Explorar los documents (10 total)

Vignette-agreg-Tolosa.JPG
La musica dels noèls de Saboly / Xavier Bach, Pierre-Joan Bernard
Bach, Xavier
Bernard, Pierre-Joan
Comunicacion de Xavièr Bach e Pèire-Joan Bernard dins l'encastre de la jornada d'estudi Agregacion Occitan, Tolosa, 10 de febrièr de 2018.
DESPOURRINS.JPG
Cansous béarnaises / Despourrins
Despourrins, Cyprien (1698-1759)
MUS-A 106_1.jpg
Cantico de la prouvènço fidèlo / Emery
Chanoine Emery. Auteur
Cantic a Nòstra-Dòna de Lorda compausat a l'escasença del romavatge a Lorda organizat per l'arquevesque del diocèsi d'Ais-de-Provença del 15 al 19 de junh 1874. La particion compren la musica notada, lo tèxte d'aquel cantic e mai las particions de l'Ave Maris Stella e d'un Magnificat.
FRB315556101_Lm-D-4025_0001.jpg
Cantiques gascons, a l'usatge dou puble de la campagne, per les missions... : nabère édition
Besseges copie.jpg
Répertoire chanté de Bessèges - Enquêtes en pays de Cèze
Centres des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes. Producteur
Centre Languedoc-Roussillon des Musiques et Danses Traditionnelles. Producteur
Pasturel, Valérie. Enquêteur
Laval, Armand. Témoin
Lamorthe, Marie-Claude. Témoin
Entretien avec Armand Laval et sa fille Marie-Claude Laval qui nous livrent un chant de pèlerinage dédié à St Joseph, un poème en occitan de Pierre-Paul Courtial sur Rochessadoule, un chant de la Revue de Bessèges, un chant de Jules Mathieu, et quelques bribes de chansons occitanes.
Malbosc02 copie.jpg
Vie rurale et traditions anciennes à Malbosc - Enquêtes en Pays de Cèze
Centre des Musiques Traditionnelles en Rhône Alpes. Producteur
Centre Languedoc-Roussillon des Musiques et Danses Traditionnelles. Producteur
Pasturel, Valérie. Enquêteur
Pialet, Marinette (1927-....). Témoin

Entretien avec Marinette Pialet, née en 1927, autour de la vie rurale et des traditions d'autrefois à Malbosc. Le témoin aborde notamment les travaux des champs, le travail à la mine, la récolte des châtaignes et l'élevage des vers à soie. Figurent également dans cet entretien quelques interventions au sujet des chansons et formulettes que les grand-mères chantaient dans son enfance.

saboly.jpg
Nicolas Saboly (1614-1675) et ses noëls
Centre interrégional de développement de l'occitan (Béziers, Hérault)

Nicolas Saboly est sans conteste le rédacteur de noëls - cantiques en langue vulgaire célébrant la Nativité - le plus connu aujourd'hui. Réputé au XVIIe siècle pour la saveur de ses textes, il apparaît aujourd'hui comme le principal acteur de la tradition provençale autour de Noël. 

La tradition des chants de noël 

Le genre des noëls, apparu au XIe siècle, rencontra à l'époque un grand succès. Les noëls étaient alors les seuls chants en langue vulgaire autorisés dans les églises, compréhensibles par le plus grand nombre. Pouvant s'inspirer de sujets d'actualité ou des coutumes locales, ils sortent du champ liturgique pour s'imposer en tant que véritables airs populaires. 

Chaque grande ville, chaque région avait dans le courant du XVe et du XVIe siècle son noëlliste attitré qui, chaque année, aux alentours du 25 décembre, publiait ses cantiques. Parmi ces noëllistes, figuraient des membres du corps ecclésiatistique, des organistes mais aussi quelques clercs, souvent compositeurs d'airs populaires. 

Nicolas Saboly, sa vie 

Nicolas Saboly, est pour sa part un noëlliste provençal. Il naît dans le Comtat Venaissin, à Monteux, le 30 janvier 1614 dans une famille de consuls. 

Issu d'une famille d'éleveurs, il grandit au milieu des bergers et des troupeaux de moutons. 

Destiné à l'état ecclésiastique, il entre très tôt au collège de Carpentras chez les jésuites avant d'être nommé à 19 ans recteur de la chapellenie de Sainte-Marie Madeleine, fondée au maître-autel de la cathédrale Saint-Siffrein à Carpentras. 

En 1635 il est appelé au sous-diaconat, diaconat et prêtrise avant d'être nommé maître de chapelle et organiste de la cathédrale Saint-Siffrein de Carpentras. 

La publication des noëls 

C'est à cette date que Nicolas Saboly semble avoir commencé à composer ses noëls, dans un premier temps pour ses intimes, puis publiés plus tardivement.  

Il ne nous reste aujourd'hui aucune trace des manuscrits de Nicolas Saboly mais on sait que ses noëls ont été publiés de son vivant entre 1669 et 1674, chaque année sous la forme de petits fascicules. En tout, un peu plus d'une cinquantaine de noëls lui sont attribués, tous écrits en langue occitane. 

Nicolas Saboly aurait composé très peu de musiques pour accompagner ses noëls. Il était alors de tradition d'écrire les paroles des chants sur des airs populaires empruntés à d'autres compositeurs ou à des airs d'église. Nicolas Saboly a souvent repris des airs à la mode pour accompagner ses compositions. En témoigne son cantique « La Bona Novela » dont la trame musicale s'appuie sur une gavotte de Praetorius devenue ensuite l'air d'une bourrée à deux temps en Berry : « En passant la rivière ». 

Ainsi, seules une dizaine de mélodies auraient été composées par l'auteur pour accompagner ses chants. 

Le contenu des noëls 

Par le biais de ses noëls, Nicolas Saboly déplace la scène de la Nativité en Provence, en lui confiant tous les attributs de la coutume comtadine. 

La plupart de ses cantiques font apparaître des bergers, venant des coteaux du Comtat Venaissin. Ce sont ses propres contemporains qu'il met ainsi en scène reprenant dans ses noëls leur parler, leurs moeurs, leurs habitudes mais aussi leurs légendes et des aspects de leur religion populaire. 

Dans ses poésies d'inspiration populaire, apparaissent régulièrement des éléments d'actualité. Ses sentiments politiques ont même pu apparaître dans certains noëls, notamment son attachement aux "Pévoulins", gens du petit peuple meneurs d'une révolte en Avignon en 1653 contre les "Pessugaux", soutiens de l'administration pontificale. Un des premiers noëls qui lui est attribué, « Nouvé de l'an 1660 après le mariage de Louis XIV », outre son titre, évoque également dans son contenu le mariage du roi et la conclusion du traité des Pyrénées, marquant la fin de la guerre de Trente Ans. Dans l' «Estrange Deluge » publié en 1674, il fait allusion à la terrible inondation d'Avignon survenue la même année. Enfin, dans « La miejo nue sounavo » publiée en 1672, il fait référence à la Guerre de Hollande commencée la même année. 

Enfin, on ne peut pas ignorer l'aspect éminement satirique des textes de Nicolas Saboly, ce dernier dotant souvent ses écrits de traits moqueurs et critiques contres les prêtres, les gens du monde, les nobles et magistrats, les riches et les pauvres. Ainsi un de ses noëls les plus célèbres, « I a proun de gens » (connu aussi sous le titre « La cambo ma fa mal ») aurait été rédigé pour se moquer d'un curé boiteux dans l'entourage proche de l'organiste de Carpentras. 

Le dernier recueil de noëls de Nicolas Saboly sera publié en 1674 mais tous ses cantiques se sont largement répandus dans la culture populaire avant d'être transmis jusqu'à nous aux côtés des noëls de Natalis Cordat (1610-1663) ou encore ceux de N.D. Des Doms.

Pour aller plus loin...

Voir les partitions des noëls de Saboly sur Occitanica.

Voir sur Lo Trobador, toutes les éditions des noëls de Saboly.

Voir sur Lo Trobador tous les ouvrages sur la vie et l'œuvre de Saboly.

St-etienne-dalbagnan2.jpg
Collectage : Chansons et vie rurale à Prémian
Bouët, Jacques (enquêteur)

Discussion avec une femme âgée sur les chansons et la vie rurale dans le village de Prémian. Le témoin chante ou fredonne quelques chants traditionnels et des chansons populaires. L'entretien commence et s'achève avec des airs musicaux joués à l'accordéon.

Sommaire

 00:00:00 à 00:02:37 - Air d'accordéon : Ah ! Le petit vin blanc 00:02:37 à 00:05:07 - Air d'accorédon : Los esclops
00:05:07 à 00:07:34 - Cantique en occitan
00:07:34 à 00:08:44 - Chant : Pastres, pastretas
00:08:44 à 00:09:34 - Discussion autour de la traduction ancienne des chants de noël en patois
00:09:34 à 00:10:03 - Chant : Lous pastres descendon, descendon cargats
00:10:03 à 00:11:52 - Remarques sur l'apprentissage du français et du patois à l'ecole
00:11:52 à 00:13:35 - Discussion sur les études
00:13:35 à 00:14:53 - Réflexion sur les propriétaires terriens et la richesse aujourd'hui - L'abandon des terres
00:14:53 à 00:16:38 - Discussion sur le marché de l'emploi et les avantages du métier d'instituteur
00:16:38 à 00:16:54 - Explications sur la danse du quadrille 00:16:54 à 00:17:15 - Chant : Per plan dançar, viva la limosina 00:17:15 à 00:17:29 - Chant : Polka
00:17:29 à 00:19:15 - Chant : Charleston, Chacun son truc (Maurice Chevalier)
00:19:15 à 00:20:16 - La jeunesse durant la guerre de 1914-1918 00:20:16 à 00:20:49 - Le Graïle
00:20:49 à 00:22:10 - Récit de la moisson
00:22:10 à 00:23:36 - Chant : Los Segaires
00:23:36 à 00:24:06 - Discussion autour des conditions de travail des moissonneurs
00:24:06 à 00:25:18 - Explications autour des chansons du 14 juillet 00:25:18 à 00:28:07 - Discussion autour des conditions de vie hier et aujourd'hui, dans les villes et les campagnes
00:28:07 à 00:30:48 - Air d'accordéon
00:30:48 à 00:31:28 - Air d'accordéon : Pòrc Gras
00:31:28 à 00:32:56 - Air d'accordéon

SKMBT_C20311112210370.jpg
Nadals en occitan du Languedoc
CIRDÒC-Mediatèca occitana

Le genre du Nadal jouit en Occitanie d'une réelle popularité. Thème présent dans ces régions du Sud de la France depuis le XIIIe siècle, il présente aujourd'hui un riche répertoire, dont certaines pièces remontent parfois à plusieurs siècles.

 

Les origines des Nadals

Issus des Mystères du Moyen Âge (pièces de théâtre à la tonalité religieuse, représentant, entre autres la Passion et la Nativité), transmis lors des veillées du 24 décembre, les Nadals sont à l'origine un cantique spirituel en langue vulgaire en l'honneur de la naissance de Jésus-Christ. Nous y retrouvons ainsi les thématiques et les personnages propres à la nativité : Joseph et Marie, les Rois Mages, ainsi que de nombreux bergers.

 

La réappropriation populaire

Chants religieux à l'origine, les cantiques de Noëls vont se teinter au fil des années d'une coloration populaire, au fur et à mesure de leur réappropriation. Souvent pan-occitanes, telles "Cantem Nadal "(présenté ci-contre) ou "Nadal dels Aucèls", ou les œuvres du provençal Saboly (XVIIe siècle), ces pièces présentent toutefois des variations d'une année à l'autre, et particulièrement, d'une région à l'autre.

 

Lien vers la partition Un joubé pastré soumeilhabo.

 

Personnalités locales ou récits de la vie quotidienne, se mêlent ainsi progressivement aux épisodes bibliques. Le Noël de Pézenas (également connu sous le titre Chut!Chut!Chut ! Que l'enfant dòrm), s'apparente ainsi au chant de métier. Ce chant nous fait tour à tour découvrir le cordonnier, le berger, le « fifraire » du village, tour à tour interpellés par Saint-Joseph, veillant sur le sommeil du nouveau-né.

 

Pastorales et nadalets

Parallèlement à ces chants de Noël, se développe tout un ensemble de traditions et de pratiques, telles les pastorales, particulièrement présentes dans toute l'Occitanie, ou le Nadalet. Formes de petits mystères les pastorales mettent à l'honneur les bergers. Le terme de Nadalet, littéralement « petit noël », renvoie également à une pratique spécifique de la zone languedocienne. Quelques jours avant Noël, les cloches du village sonnent un air particulier afin d'annoncer la venue prochaine de l'enfant Jésus.

 

 

Pour en savoir plus :

Sur Occitanica : Cliquer ICI

Chansonniers :

  • Noëls patois, anciens et populaires avec la traduction française sur le même rythme. Musique et paroles. Recueil I, II et III. Toulouse, 1901-1903. (COTE CIRDOC : Mus B 31).

  • DARRICADES, Pierre. Noëls béarnais et français populaires dans les Pyrénées. Pau, 1874. (COTE CIRDOC :  CAC 5451  ).

  • MOUCADEL, Henri. Noëls provençaux. Avignon, 1995. (COTE CIRDOC : CAB 3628).

 

Dossiers : Las tradicions del Nadal occitan. Blog del CIRDOC. 

Vieussan_2009.jpg
Collectage : Discussion autour du patois et de la culture orale
Bouët, Jacques (enquêteur)
Escandre, Monsieur (informateur)
Escandre, Madame (informateur)
Discussion enregistrée auprès de M. et Mme Escandre, entourés d'autres personnes. Les témoins tentent de se rappeler de vieilles chansons avant de discuter avec l'enquêteur de son travail et de la différence entre le patois parlé et écrit. A la suite de la discussion, une informatrice entonne deux chants de noël.