Explorar los documents (3 total)

Del parlar local a la lenga : lo Doctor Honnorat a la descobèrta de l'unitat de la lenga d'òc / Felip Martel
Martel, Philippe
Dins aqueste article que pareguèt primièr dins la revista Chroniques de Haute-Provence (Societat Scientifica e Literària dels Alps de Nauta Provença, 365, 2010, p. 34-66), Felip Martel traça en detalh lo percors de Simon-Jude Honnorat, medecin de Dinha, autor del primièr diccionari grand de « la lenga d'òc ».
La seconda part de l'article s'interessa a la posteritat de l'òbra e de las concepcions lingüisticas iniciadas per Honnorat dins lo contèxt general de la renaissença felibrenca puèi de l'occitanisme lingüistic del sègle XX.

Publicat amb l'autorizacion amistosa de l'autor e de la Societat Scientifica e Literària dels Alps de Nauta Provença.

Ne saber + sul Dictionnaire provençal-français ou dictionnaire de la langue d'oc ancienne et moderne de S.-J. Honnorat :

Consultar la ficha « Òbra » dins lo Repertòri del patrimòni cultural occitan.
Projet d'un dictionnaire provençal-français : ou Dictionnaire de la langue d'oc, ancienne et moderne soumis aux différentes académies,... / par S.-J. Honnorat,... [Texte imprimé]
Honnorat, Simon-Jude (1783-1852)

Dins aquesta brocadura de 80 paginas editada en 1840 a Dinha (impr. Repos), lo doctor Simon-Jude Honnorat expausa son projècte de Dictionnaire provençal-français ou Dictionnaire de la langue d'oc ancienne et moderne que pareguèt en quatre volums entre 1846 e 1848. Sens dobte començat a l’entorn de 1811, lo diccionari d’Honnorat pòt èsser considerat coma lo primièr grand diccionari modèrne de la lenga occitana, qu’abraça la lenga dins lo son ensemble e qu’expausa de concepcions lingüisticas e de causidas graficas pro novatrises.

Aquesta brocadura se destinava als erudits dels Alps provençals e a las societats sabentas de l’espaci occitanofòn per tal de far conéisser lo projècte de diccionari e probablament d’amassar los fonses necessaris a son edicion. Aqueste projècte, dins lo qual Honnorat retraça son itinerari e expausa las sieunas concepcions lingüisticas e son metòde, constituís una sorsa importanta per la coneissença d’una òbra màger de l’istòria lingüistica occitana. Los rapòrts de las diferentas societats sabentas destinatàrias del Projet, que publiquèron dins lors revistas e bulletins, forman un còrpus interessant per la coneissença e las concepcions ideologicas e lingüisticas dels erudits de l’espaci occitanofòn a la debuta del moviment de « renaissença d’òc ».
La Cabreta [Titre conventionnel depuis 1976]
Vermenouze, Arsène (1850-1910)
Organe de presse de  l'Escolo oubergnato, école félibréenne, Lo Cobreto paraît de 1895 à 1900 sous la direction d'Arsène Vermenouze (1850-1910). Le journal tire son nom de la cabrette (cabreta en occitan), instrument de musique traditionnel auvergnat. Le premier numéro de ce mensuel est publié le 7 janvier 1895 avec le concours de l'Auvergnat de Paris qui abonne d'office 6000 de ses lecteurs. Journal populaire et de qualité littéraire, il est devenu l'emblème de la renaissance des lettres d'oc en Auvergne. Le journal publie des textes en français et en occitan, dialecte auvergnat. Parmi les premiers collaborateurs on peut citer Pierre et Louis Géraud (1842-1922), Francis Courchinoux (1859-1902), Jean-Félicien Court (1867-1954) et le Duc de la Salle de Rochemaure (1856-1915). Les illustrations sont d'Edouard Marty (1851-1913).

A la fin de l'année 1900, Lo Cobreto cesse de paraître, elle ne renaîtra  qu'en 1920 sous la direction d'Etienne Marcenac et de Louis Delhostal (1877-1933). Cette 2ème série paraitra jusqu'en 1939.
Après une interruption pendant la guerre, la publication reprend de 1947 à 1948. Enfin une nouvelle série voit le jour à partir de 1958.

La question de la graphie

Dans la première série les textes publiés dans Lo Cobreto sont tous en graphie phonétique.
En 1908 Arsène Vermenouze fait appel à Raymond Four, qui travaille depuis quelques années sur une écriture plus rationnelle du dialecte d'Aurillac,  pour publier son recueil Jous la cluchado en double graphie. La nouvelle école, à partir de 1920, a pour projet de fixer l'orthographe du dialecte. Louis Delhostal introduit dans la publication des textes en double graphie pour commencer à habituer le public à la lecture de la nouvelle graphie. Il essaie même à partir de 1923 une graphie intermédiaire. Mais certains félibres craignent que la revue ne souffre d'une écriture plus savante. Le conflit éclate en mars 1924 entre Louis Delhostal, devenu Majoral, et les partisans de la graphie phonétique. Celui-ci est exclu du journal et la graphie reste inchangée. Il faudra attendre 1976 pour que Lo Cobreto devienne La Cabreta.