Explorar los documents (1074 total)

vignette_alm-pa-2.jpg
Almanac patoues de l'Ariejo
Gadrat, Léon (1847-1906). Directeur de publication
L’Almanac patoues de l’Ariejo paraît pour la première fois en 1891 à l’initiative de Léon Gadrat, imprimeur à Foix. La publication sera interrompue en 1915 à cause de la guerre et ne reprendra qu’en 1922, le dernier numéro connu est celui de 1936.
C’est un almanach populaire. Contrairement à de nombreux almanachs occitans, l’Almanac patoues n’est pas une publication militante, il n’est pas un organe du Félibrige et demeure indépendant de la hiérarchie félibréenne, même si le mouvement exerce une influence durable sur la rédaction : parmi les contributeurs, Arthur Cassou et Paul Dunac sont membres de l’Escolo de Mount-Segur et Clovis Roques sera majoral représentant de l’Escolo deras Pireneos.

Le contenu de la publication évolue en raison de sa propre histoire et des évènements qui l’affectent. Les trois premiers numéros contiennent essentiellement des textes issus de la tradition orale extraits du Bulletin de la société ariégeoise des sciences, lettres et arts : des contes populaires recueillis par l’abbé David Cau Durban, des collectages de chants traditionnels réalisé à Massat par un instituteur, M. Ruffié ainsi que des proverbes extraits de Proverbes patois de la vallée de Biros collectés par l’abbé Guillaume Castet. Par la suite l’almanach va exploiter une autre source, le recueil des Chants populaires du Languedoc publié par Louis Lambert et Achille Montel.
La publication de ce corpus traditionnel a fait de l’Almanac patoues de l’Ariejo le recueil le plus dense de littérature orale pyrénéenne et a joué un rôle majeur dans la revitalisation de la mémoire occitane.

Le décès de Léon Gadrat en 1906 représente une véritable rupture. A partir de 1907 le contexte éditorial évolue, les textes recueillis cèdent la place à des compositions de moins bonne qualité : contes souvent misogynes, facéties, textes grivois suspectés de médiocrité et autres récits comiques dégénérant parfois jusqu’au scatologique. L’almanach publie aussi des textes historiques et des textes inspirés par l’actualité ou la vie quotidienne dont ils sont le reflet. La grande majorité des auteus se cache derrière des pseudonymes dont certains n'ont jamais été identifiés.

La présentation matérielle de l’almanach est toujours la même tout au long de sa publication. Il contient peu de publicité, à partir de 1900 il est illustré de petites vignettes puis de dessins et de séries de dessins humoristiques à la façon de bandes dessinées. Il est diffusé à 4500 exemplaires. 

L’almanach est entièrement rédigé en langue occitane à l’exception du chapitre « Foires et marchés ». L’Ariège a la particularité d’être un département qui inclut deux aires dialectales bien différenciées : le languedocien et le gascon, l’almanach en est le reflet. Cependant une étude de la répartition par dialecte des textes publiés met en évidence la domination du languedocien, 80 % des textes sont écrits dans ce dialecte. Les contributions en gascon chutent à partir de 1908, date à laquelle Bernard Sarrieu lance l’Armanac dera Mountanho. La communauté linguistique gasconne des Pyrénées centrales, portée par le dynamisme du Félibrige, se structure autour le l’Escolo dera Pireneos.

Quant à la graphie, elle fluctue, mais L’Almanac patoues de l’Ariejo n’a jamais adopté la graphie félibréenne. Globalement la publication adopte la graphie mise au point par Louis Lafont de Sentenac dont les règles sont énoncées dans la préface du Recueil de noëls de l'Ariège en patois languedocien et gascon publié en 1887. Ces règles sont une adaptation de la graphie félibréenne, conçue au départ pour un dialecte provençal rhodanien, à la langue parlée en Ariège. L’almanach n’adoptera pas non plus la graphie classique, un seul texte est publié dans cette graphie en 1929, il est de Raymond Lizop : La Reina Floreta.
vignette_lauseto-1885.jpg
La Lauseto (1885) : almanach du patriote latin
Ricard, Louis-Xavier de (1843-1911)
Fourès, Auguste (1848-1891)

La Lauseto : année 1885

L'Armanac de la Lauseta se veut fédéraliste et pan-latin. Cet almanach républicain à tendance de gauche s'est positionné en alternative à la pensée du mouvement félibréen provençal.

v_crounico-sant-maiou.JPG
La Crounico de Sant-Maiòu
Boudon-Lashermes, Albert (1882-1967). Directeur de publication
La Crounico de Sant-Maiòu es l'organ de l'Escolo Pèire Cardenau, escola felibrenca del Puèi de Velai, foguèt publicada sens interrupcion de 1913 a 1925 jos la direccion d'Albert Boudon-Lashermes (1882-1967) qu'en assegurava l'estampatge sus son estampariá personala.

La publicacion tira son nom de l'universitat de Sant-Maiòl que, a l'Edat Mejana, aculhissiá al Puèi Santa Maria (uèi Lo Puèi de Velai), d'estudiants venguts d'Occitània tota. La ciutat èra d'aquel temps una ciutat literària prestigiosa.
viro-souleu-1911.jpg
Lou Viro-Soulèu. - Annado 23, [n°09] septembre 1911
Roux-Servine (1871-1953)
Lou Viro-Soulèu. - septembre 1911
viro-souleu.jpg
Lou Viro-Soulèu. - Annado 22, [n°02-03] février-mars 1910
Roux-Servine (1871-1953)
Lou Viro-Soulèu. - février-mars 1910
viro-souleu.jpg
Lou Viro-Soulèu. - Annado 17, [n°07] juillet 1905
Roux-Servine (1871-1953)
Lou Viro-Soulèu. - juillet 1905
viro-souleu.jpg
Lou Viro-Soulèu. - Annado 17, [n°04-06] avril-juin 1905
Roux-Servine (1871-1953)
Lou Viro-Soulèu. - avril-juin 1905
viro-souleu.jpg
Lou Viro-Soulèu. - Annado 17, [n°01-03] janvier-mars 1905
Roux-Servine (1871-1953)
Lou Viro-Soulèu. - janvier-mars 1905
viro-souleu.jpg
Lou Viro-Soulèu. - Annado 16, [n°10-12] octobre-décembre 1904
Roux-Servine (1871-1953)
Lou Viro-Soulèu. - octobre-décembre 1904
viro-souleu.jpg
Lou Viro-Soulèu. - Annado 16, [n°07-09] juillet-septembre 1904
Roux-Servine (1871-1953)
Lou Viro-Soulèu. - juillet-septembre 1904
sus 108