Explorar los documents (42 total)

Notice historique sur la Ville de Nérac : Ses environs, le Château des Ducs d'Albret, qui fut long-temps le séjour des Rois de Navarre... / par Christophe Villeneuve-Bargemont (1807)
Villeneuve, Christophe de (1771-1829)

Résumé 

Les pages 68 à 77 contiennent un poème en langues latine, gasconne et française (avec la traduction en français pour les deux premières).
Il s'agit du «Poème dressé par G. de Saluste, Seigneur Du Bartas, pour l'accueil de la reine de Navarre, faisant son entrée à Nérac, auquel trois Nymphes débattent qui aura l'honneur de saluer Sa Majesté »

[imatge id=22323]Quand en 1578 Catherine de Médicis et Marguerite de Valois sont reçues à Nérac, un des sièges de la cour gasconne d’Henri IV de France et III de Navarre, le jeune Salluste Du Bartas (qui pourtant a commencé sa carrière d’écrivain français) leur compose une entrée allégorique et trilingue où trois muses symbolisant les langues françaises, latines et gasconnes se disputent l'honneur d'accueillir ces hôtes ; au terme de cette joute oratoire, c'est bien la muse gasconne qui l'emporte.

Bartas y fait l’éloge d’une langue que ni lui ni ses interlocuteurs de la cour de Navarre ne cherchèrent à promouvoir comme langue littéraire. Cette prééminence fortement affirmée de la langue du lieu sur ses concurrentes a surtout valeur de compensation pour celui qui la clame, de déférence ornementale pour ceux qui la reçoivent. 

Le modèle du dialogue des Muses sera repris en 1633 à Montpellier pour l'entrée de Schomberg, le nouveau gouverneur : Despuech, en écrivant ce nouveau psychodrame linguistique, entend chasser la nymphe française, insupportable outredcuidance, au bénéfice des nymphes languedociennes.

Éditions

Vous trouverez la numérisation de cet ouvrage sur le portail 1886, collections numérisées de Bordeaux Montaigne 

Statuts de Forcalquier
Massé, Louis. Éditeur scientifique
Fort, F.. Éditeur scientifique
Clappiers, François de (1524-1588 ; juriste). Auteur

résumé

Les Statuts de Forcalquier, est l'un des tous premiers livres de l'imprimerie aixoise. Cet ouvrage est le troisième connu à être imprimé en provençal : en effet, les statuts de la commune sont rédigés en langue « vulgaire » et les commentaires, destinés à un public de juriste, eux, sont en latin. 

Les Statuts de Forcalquier sont une source importante pour la connaissance de la vie quotidienne et matérielle dans une ville de Haute-Provence. On y trouve des descriptions de moulins à farine ou à olives, des jeux, du charivari, de la pelote, de la tenue des livres de raison, etc. Une seconde partie, contient la généalogie des Comtes de Provence. 

La Provence est annexée au domaine royal depuis 1487 seulement. Mis à part les zones échappant à l’autorité royale française (Béarn-Navarre, pays niçois, etc.), la Provence est sans doute le « pays » qui résiste le mieux au cours du XVIe siècle à la francisation de l’écrit administratif.  

Exemplaires conservés 

CIRDOC-Mediatèca occitana, CR-A 4007

Bibliothèque Méjanes (Aix-en-Provence), cote In 8 14778,2

Lo DON-DON infernal de Loís Belaud de la Belaudièra (edicion de 1588)
Bellaud de la Bellaudière, Louis (1533?-1588)

Loís Belaud de la Belaudièra (1543-1588)

Autor màger del periòd « barròc », Loís Belaud daissèt sa marca sus l’univèrs de las Letras d’Òc a la fin del sègle XVI. Representa, per la Provença del temps (mai tanben, puèi, a travèrs las epòcas) un vertadièr regrèlh e dobrís un espaci de creacion poetica, abeurat a las sòrgas anticas, noirit de petrarquisme, influençat per la Pléiade francesa tot en demorant prigondament original.

Resumit

L’experiéncia carcerala, coma maites poètas (Villon, Marot), es una tematica recurenta de son òbra. Lo poèta, empresonat 19 meses dins una torre de Molins, puèi, a doas represas, dins las jaulas sestianas, quitèt pas de dire, d’escriure e de fugir l’embarrament.
Son escritura es tot autant un testimoniatge, una traversada dels infèrns, una satira de la justícia corrompuda, qu’un cant dels plasers de viure incarnat per la musica d’una lenga. 

Belaud foguèt un poèta reconegut, en provençal. Costejèt François de Malherbe e Louis Galaup de Chasteuil, entre autres, a la cort del governador de Provença. Saupèt accedir, de son vivent (fach rare pels autors occitans d’aquel temps), a una primièra impression, amb son DON-DON Infernal constituit de 91 estanças que descrivon los torments d’un presonièr.

Aquel obratge foguèt reeditat mai d’un còp, notadament en 1588 (l’annada de sa mòrt), en 1595 (al dintre d’una edicion postuma que compila tanben dos recuèlhs de sonets) e mai tard, en 1602.

La bibliotèca del Musèu Paul Arbaud d’Ais possedís los dos exemplars unics coneguts de 1588 e 1602.
Mercés al partenariat engatjat amb lo CIRDÒC - Institut occitan de Cultura, una numerizacion d’aqueles libres rares foguèt portada a tèrme. Es aquel trabalh que vos presentam.

La numerizacion del edicion de 1588 estampat a Ais e vendut per lo mercant-librari Michel Goyzot. 
Accedir a l’edicion estampat en 1602 per Jean Tholosan.

Pey de Garros : initiateur de la renaissance littéraire gasconne

Un magistrat et un poète provincial 

Originaire de Lectoure, en Armagnac, Pey de Garros commence sa carrière d’écrivain à Toulouse, où il poursuit des études de droit : il y fréquente les poètes et mainteneurs du Collège de rhétorique (il devient Académie des jeux floraux dans les dernières années du XVIIe siècle), qui lui décernent, en 1557, la Violette pour un Chant royal de la Trinité en français, recopié dans le Registre rouge, avec un Sonnet de Dame Isaure. 

Notable de sa ville natale,  il est lieutenant principal au sénéchal d’Armagnac à Lectoure. Puis il s’installe à Pau après la Saint-Barthélemy : il exerce alors les fonctions d’avocat général à la Cour souveraine de Béarn entre 1572 et 1576.

En 1561, Pey de Garros est appelé “lieutenant particulier” de la reine de Navarre Jeanne d’Albret et en 1565, dans le privilège accordé pour l’impression des Psaumes, il est qualifié de “conseiller de la reine de Navarre”.

Un protestant résolu et militant 

Il est possible que Pey de Garros fut déjà militant protestant à Toulouse vers 1548. A cette époque, en effet, la majorité des étudiants de Toulouse étaient acquis à la Réforme. 

Pendant les années 1561 à 1565 Lectoure fut troublé plusieurs fois par les querelles religieuses. Il est alors plusieurs fois délégué des protestants de Lectoure auprès de Jeanne d’Albret.

Pey de Garros fut à la fois un paisible magistrat vivant à une époque troublée et un poète provincial sans grande gloire, mais non tout à fait ignoré, puisqu’il connut les honneurs académiques et la faveur d’une reine.

Bibliographie de l’oeuvre imprimée de Pey Garros 

Pey de Garros a composé quatre ouvrages : 

- D’une part, deux pièces dédicatoires en latin imprimées séparément dans deux ouvrages de droit publiés à Toulouse en 1554 et 1555

- D’autre part, deux volumes intégralement écrits en occitan (sauf les adresses “au Lecteur” rédigées en français), et imprimés à Toulouse en 1565 et 1567. 

En 1565 il publie à Toulouse chez Jacques Colomès les Psaumes de David viratz en rhythme gascon et deux ans plus tard toujours chez le même éditeur les Poésies gasconnes dédiées à Henri de Navarre. 

Augièr Galhard, poèta de Rabastens
Escarpit, David (1980-....)

Sa vida, son òbra (sintèsi)

Augièr Galhard (envèrs 1530-1595) èra originari de la vila de Rabastens, entremitan Galhac e Tolosa, a la limita dels actuals departaments de Tarn e de Nauta-Garona. Èra gessit d'una familha d'artisans rodièrs, mestièr qu'exercèt el-meteis avant d'entrar brevament dins los òrdis. Augent quitat son mostièr, se convertís al protestantisme e s'engatja coma soldat dins lo contèxte de las Guèrras de Religion. Tornat a la vida civila, devèrs 1576, retròba lo sieu mestièr de rodièr a Rabastens, tot en exerçant coma menestrièr, cançonièr e musicaire alprèp de las grandas familhas rabastinesas. Partit s'installar a Pau, redigís son testament lo 25 de mai de 1595 puèi morís probable pas gaire aprèp. 

L’òbra poetica d'Augièr Galhard

Augièr Galhard a daissat uèit obratges que quatre tan solament son vertadierament pervenguts entrò nosautres. Dos nos son coneguts per d'extraches mai de fragments, e dos enfin son totalament perduts. S'inscriu dins un genre d'inspiracion populara, una poesia volontièrs farcèsca, pebrada, qu'a per encastre lo quotidian. Aquel aspècte estilistic, Galhard lo reinvindica el-meteis dins un de sons sonets en francés.
Las Obros gaitat coma lo primièr recuèlh d'Augièr Galhard, es estat estampat en 1579 a Bordèu. Contenen 49 poèmas, dont 40 en occitan e 9 en francés. Disponibla sus Gallica, aquela edicion es estada reeditada en fac-simile en 2014 a cò de Chapitre, amb un sistèma d'estampatge a la demanda.
Lou Libre gras (1581), interdich per lo consistòri de Montalban, ne nos es pas pervengut, manca per de fragments publicats ulteriorament dins Lou Banquet.
Recoumandatious (1582 o 1583)  es un obratge dedicat al rei Enric III mai a son favorit lo duc de Joyeuse, que dos exemplaris nos en son pervenguts. Galhard i fai òbra de cortisan, cercant de subsidis per tal de finançar l'estampatge del sieu obratge seguent, Lou Banquet.
Lou Banquet (1583), estampat a París, òbra majora de Galhard, que repren mantes extraches dels sieus obratges anteriors (dont 25 de las Obros e 3 del Libre gras, per alhors perdut), a lasqualas ajosta 88 òbras ineditas, que 79 son en occitan. Los estíles abordats son fòrça variats. 
L'Apocalypse ou Révélation de Saint-Jean (1589), obratge estampat a Tula, en cò d'Arnaud de Bernard, recampa d'unes tèxtes en francés mai en occitan. Se lo libre complet es perdut, mantes fragments son estats retrobats, notadament a la bibliotèca de Pau, puèi es estat possible de reconstituïr lo libre, al mens en partida. Saben pas s'i aviá  de partidas suplementàrias. En Soulice, bibliotecari de la BM de Pau a publicat en 1874 dens la 2e seria, tòme 3 del Bulletin de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Pau (pp. 22-44) un fragment qu'a retrobat. Aquel tèxte es disponible sus Gallica, puèi es estat reeditat en fac-simile en cò de Chapitre, amb estampatge a la demanda.
Aquò's André Nègre que, dins la siá edicion de 1970, perpausa la primièra version "completa" restituïda de l'Apocalypse d'Augièr Galhard.
Description du chateau de Pau (1592), obratge perdut.
Les Amours prodigieuses, sens cap de luòc d'estampatge, (1592) [imatge id=20942] Ernèst Nègre supausa qu'es estat estampat a Pau onte Galhard èra supausa se trobar d'aquel temps, mes rès ne permet d'apiejar aquela ipotèsi.
Le cinquième livre (1593 ?) :  Aquel libre n'es conegut que per lo testimoniatge de l'erudit e jurista paulin Gustau Bascle de Lagrèze (1811-1891), que ne'n pretendiá possedir lo sol exemplari. Los inventaris de sa bibliotèca quora moriguèt n'an çaquelà pas permeés de localizar l'obratge, que'n cita mantes vèrses en francés emai en occitan. Aquesles extraches, publicats per Ernèst Nègre, son tot çò que coneissèm del libre. 
Signalèm que, segond Nègre, Augièr Galhard aviá intitolat aquel obratge aital perqué lo gaitava coma son cinquen, e las Amours prodigieuses coma son quatren. Ne sembla donc pas ager comptat dens la siá bibliografia la Description du chateau de Pau, obratge de circonstància, nimai las Recoumandatious, recuèlh d'elògis al rei mai a son favorit en vista de recaptar de fons.


Augèr Galhard es una figura originala dins lo contèxte de la Renaissença literària occitana, mercada mai que mai per l'espelida d'una literatura religiona (revirada dels psalmes) mai d'una poesia sabenta (amb la figura del Gascon Pèir de Garròs) e pel primièr còp, engatjada dins un discors identitari en favor de la cultura dels paises d'Òc (çò qu'es pas briga lo cas d'Augièr Galhard). Aquò's tanben la periòda que vei se desvelopar lo genre dels nadals en lenga occitana.
La Requeste faicte & baillée par les Dames de la Ville de Tolose...(1555)

Résumé  

Avec Las nompareilhas Receptas et Las Ordenansas & Coustumas del Libre Blanc, c'est une des trois oeuvres qui s'inscrit sur le fond féministe de la “querelle des femmes” ouverte par Marguerite de Navarre, reprise à Toulouse en 1534 par Gratian du Pont de Drusac dans ses Controverses des sexes masculin et féminin. 

Les trois opuscules mettent en scène des femmes pour trois motifs : dans les Ordenansas, les commères les plus célèbres de chaque quartier s’assemblent, assises sur des corbeilles renversées, comme lorsqu’elles vendent leurs oies, et rendent leurs ordonnances avec la gravité des magistrats. L’auteur caricature le Livre blanc des franchises de Toulouse et imite l’oeuvre française du XVe siècle connue sous le titre d’Evangiles des Quenouilles. 

Dans les Nompareilhas Receptas, dames et damoiselles, belles et de séjour, décident de traiter doctoralement le point de savoir comment elles pourront conserver leurs charmes, et délèguent un écolier qui va jusqu’à Montpellier quérir les remèdes à cela nécessaires. 

Enfin ,dans la Requeste, un certain Trassabot demande au Consistoire d’admettre les dames à concourir. Celui-ci prononça en 1538, 1539 et 1540 l’oraison de dame Clémence, personnage légendaire à qui l’on attribue la fondation de l’institution poétique toulousaine. Ainsi, on peut penser qu’il proposa réellement ce que la Requeste propose plaisamment. 

Le style en est parfois, comme il faut s’y attendre de la part d’intellectuels de métier, d’un grand raffinement, d’autres fois et plus souvent d’une truculence qui dénote le plaisir pris par ces mêmes intellectuels à la saveur de la parole populaire. La langue est toulousaine, pour partie encore graphiée traditionnellement.

Description physique

Reliure veau signée Thompson, dos à nerfs ornés, double encadrement doré sur les plats, dentelle intérieure, gardes coul. en papier marbré.

Vignettes gr.s.b., pieds-de-mouche

Ex-libris (sur la 1ère garde coul.) : Ex Musaeo Doct. D-Bernard, n°2743

Recueil factice relié avec :

Las Ordenansas & Coustumas del Libre Blanc, observadas de tota ancianetat, compausadas per las sabias femnas de Tolosa. Et registradas en forma deguda per lor secretary. - Res. D XVI 1205 (1)

Las nompareilhas Receptas, per fa las Femnas tindentas, rizentas, plasentas, polidas, & bellas. Et aussi per las fa pla cantar, & caminar honestament, & per compas,... Ensemble une Requesta de l'Actor a lencontra de lasditas Femnas. - Num. Res. D XVI 1205 (2)

Possesseurs 

Desbarreaux-Bernard, Tibulle (1798-1880)

Acquisition en 2002 par Jean Faure (Toulouse)

Grande bibliothèque de Toulouse

Las nompareilhas Receptas

Résumé  

Anonymes, les Nonpareilhas receptas mettent en scène un conteur qui s'adresse à une assemblée de "monsieurs", probablement ceux réunis dans le Collège des arts et sciences de rhétorique appelé Académie des jeux floraux à partir de 1694.

Avec Las Ordenansas & Coustumas del Libre Blanc et La Requeste faicte & baillée par les Dames de la Ville de Tolose, c'est une des trois oeuvres qui s'inscrit sur le fond féministe de la “querelle des femmes” ouverte par Marguerite de Navarre, reprise à Toulouse en 1534 par Gratian du Pont de Drusac dans ses Controverses des sexes masculin et féminin. 

Les trois opuscules mettent en scène des femmes pour trois motifs : dans les Ordenansas, les commères les plus célèbres de chaque quartier s’assemblent, assises sur des corbeilles renversées, comme lorsqu’elles vendent leurs oies, et rendent leurs ordonnances avec la gravité des magistrats. L’auteur caricature le Livre blanc des franchises de Toulouse et imite l’oeuvre française du XVe siècle connue sous le titre d’Evangiles des Quenouilles. 

Dans les Nompareilhas Receptas, dames et damoiselles, belles et de séjour, décident de traiter doctoralement le point de savoir comment elles pourront conserver leurs charmes, et délèguent un écolier qui va jusqu’à Montpellier quérir les remèdes à cela nécessaires. 

Enfin ,dans la Requeste, un certain Trassabot demande au Consistoire d’admettre les dames à concourir. Celui-ci prononça en 1538, 1539 et 1540 l’oraison de dame Clémence, personnage légendaire à qui l’on attribue la fondation de l’institution poétique toulousaine. Ainsi, on peut penser qu’il proposa réellement ce que la Requeste propose plaisamment. 

Le style en est parfois, comme il faut s’y attendre de la part d’intellectuels de métier, d’un grand raffinement, d’autres fois et plus souvent d’une truculence qui dénote le plaisir pris par ces mêmes intellectuels à la saveur de la parole populaire. La langue est toulousaine, pour partie encore graphiée traditionnellement.

Description physique

Reliure veau signée Thompson, dos à nerfs ornés, double encadrement doré sur les plats, dentelle intérieure, gardes coul. en papier marbré.

Initiales ornées, pieds-de-mouche

Ex-libris (sur la 1ère garde coul.) : Ex Musaeo Doct. D-Bernard, n°2743

Recueil factice relié avec :

Las Ordenansas & Coustumas del Libre Blanc, observadas de tota ancianetat, compausadas per las sabias femnas de Tolosa. Et registradas en forma deguda per lor secretary. - Res. D XVI 1205 (1)

La Requeste faicte & baillée par les Dames de la Ville de Tolose. Aux messieurs maistres & mainteneurs de la gaye science de Rhethorique, au moys de May,... - Res. D XVI 1205 (3)

Possesseurs 

Desbarreaux-Bernard, Tibulle (1798-1880)

Acquisition en 2002 par Jean Faure (Toulouse)

Grande bibliothèque de Toulouse.

Las ordenansas et coustumas del Libre Blanc

Résumé  

Avec Las nompareilhas Receptas et La Requeste faicte & baillée par les Dames de la Ville de Tolose, c'est une des trois oeuvres qui s'inscrit sur le fond féministe de la “querelle des femmes” ouverte par Marguerite de Navarre, reprise à Toulouse en 1534 par Gratian du Pont de Drusac dans ses Controverses des sexes masculin et féminin

Les trois opuscules mettent en scène des femmes pour trois motifs : dans les Ordenansas, les commères les plus célèbres de chaque quartier s’assemblent, assises sur des corbeilles renversées, comme lorsqu’elles vendent leurs oies, et rendent leurs ordonnances avec la gravité des magistrats. L’auteur caricature le Livre blanc des franchises de Toulouse et imite l’oeuvre française du XVe siècle connue sous le titre d’Evangiles des Quenouilles. 

Dans les Nompareilhas Receptas, dames et damoiselles, belles et de séjour, décident de traiter doctoralement le point de savoir comment elles pourront conserver leurs charmes, et délèguent un écolier qui va jusqu’à Montpellier quérir les remèdes à cela nécessaires. 

Enfin ,dans la Requeste, un certain Trassabot demande au Consistoire d’admettre les dames à concourir. Celui-ci prononça en 1538, 1539 et 1540 l’oraison de dame Clémence, personnage légendaire à qui l’on attribue la fondation de l’institution poétique toulousaine. Ainsi, on peut penser qu’il proposa réellement ce que la Requeste propose plaisamment. 

Le style en est parfois, comme il faut s’y attendre de la part d’intellectuels de métier, d’un grand raffinement, d’autres fois et plus souvent d’une truculence qui dénote le plaisir pris par ces mêmes intellectuels à la saveur de la parole populaire. La langue est toulousaine, pour partie encore graphiée traditionnellement.

Description physique

Reliure veau signée Thompson, dos à nerfs ornés, double encadrement doré sur les plats, dentelle intérieure, gardes coul. en papier marbré.

Initiales ornées, pieds-de-mouche

Ex-libris (sur la 1ère garde coul.) : Ex Musaeo Doct. D-Bernard, n°2743

Recueil factice relié avec :

Las nompareilhas Receptas, per fa las Femnas tindentas, rizentas, plasentas, polidas, & bellas. Et aussi per las fa pla cantar, & caminar honestament, & per compas,... Ensemble une Requesta de l'Actor a lencontra de lasditas Femnas. - Num. Res. D XVI 1205 (2)

La Requeste faicte & baillée par les Dames de la Ville de Tolose. Aux messieurs maistres & mainteneurs de la gaye science de Rhethorique, au moys de May,... - Res. D XVI 1205 (3)

Possesseurs 

Desbarreaux-Bernard, Tibulle (1798-1880)

Acquisition en 2002 par Jean Faure (Toulouse)

Grande bibliothèque de Toulouse

Nostredame, Jean de (1507?-1577)
Bandeaux, lettres ornées gr.s.b.
Mairie d'Accous
Conférence à la Mairie d'Accous donnée par Jean Eygun dans le cadre des rendez-vous « Partage et culture en Aspe ». 
sus 5