Explorar los documents (185 total)

vignette_167.jpg
Esclarmonda - Jornau dei rescontres occitans d'Avinhon
Ashley, Frances (1940-....)

Du 10 au 24 juillet 1973, en plein XXVIIe Festival d’Avignon, la Nouvelle Compagnie d’Avignon d’André Benedetto,  à l’origine du Festival Off dès 1966-1967, met à disposition le théâtre des Carmes pour des « Rescontres occitans ».
Cette année-là deux pièces de la compagnie sont programmées officiellement au Festival d’Avignon, La Madone des ordures et Pourquoi et comment on a fait un assassin de Gaston D.

André Benedetto met le théâtre des Carmes à la disposition du Teatre de la Carrièra qui joue La Guerre du vin, monte une librairie éphémère spécialisée dans la littérature et les problèmes occitans, distribue dans la rue un journal militant, Esclarmonda et organise le soir du 14 juillet un « bal des ethnies » en opposition au bal « national ». 
Écrivains, acteurs, artistes, metteurs en scène, intellectuels et militants occitans se rassemblent autour de ces Rescontres occitans d’Avignon, qui marquent un moment de convergence des acteurs culturels occitans qui se structureront en 1977 autour de deux collectifs, l’Action Jeune Théâtre (AJT) et l’Accion Culturala Occitana (ACO).

Cette photographie de Frances Ashley issue des Archives du Théâtre des Carmes - André Benedetto d’Avignon montre la vente   d'Esclarmonda, journal militant édité à l’occasion des Rescontres occitans de 1973 au Festival d’Avignon.

vignette_166.jpg
Andrieu Benedetto e Robèrt Lafont als Rescontres Occitans d'Avinhon
Ashley, Frances (1940-....)

Du 10 au 24 juillet 1973, en plein XXVIIe Festival d’Avignon, la Nouvelle Compagnie d’Avignon d’André Benedetto, à l’origine du Festival Off dès 1966-1967, met à disposition le théâtre des Carmes pour des « Rescontres occitans ».
Cette année-là deux pièces de la compagnie sont programmées officiellement au Festival d’Avignon, La Madone des ordures et Pourquoi et comment on a fait un assassin de Gaston D.

André Benedetto met le théâtre des Carmes à la disposition du Teatre de la Carrièra qui joue La Guerre du vin, monte une librairie éphémère spécialisée dans la littérature et les problèmes occitans, distribue dans la rue un journal militant, Esclarmonda et organise le soir du 14 juillet un « bal des ethnies » en opposition au bal « national ». 
Écrivains, acteurs, artistes, metteurs en scène, intellectuels et militants occitans se rassemblent autour de ces Rescontres occitans d’Avignon, qui marquent un moment de convergence des acteurs culturels occitans qui se structureront en 1977 autour de deux collectifs, l’Action Jeune Théâtre (AJT) et l’Accion Culturala Occitana (ACO).

Sur cette photographie de Frances Ashley issue des Archives du Théâtre des Carmes - André Benedetto d’Avignon, on voit André Benedetto en conversation avec Robert Lafont. Sur la vitrine, l’affiche de la pièce La Guerre du vin du Teatre de la Carrièra.

v-affiche-moc.jpg
Mort et Résurrection de M. Occitania / Teatre de la Carrièra
Teatre de la Carrièra
item 118.jpg
Touriste on te vole ton argent comme on nous vole notre pays (Affiche de Lutte occitane)
Lutte occitane (Toulouse)

À partir des années 1960, dans le cadre d’un État français très dirigiste dans l’économie du pays, il est décidé de pallier la dépendance des territoires du Gard, de l'Hérault, de l'Aude et des Pyrénées-Orientales à l’agriculture en développant le tourisme, que l’État voit alors beaucoup partir vers l’Espagne. Afin de capter ce flux et de développer le territoire, il est décidé en 1963 par le général de Gaulle et le gouvernement de Georges Pompidou d’engager un plan d'aménagement touristique du littoral du Languedoc-Roussillon. La mission est confiée à la DATAR (Délégation interministérielle à l'aménagement du territoire et à l'attractivité régionale) qui supervise la création des stations balnéaires de Port-Camargue, la Grande-Motte, Le Cap d'Agde et son village naturiste, Gruissan, Port-Leucate, Port-Barcarès et Saint-Cyprien. La mission sera alors surnommée « Mission Racine » du nom de Pierre Racine, co-fondateur de l’école nationale d’administration et proche du pouvoir, qui dirige ladite mission.

Critiquant la bétonisation du littoral, la destruction du paysage, le bouleversement économique et social, ainsi que la venue massive de touristes sur le territoire (qui n’a, outre les lieux développés à cet effet, que peu d’infrastructures pour recevoir autant de monde aussi rapidement), la population locale développe dès les années 1970 un certain rejet de ce tourisme de masse.
La dénonciation de cette politique devient alors, pour les mouvements occitans - notamment les mouvements de gauche anticapitaliste comme Lutte occitane - un des grands mots d'ordre à partir de cette décennie, que l'on retrouve sur l'ensemble du territoire occitan, de l'Atlantique à la Méditerranée.

 
vignette_111.jpg
Teatre de la Carrièra joue "Mort et Résurrection de M. Occitania" à Bédarieux en 1970
Teatre de la Carriera (Arles, Bouches-du-Rhône)

Aux lendemains de Mai 1968, Claude Alranq et le Teatre de la Carrièra (le « Théâtre de la Rue » en occitan) font irruption sur les places des villages et villes d’Occitanie avec un théâtre d’un nouveau genre, populaire, social et occitan, et une pièce emblématique, Mort et Résurrection de M. Occitania, farce tragique qui révèle à la société occitane les causes du « mal méridional » dans un contexte de crise de la viticulture languedocienne et des débuts d’un mouvement massif qui convergera sous le mot d’ordre « Volèm viure al país ».

Cette photographie, issue des archives du Teatre de la Carrièra conservées au CIRDOC, nous montre l’esprit de cette compagnie qui représenta pour des milliers de spectateurs une véritable révélation théâtrale et de prise de conscience culturelle.

Le chanteur Claude Marti évoque cette expérience dans son livre Homme d’Oc (Paris : ed. Stock, 1975) : « Et tout le monde est saisi, époustouflé, on n’avait jamais vu ça… Il y a là, sur la place, un camion asthmatique, beaucoup de décors en carton, beaucoup de pancartes, et des gens qui s’agitent, se préparent au milieu de ce matériel pour le moins sommaire. Il fait beau, tout le village est là, les enfants, les femmes, les hommes, dans une atmosphère de petite fête. Et la pièce commence. Incantatoire. Sous un linceul rouge marqué du drapeau occitan, il y a un mort. C’est M. Occitania, un petit viticulteur. Un tribunal est là qui disserte sur les causes de sa mort. (...) On était devant un théâtre réellement populaire, qui touchait profondément les gens tout en étant très pédagogique. (...) Les gens se reconnaissent dans M. Occitania, ils rient, ils applaudissent, ils prennent parti ; un passage est en occitan, un autre est en français, comme dans la réalité vécue… »

sus 19