Explorar los documents (2 total)

Las voses de la modernitat
Centre inter-régional de développement de l'occitan (Béziers, Hérault)
VEIRE LA MÒSTRA

Las Voses de la modernitat - Les voix de la modernité es una invitacion a descobrir una creacion poetica viva e rica, un dialòg amb lo Monde e l'Istòria, luenh del ponciu d'una cultura occitana forçadament « provincializada ». Celebracion de l'oralitat poetica, aquel percors virtual permet d'accedir a d'extraches mas tanben a de tèxtes complèts e dona a ausir, quand lo document existís, lo poèma mes en votz, de còps dins la votz meteissa del poèta. Es un percors virtual dinamic, que sens cercar l'exaustivitat, evoluís en foncion dels rescontres e dels projèctes.

Aital, en seguida de la coproduccion del cofret Arbres per las edicions Cardabelle e lo CIRDÒC, Voses vos propausa un angle d'interpretacion novèl, el rescontre entre las arts poeticas e fotograficas iniciat per l'artista Georges Souche. Arbres es una primièra seria de 12 cartas postalas que propausan 12 extraches de tèxtes d'unas de las grandas voses de la poesia occitana del sègle XX : Leon Còrdas, Max Roqueta, Marcèla Delpastre, Renat Nelli... De tèxtes que las fotografias de Georges Souche i fan resson a l'entorn d'una meteissa figura emblematica, l'arbre. Una descobèrta de la literatura occitana sus supòrt grafic que Voses propausa de perseguir e d'aprigondir en linha, gràcias a un sistèma de ligams e de flashcodes.
Cerqui las paraulas exactas de "la sarda " de joan-Maria PETIT...qu'ai doas versions de las causas segond s'es la cançon de Patric o lo poèma !!
Lo CIRDÒC - Mediatèca occitana

La Sarda a l'òli est un poème de l'auteur languedocien Jean-Marie Petit, issu du recueil Bestiari, aubres, vinhas : poemas. Celui-ci s'affiche autant en tant qu'œuvre plastique que littéraire, grâce au travail du peintre sétois Pierre François qui réalisa des illustrations au fur et à mesure de la rédaction des poèmes par Jean-Marie Petit.


Avant d'être publié sous forme de recueil par les éditons Vent Terral en 1979, le Bestiari avait été en partie exploité par le chanteur Patric dans son album Bestiàri édité en 1977 par la maison de production Ventadorn.


Patric met en musique quelques poèmes qui lui avaient été communiqués par Jean-Marie Petit. Pierre François réalise la pochette du disque en mettant en image ces poèmes Ces planches sont réalisées spécialement pour l'album. On peut considérer qu'il s'agit là de la première édition du Bestiari.

 



Pour la publication du texte chez Vent Terral (avec de nouvelles planches inédites réalisées cette fois encore par Pierre François), c'est une autre version du poème qui a été proposée à l'éditeur. Le texte comporte en effet quelques différences avec celui publié sur l'album de Patric, notamment dans sa traduction française.


Interrogé sur ces disparités, Jean-Marie Petit nous a indiqué que chaque publication faisait l'objet d'une nouvelle version, les variantes dépendant de l'usage auquel était destiné le texte.


On ne saurait donc établir une version « exacte », unique et figée, de ce poème ; il existe dans plusieurs versions originales, adaptées à la destination du texte, modifiées selon l'inspiration du moment, et témoignant du long processus de création de cette œuvre polymorphe.

 

Le vinyle Bestiari est disponible au CIRDÒC, en consultation sur place (Cote DM30 8.09 PATR be). Il a été réédité en 1995 par Aura Occitania sous forme de CD (disponible au prêt au CIRDOC sous la cote 8.09 PATR b) : et est encore disponible à la vente (en savoir plus).

Le recueil Bestiari, aubres, vinhas : poemas a, quant à lui, fait l'objet de plusieurs éditions. Vous le trouverez proposé au prêt au CIRDÒC (Cote : P LAN PET) et dans de nombreuses bibliothèques. Il est aussi toujours disponible à la vente  par les éditions Vent Terral (en savoir plus).

 

Voici un extrait du Bestiari, aubres, vinhas : poemas tel qu'il a été édité en 1979 par Vent Terral :


La Sarda a l'òli

Es pas qu'un peis de fèrre blanc

qu'a pas jamai nadat dins l'òli

autrament que clòsca copat

e graissat coma una sarralha

acaba virat a la clau

rastèl copat dins la tripalha

 


Ce n'est qu'un poisson de fer blanc

qui n'a jamais nagé dans l'huile

autrement que tête coupée

Et graissé comme une serrure

il finit, tourné à la clef

tes reins brisés dans la tripaille.