Explorar los documents (471 total)

Lenga d'òc/Lengo d'o : La Bocla dels Tindaires / Tè Vé Òc [Émission audiovisuelle]
Tè Vé Òc. Producteur
Emission dau 19 de genièr de 2018

Coma cada an, lo festenau Contes et Rencontres presenta una seleccion d'espectacles en occitan. N'avèm profiechat per cubrir La Bocla. Claudi e Chantal Pisanescchi (Cabr'e can), amb Clamenç e Rachel Baudry (Les Assortis), s'associèron per un espectacle originau que convida lo public a un viatge d'un an dins lei Cevenas, entre Losera, Gard e Ardecha. Una serada rica en sòns e colors, que lo public participatiu deguèt afrontar la nèu defòra...
Un reportatge d'Amada Cròs.


CIRDOC-Mediatèca occitana

"Voici des fruits, voici des fleurs...", inspirée par le poème "Green" de Paul Verlaine, la MJC de Béziers et ses partenaires vous convient à une 5e édition du festival de contes Cont'o'folies bucolique, avec comme toujours au programme spectacles et animations.

Au coeur de cette riche programmation, les conteurs occitans seront une fois de plus à l'honneur, grâce au partenariat renouvellé entre la MJC de Béziers et le CIRDOC. L'occasion de découvrir deux figures de la jeune génération, Florant Mercadier et ses Contes du placard, et Malika Verlaguet, Tifa Tifa.

 

Samedi 4 mars – Tifa-Tifa – Malika Verlaguet, accompagnée de Frédo Mascaro


Tifa-Tifa, ce sont des contes bigarrés puisés au cœur des sagesses populaires. Des his- toires venues des quatre vents, illustrées en touches colorées par la langue occitane, accompagnées par les notes chaudes de la guitare ou enchanteresses de la harpe celtique... Et qui invitent en toute simplicité à partager des émotions universelles. Un mélange qui convit au partage et à la quête d'universalité.

 

Infos et réservation


À la MJC de Béziers – réservation 6€ adhérents MJC / 7€ non-adhérents 
Réservation auprès de la MJC de Béziers au 04 67 31 27 34

Benjamin Assié, CIRDÒC
L'association Compagnons / Companhs de Paratge fait étape cette année à Bize-Minervois dans le cadre de l'Université d'Été de l'Aude pour une journée dédiée à la culture de l'eau en Occitanie. 
Avec le concours du Conseil Départemental de l'Aude, de la Commune de Bize-Minervois et de l'ADREUC et la participation de l'Institut d'Estudis Occitans-Aude et de l'association La Formiga. 


Infos complémentaires et inscriptionshttp://compagnonsparatge.blogspot.fr/ 


Programme 

9:30 : Accueil (Salle des Fêtes de Bize-Minervois)



10:00-17:00 - Conférences et rencontres 

10:00 :
 - Benjamin Assié (conservateur du CIRDOC, élu local délégué Culture et Tourisme) : « Bize, une histoire d’eau »
 - Daniel Loddo (ethnologue, musicien, fondateur du CORDAE-La Talevra à Cordes-sur-Ciel) : « Légendaire de l'eau »

12:30 - Repas (sur inscription, tarif 15euros). 

14:00 :
- Philippe Calas (auteur de Canal du Midi : Chef-d'œuvre de l'humanité, ed. CS prod.) : « Riquet et la problématique de l'eau »
- Bruno Peyras (Ingénieur agronome et poète en langue d'oc) : « Eaux d'ici et eaux d'ailleurs »
- Miquèla Stenta (écrivain et professeur de langue et civilisation occitane) : « L'aiga de Ròse, navigation dans le poème de Frederic Mistral »

 

17:30 - Spectacle : Contes entre deux eaux par Florant Mercadier (tout public; participation libre) 


Une invitation à descendre le cours de la Garonne, pour une traversée de l’Occitanie où se croisent des princesses espagnoles, des lutins malicieux qui voudraient bien apprendre à voler et des notes de musique...

Durée : 1h 

 




Armanac cetòri
Soulet, Joseph (1851-1919) Directeur de la publication
[imatge id=20325] Cada an, en genièr, de 1894 a 1913, l'Escolo de Ceto ( creada en 1894, cabiscòu Josèp Enric Castelnau), puòi l'Escòla Felibrenca de Sant Clar (fondada en 1902, president Josèp Solet), fan paréisser l' Armanac cetòri.
Dins aqueste periòde i aurà sonque tres pausas. L'Armanac espelirà pas en 1896 (garrolhas entre Castelnau e Solet sus la rega editoriala de seguir), en 1900 e en 1901 (mòrt dau pichòt Vinçent de Solet, en 1899).
Pendent vint annadas, Josèp Solet (1851-1919), autodidacte, afogat de l'òbra de Frederic Mistral, negociant en vin e alcoòl, ten l'orjau per agradar as setòris : « es per vautres, braves setòris qu'avèm congrelhat aquela òbra ». Bota la proa sus « de galejadas, de contes, de poësias, tirats dau pòble e escriches dins nòstra armoniosa lenga miègjornala : la lenga dau breç lengadocian ».
Lo meriti de J. Solet es d'aver fach de l'Armanac cetòri pas solament un luòc dau languiment, das reires, dau remembre, mas puslèu un luòc de l'imaginacion e de la creacion.
(Presentacion redigida per Alan Cameliò, escrivan, especialista de l'Istòria sociala, culturala e linguistica de Seta, president del Cercle occitan Setòri). 

Contengut

Cada almanac conten la tièra dels « ajustaires qu'an ganhat la lança e lo pavés » dempuèi 1846, la ròsa dels vents amb lor nom en occitan, un calendièr amb expressions occitanas nombrosas ligadas a las datas, fèstas, sasons, e tanben tèxtes, cronicas de vida locala, cançons, provèrbis, contes, etc. En occitan per d'autors setòris. Aquesta pichòta publicacion annadièra es una mina d'informacions e de trabalhas sus l'Istòria, la cultura e la lenga a Seta e a l'entorn del bacin del Taur.
Armanac d'Auvernha

En 1931 les revues félibréennes L'Alauza d'Auvernha et Lo Cobreto s'associent pour publier le premier Armanac d'Auvernha. Les textes publiés, en auvergnat ou en français, représentent la Haute et la Basse Auvergne et les deux graphies de la langue s'y cotoient.

La publication ne reparaîtra qu'en 1944 sous la direction de L'Alauza d'Auvernha uniquement.
Almanach chantant de l'Auvergne
Publié pour la première fois en 1854 sous le titre Almanach chantant de l'Auvergne, le titre évolue au fil du temps. Il devient Almanach chantant de l'Auvergne et de l'Allier puis Almanach chantant de l'Auvergne du Bourbonnais et du Velay.
A partir de 1920 le félibrige se structure en Auvergne avec la création de l'Escolo de Limagno (Clermont-Ferrand) et de l'Escolo oubernhato (Aurillac). En 1923 l'almanach devient Almanach chantant de l'Auvergne e Armana felibren.
Armanac de la Gascougno
Sarran, Fernand (1876-1928)
Médan, Léopold (1883-1960)
L'Almanac de la Gascougno est publié pour la première fois en 1898 sous la direction de l'abbé Fernand Sarran (1876-1928) qui signe ses textes du pseudonyme Lou Cascarot en référence au Cascarelet, pseudonyme de Joseph Roumanille dans l'Armana prouvençau.
A partir de 1904 le titre devient Armanac de la Gascougno. En 1923 un sous-titre précise : Armagnac, Biarn, Bigorro, Lanos.
Les textes publiés sont principalement issus du folklore et de la tradition orale locale.
En 1929, après le décès de l'abbé Sarran, c'est Léopold Médan qui prend la direction de l'almanach, sous le pseudonyme Lou Campanè, il sera publié jusqu'en 1959.
Armanac patouès dé la Bigorro, annado 1893
Camelat, Miquèu (1871-1962)
Publié à la fin de l'année 1892, l'Armanac patouès de la Bigorro annado 1893 a vu le jour grâce à la rencontre de   Miquèu Camelat et Simin Palay.
En 1894 l'Armanac Gascou - Bigorre - Béarn - Armagnac - Lanes lui succèdera. Ces deux publications seront le point de départ de la création en 1896 de l'Escole Gastou Fébus puis de la revue Reclams de Biarn et Gascougne en 1897.
Armanac nissart
Eynaudi, Jules (1871-1948). Directeur de publication
Rolland, Victor (1868-1943). Directeur de publication
Cappatti, Louis (1886-1966). Directeur de publication
Isnard, Pierre (1881-1970). Directeur de publication
L'histoire de l'Armanac niçart est assez chaotique et sa publication très irrégulière.

Il paraît pour la première fois en 1903 sous la direction de Jules Eynaudi (1871-1948) et Victor Rolland (1868-1943). L'éditorial du premier numéro indique que son but est de divertir les lecteurs et de fournir des renseignements utiles : données pratiques, calendrier, liste des fêtes mobiles et phénomènes astronomiques de l'année. En 1905 et 1906 l'Armanac de paraît pas.
Quand il reparaît en 1907 il affirme ses objectifs littéraires et linguistiques et fait référence au Félibrige, il exalte le patriotisme nissart et devient une imitation niçoise de l'Armana prouvençau.
Il cesse à nouveau de paraître de 1915 à 1919 du fait de la guerre, puis reprend jusqu'en 1922.

En 1928 il reparaît sous un titre légèrement modifié,  Armanac nissart, dirigé par Louis Cappatti (1886-1966) et Pierre Isnard (1881-1970). A partir de cette date la publication défend l'originalité et le particularisme du Comté de Nice, loin de l'esprit félibréen de Jules Eynaudi. Les nouveaux directeurs sont hostiles à la Provence et s'intéressent plutôt aux régions liguriennes. En 1932 la revue abandonne la graphie félibréenne au profit du système graphique dit "rationnel" (mi-étymologique, mi-ligurien) mis au point par Eugène Ghis et Pierre Isnard.
L'Armanac paraîtra de façon régulière jusqu'en 1942. Un numéro paraît en 1947 et un dernier en 1960 pour le centenaire du rattachement du Comté de Nice à la France.
La Lauseta : almanach du patriote latin
Soucietat latina la Lauseta

L'Armanac de la Lauseta, publié entre 1877 et 1879, se veut fédéraliste et pan-latin. Cet almanach républicain à tendance de gauche se positionne en alternative à la pensée du mouvement félibréen provençal.

La Lauseta est un almanach né sous l'impulsion de Louis-Xavier de Ricard, de sa femme Lydie Wilson de Ricard et d'Auguste Fourès. Ce dernier y a apporté de nombreuses contributions sous forme de poèmes, de contes et de chroniques notamment. Les textes de Lydie Wilson de Ricard y sont signés du pseudonyme Dulciorella ou Lidia Colonia.

Le premier numéro de La Lauseta a été publié en 1877, le second en 1878 et le troisième et dernier en 1879. La publication a pris fin rapidement suite à la mort en 1880 de Lydie Wilson de Ricard et à un voyage en Amérique Latine de Louis-Xavier de Ricard. 

Un ultime numéro est sorti en 1885 sous la direction d'Auguste Fourès uniquement.

sus 48