Explorar los documents (170 total)

Retrach de Max Roqueta
Souche, Georges (1957-....)
La Bête en Gévaudan (Affiche du Théâtre de la Rampe)
Théâtre de la Rampe (Montpellier)

La Bête en Gévaudan est une pièce de théâtre en français et en occitan, écrite et mise en scène par Claude Alranq, jouée par le Théâtre de la Rampe à partir de 1981 et mise en musique par Los de Sauveterre.

Le texte de la pièce est paru la même année aux éditions Regas del Causse :

«Tout le monde la connaît, personne ne l'a vie : La Bête. Tout le l'a vue, personne ne la connaît : la Bête en Gévaudan.
La Lozère au XVIIIe siècle. L'ordre contre le peuple ; le peuple bâtisseur de légendes, magicien de la terre. La Bête en face, debout, couchée, dehors, dedans, sens dessus dessous. La Bête, ce lieu où le sens se perd.
La Bête, ce drame !
Ce drame que Claude Alranq nous livre comme la victine à ses bourreaux. Que le Théâtre de la Rampe et « Los de Sauveterre » nous jettent au corps comme la pierre à l'oiseau qu'elle vise.
La Bête en Gévaudan, un choc. Un immense espoir qui reflète et qui, brisé, tranche. On a mal et on en jouit.
« Que la Bête revienne »
« Sans ma Bête, qui suis-je ? »
(4ème de couverture)

 
Première séance des Jeux Floraux par Jean-Paul Laurens
Laurens, Jean-Paul (1838-1921)
Instauration des Jeux floraux à Toulouse le 3 mai 1324, peinture de Jean-Paul Laurens, Capitole de Toulouse (photo CIRDOC)

La première séance des jeux floraux
est une fresque picturale de Jean-Paul Laurens : cette œuvre fut commandée par la municipalité de Toulouse en 1900 et  fut mise en place au Capitole en décembre 1913.
Sur cette fresque, Arnaud Vidal, au centre sur une estrade, déclame le poème qui lui  a permis de remporter le prix lors de ces premiers Jeux Floraux. Près des remparts, la foule de dames et gentilshommes témoignent du succès de cette première édition datée du 3 mai 1324.
Portrait de Karl Bartsch (1832-1888), philologue allemand spécialiste de l’ancien occitan
Karl Bartsch (1832-1888) est un philologue allemand, spécialiste de la littérature occitane du Moyen  Âge. Il incarne le dynamisme et l’avancée des études allemandes sur la langue et les textes en ancien occitan dès le XIXe siècle.
On lui doit plusieurs anthologies et ouvrages-sommes sur la langue et la littérature occitanes du Moyen  Âge qui demeurèrent pour plusieurs générations des outils de travail de référence pour l’accès aux textes, en particulier sa Chrestomathie provençale (2e ed., Elberfeld : R. L. Friderichs, 1868).

Photographie extraite d’un album anniversaire de l’Université de Heidelberg : Der Lehrkörper Ruperto Carola zu Heidelberg im Jahre 500 ihres Bestehens, Heidelberg, 1886.
Consultable en ligne sur la bibliothèque numérique de l’Université :
https://doi.org/10.11588/diglit.2752#0016
Affiche 1997 du « Carneval independent » de St-Roch (Nice)
Pastorelli, Louis
Le char de la Ratapinhata au Carnaval officiel
Pastorelli, Louis
En 1993 l'un des symboles de la Nice populaire, la Ratapinhata (chauve-souris) réinvestit le carnaval officiel de la Ville de Nice à travers un char créé pour l'occasion par l'artiste Ben (Ben Vautier).

Photographie de Louis Pastorelli.
Défilé du Carnaval indépendant
Pastorelli, Louis
Photographie de Louis Pastorelli, prise lors du Carnaval Indépendant  de Nice (quartier Saint-Roch) en 1989.
Carnavaliers
Pastorelli, Louis
Photographie de Louis Pastorelli, prise lors du Carnaval Indépendant  de Nice (quartier Saint-Roch) en 1989.
Le « sound system » du Carnaval indépendant de Nice
Pastorelli, Louis
Photographie issue du fonds Louis Pastorelli, prise lors du Carnaval Indépendant  de Nice (quartier Saint-Roch) en 1989.
C'est pour animer le Carnaval indépendant que le collectif d'artistes plasticiens Nux Vomica commence à faire de la musique. S'en suivra une carrière musicale bien remplie, pour un groupe qui évoluera et éditera de nombreux albums au fil des décennies.
La Banda Nux Vomica au Carnaval indépendant
Pastorelli, Louis
Photographie de Louis Pastorelli, prise lors du Carnaval Indépendant  de Nice (quartier Saint-Roch) en 2008.
sus 17