Retour haut de page

L'Elucidari, l'occitan littéraire et scientifique un siècle après la Croisade contre les Albigeois [article encyclopédique]

Voir la notice détaillée
Les_filles_de_sagesse.jpg

Résumé

L’Elucidari o Elucidari de las proprietatz de totas res naturals  est un manuscrit occitan anonyme du XIVe siècle. Il est l’un des rares témoignages de la vie culturelle et scientifique occitane près d’un siècle après la fin de la Croisade contre les Albigeois qui avait définitivement mis fin à la lyrique des troubadours.

Fébus et un écuyer (en bas à droite) portent devant le trône de Dieu le haume au cimier du comte de Foix, Extrait du ms. 1029 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève de Paris, feuillet 1

Fébus et un écuyer (en bas à droite) portent devant le trône de Dieu le haume au cimier du comte de Foix, Extrait du ms. 1029 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève de Paris, feuillet 1

Fébus et un écuyer (en bas à droite) portent devant le trône de Dieu le haume au cimier du comte de Foix, Extrait du ms. 1029 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève de Paris, feuillet 1

Fébus et un écuyer (en bas à droite) portent devant le trône de Dieu le haume au cimier du comte de Foix, Extrait du ms. 1029 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève de Paris, feuillet 1

x

Autres versions du titre :

< Elucidari do las proprietatz do totas res naturals

< De proprietatibus rerum (version latine originale)

Exemplaires conservés

1 exemplaire connu :

- Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. 1029 : lien de la notice d’inventaire en ligne

Description physique : Parchemin. 9-CCXCV feuillets. Nombreuses et remarquables peintures, dont quelques-unes ont été rognées par un relieur. 387 × 205 mm.

Marques d'appartenances : 
- Aux ff. 8 et I, armoiries écartelées des comtes de Foix et de Béarn (écartelé, aux 1 et 4 d'or aux 4 pals de gueules (Foix), aux 2 et 4 d'or à deux vaches de gueules (Béarn)
- dans l'enluminure du f. I, l'écuyer soutient le heaume de Gaston Phébus, comte dès 1343

- au folio 294v on remarque la mention :

« Ce livre est a celuy qui sanz blasme
En son droyt mot porte : J'ay belle dame. »

il s'agit de la devise de Jean III de Grailly devenu en 1412 Jean Ier de Foix, neveu et héritier du successeur de Gaston Fébus, Mathieu de Foix-Castelbon (1374-1388), elle paraît se rapporter à Jeanne d'Albret, seconde femme de Jean de Grailly (1422). Le manuscrit, qui semble avoir été l'exemplaire familial transmis d'héritier en héritier de Fébus, figure dans l'inventaire daté de 1533 de la bibliothèque d'Henri II d'Albret, roi de Navarre de 1503 à 1555.

- L'« Ex libris S. Genovefae Paris., 1753 » signifie qu'il est entré dans les collections génovéfaines entre 1687 et 1719.

Origine et Possesseurs

Une représentation de Gaston Fébus issue du Livre de Chasse, manuscrit français 616 de la Bnf

Une représentation de Gaston Fébus issue du Livre de Chasse, manuscrit français 616 de la Bnf

Une représentation de Gaston Fébus issue du Livre de Chasse, manuscrit français 616 de la Bnf

Une représentation de Gaston Fébus issue du Livre de Chasse, manuscrit français 616 de la Bnf

x

Le manuscrit a appartenu à plusieurs descendants ou membres de la famille des Comtes de Foix puis de la famille d’Albret. On peut par exemple citer grâce aux diverses mentions d’appartenance présentes sur le manuscrit :

1/ Jean Ier, comte de Foix (1384-1436) neveu et succésseur de Gaston III de Béarn, dit Fébus
2/ Henri II, roi de Navarre, (1503-1555), héritier plus lointain de Gaston Fébus
3/ Jeanne d'Albret (1528-1572), successeur de Henri II
4/ La présence de l’« Ex libris S. Genovefae Paris., 1753 » permet d’identifier l’entrée du manuscrit dans les collections de la Bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris entre 1687 et 1719.


Note d’étude

L’Elucidari, ou Elucidari de las proprietatz de totas res naturals, est la traduction occitane du De proprietatibus rerum de Barthélémy l'Anglais, franciscain natif d’Angleterre ayant étudié la théologie à Paris avant de partir pour l’Allemagne.

Le jeune prince Fébus à l'entrée du chateau de la Sagesse, extrait du ms. 1029 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève de Paris, feuillet 000H

Le jeune prince Fébus à l'entrée du chateau de la Sagesse, extrait du ms. 1029 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève de Paris, feuillet 000H

Le jeune prince Fébus à l'entrée du chateau de la Sagesse, extrait du ms. 1029 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève de Paris, feuillet 000H

Le jeune prince Fébus à l'entrée du chateau de la Sagesse, extrait du ms. 1029 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève de Paris, feuillet 000H

x

La copie occitane de ce manuscrit rédigé à l’origine en latin est commandée par la cour de Béarn alors que son jeune comte, futur Gaston Fébus, n’est âgé que d’une dizaine d’années. C’est sans doute la mère de ce dernier, Aliénor de Comminges, alors chargée d’assurer une quasi régence depuis la mort de Gaston II en 1343, qui semble être la commanditaire probable de cette traduction. De plus, la présence en tête du manuscrit d’un poème dédié au jeune prince, évidement absent de la version latine, et le mettant en scène à la rencontre de l'allégorie de la Sagesse laisse penser que ce texte devait participer à l’éducation du jeune comte et le préparer l’exercice du pouvoir.

À l'exception du poème qui le précède, la traduction occitane de l’Elucidari est une compilation à caractère encyclopédique de l’ensemble des connaissances jugées essentielles au XIVe siècle. En 295 feuillets, l’Elucidari propose une hiérarchisation des choses (comprendre par là « éléments de la Création ») depuis Dieu et les anges jusqu’aux animaux et aux couleurs en passant par les êtres humains. Chaque entrée propose la dénomination des choses ainsi que leur étymologie (souvent approximative, voire incorrecte), puis indique les éléments qui les composent. À visée didactique, l’Elucidari est précédé d’une table reprenant les premiers mots de chaque définition classés alphabétiquement et renvoyant à la page correspondante ; il se conclut également par un index reprenant ce système mais faisant référence aux noms désignant les choses matérielles. Ce système ne reprend cependant pas la totalité des définitions abordées par le traité.
Une liste de préparations médicales soignant les maux courants de la vie quotidienne est également présente à la fin du manuscrit.

Au delà de son aspect strictement documentaire, l’Elucidari est un témoignage précieux de la diffusion du savoir par la langue vernaculaire au XIVe siècle. Contrairement à l’autre grand manuscrit commandé par la cour des comtes de Foix, la Chirurgie d’Albucasis, le De proprietatibus rerum dont est issu l’Elucidari connaît un nombre important de traductions manuscrites dans diverses langues d’Europe comme le français, l’anglais, le néerlandais ou l’italien, témoignant de l’intérêt important que revêt le savoir dans les cours européennes du XIVe siècle. C’est d’ailleurs bien souvent du latin qu’est traduite la plupart des textes qui tentent de rassembler le savoir de toutes les origines. À cette époque la prédominance du latin est due à l’importance modérée des langues vernaculaires en dehors de leurs zones d’emploi originelles mais aussi à l’instruction donnée principalement dans des universités théologiques où la langue de l’enseignement demeure le latin. Ce n’est qu’à partir des XVe et XVIe siècles que les langues vernaculaires, fortes de la puissance et de l’importance politique croissante de plusieurs nations européennes, commencent à remplacer le latin, trouvant également dans l’imprimerie naissante un vecteur de diffusion bien moins onéreux que les copies manuscrites.

Bibliographie

Éditions :

- Guinn Scinicariello, Sharon. A Critical Edition of Books I-VII of the "Elucidari de las proprietatz de totas res naturals", Ph. D. dissertation, University of North Carolina, Chapel Hill, 1982, 509 p

Études :

- Appel, C. « Der provenzalische Lucidarius ». Zeitschrift für romanische Philologie, 13, 1889, p. 225-252

- Evans, Dafydd. « La langue de l'Albucasis et de l'Elucidari ». Actes du Congrès international de langue et littérature d'oc et d'études francoprovençales (Montpellier, septembre 1970). Montpellier, Centre d'études occitanes, 1971, t. 9, p. 329-336

- Evans, Dafydd. « L'emploi de la rime dans l'Elucidari ». Cultura neolatina, 38, 1978, p. 87-93

- Evans, Dafydd. « Occurrences of rhyme in medieval prose ». French Studies Bulletin, 10, 1984, p. 9-10

- Latini, Brunetto. Li livres dou tresor  : publié pour la première fois d'après les manuscrits de la Bibliothèque impériale, de la Bibliothèque de l'Arsenal et plusieurs manuscrits des départements et de l'étranger par P. Chabaille. Paris, Imprimerie impériale (Collection des documents inédits sur l'histoire de France. Première série: Histoire littéraire), 1863, xxxvi + 736 p. (ici p. xii) [Voir l'étude sur Gallica]

- Meyer, Heinz. Die Enzyklopädie des Bartholomäus Anglicus : Untersuchungen zur Überlieferungs- und Rezeptionsgeschichte von "De proprietatibus rerum". München, Fink (Münstersche Mittelalter-Schriften, 77), 2000, 523 p

- Meyer, Paul. « Inventaire des livres de Henri II roi de Navarre ». Romania, 14, 1885, p. 222-230 [Voir l'étude sur Gallica]

- Raynaud de Lage, Guy. « Le Livre de chasse et l'Elucidari ». Annales du Midi, 1952, p. 349-357.

- Ricketts, Peter Thomas. « Le livre XVII du De proprietatibus de Barthélemy l'Anglais et l'Elucidari », L'occitan, une langue du travail et de la vie quotidienne du XIIe au XXIe siècle. Actes du colloque, 23 et 24 mai 2008, éd. Jean-Loup Lemaître et Françoise Vielliard, Paris, De Boccard; Ussel, Musée du Pays d'Ussel – Centre Trobar, 2009, p. 239-245.

- Ricketts, Peter Thomas. « La traduction du De Proprietatibus rerum de Bartolomé l'Anglais en occitan ». Froissart à la cour de Béarn: l'écrivain, les arts et le pouvoir, éd. Valérie Fasseur, Brepols, Turnhout, 2009, p. 215-221

- Ricketts, Peter Thomas. « L'ouïe et la surdité dans l'Elucidari de Barthélémy l'Anglais ». La voix occitane. Actes du VIIIe Congrès de l'Association internationale d'études occitanes (Bordeaux, 12-17 septembre 2005), éd. Guy Latry, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2009, t. 1, p. 451-456

- Ricketts, Peter Thomas. « Le De proprietatibus et l'Elucidari occitan : le cas du livre XVII ». Encyclopédie médiévale et langues européennes. Réception et diffusion du "De proprietatibus rerum" de Barthélémy l'Anglais dans les langues vernaculaires, éd. Joëlle Ducos, Paris, Champion (Colloques, congrès et conférences. Sciences du langage, histoire de la langue et des dictionnaires, 12), 2014, p. 223-233

- Ventura, Simone. Autour de la version occitane du De proprietatibus rerum de Barthélémy l'Anglais. éd. Pierre Nobel, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté (Littéraire), 2004, p. 47-62.

Citer ce document

Bertrand, Aurélien, Elucidari de las proprietatz de totas res naturals, Occitanica - Mediatèca Enciclopedica Occitana / Médiathèque encyclopédique occitane
http://www.occitanica.eu/omeka/items/show/12511

Contribuez

Tags autorisés : <p>, <a>, <em>, <strong>, <ul>, <ol>, <li>