Explorar los documents (2 total)

formigueta_81cda18dfa.jpg
CIRDÒC
« Formiga, miga, m'a manjat la man... »  

La chanson que vous évoquez fait partie du très riche répertoire de chansons enfantines occitanes (comptines, jeux, formulettes, etc.) que l'on retrouve, avec des variations plus ou moins importantes, dans la plupart des régions de langue occitane.

Jeu de doigt, jeu de main...

Cette chanson n'est pas à proprement parler une « comptine ». Une comptine est « une formulette, chantée ou non, qui sert à désigner par élimination celui qui va jouer un rôle particulier dans le jeu, celui qui va devenir lo lop, « le loup », la maire, « la mère », ou qui va clinhar, clucar, « cligner ». » (définition donnée par Eliane Gauzit dans, Faridondeta, revira-te ! Jòcs cantats, ròdas coblets de dançar = Faridoudette, retourne-toi ! Jeux chantés, ronds, couplets à danser, Biarritz et Pau, Atlantica et Institut occitan, 2005).  

Le chant de la « formiga » serait plutôt une chanson d'apprentissage pour les petits enfants, un peu comme le fameux « Alouette, je te plumerai », qui énumère les parties du corps. On trouve ce type de chansons dans de nombreuses sociétés et cultures. Elles ont pour fonction de jouer avec l'enfant en bas-âge et lui faire connaître ou prendre conscience des différentes parties de sa main, de son visage ou de son corps tout entier.

La chanson de la formiga

La chanson que vous chantait votre mère n'est pas très connue des spécialistes des chansons traditionnelles. À titre d'exemple, l'ouvrage de référence, très complet sur les chansons enfantines occitanes (du Languedoc), Chants et chansons populaires du Languedoc de Louis Lambert (1906), n'indique pas cette chanson. 

Mais elle apparaît dans le recueil de récits et contes populaires de provence (voir bibliographie) sous une forme très proche de celle que vous présentez : 

 

La fourmi

On chantait aux enfants, en tenant leur main :

  • La Forniga niga
  • M'a manjat l'artèu
  • (m'a rosigua l'artèu)
  • Totjorn mi la paga
  • Totjorn mi la déu !
Et encore, en comptant sur les doigts :
  • Aqueu mi ditz qu'a fam,
  • Aqueu mi ditz qu'a ges de pan,
  • Aqueu mi ditz qu'a ges de dent,
  • Aqueu mi ditz,
  • mai coma farem ?
  • Aqueu ditz : Coma podrem !
Traduction française :
  • La fourmi, mie'e
  • M'a mangé l'orteil
  • Toujours me le paye
  • Toujours me le doit.
  • Celui-là dit avoir faim
  • Celui-là dit n'avoir pas de pain
  • Celui-là dit n'avoir pas de dents
  • Celui-là dit : 
  • Mais comment ferons-nous ?
  • Celui-là dit : comme nous pourrons

 

 Nous avons également trouvé une version gasconne de La formiga dans le Cançonièr Occitan de Pascal Caumont (voir bibliographie). Ce recueil est accompagné d'un CD comprenant une interprétation de chaque comptine. Il se peut que cette version, que nous citons ci-dessous, ne soit pas tout à fait conforme à ce que vous avait appris votre mère mais dans le domaine des chants et comptines traditionnelles, il y a de multiples traditions régionales et familiales pour un patrimoine conservé au fil des générations par la tradition orale.

La version, ci-dessous, présentée par Pascal Caumont dans son chansonnier, a été recueillie dans les Landes (Gascogne maritime), ce qui explique qu'elle soit en gascon. Vous trouverez la traduction française à la suite.  

En occitan (gascon) : 

  • L 'Arromic-a mi nhaca lo pè 
  • L'Arromic-a mi nhaca lo pè...(bis) 
  • Que me lo nhaca, que me lo minja... 
  • Qu'es aquò, la mia doça aimia ? 
  • Ha ha ha, l'arromica mi vòu nhacar... 
  • Hè hè hè, l'arromica mi nhaca lo pè  
  • L 'Arromic-a mi nhaca la cama,L 'Arromic-a mi nhaca la cama... (bis) 
  • Que me lo nhaca, que me lo minja... 
  • Qu'es aquò, la mia doça aimia ? 
  • Ha ha ha, l'arromica mi vòu nhacar... 
  • Hè hè hè, l'arromica mi nhaca la cama 
Et puis le doigt, la main, le bras, la tête, tout y passe... jusqu'au cul ! 

 

Traduction française : 

  • La fourmi me mord le pied, 
  • La fourmi me mord le pied... (bis) 
  • Elle me le mord, elle me le mange... 
  • Qu'est-ce que c'est que ça, ma douce amie ? 
  • Ha ha ha, la fourmi veut me mordre 
  • Hè hè hè, la fourmi me mord le pied 
  • La fourmi me mord la jambe, 
  • La fourmi me mord la jambe... (bis) 
  • Elle me le mord, elle me le mange... 
  • Qu'est-ce que c'est que ça, ma douce amie ?
  • Ha ha ha, la fourmi veut me mordre 
  • Hè hè hè, la fourmi me mord la jambe 

 

Nous avons également trouvé une version languedocienne, dans le chansonnier Canta, canta neneton de Marie-José Fages-Lhubac et Josiane Ubaud. Cette fois-ci, ce n'est pas une fourmi, mais une souris : 

  • La mirgueta m'a mordut la man, 
  • La coquina, la coquina ! 
  • La mirgueta m'a mordut la man;
  • La coquina l'avià fam !  

 

Traduction française : 

  • La petite souris m'a mordu la main 
  • La coquine, la coquine 
  • La petite souris m'a mordu la main, 
  • La coquine elle avait faim. 

 

Le recueil Canta, canta, neneton donne également la mélodie de la chanson de la Mirgueta/Formiga.  

 

À noter : la « formiga » est aussi la vedette d'un conte occitan très répandu, l'histoire d'une petite fourmi (formigueta) qui part en pèlerinage à Jérusalem. 

 

Pour en savoir plus : 

 

Louis LAMBERT, Chants et chansons populaires du Languedoc, Paris et Laipzig, H. Welter, 1906.

Le premier tome est entièrement consacré aux chants de l'enfance. Il comprend le texte et la mélodie de centaines de chansons traditionnelles du Languedoc. Vous pouvez le consulter au CIRDOC-Mediatèca occitana (cote : CAC 1059). Il est en cours de numérisation et sera également bientôt disponible sur www.occitanica.eu 

 

Quelques livres récents pour connaître, apprendre et chanter chants et comptines en occitan (ils sont tous disponibles au CIRDOC pour la consultation ou le prêt à domicile) : 

Josiane UBAUD et Jean-Michel LHUBAC, Canta, canta neneton, Saint-Jouin-de-Milly, Modal, collection Chansonnier totémique languedocien, 2002.

Dans la même collection et des mêmes auteurs : Lo Resson de la pèira = L'écho de la pierre, 2006. 

 

Pascal CAUMONT (dir.), Cançonièr occitan, Toulouse et Barcelone, CRDP et Dinsic publications musicals , 2003 (vol. 1) et 2006 (vol. 2)


Excellent recueil de chansons, accompagné des interprétations musicales sur CD. Vous pouvez consulter quelques pages de ce chansonnier sur le site Internet de l'éditeur.


Jacques LACROIX, Jean-Marie LAMBLARD, Récits & Contes populaires de Provence dans le vieux Martigues, Paris : Gallimard, 1979.

 

N.B. : Photographie d'illustration de Joan-Cristòl Carinò : "Lo conte de la formigueta" : Exposition Joan de l'ors e ses amics (CIRDOC et IEO 11 , 2010)

fourmigo.jpg
Conte : La fourmigo qué s'énanabo à Jérusalem ! / de Jeanounet del Crabiè
Séré, Martial

Le conte de la « formigueta » est un conte énumératif (conte formulaire, « randonnée ») et figure parmi les contes les plus courants dans les Pays d'Oc : « Tous les conteurs enregistrés hors de la Haute Vallée de l'Aude (Montagne Noire, Corbières) connaissent le T 2031 » (D. Fabre et J. Lacroix).

On retrouve d'ailleurs ce conte dans toute l'ère indo-européenne mais, en dehors de l'aire occitane, le personnage est souvent une souris. Il est répertorié par la classification internationale des récits populaires Aarne-Thompson en T. 2031 : « Stronger and Strongest » / « de plus en plus fort »)