Explorar los documents (4 total)

vignette_Gofannon.jpg

Avec un premier EP baptisé « Prosodie » (l'accentuation et l'intonation des langues, mais aussi certaines règles de versification ou de musique), Gofannon met immédiatement en exergue son intérêt pour les rythmes et les langues. Inspirés par la musique médiévale traditionnelle de l'Europe entière, ses morceaux présentent tout naturellement une grande diversité linguistique avec des paroles en occitan, en anglais, en français et en suédois. Dépouillées de tout artifice, ces chansons folk contemplatives et chaleureuses portent en elles une grande authenticité et un rapport à la Nature privilégié. 

Samuel Méric, fondateur du projet en 2016, s'est désormais entouré d'une formation complète pour partager avec les foules ses méditations sylvestres et ses évocations des temps jadis.
Membres du groupe Gofannon : Samuel Meric (chant, flûte, clarinette), Rodolphe Johansson (violoncelle), Edouard Golfier (percussion), Sarg Mercadier (guitare, choeur).

Consulter le clip L'animal (Official Video) sur Youtube :  https://www.youtube.com/watch?v=zeExO1t6EUE

Bandcamp : https://gofannon.bandcamp.com/

Facebook : https://www.facebook.com/gofannon/

Youtube : https://www.youtube.com/gofannon/

Où parle-t-on occitan en Rhône-Alpes ?
CIRDÒC-Mediatèca occitana

Votre question : Où parle-t-on occitan en Rhône-Alpes ?
Notre réponse :
L’actuelle région administrative de Rhône-Alpes est traversée par une frontière linguistique historique qui en fait une zone de contact entre deux grands domaines géolinguistiques, le francoprovençal au nord et l’occitan au sud. Le tracé d’une frontière linguistique donne lieu à de nombreux travaux et controverses de spécialistes et s’apparente rarement à une frontière linéaire étanche mais plutôt à une zone d’échanges et d’influences réciproques qui a pu évoluer dans le temps.

La géographie linguistique de la France s’est affinée à partir des années 1950 avec la collection des Atlas linguistiques régionaux initiée par le linguiste Albert Dauzat et éditée par le Centre national de la recherche scientifique. L’espace occitanophone de la région Rhône-Alpes est étudiée dans deux Atlas régionaux, celui du Massif Central et celui de la Provence (voir bibliographie ci-dessous).

La consultation de ces deux atlas linguistiques permet de déterminer la frontière nord de l’espace linguistique occitan provençal, déterminée par « par l’isophone de la palatisation de -A » et correspondant à la totalité du département de la Drôme moins la vallée de la Valloire à l’extrême nord du département, une frange au sud du département de l‘Isère (communes de Villard-de-Lans, Gresse-en-Vercors, Cordéac, Valbonnais et Venosc). L’Atlas linguistique du Massif Central décrit quant à lui l’espace occitanophone rhône-alpin oriental, plus proche linguistiquement de l’occitan tel qu’il est parlé en Vivarais : le département de l’Ardèche et une frange étroite au sud et à l'extrême ouest du département de la Loire (région de Saint-Bonnet-le-Château et plateau de Noirétable).

La carte ci-dessus représente schématiquement l’espace occitanophone de Rhône-Alpes à partir des données disponibles (fond de carte : source IGN 2012).

En savoir + sur l’occitan en Rhône-Alpes :

- La région Rhône-Alpes consacre une page de son portail à la politique linguistique. Vous y trouverez des informations générales sur l’occitan et le francoprovençal en Rhône-Alpes et les documents de politiques linguistiques régionales pour la promotion et le développement des langues régionales. Voir la rubrique sur le portail de la région Rhône-Alpes.

- L’étude FORA - Francoprovençal et occitan en Rhône-Alpes, commandée par la région Rhône-Alpes, pilotée par l’Institut Pierre Gardette de l’Université catholique de Lyon (responsables de l’étude : MM. Michel BERT et James COSTA ; conseiller scientifique : M. Jean-Baptiste Martin) en coopération avec l’Institut national de recherche pédagogique (INRP), les laboratoires de recherche Interactions, corpus, apprentissages, représentations (ICAR) et Dynamique du langage (DDL), du Centre de dialectologie de Grenoble et de nombreuses associations, résulte d’une commande de la Région Rhône-Alpes. Publiée en 2009 et consultable en ligne, l’étude FORA dresse un état des lieux du francoprovençal et de l’occitan en Rhône-Alpes et formule des préconisations pour leur préservation et leur développement. Consulter l'étude en ligne sur le site du laboratoire ICAR (CNRS-Université Lyon-II).

- L’association Espace Pandora a produit une exposition sur l’occitan et le francoprovençal en Rhône-Alpes, disponible au prêt. En savoir + sur le site de espacepandora.org.

Bibliographie

ESCOFFIER (Simone), La rencontre de la langue d'oïl, de la langue d'oc et du francoprovençal entre Loire et Allier, Macon, Protat, coll. “Publications de l'institut de linguistique romane de Lyon”, 1958.

BOUVIER (Jean-Claude), Les parlers provençaux de la Drôme. Etude de géographie phonétique, Paris, Klincksieck, 1976.

BOUVIER (Jean-Claude) et MARTEL (Claude), Atlas linguistique et ethnographique de la Provence, Paris, CNRS, 1975-1986, 3 vol.

NAUTON (Pierre), Atlas linguistique et ethnographique du Massif Central, Paris, CNRS, 1957-1963, 4 vol.

TUAILLON (Gaston), "La limite nord du provençal à l’est du Rhône", Revue de linguistique romane, n° 28, 1964, p.127-142.

“Le Vivarais linguistique”, dans Vivarais-Ardèche, Paris, Editions Bonneton, 1991.

"La limite entre l'occitan et le francoprovençal dans le Pilat", Etudes foréziennes, n° 10, 1979, p. 75-88.

RPCO_vignette_FONS.jpg
Fons Louis Baquerisse, Bibliotèca del musèu Pirenenc (Lorda)
CIRDÒC-Mediatèca occitana

Histoire du fonds

Ce Fonds de livres imprimés occitans de l'époque moderne et contemporaine a été constitué par Louis Baquerisse (1874-1939), inspecteur des Douanes à Bordeaux, à partir de la bibliothèque gasconne et languedocienne de l'érudit bordelais Ernest Labadie (1847-1917), dispersée en 1918. La Bibliothèque de Louis Baquerisse a été acquise en 1965 par le Musée Pyrénéen de Lourdes.
Ernest Labadie, qui avait publié le catalogue de sa « Collection de plus de cinq cents ouvrages en patois gascon et languedocien » (Bordeaux : Imprimerie Y. Cadoret, 1916), avait pour projet de constituer une bibliothèque complète sur le livre occitan gascon et languedocien, regrettant l'absence de collections significatives dans les bibliothèques et chez les bibliophiles.  
 

Modalités d'entrée :

Acquis en avril 1965 par le Musée Pyrénéen.

Accroissement :

Fonds clos

Description du fonds

Selon Jean Robert, conservateur du Musée Pyrénéen de 1965 à 1985, qui en dressa le catalogue en 1973, le Fonds Louis Baquerisse « semble réunir à peu près tout ce qui a été rédigé en patois, de la Renaissance à 1854 (date de la fondation du Félibrige) d'une part, et d'autre part, les œuvres imprimées de félibres de 1854 à 1938 environ », ces-dernières ayant été acquises par E. Labadie et L. Baquerisse de façon moins exhaustive. 
Reflet de l'intérêt dialectologique dans lequel la collection a été constituée à son origine, le fonds Baquerisse a souvent été décrit selon un classement géolinguistique reprenant les principales aires des « parlers occitans » dans leurs variantes gasconnes et languedociennes (Agenais, Armagnac, Béarn, Bigorre, Comminges, etc.) À noter que le fonds contient également un ensemble de titres en occitan limousin.
Mais le fonds Baquerisse représente avant tout un des plus riches fonds de littérature d'expression occitane de l'époque moderne (XVIe-début XIXe siècle) conservant des exemplaires rares, voire uniques, comme Lou Béray e naturau gascoun en las quouate sasous de l'an (Toulouse : chez Pierre d'Estey, 1636) de Jean-Géraud Dastros, texte connu par ce seul exemplaire ou encore un important ensemble d'impressions bordelaises avec notamment une vingtaine d'éditions de comédies et poésies d'Antoine Verdié (1779-1820), dit Meste Verdié.
Le fonds Baquerisse contient également quelques ouvrages en catalan, basque et poitevin-saintongeais et un corpus d'études de linguistique romane.  

Dates extrêmes :

XVIe (1581) - XXe (1942)

Langues représentées dans le fonds :

Occitan (languedocien, gascon, provençal, auvergnat, limousin, vivaro-alpin)

Français

Catalan

Basque

Poitevin-Saintongeais

Importance matérielle :

765 volumes

Supports représentés :

Monographies imprimées

Périodiques (presse et revues)

Pour le consulter

Identifiant du fonds :

B 001 - B 756

Instruments de recherche disponibles :

Catalogue imprimé (voir bibliographie ci-dessous) ; notices versées dans le Catalogue collectif de France (base Patrimoine).
Voir la description du fonds et consulter les 776 notices disponibles dans le CCFR.

Conditions d'utilisation

Conditions de consultation :

Consultation sur rendez-vous

Conditions de reproduction :

Photographies de travail autorisées dans le cadre d’une recherche ; si diffusion à but lucratif, demande d’autorisation à adresser au Maire de Lourdes ; pas de photocopies ouvrages fragiles.

camproux-1957.jpg
Carles Camprós
CIRDOC

Charles CamprouxCharles Camproux (1908-1994) est l'une des figures incontournables de la culture occitane contemporaine. Il participa activement à la naissance de l'occitanisme moderne dans l'entre-deux-guerres, puis fit entrer les études occitanes à l'Université. Ses travaux de linguistique sont une contribution majeure à la connaissance de la langue occitane.

1. L'enfance et le temps des apprentissages. 

Né à la Belle de Mai, quartier populaire de Marseille en 1908 dans un milieu ouvier, le jeune Camproux perd son père, mort au combat en 1917. Charles Camproux connait dès lors une enfance difficile, entre pauvreté et petite délinquance, qui le conduisent à l'orphelinat Dom Bosco à Montpellier. "Les méthodes d'éducation des salaisiens étaient cependant en avance sur leur époque et, si ceux-ci n'arrivèrent pas à faire de Camproux le prêtre qu'ils attendaient, ils en firent un chrétien et un bon élève." (Jean-Marie Petit, voir bibliographie ci-dessous). 

2. L'entre-deux-guerres et la fondation de l'occitanisme moderne. 

Devenu professeur (à Mende puis à Narbonne), Charles Camproux s'engage résolument dans un occitanisme politique, très critique vis-à-vis du Félibrige. Il rencontre dans les années 1920 des figures majeures de la nouvelle "jeunesse occitane" : Paul Ricard et Jòrgi Reboul à Marseille, puis la génération du Nouveau Languedoc à Montpellier. Il fonde plusieurs organisations de jeunesse et revues militantes, dont la plus célèbre, Occitania, sera dans les années 1930 le principal organe des mouvements occitanistes. En 1935, Camproux fait paraître à Narbonne Per lo camp occitan, "aquela òbra de basa, primièra de son biais e maire de tant d'autres." (Max Rouquette, "Per saludar Carles Campros", Oc, n° 33, 1994). Ce recueil d'articles politiques va alimenter les combats de toute une génération. "Sa doctrine de l'Intranationalisme à l'Internationalisme est celle d'un chrétien social, farouchement anti-fasciste, proudhonien, spiritualiste et humaniste" (J.-M. Petit, op. cit.). 

Occitania fonde en 1935 le Parti Occitaniste à structure très fédérale. En 1930 il avait été l'un des membres fondateurs de la Societat d'Estudis Occitans (S.D.E), où il œuvra activement pour les questions philologiques. Louis Alibert trouva en Charles Camproux un défenseur dévoué de ses thèses linguistiques (il voyait notamment dans la graphie d'Alibert un outil fédérateur et l'adopta immédiatement pour ses publications et travaux. Il sera d'ailleurs l'un des premiers - le premier ? - à l'introduire à l'Université et dans les instances officielles). 

3. La guerre et la Résistance. 

Enrôlé en 1939 dans les chasseurs alpins, Charles Camproux est fait prisonnier à Epoye et passe quinze mois au stalag (il créera une Université de Camp où il fait des conférences sur Mistral, les troubadours, etc.), dont il finit par s'évader grâce à la complicité d'un fonctionnaire allemand lecteur d'Occitania. Revenu à Montpellier il entre immédiatement dans la lutte armée clandestine. Parallèlement il est chargé de cours à la Faculté des Lettres de Montpellier pour la langue et littérature d'Oc. Son apport dans les mouvements de Résistance héraultais pendant la guerre et à la Libération est primordiale. 

4. Le professeur.

Après la guerre, Charles Camproux demeure un militant de la cause (politique) occitane, mais s'investit essentiellement dans la revendication pédagogique (il avait créé dès 1937 l'Office de l'Enseignement de la Langue d'Oc) et universitaire en cherchant à donner une place honorable aux études occitanes au sein de l'Université. 

En 1954, Camproux soutient une thèse d'Etat en Sorbonne sur la syntaxe occitane à partir de l'étude des parlers populaires du Gévaudan à partir d'une enquête linguistique de terrain. Elle paraîtra en 1958 sous le titre Étude syntaxique des parlers gévaudanais (Faculté de Montpellier, P.U.F, 1958) : "Rejetant systématiquement tout examen de la langue littéraire des félibres, trop imprégnée de tournures françaises, l'auteur se tourne résolument vers les parlers populaires et se propose de mettre en lumière l'originalité profonde de leur syntaxe, tant vis-à-vis de français que de la langue félibréenne" (Pierre Bec, "L'originalité linguistique de l'occitan : à propos de la thèse de Charles Camproux", dans Lettres françaises, avril 1960.) 

Au-delà de l'étude détaillée de la langue des habitants du Gévaudan, Charles Camproux livre dans les faits une contribution majeure à la reconnaissance d'une syntaxe de la langue occitane, longtemps niée par certains romanistes à la suite de Gaston Paris. Camproux prouve l'originalité syntaxique des parlers populaires du Gévaudan et "à travers eux, l'originalité de la syntaxe d'Oc par rapport au français."

En 1957, il devient titulaire de la chaire de Grammaire et philologie française à la Faculté des Lettres de Montpellier. Une longue lutte s'engage alors pour faire reconnaître une place à la langue et littérature d'Oc à l'Université. En 1953 il avait publié une œuvre majeure pour la (re)connaissance de la culture occitane, son Histoire de la littérature occitane (Paris, Payot, 1953). "Ce livre, qui est l'un des premiers grands livres de l'occitanisme culturel contemporain, est certes un travail d'érudition, mais c'est aussi, pour lui, un travail de "propaganda". Il apporte là de nombreuses et magistrales réponses à une ignorance française qui n'aura désormais plus d'excuse." (Jean-Marie Petit, op. cit.). 

5. Le poète :

Le professeur et le militant-idéologue Camproux sont plus connus que l'écrivain, malgré une œuvre poétique qui marqua les Lettres d'oc contemporaines. 

Charles Camproux publia quelques poèmes dès 1937-1938 dans diverses revues, mais c'est avec la guerre et la captivité que naît le poète. Ses Poëmas sens Poësia, écrits au stalag, sont publiés dès son retour de captivité en 1942 suivi d'un autre recueil, Poëmas de Resistencia, publiée en 1943-1944.  "Estranjament, sembla, i calguèt la guèrra e la captivitat per lo despertar en el. Coma d'un còp. Amb, subran, una paraula, un ton nòu, de fons despartit de las etèrnas sansònhas das epigònes de Mistral, dau dolent alexandrin, ont d'Arbaud se delembrava en longas contilenas, tot delembrant dau còp las piadas de la Bèstia, entre sansoira e morvens. Una paraula davant la vida, lo mond, e los mistèris. Davant l'astre. E qu'o dis tot simplament, dins lo parlar nus de cadun. (...) Sens i cercar ges de semblança, i a, dons lo ton d'aquela poësia, una frairetat d'ime e de parlar ambe Frances Villon. Sentida parièra, carnala, e dicha sens flors, coma o sap èstre çò que tòca a la vida quand i arriba de se sarrar de la mòrt." (Max Rouquette, op. cit.)

Pour en savoir plus : 

1/ Jean-Marie Petit, Hommage à Charles Camproux / Omenatge a Carles Campros, Béziers, Centre International de Documentation occitane, 1983 (100 p.) 

Ce petit livre contient la biographie la plus complète de Camproux parue à ce jour ainsi qu'une bibliographie très détaillée et de nombreux documents d'archives reproduits (photos, correspondances, textes) 

2/ Mélanges de philologie romane offerts à Charles Camproux, Montpellier, CEO, 1978 (2 vol.)

Contient une courte biographie et une bibliographie détaillée. 

3/ Robert Lafont, Christian Anatole, Nouvelle histoire de la littérature occitane, tome II, Paris, Presses universitaires de France, 1970. 

Quelques pages consacrées à Charles Camproux (voir l'index à la fin du volume). Contribution intéressante car elle replace la vie et l'oeuvre de Camproux dans le contexte de l'histoire littéraire et politique occitane du XXe siècle. 

4/ "Charles Camproux. de la philologie à l'histoire" , dans la revue Lengas, 53, 2003. 

Articles de Robert Lafont, Philippe Gardy, Philippe Martel, Jean-Pierre Chambon, Jean-Marie Petit. 

5/ Laurent Abrate, Occitanie 1900/1968 : des idées et des hommes, Institut d'Estudis Occitans, 2001.

Dans cette récente synthèse historique sur les mouvements militants pour la langue d'oc, une grande partie du chapitre sur les années 1930 est consacrée à Charles Camproux.

6/ Max Rouquette, "Per saludar Carles Campros", Oc, n° 33, octobre 1994. 

Un court article où Max Rouquette revient sur l'œuvre poétique riche et méconnue de Charles Camproux.

7/ Aurélia Lassaque, "Résister : les poèmes de guerre de Charles Camproux" et Jean Arrouye, "Bestiari de Carles Camprós", dans Philippe Gardy, Marie-Jeanne Verny (editeurs scientifiques), Max Rouquette et le renouveau de la poésie occitane : la poésie d’oc dans le concert des écritures poétiques européennes (1930-1960), Actes du colloque de Montpellier (3 et 4 avril 2008), Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2009. 

Deux contributions récentes sur l'œuvre poétique de Charles Camproux.