Explorar los documents (2 total)

vignette.jpg
Voyage en Provence chez Frédéric Mistral et J.-H. Fabre par le journal de l'Université des Annales [Texte imprimé]
Helsey, Édouard (1883-1966)
Numéro spécial du Journal de l'Université des Annales paru en 1911. Edouard Helsey y fait un compte rendu d'un voyage en Provence, sur les traces de deux personnalités provençales : Frédéric Mistral et Jean-Henri Fabre.
PAUL-SABATIER.jpg
CIRDOC - servici question-responsa

Hormis Frédéric Mistral, aucun autre auteur d'expression occitane n'a été récompensé par le prix Nobel de littérature. Mais ce glorieux précédent marqua profondément la République des Lettres d'oc tout au long du XXe siècle et plusieurs candidatures furent lancées, sans succès. 

Un autre "occitan" nobélisé, Paul Sabatier :

Paul SabatierLe prix Nobel de Chimie a été attribué en 1912 à Paul Sabatier (sa biographie en français sur Wikipedia, sa biographie en anglais sur le site officiel du Prix Nobel). Originaire de Carcassonne (Aude, Languedoc-Roussillon), où il fit ses études secondaires avant de rejoindre Toulouse puis Paris, à l'Ecole normale supérieure. Il fit l'essentiel de sa carrière scientifique à Toulouse, refusant les prestigieux postes parisiens.


Il fut également lié aux milieux régionalistes toulousains de la première moitié du XXe siècle. 


"En 1907, auréolé de sa gloire naissante, on le pousse à accepter l'une des chaires vacantes de Moissan ou de Berthelot, il refuse énergiquement. Toulousain il était, toulousain il entendait demeurer. Ce refus risquait de lui barrer pour toujours une carrière scientifique qui s'annonçait prodigieusement brillante, de lui interdire les portes de l'Institut. "Qu'à cela ne tienne, disait Sabatier, la lumière ne doit pas venir que de Paris, mais aussi de la province."" (Lucien BABONNEAU, Génies occitans de la science, 1947)

L'Académie des Jeux Floraux le fit mainteneur en 1909. Il est possible que Paul Sabatier ait été un locuteur occitan, mais nous n'en avons trouvé aucune preuve formelle.

Le cas Jean-Henri Fabre :

Entre 1904, année d'attribution du prix Nobel à Frédéric Mistral, et 1913, de nombreux intellectuels, savants et écrivains ont fait campagne pour que l'entomologiste Jean-Henri Fabre, par ailleurs majoral du Félibrige et poète d'expression française et occitane (provençal), obtienne le prix Nobel. En 1913, lors de la dernière tentative de "nobélisation" de J.-H. Fabre, Frédéric Mistral lui écrit :

"Moun bèl ami, vène de questionna lou Suedos E. Rodha su lou laureat proubable dou pres Nobel e veiçi ço que m'a respoundu : ce que i'avié rèn de segur encore ; mai que la balanço, lou mai que penjavo, èro de ve Fabre ! Tout poutquen vèire, pèr ben que vague ! »*

Lettre datée de « Maiano, 2 de julier 1913 », graphie originale de l'auteur.

*Traduction : Mon bel ami, je viens de questionner le Suèdois E. Rodha sur le lauréat probable du prix Nobel et voici ce qu'il m'a répondu : c'est qu'il n'y avait rien de sûr encore mais que le côté vers lequel la balance penchait le plus, c'est celui de Fabre. Nous sommes tout ravis, si tout va bien !

Max Rouquette, dernier "nobélisable" en date :

Le prix Nobel jouit d'un intérêt particulier dans l'histoire littéraire et militante occitane. L'idée de renouveler "l'exploit" de 1904 fut sans doute récurrente au XXe siècle.

À notre connaissance, le nom de Max Rouquette circula au début des années 2000. L'écrivain de langue occitane, traduit, lu et interprété dans de nombreux pays avait sans doute les qualités requises pour obtenir le prestigieux prix international. L'initiative n'eut pas de suite. 

Glaudi Barsotti nous signale également qu'une initiative similaire a été menée en Provence dans les anénes 1930 pour une candidature de Valère Bernard au prix Nobel de Littérature.

En savoir plus sur Jean-Henri Fabre et le prix Nobel :

Yves DELANGE, Fabre : l'homme qui aimait les insectes, 1999, Actes Sud, 345 p. Consultable et empruntable au CIRDOC (cote 590.92 FAB)


En savoir plus sur Paul Sabatier et "l'Occitanie" :

Lucien BARBONNEAU, Génies occitans de la science, Toulouse, 1947, Editions toulousaines de l'ingénieur, 192 p. Consultable sur place au CIRDOC (cote CAC 3730)