Explorar los documents (2 total)

« La Déclaration de Nérac » de Bernard Manciet et Félix Castan divise les écrivains d’oc (1956)
Castan, Félix-Marcel (1920-2001)
Manciet, Bernard (1923-2005)
Co-signé par Bernard Manciet et Félix Castan en 1956 et diffusé à Montauban en 1957 à l'occasion de la première Biennale de poésie occitane, ce manifeste définit les bases de l'approche culturelle de l'occitanisme, qui sera celle de Félix Castan tout au long de sa vie. Il y affirme la nécessité de travailler au développement d'une littérature occitane, d'une poésie occitane voire d'un art occitan en général, au lieu de rester concentré sur la préservation de la langue d’oc comme fin en soi. Castan rejette en outre les revendications politiques et économiques de l'occitanisme de son temps, lui opposant une création culturelle occitane active, actrice de la pluralité culturelle de la nation française, faisant ressortir la primauté d'une Occitanie culture sur une Occitanie entité.

Le texte de ce manifeste à été publié dans  OC, n° 204, (avril-mai-juin 1957) sous le titre « Manifèst neraqués-montalbanés ». Félix Castan le republie en 1984 dans son Manifeste multi-culturel et anti-régionaliste sous le titre « Déclaration de Nérac ». Il a été imprimé une nouvelle fois sous le titre « Manifèst de Nerac » dans la revue OC du 20 juillet 1991,  pp. 15-17 .
Le Manifeste multi-culturel (et anti-régionaliste) de Félix Castan
Castan, Félix-Marcel (1920-2001)

En 1984, le poète et penseur occitan Félix Castan publie à Montauban, aux éditions Cocagne dont il est le fondateur, son Manifeste multiculturel (et anti-régionaliste).

Fondements du castanisme

Ce texte  posera les principes d'un nouveau courant de pensée à la fois politique et culturel, le castanisme, qui tente de reconsidérer le concept d’Occitanie en lui confrontant celui de décentralisation culturelle.
Selon cet instituteur de village devenu professeur de collège,  l’occitanisme tel qu’il s’est construit depuis l’époque de Mistral fait fausse route. Au fédéralisme, à l’ethnisme de François Fontan, fondateur du PNO, au régionalisme (tels que les pensent les groupes félibréens de l’Entre-deux-Guerres ainsi qu’une partie de l’occitanisme moderne dont Robert Lafont), Castan oppose une Occitanie comme culture dans une France plurielle.
Selon lui, l’urgence est de rémédier au fait que, hors de Paris, il se trouve des terres coupées de la culture, de l’art et du débat qui s’y rattache.

De l'anticentralisme en France

L’anticentralisme est différent de la décentralisation économique ou politique, ainsi que du régionalisme : il s’agit de lutter contre une névrose inscrite en chaque citoyen français, d’accepter le diktat culturel du centre, sans penser qu’il existe des territoires, des langues, des espaces créatifs réduits au silence. La défense non pas de la langue ou du peuple occitan, mais de l’écriture en occitan et, plus largement, de l’art pensé comme partant d’Occitanie et non pas de Paris ou de ses satellites est au cœur du projet castanien.

Cela implique de substituer à l’occitanisme politique une décentralisation culturelle. Félix Castan s’est trouvé en marge du mouvement occitaniste de par cette prise de position qui rejetait des façons de voir les choses fermement ancrées dans l’occitanisme. Exclu de l’Institut d’Études Occitanes, opposé frontalement aux options politiques occitanistes dominantes (ethnisme, fédéralisme, régionalisme), il tente alors de créer sa propre dynamique, à Montauban et à Toulouse, proposant un regard posé sur le monde depuis l’Occitanie rurale : Mòstra del Larzac, Centre International de Synthèse du Baroque de Montauban qui publie la Revue baroque en sont de parfaits exemples.

Castan considère que l’Occitanie est une composante de la nation française, mais entend repenser entièrement cette nation dans la pluralité.