Bojan » 16 - scèna militara
17 - eoliana « Caritat »
18 - carri
19 - societat musicala
20 - scèna militara « Onor e Patria »
21 - Bacchus sens numèro - societat musicala 
Almanach en langue d'oc

La fin du XIXe siècle correspond au renouveau de la langue d'oc, porté par de nombreux auteurs, dont ceux du Félibrige. Parallèlement, et en soutien à celui-ci, se développent de nombreux almanachs locaux publiés dans les différents dialectes occitans. Le gascon ne fait pas exception et bénéficie au début du XXe siècle, de différentes parutions: Armanac de la Gascougno (publié à Auch), l'Almanac noubel de l'Ariéjo (qui mêle progressivement le languedocien au gascon) ainsi que l'Armanac dera Mountanho (Armanac dera Bouts dera mountanho) publié à Saint-Gaudens. Ce dernier almanach, est le fruit de l'Escolo deras Pirinéos, Ariéjo, Coumènges et Couserans.

 

Les almanachs de langue d'oc

L'almanach

L'invention de l'imprimerie permet à l'almanach, genre connu au moins depuis l'antiquité grecque, de connaître un réel essor. Alternant publications écrites et images, il propose un contenu très varié: recettes de cuisines, calendrier des saints, ou plus classiquement, calendrier des éphémérides et des phases de la lune... 

Accessibles aux couches populaires (par l'usage d'images et de pictogrammes), les almanachs sont du fait de leur contenu, en relation directe avec les problématiques et les réalités quotidiennes. Proposant contes et récits issus de la tradition orale dans leur langue d'origine, ils semblent avoir participé au renforcement de l'identité locale, comme tend à le prouver une étude des années 1980 reposant sur l'analyse de divers almanachs en langue d'oc recueillis par le CIDO (Centre International de Documentation Occitane)et aujourd'hui conservés au CIRDOC. (cf. "Lecture, écriture et identité locale. Les almanachs patois (1870-1940)." de Dominique Blanc, paru dans la revue Terrain, n°5 d'octobre 1985).

 

Le félibrige et la multiplication des almanachs

La fin du XIXe siècle voit se multiplier les almanachs en langue d'oc. Le genre bénéficie en effet du renouveau impulsé par le Félibrige, mouvement créé en 1854 par différents auteurs, dont Roumanille et Mistral. Nombreux sont en effet les auteurs, érudits et imprimeurs locaux proches du Félibrige, voire félibres eux-mêmes. Parallèlement, les divers cercles locaux, apparus après 1870, proposent progressivement leur propre almanach, rapportant bien souvent le travail mené durant l'année par ces "escolas".L'almanach apparaît rapidement comme le média idéal pour toucher un large public, et notamment un public populaire, susceptible de s'intéresser à une publication en langue d'oc, sur des thématiques aussi variées que pratiques. Les parutions d'almanachs se multiplient ainsi, dans les divers dialectes de la langue d'oc, le gascon ne faisant pas exception.

 

Les almanachs gascons

Historique des différents almanachs gascons

Trois principaux titres concernent la région où domine le dialecte gascon, l'Armanac de la Gascougno, l'Armanac dera Mountanho ainsi que l'Almanac noubel de l'Ariéjo.

L'Armanac de la Gascougno paraît pour la première fois en 1898. Imprimé dans la capitale du Gers, il est le fruit de l'abbé Sarran, lou Cascarot (1872-1928), également auteur d'une Petite grammaire Gasconne en dialecte armagnacais. La parution vient compléter à ses débuts la Revue de Gascogne. La plume de son auteur principal, et l'intérêt porté par le public pour des textes issus du folklore et de la tradition orale locale, feront son succès durant de nombreuses années.

A l'instar de l'Armanac de la Gascougno et de nombreux autres almanachs, l'Armanac dera Mountanho constitue un recueil de textes érudits, déjà publiés dans la revue Era bouts dera Mountanho. Imprimé dès 1908 à Saint-Gaudens par "l'Escolo deras Pirineos", il sera par la suite édité à Toulouse puis Foix, et concerne la vaste zone des Pyrénées gasconnes.

L'Almanac noubel de l'Ariéjo, édité pour la première fois à Foix en 1891, est le fruit du travail conjoint d'un imprimeur et d'érudits locaux, bénéficiant progressivement de l'aide de leurs lecteurs, leur communiquant contes et recettes. Il reprenait à l'origine des textes parus une première fois dans le Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, des Lettres et des Arts.

 

Contenu et rapport à la langue

Média populaire, l'almanach, bien que publié et conçu par des érudits (confirmant par là-même leur place dans la société locale), constitue également un média participatif avant l'heure. La plupart des publications présentent des textes hérités de la tradition orale et du folklore local, transmis parfois par les lecteurs eux-mêmes qui participent ainsi à la collecte et à la reconnaissance de leur patrimoine.

Les almanachs en langue d'oc de la fin XIXe/ début XXe siècle contribuèrent à leur manière au renouveau de l'occitan, notamment auprès des ouvriers et des paysans, public directement visé par ce genre. Transposée à l'écrit (sous des graphies diverses et non normalisées à cette époque), la langue d'oc, dans toute la variété de ses dialectes, apparaissait enfin pour ses lecteurs, sous les traits d'une langue littéraire, à l'instar du français. Ouvrage largement diffusé, généralement vendu par des colporteurs, l'almanach est présent dans la plupart des foyers, où il constitue un ouvrage de partage (les plus jeunes faisant la lecture aux anciens) et d'apprentissage de la lecture (paradoxalement en occitan, langue absente des enseignements de l'école républicaine).

Bien que de nombreux almanachs se réclament du "patois" dans leur intitulé, (puisque telle était, et demeure, une dénomination fortement usitée par leurs lecteurs), ces recueils participèrent donc à la diffusion et au renouveau de la langue. Les débats qui agitent alors la langue d'oc, sont d'ailleurs bien souvent présents, parfois en filigranes dans ces recueils qui constituent une intéressante source d'informations, tant sur la langue que sur la culture d'oc.

Pour en savoir plus:

 

Le CIRDOC possède une importante collection d'almanachs, dont de nombreux titres en gascon:

Almanac noubel de l'Ariéjo. (COTE CIRDOC: Al3) (quelques exemplaires).

Armanac de la Gascougno. (COTE CIRDOC: Al5).

Armanac dera Mountanho.(COTE CIRDOC: Al5). (majorité des titres conservés).

Etude sur les almanachs en langue d'oc:

BLANC, Dominique, "Lecture, écriture et identité locale. Les almanachs patois en pays d'oc (1870-1940).". Dans la revue Terrain, n°5, octobre 1985. (Disponible en ligne).

Conférence : La vigne, haut lieu culturel
Ubaud, Josiane (ethnobotaniste)

Extraits de la conférence de Josiane Ubaud, lexicographe et ethnobotaniste en domaine occitan tenue le 2 juin 2010 dans les locaux du CIRDOC. Intitulée "La vigne, haut lieu culturel", accompagnée à l'origine d'une projection de photographies, cette intervention dresse l'analyse lexicographique de tous les termes gravitant autour de la viticulture et de la vigne.

François-Raymond Martin bio-bibliographie

François-Raymond Martin (1777-1851). Né et mort à Montpellier, il est connu comme poète et lexicographe, ami et disciple d’Auguste Tandon auteur de fables languedociennes. Il a laissé, entre autres, un recueil de fables, contes et autres poésies patoises publié à Montpellier en 1805 où l’on retrouve des fables imitées de La Fontaine. Il est aussi l’auteur d’un important travail sur l’idiome languedocien intitulé Dictionnaire montpelliérain-français resté inédit. 

Œuvres 

 

  • - Fables, contes et autres poésies patoises par F. R. Martin Fils. Montpellier, Renaud, an XIII [1805]. [CAB 2119-1]
  • - Histoira dé moun récul dé fablas ou Galimatias en rimas par M. F.-R. Martin. Toulouse, impr. de Labouïsse-Rochefort, 1846. CAB 2119-2 

 

Bibliographie

 

  • - Frédéric Donnadieu, Les Précurseurs des Félibres, Paris, 1888, p. 55-60. [CAC 279] 
  • - Pierre Clerc, Dictionnaire de biographie héraultaise, Montpellier, 2006, ii, p. 1294. [CAD 1218] 
  • - Jean Fourié, Dictionnaire des auteurs de langue d’oc, Aix en Provence, 2009, p. 210. [CAD 1238] 
  • - Hans-Erich Keller, « Recueil de poésies languedociennes tant anciennes que modernes en patois de Montpellier par François-Raymond Martin », Revue des Langues romanes, 1992, 1, p. 161-187.

 

sus 828