Explorar los documents (7 total)

vignette_59001.jpg
Hons Peir de Buganda
Bigué, Pierre (1906-1987)
Giannerini, Pierre-Louis

Le fonds Peir de Buganda (Pey de Bugando)

Présentation des producteurs


Professeur d'Histoire à Oloron Sainte-Marie, Pierre-Louis Giannerini est attaché à l'histoire de sa ville et de sa région. Cet Oloronais a été le premier président de Radio Oloron à sa création en 1981. La même année, il créera l'association « Trait d'Union », qui a pour objectif de promouvoir la connaissance et la conservation du patrimoine local. Il a mis un point d'honneur à ce que la langue et la culture occitanes soient présentes sur les ondes de Radio Oloron. Pour cela, il a fait appel à diverses personnes comme Marcelin de Lurbe, conteur et auteur de chansons, Jean Lassalle, présentateur du Festival de Siros et maire de Lourdios-Ichère (puis conseiller général et, à partir de 2002, député), Nathalie Menvielle et Robert Laborde, enseignants et créateurs de la Calandreta oloronaise, et Pey de Bugando, ancien instituteur, passionné par la vie locale.

Peir de Buganda (ou Pey de Bugando), de son vrai nom Pierre Bigué, est né à Aramits en 1906 où il décède en mars 1987. Dans les années 20, il entre à l'École Normale de Lescar où il suivra des cours de langue avec l’auteur Simin Palay. Cette rencontre le pousse à améliorer sa pratique de l'occitan et son écriture. Tout au long de sa vie, il cherchera à perfectionner son niveau et s'intéressera aux différents parlers des vallées pyrénéennes. Cette expérience avec Simin Palay fera l'objet d'une chronique conservée dans le fonds. A sa sortie de l'École, il est nommé instituteur dans le Vic-Bilh. Puis, vers 1932, Peir se rapproche du Béarn et enseigne de 1932 à 1951 à Féas (ouest d'Oloron). Même s'il n'a pas transmis l'occitan à ses enfants, – car à l'époque il valait mieux parler un français correct que l'occitan –, Pey continuait d'utiliser cette langue qu'il chérissait tant lorsqu'il allait faire un tour à la foire ou au marché d'Oloron.

Avant de réaliser des chroniques pour Radio Oloron, Peir a beaucoup écrit pour le journal La Dépêche de Toulouse dans les années 1982-1983. Il a également été pendant de nombreuses années correspondant pour le journal La République des Pyrénées à Aramits. Ses articles et brouillons d'articles sont précieusement conservés par son fils. Le chroniqueur s'est beaucoup intéressé à la politique nationale mais surtout locale dans ses articles, thèmes que l'on retrouve à plusieurs reprises dans le fonds (chronique sur la carrière d'Henri Laclau, maire d'Oloron de 1977 à 1983, les élections législatives de 1924 et 1928 ou encore le parcours politique d'André Labarrère). Par ailleurs, il s'adonnait à l'écriture de portraits de personnalités (Louis Barthou, etc.), d'ami(e)s proches (André Mariette, l’un des créateurs du Festival de Siros et Henricou) et d'habitants d'Oloron (notable, agriculteurs, voisins, etc.)

La notoriété grandissante de Peir de Buganda a tout naturellement conduit Pierre-Louis Giannerini à le contacter pour faire des chroniques sur la toute nouvelle radio Radio Oloron. Chaque semaine, les deux hommes se retrouvaient chez Peir pour l'enregistrement. Selon les dires de Jean-Claude Bigué, son fils, le surnom initialement choisi par son père était Peir de Buganga. Bugangue est un bois situé à Aramits dans lequel Peir et son père avaient pendant une quarantaine d'années chassé la palombe ensemble. Le nom « Peir de Buganda » aurait été inscrit par erreur (coquille journalistique) en signature des articles dans La Dépêche de Toulouse. Peir ne l'aurait jamais modifié par choix.

Présentation du contenu


Le fonds est divisé en trois parties :
- Patrimoine culturel ;
- Société ;
- Programmes radiophoniques généralistes.

Peir de Buganda choisissait librement ses interventions pour chaque chronique. Le plus souvent, au début de chaque enregistrement, Pierre-Louis Giannerini, alors animateur/journaliste, faisait un décompte (3-2-1-0) pour lancer la cassette avant de présenter Peir de Buganda, le thème du jour ainsi que la date et l'heure.

Peir lisait d'abord sa chronique en occitan, avant de la traduire en français. Il arrivait que l’animateur pose des questions au moment de l’introduire. Des programmations musicales (chansons ou enregistrements de concerts) viennent compléter certains enregistrements de chroniques. Des journaux d'informations locales ou nationales ainsi que des reportages sur la vie oloronaise sont également conservés dans le fonds.
vignette_59030.jpg
Hons Yvan Bareyre
Bareyre, Yvan

Le fonds Yvan Bareyre - Lous Cantayres de Came

Présentation du producteur


Yvan Bareyre est spécialiste de la restauration du bâti ancien, collecteur, chanteur, producteur de radio, acteur associatif, mais aussi membre de l'Académie gasconne (Academia gascona de Baiona – Ador). Acteur majeur du paysage culturel et patrimonial en Bas-Adour, il a réalisé de nombreuses collectes de mémoire notamment au sein de l'association Mémoire Vivante.

Le groupe Lous Cantayres de Came est né en 1972, porté par la volonté de Georges Bourdalès (1934-2014) et d’Yvan Bareyre de retrouver la culture et les chants du Bas-Adour. Ils ont ainsi réalisé un travail de collecte ethnographique auprès des anciens du village et créé et animé l’émission Adishatz monde de 1981 à 1985 sur Radio Adour Navarre. De 1977 à 2013, ils ont enregistré sept disques et cassettes retraçant les moments forts de leurs spectacles de chants et de contes.

Présentation du contenu


Le fonds sonore comporte trois axes.
L’essentiel des enregistrements d’émissions de radio porte sur l’émission en gascon Adishatz Monde sur Radio Adour Navarre. Elle est alors le reflet de moments de vie enregistrés chez l’habitant évoquant les traditions et les coutumes d’autrefois. En parallèle, l’émission rediffuse les spectacles de chants et de contes des Cantayres de Came.
Une partie du fonds est consacrée à l’enregistrement des soirées des Cantayres de Came. Dans ces soirées, le conte prend une grande place avec Georges Bourdalès et le merveilleux Maurice Pocheluberry (1905-1989). Aussi, de nombreuses répétitions des chanteurs réalisées chez des anciens du village témoignent de la démarche ethnographique et de la volonté de mettre en valeur l’histoire locale et de maintenir le lien entre générations.
Les collectes ethnographiques menées auprès des anciens de Came et des villages voisins ont notamment permis de révéler l’histoire du village et de découvrir le patrimoine particulier des chants de bateliers et de l’Adour. Empruntant à la tradition du chant gascon, ces chants de marins à deux voix égales sont principalement en français mais toujours d’origine populaire.
L’ensemble du fonds se situe entre 1977 et 1996.

Historique de la conservation


Le présent fonds a été déposé par Yvan Bareyre aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
vignette_59001.jpg
Hons Jean-Loup Fricker
Fricker, Jean-Loup

Le fonds Jean-Loup Fricker

Présentation du producteur


Jean-Loup Fricker a conservé quelques enregistrements des années 1973 à 1980, époque à laquelle, jeune étudiant à Toulouse à l'Ecole d'Agriculture de Purpan, il s'est rapproché du Conservatoire Occitan où il est devenu formateur en chant et l'un des pionniers en Béarn de la relance de la flûte à trois trous. Dans cette dynamique, il a également mené des enquêtes en Béarn.

Présentation du contenu


Le fonds de Jean-Loup Fricker contient une douzaine de cassettes analogiques 60 minutes : collectes ou documents de travail et d'apprentissage de la flûte/tambourin à cordes de Gascogne.
A noter une enquête auprès d'Etxahun en compagnie d'un tambourinaire Béarnais, sur la comparaison des styles de jeu souletin et ossalois ; les Fêtes de Laruns le 15 août 1973 ; des chants polyphoniques enregistrés in vivo lors de fêtes d' Arros-Nay ; un enregistrement de flûte/tambourin et violon de la Vallée d'Ossau, remis par Jean Passimourt.
La moitié des enregistrements sont des documents de travail joués par Guy Bertrand, Xavier Vidal, Jean-Loup Fricker, pionniers du renouveau des musiques traditionnelles occitanes.
vignette_59001.jpg
Hons Jean-Pierre Arhie
Arhie, Jean-Pierre (1937-1999)

Le fonds de l'Abbé Arhie

Présentation du producteur


Jean-Pierre Arhie, est né à Alos (Alos-Sibas-Abense, en Soule) le 15 juillet 1937 et décédé le 31 décembre 1999 au presbytère d’Arette. Sa famille s’installe à Lanne-en-Barétous (Béarn) au moment de l’acquisition d’une ferme au quartier Barlanès (frontalier entre Béarn occitanophone et Soule bascophone).
Après des études au Grand Séminaire de Bayonne, il est ordonné prêtre le 23 décembre 1962 à Lanne-en-Barétous et nommé vicaire à Oloron-Sainte-Marie le même jour. Curé d’Ance (Féas) dans le sous-secteur d’Aspe-Barétous le 28 août 1971 – chargé en outre de la paroisse d’Aramits le 9 décembre 1972 –. Nommé responsable de l’équipe sacerdotale de la vallée de Barétous, le 4 septembre 1974, il s’installe au presbytère d’Arette. A partir de cette date, il dessert Arette, Lanne, Issor et Lourdios-Ichère (il est vicaire économe d’Issor et de Lourdios-Ichère le 2 juin 1982). A partir de la constitution de la paroisse Saint-Martin de Barétous, il sera désigné Curé-modérateur le 12 novembre 1997.
Le ministère de cette figure centrale de la vallée de Barétous, connue de tous comme « Jean-Pierre », est tout entier ancré dans le siècle. Il conduit par exemple pendant plusieurs années le bus de ramassage scolaire de l’entreprise Mazéris.
Le chant occupe une grande place dans sa vie. Il est jusqu'à son décès, l’animateur de la vocalité d’expression religieuse comme profane de la vallée. Durant vingt-cinq ans, il encourage, encadre, différentes générations de chanteurs et chanteuses, favorisant la floraison de groupes dans cette vallée et présidant au rayonnement de formations plus anciennes comme celles d’Arette ou de Lanne-en-Barétous.
Il est notamment l’initiateur discret mais tout entier engagé dans la Pastorale Juan Martin Pueyrredon qui, en 1996 et 1997, mobilise l’ensemble du village de Lanne-en-Barétous, rassemblant une centaine d’acteurs, chanteurs, danseurs, musiciens, bénévoles de tous ordres, pour la production des deux représentations de ce grand théâtre populaire héritier des mystères médiévaux, des ballets de cour et du théâtre baroque.
La production du fonds débute ainsi à son arrivée à Arette pour se poursuivre durant vingt-cinq ans jusqu’à sa disparition soudaine. Il est le reflet de l’activité pastorale et sociale de Jean-Pierre Arhie particulièrement cimentée par le chant.

Présentation du contenu


Ce fonds très abondant est composé de plusieurs ensembles qui sont le reflet de la vie musicale, religieuse, sociale et agro-pastorale de la vallée de Barétous, la plus occidentale des vallées béarnaises, limitrophe à l’ouest de la vallée basque de Soule et, au sud, de la Haute-Navarre. Elle est composée des communes d’Ance, Aramits, Arette, Féas, Issor, Lanne-en-Barétous. La paroisse barétounaise compte en outre le petite village-vallée de Lourdios.
Le fonds est par ailleurs l’expression des préoccupations « socio-pastorales » – le chant est le ciment de la communauté villageoise et de l’assemblée des fidèles –comme patrimoniales de Jean-Pierre Arhie, en témoignent ses collectes auprès d’anciens chanteurs et toute une boîte contenant une trentaine d’enregistrements de sonnailles de troupeaux. En montagne, les sonnailles permettent en effet de localiser et d’identifier le bétail. Les pasteurs cultivent ainsi l’identité sonore de leur troupeau et par extension de leur maison. Enregistrer de façon systématique ces manifestations du sonore relève ainsi clairement d’une démarche ethnographique.

L’expression chantée représente néanmoins la partie la plus importante du fonds. Trois ensembles distincts apparaissent.

D’une part, une collecte sonore des anciens constituant un matériau à transmettre aux jeunes générations. Elle se double d’une récupération de cahiers de chansons manuscrits qui servent d’ailleurs de base à la collecte. Quelques chanteurs présentent des styles vocaux solistes rares et un répertoire aujourd’hui disparu dans cette vallée : chansons de création locale, variantes locales de chansons de style lettré, notamment du chansonnier Cyprien Despourrins (1698-1759), et de style oral.

Le second ensemble est constitué de l’enregistrement quasi systématique de dizaines de répétitions et de soirées chantées dont les protagonistes sont les groupes de village de la vallée encadrés, encouragés et parfois générés par Jean-Pierre Arhie.
Ces « groupes » superposent l’acception sociologique à celle plus scénique du terme. Il s’agit particulièrement des jeunes hommes du village, parfois des jeunes femmes ou filles comme à Aramits, chanteurs patentés reconnus par la communauté et/ou encouragés par Jean-Pierre Arhie. Son action s’inscrit dans la très ancienne tradition polyphonique pyrénéenne et se développe dans le cadre de la dynamique du Festival de la Chanson Béarnaise de Siros, créé en 1967 et qui atteint des sommes de fréquentation en 1977 et dans les années 1980. Cette partie du fonds constitue ainsi un témoignage particulièrement précieux et complet, à l’échelle d’une vallée, de la dynamique vocale béarnaise tant aux plans de la construction des styles et répertoires que de la sociabilité musicale.

Jean-Pierre Arhie a enfin enregistré de très nombreux offices religieux : particulièrement les cantiques et sermons de l’ensemble des messes de fêtes et de mariages qu’il célébrait, constituant, au-delà de la simple anecdote, d’intéressants enregistrements de polyphonie captées in vivo sur des répertoires latin (Laudate Maria par exemple), français et béarnais.

A noter enfin, la qualité du matériel d’enregistrement employé par Jean-Pierre Arhie au cours de ces trois décennies (UHER, enregistreur cassette Marantz), qui atteste encore du soin apporté à ce travail.

Historique de la conservation


Le Fonds sonore Jean-Pierre Arhie, est la propriété des Chanteurs d’Arette. Il a été déposé à l'InOc après le décès de JP Arhie, afin qu'il y soit hébergé et que l'InOc organise la mise en œuvre de sa sauvegarde, ceci par contrat du 28/01/2002 signé de Jean Bordenave d’Arette et Jean Mirassou agissant en qualité de représentants du groupe des Chanteurs d’Arette, tous deux exécuteurs des volontés de JP Arhie.

Le fonds a quitté le presbytère d’Arette en janvier 2002 pour un transfert à titre conservatoire au siège de l’InOc Aquitaine où il a été inventorié et coté.
Cassettes et bandes magnétiques étaient conditionnées de façon thématique ou géographique dans des boîtes à biscuits en fer blanc et des cartons, le premier inventaire ayant suivi cette organisation.
Les originaux ont rejoint le Service départemental d’archives des Pyrénées-Atlantiques au moment de leur numérisation en 2011.
vignette_58988.jpg
Hons Robert Lo Diable
Daban, Robert (1924-2004)

Le Fonds Robert Le Diable

Présentation du producteur


Retraité de la SNCF en 1982, Robert Daban (dit Robert le Diable) a collecté un ensemble conséquent de chants, contes et musiques polyphoniques en Béarn entre 1981 et 1997. Son surnom lui aurait été attribué par l'une de ses cousines en référence à l’opéra Robert le Diable composé en 1831 par Giacomo Meyerbeer, lui-même inspiré de la légende de Robert le Diable[1].
Il est né à Jurançon le 3 novembre 1924, de père “cultivateur (patron)” et de mère “ménagère” (selon l’état civil). Après ses études, il a d'abord été instituteur avant de démissionner pour entrer à la SNCF, où il a fait toute sa carrière (il s'occupait des premiers appareils de contrôle, notamment sur la ligne Pau-Canfranc).
Robert Daban a enregistré un très grand nombre d'événements locaux et surtout de soirées béarnaises, enregistrements qui lui servaient notamment à produire des émissions de radio : il fut un animateur de la Voix du Béarn (créée en 1981) et de Ràdio País (créée en 1983) dès 1981 et au moins jusqu’en 1997.

Selon les dires de Robert le Diable, son prénom ainsi que son surnom lui auraient été donnés par l’une de ses cousines. Son surnom serait resté dans le cadre familial jusqu’à ce qu’il le réutilise lors de ses appels en tant qu’auditeur à la Voix du Béarn en 1981. Robert le Diable a en effet d’abord connu cette radio en tant qu’auditeur, dès la fin de l’été 1981 (la radio ayant été créée en juillet de cette même année) ; La Voix du Béarn émettait alors depuis Saint-Faust.

Son premier passage radiophonique s’est fait le 4 novembre 1981, en tant qu’invité à l’émission matinale Le Passe-Muraille (émission de Marie de Laroin, pour la Voix du Béarn). Cette émission du 4 novembre avait alors été préparée intégralement par les soins de Robert le Diable.
En 1982 , il commence à réaliser des enregistrements d'événements en direct, principalement en Béarn mais également dans les alentours (Soule, Bigorre notamment).

Même s’il n’était pas un chanteur, c’était une personnalité (re)connue présente dans toutes les manifestations locales et il y était bien accueilli. Autodidacte dans la captation sonore, il posait ses micros à côté des chanteurs en essayant de ne pas gêner la performance musicale et en s’adaptant à chaque situation, notamment pour l’enregistrement de concerts ou de chorales, afin d’installer son matériel technique dans des lieux qui n’étaient pas toujours lumineux. Il n’a jamais enregistré sur bandes magnétiques mais préférait les cassettes analogiques par facilité d’utilisation et de nettoyage.
Après avoir commencé ses premiers enregistrements avec du matériel très bas de gamme, il a pu se procurer un meilleur matériel ; il s'est par exemple mis à utiliser des cassettes Métal à balayage Dolby sur les conseils de Richard Le Coz, avec qui il travaillait à Ràdio País.

Vers 1984, il réalisait du montage, notamment pour ses émissions de radio ; il enlevait alors ce qui ne lui servirait pas, notamment les présentations orales (se contentant de noter ce qu’il y avait sur les cassettes), les applaudissements ou même certains conteurs dont il n'allait pas réutiliser les textes. Il s'est par la suite rendu compte de leur valeur documentaire et les a conservées à partir de 1986.

Ses émissions radiophoniques prenaient généralement la forme de diffusion d'extraits musicaux, accompagnés d'éléments de direct : commentaires ou lectures de Robert Le Diable, interviews de personnalités, appels d'auditeurs pour "dédicacer" les extraits musicaux diffusés.
Il réalisait pratiquement toutes ses émissions de radio en direct, très peu en préenregistré (hormis les extraits sonores qu'il faisait écouter). Selon lui, lors de ses débuts en direct à la radio, la difficulté ne résidait pas dans le fait d’assurer l’émission en béarnais puisqu’il le parlait déjà, mais plutôt dans le fait de traduire en direct des textes du français au béarnais (notamment lorsqu'il lisait des poèmes ou des paroles de chansons par exemple).

Dès 1986, Robert Le Diable explique que le but de son travail de collecte est de faire vivre son pays et sa culture (notamment par le biais des radios libres). Selon lui, le pays qui vit est celui qui conte et qui chante. Il explique que son travail de collecte doit "servir à quelque chose", dans le sens d'une utilisation vivante, et que le reste (le "moins bon") peut également servir pour la recherche et pour la conservation.
Richard Le Coz le considère comme un "documentariste" : les enregistrements de Robert Le Diable prenaient la forme du collectage documentaire de l'événement, plutôt que du reportage. Il explique également que Robert Le Diable avait grand plaisir à se rendre aux événements dont il réalisait les captations.

Robert Daban, bien que n'étant pas lui-même chanteur, semblait s'intéresser à la pratique du chant. Il connaissait de nombreux chanteurs gascons, et s'intéressait aux nuances d'interprétation selon les régions, aux évolutions de la pratique. Il s'exprime à ce sujet dans un entretien réalisé chez lui le 6 janvier 1995 par Jean-Jacques Castéret et Jean-Louis Mandère, entretien à l'occasion duquel il dit également espérer que des gens seront intéressés par ses cassettes.

Selon Jean-Louis Mandère, il enregistrait encore des événements en 2000, mais avait déjà arrêté la radio.

Robert Daban est décédé le 2 septembre 2004 en laissant une vaste collection de plus de 1500 cassettes analogiques issues de ses nombreux enregistrements lors de fêtes de village, de contes et de soirées béarnaises, et d'enregistrements d'émissions radiophoniques (les siennes principalement).

Références :
Entretien de Robert Daban avec Jean-Jacques Castéret et Jean-Louis Mandère, 1995
Emission de Robert Daban sur Adishatz Monde avec Yvan Bareyre et Georges Bourdalés, 1986
Entretien de Jean-Louis "Loulou" Mandère (fondateur et ex-président du Festival de Siros) avec Mathilde Lamothe et Marie-Alix Nicaise, 2017
Entretien de Richard Le Coz (cofondateur de Ràdio País) avec Fanny Lartigot et Marie-Alix Nicaise 26 juin 2019
Interview Robert Daban [voir document ROB 621_B dans ce fonds]

[1]Info wikipedia :
- Opéra en cinq actes de Giacomo Meyerbeer, livret d'Eugène Scribe et Germain Delavigne, créé le 21 novembre 1831 à l'Opéra de Paris.
- Il y a à la Bibliothèque impériale deux manuscrits d’un roman en vers du treizième siècle qui a été imprimé en 1837 sous ce titre : Le Roman de Robert le Diable, en vers du treizième siècle, pour la première fois, d’après les manuscrits de la Bibliothèque du roi, par G.S. Trébutien. Paris, Silvestre, in-4° (en caractères gothiques). Rien n’empêche de penser qu’il y a eu une légende antérieure à ce roman en vers du treizième siècle.

Présentation du contenu


Ce fonds a été organsié en 8 sous-fonds (ou corpus) :
- soirées béarnaises (contes, chants) /chants et fêtes,
- corpus de radio (émissions qu’il a produites et enregistrements d'autres émissions),
- contes,
- poésie,
- enregistrements d'un abbé félibre (M. Grangé),
- soirées de théâtre,
- messes,
- événements et rencontres.

Si le corpus musical est très riche, nous ne possédons cependant pas l’ensemble du fonds tel que la correspondance, la presse ou les revues, archives papier qui permettraient de cerner ses centres d’intérêt, connaître son réseau d’informations et comprendre son omniprésence dans les fêtes locales.

Robert le Diable était attaché à la documentation de ses enregistrements puisqu’il décrivait précisément les contenus de ses cassettes avec tous les éléments d’une description archivistique : lieu, date, informations sur l’enregistrement, etc. Plusieurs indices nous laissent penser que ces cassettes semblent être destinées à être réutilisées par d’autres personnes comme l’emploi du vouvoiement (« retournez la cassette »), l’indication des coordonnées d’une tierce personne, ou la précision des informations contextuelles. Il commence généralement ses cassettes par un décompte en français « 5, 4, 3, 2, 1, 0 » pour lancer la cassette avant d’entendre le début de l'enregistrement en lui-même.

Par ailleurs, la plupart de ces cassettes semblait destinée à un usage radiophonique. Un certain nombre d’enregistrements réalisés en public sont précédés d’une introduction par Robert Le Diable, ajoutée au montage, présentant le contenu en occitan, dans un niveau de langue plutôt littéraire. Il s'agit du format de prédilection de Robert Le Diable pour ses émissions radiophoniques.
D’autre part, si certaines cassettes sont les originales et présentent le matériau d’enregistrement « tel quel », d’autres correspondent à des assemblages de ces mêmes documents réalisés par Robert Le Diable. Ces dernières correspondent à un montage qui devait sans doute être préparé en vue d’une émission (compilations thématiques, extraits spécifiques de certaines soirées…).

Certains boîtiers de cassettes contenaient des documents complémentaires : inscriptions sur la jaquette, feuillets manuscrits, listes dactylographiées du contenu, coupures de presse... (se référer au champ "Commentaires" de chaque fiche pour en avoir le détail).
Ces documents ont été pour la plupart numérisés et joints à la fiche correspondante. Lorsque la description de la jaquette restait succincte (par exemple : indication du titre et de la date seulement), le document n'a pas été numérisé mais les informations contenues ont été directement intégrées dans les champs correspondants.

Historique de la conservation


En 2009, une opération de récolement de fonds sonores privés a été entreprise par l’Ethnopôle Inoc Aquitaine en partenariat avec les Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques pour sauver ce fonds d’archives qui menaçait de disparaître après le décès de Robert le Diable.
L'inventaire sommaire en avait déjà été fait du vivant de Robert Daban par Jean-Louis Mandère, Patricia Heiniger-Casteret et Jean-Jacques Casteret, en 2004. Selon les dires de Jean-Louis Mandère, Robert Le Diable était décédé très rapidement après lui avoir donné les cassettes, c’est-à-dire en septembre 2004.
Le détenteur du fonds, Louis Mandère, leur a accordé un droit de cession de reproduction et de représentation afin de pouvoir numériser et de conserver ces archives ethnomusicologiques, dans le cadre du programme de sauvegarde et de valorisation des archives sonores et audiovisuelles « en péril » des Archives départementales.
preview_LGO-20210707.jpg
Lei 100 ans de la ràdio - Tè Vé Òc
Gravier, Michel. Metteur en scène ou réalisateur

Emission del 7 de julhet de 2021

Lei cent ans de la ràdio

Fin de junh / debuta de mai, la ràdio festejava son centen anniversari, per Radio Alliance +  dins Gard, èra tanben l’anniversari de sei 30 ans. La mediatèca de Nimes Cairat d’Art aculhiguèt per aquela escasença un platèu de Radio Alliance+ onte se succedèron lei diferents intervenents amb lei tematicas multiplas abordadas dins la ràdio. Per çò qu’es de la lenga e la cultura occitana sus Radio Alliance+, es Claudina Paul que recebiá dins son emission « Lo 30 bolega » Estèla Mazodier e Bruno Paternot.

Una emission realizada per Miquèu Gravier, amb lo concors de Miquèla e Patric Lapierre, e presentada per Claudina Paul.

[resumit de Tè Vé Òc]

vignette_21199.jpg
Occitanitude : « L’émission qui recherche les valeurs qui nous unissent »
Tuffou, Jean. Metteur en scène ou réalisateur
Figure de l’action culturelle dans l’Hérault, il fut longtemps le directeur de l'Office départemental d'action culturelle, Jean Tuffou lance en 2007 sur les ondes de Ràdio Lenga d’Òc une émission-portrait intimiste et humaniste à la Jacques Chancel autour d’un concept qu’il invente : « l’occitanitude ». Dans une perspective fortement inclusive, ses entretiens sondent chez les « Occitans » (anciens ou nouveaux, d’ici ou d’ailleurs), ces valeurs que l’on ressent et qui réunissent par-delà les différences quand on prend racine en Occitanie.