Explorar los documents (98 total)

echo_boqueteau2.jpg
L'Echo du boqueteau. - Annado 02, n°04 (1916)
Boudon-Lashermes, Albert (1882-1967)
Pouzol, Francis (1891-1918)
Lou Perdigalet
Journal conçu et rédigé sur le front par les Félibres de l'Escolo dóu Boumbardamen.
echo_boqueteau1.jpg
L'Echo du boqueteau. - Annado 02, n°03 (1916)
Boudon-Lashermes, Albert (1882-1967)
Amar, J.
Journal conçu et rédigé sur le front par les Félibres de l'Escolo dóu Boumbardamen.
Edb.jpg
L'Ecò dóu bousquetoun. - Annado 03, n°14 (jun 1917)
Boudon-Lashermes, Albert (1882-1967)
Mountèl, Vital
G. de la Maloutèiro
Journal conçu et rédigé sur le front par les Félibres de l'Escolo dóu Boumbardamen.
vignette_bousquetoun.jpg
L'Ecò dóu bousquetoun. - Annado 03, n°13 (mai 1917)
Boudon-Lashermes, Albert (1882-1967)
Lou Perdigalet
Journal conçu et rédigé sur le front par les Félibres de l'Escolo dóu Boumbardamen.
eco.jpg
L'Ecò dóu bousquetoun. - De l'annado 02, n°30 (21 de jun 1916) fins a l'annado 03, n°12 (18 de mai 1917)
Priolo, Marguerite (1890-1955)
Jouveau, Marius (1878-1949)
Pouzol, Francis (1891-1918)
G. de la Maloutèiro
Eyraud d'en Va
Arsac, Gustavi
Boudon, Albert
Abric, Louis
Fourmaud, Louis (1888-1944)
Serenne, J.
L'Ecò dóu bousquetoun, qualifié de "Journalet di Felibre dòu front", fait partie des nombreux journaux de la Première Guerre mondiale rédigés par les mobilisés sur le front afin de maintenir un lien entre les soldats d'une même région. 
Une version française de ce titre est également parue sous le nom de L'Echo du boqueteau.
Comme de nombreux périodiques des tranchées, L'Eco était imprimé avec un procédé de type "polycopie", moins coûteux et plus simple à mettre en place qu'une impression professionnelle en temps de guerre.

>> Accéder au numéro numérisé sur Gallica

 

vignette_aioli.jpg
L'Aiòli. - Annado 04, n°119 (Abriéu 1894)
Mistral, Frédéric (1860-1914)
Cent-dix-neuvième numéro de l'Aiòli
aioli.jpg
L'Aiòli
Baroncelli, Folco de (1869-1943). Directeur de la publication

Journal mensuel, publié à Avignon (empremarié di fraire Seguin), l'Aiòli défend la cause méridionale et le fédéralisme mais il se veut apolitique, provençal et non félibréen.

Frédéric Mistral en confie la rédaction à Folco de Baroncelli. Sa principale ligne éditoriale est la défense de la langue, de nombreux félibres écrivent dans l'Aiòli et l'illustration du bandeau est d'Eugène Burnand, illustrateur de Mirèio (éd. 1859).

L'Aiòli veut protéger l'identité culturelle du Midi face aux « franchimand » :

« L'aiòli dins soun essènci, councèntro la calour, la forço, l'alegrio dou soulèu de Prouvenço. Mai a tambèn uno vertu : es de coucha li mousco. Aquèli que l'amoun pas, aquèli que noste òli ié fai veni la cremesoun, d'aquéu biais, vendran pas nous tartifleja à l'entour. Restaren en famiho. »

Après la mort de Mistral et après une interruption de 30 ans (entre 1899 et 1929) une nouvelle série du journal voit le jour en septembre 1930 mais s'arrête en 1932.

rouergue copie.jpg
De la bonne utilisation des revues : les stratégies occitanes
Barral, Guy
Captation de la conférence De la bonne utilisation des revues : les stratégies occitanes donnée par Guy Barral, bibliothécaire et éditeur le 07/02/13 à l'université Paul Valéry de Montpellier dans le cadre du séminaire RedOc/LLAC.
sus 10