Explorar los documents (28 total)

CIRDOC - Institut occitan de cultura

Qu’es aquò, Tè! ?

Au fil des pages, classées par grandes thématiques, mais dont les contenus dialoguent entre eux d’un domaine à l’autre, nous vous proposons au travers de ce nouveau catalogue de la création occitane actuelle, une sélection plurielle. Plurielle dans ses formes et expressions (romans, concerts, spectacles de théâtre, expositions...), mais également en se faisant le reflet de la grande diversité de l’expression occitane dans toutes ses formes dialectales, du provençal au gascon en passant par le languedocien.

« Sélection » ne signifiant pas « exhaustivité », les prochains numéros de Tè! vous inviteront à découvrir de nouvelles créations, de nouveaux artistes, en restant au plus près de l’actualité.

Afin de vous épauler dans vos choix d’acquisitions et de programmation, ces présentations sont accompagnées d’informations techniques et de pictogrammes dont le détail est présenté sur la première page du catalogue. Chacune d’entre elle renvoie, par ailleurs, à une présentation en ligne au sein du portail de la création occitane actuelle : fabrica.occitanica.eu, pour une présentation détaillée (et bilingue).

Et, bien sûr, n’hésitez pas à solliciter les équipes du CIRDOC - Institut occitan de cultura pour vous accompagner dans vos recherches, vos prises de contact, ou pour bénéficier des services et outils proposés dans le cadre de l’offre aux collectivités (détail en page 27 du catalogue).

Bona lectura e bona immersion !

Consulter le premier numéro du catalogue Tè! en ligne : ICI
MARPOC
Ràdio Lenga d'Òc Montpelhièr
La Rampe-TIO
CIRDOC - Institut occitan de cultura
Finalement en y réfléchissant l’on s’aperçoit que les armes pour apaiser ce méchant virus n’ont rien de nouveau. Nous occitans, nous les connaissons bien. Cela fait longtemps que tous les réprimeurs des langues minoritaires les emploient. Il suffit qu’ils aient plus de réussite contre cette petite bête sournoise de quelques mois, que contre des cultures qui sont en usage depuis plus d’un millénaire. Pour commencer, la distanciation sociale à l’encontre des rustres qui ont le toupet de s’exprimer en public avec des mots ou des accents de leur terroir, nous connaissons. « Interdit de parler breton et de cracher par terre » oui, cracher dans le creux du coude les paroles honteuses, nettoyer minutieusement avec le mouchoir et le jeter dans la boîte à ordures. N’oublions pas non plus le masque à se mettre sur les lèvres pour ne pas contaminer tout autour de nous par un parler qui fait offense à la langue officielle et surtout, faire obstacle à sa transmission. Et l’application qui se charge sur le portable pour vous prévenir du voisin affecté du virus malfaisant, ne serait-ce pas la version modernisée du signal, cet objet symbolique que les maîtres de la Troisième République remettaient, en attendant la punition, à l’écolier qui avait laissé échapper quelques mots de la langue de sa famille ?

« Être occitan demain » sera donc le thème de cette université occitane d’été qui si elle change de forme, ne change pas de fond. Dire que nous sommes prêts à affronter le monde qui nous attend, voilà la gageure que l’équipe de la Marpoc et ses partenaires ont décidé de tenir quoi qu’il en coûte et en dépit des contraintes sanitaires du moment présent. Rassurez-vous, nous ne vous demandons pas de vous mettre aux fenêtres au coucher du soleil en applaudissant et en entonnant le « Se canta » ou la « Copa Santa » mais tout simplement d’être présents à l’écoute et de participer autant que possible grâce aux moyens techniques et informatiques que nous mettrons en place. Et bien sûr avec l’espérance de se retrouver l’an prochain dans le mode convivial et fraternel dont nous sommes coutumiers.

Jòrdi Peladan

PRÉSENTATION

Depuis plus de quarante ans, l'Universitat Occitana d'Estiu (UOE) de Nîmes, portée par la MARPOC, constitue un rendez-vous estival autour de l'actualité des savoirs, du débat d'idées et de la rencontre culturelle. 
Pour la première fois de son histoire et en raison de la situation sanitaire actuelle, l’UOE 2020 se déroulera du 7 au 10 juillet dans son intégralité en version digitale, sur les ondes et sur Internet, grâce aux partenariats noués par la MARPOC avec Ràdio Lenga d’Òc Montpelhièr, la Rampe-TIO et le CIRDOC - Institut occitan de cultura. 

UNE ÉDITION 2020 ORIGINALE ET INTÉGRALEMENT DIGITALE 


Cette année et pendant toute la durée de l’événement, il sera possible pour le public intéressé d’accéder gratuitement en ligne et sur les ondes aux contenus de cette édition.
- L’ensemble de la programmation, de 11:00 à 18:30 sera ainsi retransmise en direct sur Ràdio Lenga d’Òc Montpelhièr (radiolengadoc.com), et en vidéo sur la page facebook de la radio, partenaire de longue date de l’UOE.
- Nouveauté cette année, les sessions de l’après-midi - conferéncias e taulas redondas - seront également proposées en direct via une plateforme de téléconférence, donnant la possibilité de suivre en vidéo les échanges mais également de participer en envoyant via le tchat, questions et réflexions pour intervenir dans le débat. 


DU 07/07 AU 10/07 : 4 JOURS D'ÉCHANGES ET DE DÉBATS 


Une édition 2020 résolument ancrée dans le XXIe siècle dont la thématique « Èsser occitan deman ? », choisie dès le début de cette année avant les bouleversements ayant secoué la planète, résonne tout particulièrement dans le contexte actuel.    
Durant quatre jours, tables rondes et conférences proposeront retours d’expériences, présentations de projets innovants et études scientifiques sur des questions d’environnement (Environa / mardi 7 juillet), d’innovation pédagogique et de littérature (Poesia e transmission / mercredi 8 juillet) et numériques (Numeric / jeudi 9 juillet). 
2020 marquant par ailleurs le centenaire de la naissance de Joan Bodon, la dernière journée proposera un focus sur cette grande voix de la littérature occitane dont les échos continuent de résonner dans la création contemporaine (Joan Bodon / vendredi 10 juillet). 
Et comme chaque année, le Miegjornau estival de RLO, L’ombreta d’estiu, vous fera vivre au rythme de l’UOE réunissant dans son cabaret artistique et littéraire, quelques-uns des invités de cette édition 2020. 
Chaque jour, trois rendez-vous vous seront ainsi proposés : 
- 11:00 - 13:00 / L’ombreta d’estiu
de RLO se met à l’heure de l’UOE (radio et vidéo sur facebook)
- 15:00 - 16:00 / Conferéncia (radio/visio)
- 17:00 - 18:30 / Taula redonda (radio)


PROGRAMME DÉTAILLÉ (des modifications et ajouts sont à prévoir)

Journée du mardi 7 juillet : ENVIRONA / Environnement
- 11:00 : L’ombreta d’estiu avec les invités du jour, Felip Carcassés, artiste, et Joan Claudi Puech, écrivain.
- 15:00 : Conférence de Josiane Ubaud, lexicographe et ethnobotaniste du domaine occitan : « D'une culture de savoirs à une déculture inculquée » (en occitan). 
- 16:00 : Table-ronde sur l’environnement - « Concilier activité économique e environnement, l'exemple d'un territoire : le massif de l'Aigoual » (en francés), Claire Schneider (directrice de la filature du Mazel), Noémie Cabannes (chargée de mission à la communauté de communes Causses-Aigoual-Cévennes, "terres solidaires", sur "le pacte pastoral"), Thomas Flavier (directeur de la station Alti Aigoual), Josiane Ubaud.
Journée du mercredi 8 juillet : POESIA E TRANSMISSION / Poésie et transmission
- 11:00 : L’ombreta d’estiu avec les invités du jour, Miquèla Stenta, écrivaine et Paul Martin, éditeur.
- 15:00 : Lecture-concert : Lutz de Max Roqueta, de Gisèla Pierra et Gilles Siouffi, musicien.
- 16:00 : Table-ronde sur l’innovation pédagogique avec : Gisèla Pierra (Enseignante-chercheuse en sciences du langage), Gilles Siouffi (Enseignant-chercheur, spécialiste de l'histoire des théories linguistiques), Cristòl Causse et Céline Serva (Conseillers pédagogiques pour l’occitan, région Occitanie), Denis Galvier (enseignant 1er degré), Patrick Albert (directeur du collège Calandreta Leon Còrdas de Montpelhièr). 
Journée du jeudi 9 juillet : NUMERIC / Numérique
- 11:00 : L’ombreta d’estiu avec les invités du jour et Henri Maquet, artiste.
- 15:00 : Conférence de Benazet Dazeas, directeur du Congrès Permanent de la lenga occitana
- 16:00 : Table-ronde sur l’innovation pédagogique avec : Benazet Dazeas, Marion Cornet (responsable des départements Iconotèca, Filmatèca e Arts visualas, CIRDOC-Institut occitan de cultura), Maud Séguier, presentatritz de «Fargat a l’ostal » (Oc tele), Danís Chapduèlh (Rédacteur au DIARI, IEO-OPM), Robin Chouleur (étudiant) et Amy Cros (journaliste pour Tè.Vé.Òc)
Journée du vendredi 10 juillet : JOAN BODON / Jean Boudou
- 11:00 : L’ombreta d’estiu avec les invités du jour et Sylvie Berger
- 15:00 : Table-ronde sur Joan Bodon avec : Bernard Vernières (Docteur ès lettres, enseignant de philosophie et d’occitan), Joan-Pèire Gaffier et Viviane Cayssials (directeur et guide de l’Ostal -Joan Bodon), Yves Durand (artiste) et Jean-Louis Blénet (artiste). 
- 16:00 : Conférence de clôture de Felip Martel (Professeur émérite, Université de Montpellier).

INFORMATIONS PRATIQUES

Renseignements : MARPOC : marpoc30@gmail.com
Diffusion simultanée de l’ensemble de la programmation sur les ondes de RLO Montpelhièr : radiolengadoc.com 
Live streaming pour les conférences et les tables rondes sur la page Facebook de la MARPOC : https://www.facebook.com/marpoc30/
CIRDOC - Institut occitan de cultura
L’Institut Jean-Vigo lauréat de l’appel à projet Coopération en Méditerranée de la Région Occitanie

Depuis plusieurs années, un travail important est fait autour du film amateur par la Cinémathèque Eurorégionale Jean-Vigo : inventaire, catalogage, numérisation de films, site internet dédié, diffusion en région, en maison de retraite, édition de livre/dvd, résidence d’artiste. Ce travail participe à la construction d’une mémoire collective, commune des lieux que nous habitons.

Avec le projet Filmer en Méditerranée, la Cinémathèque souhaite ouvrir nos pratiques et notre territoire vers les pays du sud et ce qui nous relie à eux : la Méditerranée occidentale. Après avoir travaillé sur les contours de la Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée avec les livres/dvd Filmer en bord de mer et Filmer les Pyrénées, l’Institut Jean Vigo souhaite mener un travail sur les différents regards que les hommes ont portés sur la mer Méditerranée.

L’objectif est de tisser des liens avec les cinémathèques et les associations de cinéastes amateurs du Maghreb (Algérie, Tunisie) en mettant en place un échange culturel et un partage de connaissances (et de savoir-faire) sur le film amateur.

L’objectif est d’établir un corpus de films sur la Méditerranée, d’échanger nos données, de choisir les thèmes (pêche, tourisme, population, migrations, etc) et de travailler à l’élaboration d’un film de montage à partir des archives des cinémathèques. Ce film sera le premier constitué à partir d’archives de plusieurs cinémathèques et sera le résultat d’un travail de réflexion sur le film amateur.

Le film sera réalisé par un monteur et mis en musique. Il constituera le premier élément d’une mémoire filmique commune autour de la Méditerranée.

Ce projet est construit avec La Cinémathèque Tunisienne, la Fédération Tunisienne de Cinéma Amateur, L’Institut Français de Tunis, la cinémathèque Algérienne avec le soutien de l’association CInémaginaire (Argelès) et du Festival CINEMED (Montpellier).
 
Plus d'informations ICI

Institut Jean Vigo : 
www.inst-jeanvigo.eu/ 
04 68 34 09 39
1 rue Jean Vielledent - 66000 Perpignan
Chambra d'Òc
CIRDOC - Institut occitan de cultura

PRÉSENTATION

Le Prèmi Ostana est un rendez-vous des langues minorisées, dites « langues maternelles », du monde entier, réunies durant quelques jours dans ce village occitan de 85 habitants de la vallée du Pô. 

L’impact global du Coronavirus a bouleversé la vie de tout un chacun, et ne pouvait pas ne pas toucher une manifestation qui, depuis ses débuts en 2008, a mis à l’honneur la rencontre et l’échange entre les artistes, le débat et la création vivante. Au vu de l’impossibilité de réaliser la 12ème édition de façon classique mais avec, toujours, la volonté de capter l’attention des médias et du public sur les questions liées à la diversité linguistique, le comité d’organisation dont le CIRDOC – Institut occitan de cultura fait partie,  propose pour 2020 une édition entièrement en ligne, qui se déroulera les vendredi 5 et samedi 6 juin 2020.

Une édition d'autant plus nécessaire que la pandémie a mis en exergue des thématiques développées depuis des années par le Premio, liées à la défense de la richesse linguistique du monde. L’anthropocentrisme, le changement climatique en acte, les menaces sur la biodiversité et sur les écosystèmes locaux, la disparition des savoirs sociaux et le déracinement, les conflits communautaires et la privation de liberté : voilà certains des points critiques qu’affronte notre société, et que l’attention aux langues minorisées révèle.

Rendez-vous en ligne sur le site dédié : https://www.premioostana.it/ pour y assister dès le vendredi 5 juin

PROGRAMME DU SAMEDI 6 JUIN

16h00 : Livre d’or et présentation de la deuxième journée des rencontres
Livre d’or – Vidéo de présentation des auteurs, pays et langues des auteurs primés au cours des 11 éditions précédentes du Premio Ostana.
Présentation de la seconde journée des rencontres - Ines Cavalcanti, directrice artistique du festival, présente l’édition spéciale du Premio Ostana : naissance du projet online et partage du programme. 

16h10 : Une histoire pour les enfants italiens aux antipodes du monde 
Witi Ihimaera, néozélandais d’origine, est le premier auteur maori à publier une série d’histoires, Pounamu Pounamu (1972), ainsi qu’un roman Tangi (1973) ; s’adresse aux enfants italiens aux antipodes du monde, pour leur raconter une histoire de câlins : The Little Kowhai Tree, c’est-à-dire la petite plante Kowhai dont la fleur est considérée comme un symbole national pour la Nouvelle Zélande.
16h20 : Messages de l’Euskal Herria : Réflexions poétiques « pandémiques » dans la langue plus ancienne encore parlée en Europe
Sous la direction de Maria Teresa Atorino
Le basque, langue pré-indoeuropéenne encore vivante, est un exemple de résistance, d’existence et d’insistance d’un peuple qui a su donner de l’importance à sa propre voix et aux mots. Le travail de l’écrivain et poète  Harkaitz Cano (Prix International 2011) dans ces rencontres sera l’occasion pour une réflexion sur la langue, politique et société basque avec la traductrice et politicienne Lurdes Auzmendi (Prix de la Traduction 2016). 

17h00 - BOB HOLMAN 
- La promotion de la diversité linguistique dans le monde : l’exemple de  Khonsay
Sous-titres en italien sous la direction de Silvia Mentini, traductrice 
Khonsay – Poem of Many Tongues (2015, 15’) de Bob Holman. Une vidéo-poésie de cinquante vers, dont chacun sera prononcé dans une langue différente.
- BOB HOLMAN en direct de New York
Conversation en direct avec Valentina Musmeci 
Bob Holman est né au Kentucky et a vécu à New York où il a cultivé la poésie et la langue pour les faire devenir sa raison d’être, devenant ainsi une référence pour la communauté poétique américaine et pour la défense des langues en danger d’extinction dans le monde entier. 

18h00 - CONTACH. DECLINAISONS D’UN EFFET SOCIAL
Performance sous la direction de Blu L’Azard, groupe musical
 
Performance artistico-musicale des Blu L’Azard. Depuis les Vallées Francoprovençales jusqu’aux vallées Occitanes, une imprécation révèle la présence de l’épidémie dans l’histoire et dans la mémoire sociale. Le concept de contagion est décliné dans tous ses sens, négatifs et positifs, en permettant la rencontre du genre musical de la ballade avec la narration et la poésie.

18h15 - DIVDAOLENN. La manie du confinement
Vidéoclip- Sous la direction de Antony Huellin, poète breton
Antony Heulin, Prix de la Jeunesse 2013, est un poète breton. En quarantaine, il a réalisé un vidéoclip amusant où il radicalise rêves et manies de confinement à partir d’un diptyque : La jolie et laborieuse Madone et Le laid homo vacansus. Introduction de cette vidéo avec un souvenir de sa participation au Premio Ostana.

18h30 - Conversation avec KOLA TUBOSUN, Premio Ostana Spécial 2016 
Conversation en direct, sous la direction de Valentina Musmeci, écrivaine
Tubosun développe depuis de nombreuses années un travail important sur la langue Yorùbá, en s’occupant de lexicographie avec Google pour la traduction du nigérien à l’anglais et pour l’utilisation de la langue Yorùbá dans les médias et dans les plateformes sociales dans le monde entier (l'expérience de traduction sur Twitter lui a permis de recevoir le prix africain comme Innovateur d’honneur 2016). 

De 19h30 à 20h30 - LETTRES DE OSTANA – Deuxième journée
- Andrea Nicolussi Golo, Prix National 2011 (langue cimbre, Italie) :Sera-t-il possibile?
- Joan Isaac, Prix Composition Musicale 2018 (langue catalane, Espagne) : Avril
- Lurdes Auzmendi, Prix Traduction 2016 (langue basque, Espagne) : Rien de nouveau sous le soleil 
- Harkaitz Cano, Prix International 2011 (langue basque, Espagne) : Apprendre ce que tu sais
- Lance David Henson, Prix International 2014 (langue cheyenne, Usa) : Je cherche ton visage
- Franca Masu, Prix Composition Musicale 2019 (l’alguérois ou langue catalane d’Alghero, Italie) : Solitude
- Maria Clara Sharupi Jua, Prix International 2016 (langue Shuar, Equateur) : Le retour d’Etsa et Iwia
- Tuntiak Katan, Prix de la Jeunesse 2011 (langue Shuar, Equateur)
Kakàkam Sunkur – Pandémie
- Jacques Thiers, Prix International 2015 (langue corse, Corsica) : Stà in casa, ma stà in casa


20h30 - VOIX ET SONS DE LA GRECE SALENTINE 
Sous la direction de Flavio Giacchero, Rocco De Santis, Salvatore Tommasi
Flavio Giacchero, ethnomusicologue, introduit la musique et les paroles du musicien compositeur Rocco De Santis et Salvatore Tommasi, qui depuis longtemps s’occupe de récupérer et valoriser la langue et la culture gréco-salentine. Œuvres lyriques grike composées pendant le confinement.


20h50 - LANGUE BERBERE OU TAMAZIGHT ? TROIS INTELLECTUELS KABYLES À OSTANA
Sous la direction de Mohand Tilmatine et Andrea Fantino 

La langue kabyle fait partie de la famille linguistique  “berbère” ou “tamazight”. Quelle est la différence ? Mohand Tilmatine, professeur ordinaire en Langues et Cultures Berbères à l’Université de Cadix nous l’explique dans un documentaire inédit, réalisé par Andrea Fantino dans un interview fait il y a trois ans à Ostana. Mohand Tilmatine sera le protagoniste avec également Salem Zenia et Samir Aït Belkacem réalisateur spécialisé dans le doublage et introduira une vidéo-interview documentaire. 
21h30 – Hommage à Luis Sepúlveda - 5 LANGUES, 1 MUSICIEN, 7 INSTRUMENTS, 1 FABLE
Sous la direction de Papiros edizioni, Diego Corraine, Andrea Fantino, Flavio Giacchero
Marathon de lectures croisées de La Mouette et le Chat de Luis Sepúlveda en langues maternelles : en sarde (Diego Corraine), catalan alghérois (Carla Valentino), tabarquin (Margherita Crasto), occitan alpin (Dario Anghilante) et francoprovençal (Matteo Ghiotto).  


22h00 - LA RÉPONSE DES LANGUES AUTOCHTONES AU CORONAVIRUS
Sous la direction de Tore Cubeddu
Le réalisateur et producteur Tore Cubeddu raconte l’expérience de la télévision sarde EjaTV au temps du Covid-19, en nous offrant un montage fait d’extraits vidéos pris sur internet qui documente la vivacité et la variété des réponses des langues autochtones et minoritaires face à l’urgence. 


22h10 - Documentaire : LANGUAGE MATTERS WITH BOB HOLMAN
Sous la direction de Bob Holman et Silvia Mentini 
Écrit par Bob Holman, dirigé par David Grubin, un documentaire qui nous parle de la rapide extinction de nombreuses langues sur la planète et de leur lutte pour la survie. Bob Holman accompagne le spectateur en Australie, Pays de Galles et Hawaï pour une réflexion sur les valeurs de la diversité linguistique dans le monde. En avant-première en Italie, version sous-titrée en italien par Silvia Mentini.
00h00 – Salutations finales


DÉCOUVRIR LE PROGRAMME DU VENDREDI 5 JUIN 


INFORMATIONS PRATIQUES

Informations :
chambradoc@chambradoc.it - tel: +39 328-3129801 - 
info@oc-cultura.eu – tel : +33 4 67 11 85 10 – www.oc-cultura.eu
 
+ de détails sur le site de la Chambra d'Òc : www.chambradoc.it
+ de détails en ligne (fr/oc) sur le site du CIRDOC - Institut occitan de cultura : ICI
Chambra d'Òc
CIRDOC - Institut occitan de cultura

PRÉSENTATION

Le Prèmi Ostana est un rendez-vous des langues minorisées, dites « langues maternelles », du monde entier, réunies durant quelques jours dans ce village occitan de 85 habitants de la vallée du Pô. 

L’impact global du Coronavirus a bouleversé la vie de tout un chacun, et ne pouvait pas ne pas toucher une manifestation qui, depuis ses débuts en 2008, a mis à l’honneur la rencontre et l’échange entre les artistes, le débat et la création vivante. Au vu de l’impossibilité de réaliser la 12ème édition de façon classique mais avec, toujours, la volonté de capter l’attention des médias et du public sur les questions liées à la diversité linguistique, le comité d’organisation dont le CIRDOC – Institut occitan de cultura fait partie,  propose pour 2020 une édition entièrement en ligne, qui se déroulera les vendredi 5 et samedi 6 juin 2020.

Une édition d'autant plus nécessaire que la pandémie a mis en exergue des thématiques développées depuis des années par le Premio, liées à la défense de la richesse linguistique du monde. L’anthropocentrisme, le changement climatique en acte, les menaces sur la biodiversité et sur les écosystèmes locaux, la disparition des savoirs sociaux et le déracinement, les conflits communautaires et la privation de liberté : voilà certains des points critiques qu’affronte notre société, et que l’attention aux langues minorisées révèle.

Rendez-vous en ligne sur le site dédié : https://www.premioostana.it/ pour y assister dès le vendredi 5 juin.

PROGRAMME DU VENDREDI 5 JUIN


16h30 : SALUTATIONS, LIVRE D’OR, PRESENTATION DE LA PREMIERE JOURNEE
- Salutations institutionnelles de Ostana - avec Silvia Rovere, Maire du village d’ Ostana et Giacomo Lombardo, Président de la Chambra d’Oc
- Livre d’or – Vidéoclip de présentations des auteurs, pays et langues des auteurs primés au cours des 11 éditions précédentes du Premio Ostana.
- Présentation de la première journée des rencontres digitales de 2020 (genèse / déroulé) - Ines Cavalcanti, directrice artistique du festival. 

16h50 : ÉCRITURES AUTOCHTONES : POÈTES ET NARRATEURS DE L’AMERIQUE CENTRALE ET MÉRIDIONALE
Conférence de Maurizio Gnerre, linguiste anthropologue 

Les nouvelles générations des peuples autochtones écrivent de plus en plus dans leurs langues maternelles et produisent des textes littéraires, poétiques et narratifs.
Maurizio Gnerre  (linguiste anthropologue, professeur ordinaire de Linguistique générale et d’Ethnolinguistique à l'Université de Naples L’Orientale), est conseiller des Nations Unies sur les thèmes liés aux cultures autochtones et minoritaires. Auteur de nombreux essais et a proposé à l’Unesco le projet “Adotta una lingua minoritaria” Adopte une langue minoritaire, actuellement en cours de développement.

18h00 : POÉSIES CHEYENNES : L’acte qui fonde la survie d’une langue
Conversation avec Lance David Henson – Prix international 2014, sous la direction de Valentina Musmeci, écrivaine

Lance David Henson est un poète Cheyenne, élevé à Calumet (Oklahoma). Henson est headman dans la confraternité des Dog Soldiers Cheyenne, de la Native American Church (l’Eglise des Amérindiens) et de l’American Indian Movement. Il a publié 32 recueils de poésies, ses poésies ont été traduites en 23 langues et ses œuvres enseignées dans 9 pays. C’est le poète natif américain vivant le plus publié et traduit.

18h30 : PEUPLES, ENVIRONNEMENT ET LANGUES AUTOCHTONES
Conférence de Valentina Musumeci, écrivaine

Les peuples natifs ont été attaqués dans toutes les parties du monde et là où ils le sont de manière plus forte, même l’écosystème qui les entoure est en grave danger. Dans leur cas, défendre une culture et une langue signifie défendre un écosystème. Valentina Musmeci a mené des recherches photographiques  sur les peuples natifs, sur l’alimentation des rennes et sur le rapport des éleveurs Sami avec cet animal un peu spécial, sur le pastoralisme dans les vallées des Dolomites et les réserves des natifs d’Amérique. Pour le Premio Ostana elle nous racontera ses voyages et ses histoires vécues.

18h50 : LA POÉSIE DANS LE MONDE, LE MONDE DE LA POÉSIE
Sous la direction de Aurelia Lassaque, poétesse
Aurelia Lassaque, Prix Ostana Langue Occitane en 2011, partage son expérience dans le « monde des poètes » et sa participation au « Réseau Premio Ostana” grâce aux rencontres avec Mehmed Altun, Niilas Holmberg, Tsead Bruinja, Joséphine Bacon.

19h20 : UNE HISTOIRE JAMAIS RACONTEE
Interview de Joséphine Bacon
Documentaire inédit d’Andrea Fantino à partir d’un interview d’Ines Cavalcanti de Joséphine Bacon - Premio Ostana Internazionale 2017 – Poétesse de langue  innu (Québec, Canada)

De 20h00 à 21h00 : LETTRES D’OSTANA – premier jour
- Adil Olluri, Prix International 2018 (langue albanaise, Kosovo) : Lettre à mes amis italiens
- Aleksej Leontiev, Prix Traduction 2018 (langue Tchouvache, Russie) :
Personne n’a jamais réussi à arracher les racines des Tchouvaches
- Til Stegmann, Prix Spécial 2018 (langue catalane, Espagne) : Solidarité et égoïsmes aux temps du Covid-19
- Diego Corraine, Prix Traduction 2012 (langue sarde, Italie) :Des générations précieuses pour la transmission linguistique
- Arturo Viano, Prix de Traduction 2010 (langue occitane, Italie) : C’est bien difficile de concentrer en quelques mots
- Mans de Breish, Prix de composition Musicale 2018 (langue occitane, France) :De ma fenêtre j’ai rêvé
- Joan Ganhaire, Prix Langue Occitane 2016 (langue occitane, France) : Journal intime du Périgord (lu par Dario Anghilante)
- Aurelia Lassaque, Prix Langue Occitane 2011 (langue occitane, France ) : Je serais source
- Anthony Aquilina, Prix de la Traduction 2014 (langue maltaise, Malte) : Traduction de l’incipit de « La peste » d’Albert Camus
Gérard Zuchetto : Un troubadour en isolement 
Sous la direction du CIRDOC – Institut occitan de cultura
Gérard Zuchetto (prix langue occitane 2019) a un parcours artistique particulièrement riche. Compositeur, auteur, éditeur, directeur de festival, il a dédié sa vie à l’art des troubadours occitans. Avec Sandra Hurtado-Ròs, chanteuse, musicienne et compositeur avec laquelle il crée et vit, ce « trobador » contemporain porte un regard critique sur la crise globale que nous traversons et il partagera avec nous son opinion.


A partir de 21h00 -   LE MONDE OCCITAN ET LES ÉPIDÉMIES

LA PESTE AU MOYEN- ÂGE OCCITAN : UN PORTRAIT EN MUSIQUE
Sous la direction de Simone Lombardo, musicien
Performance artistique avec accordéon diatonique, vielle à roue, flutes, cornemuses accompagnée de lectures de textes de Max Rouquette.
MAX ROUQUETTE ET LA PESTE DE MONTPELLIER
Conversation en direct entre Matteo Rivoira et Monica Longobardi, professeur de philologie romane à l’Université de Ferrara

La Cèrca de Pendariès est un roman de Max Rouquette (1908-2005) axé sur les épidémies de peste qui flagellèrent la Provence et  Montpellier au milieu du XVIe siècle. Rouquette, médecin, offre à son personnage principal, Pendariès, les tourments d’un chercheur aux prises avec les limites de la connaissance scientifique sur le Grand Mal qui fit des ravages dans sa ville et entraîna la disparition de ses proches. Mais son journal offre également un regard impitoyable sur la société qui spécule avec un climat de terreur et de panique, la corruption des gouvernants, les charlatans et les élixirs, les superstitions et la détérioration des relations sociales. 

ROLAND PECOUT LIT MAX ROUQUETTE
Sous la direction du CIRDOC - Institut occitan de cultura et de Ràdio Lenga d'Òc
L’écrivain occitan Roland Pecout nous lira un extrait de La cèrca di Pendariès de Max Rouquette.

22h30 – HOMMAGE à LA LANGUE OCCITANE - La création occitane «confinée» : quelles ruptures, quelle continuité ?
Sous la direction du CIRDOC - Institut occitan de cultura et de Ràdio Lenga d'Òc
Bruno Cécillon (directeur de Ràdio Lenga d’Òc), Gisèla Naconaski (journaliste) et Marion Cornet (CIRDOC – Institut occitan de cultura) recevront au siège de RLO à Montpellier quatre auteurs occitans primés à l’occasion des précédentes éditions. Mathieu Poitavin, Danièla Julien, Aurelia Lassaque et Roland Pécout raconteront leur expérience à Ostana et ce que le Premio a rendu possible dans le temps.
Suivi d’un hommage aux autres auteurs en langue occitane primés à Ostana:  Max Rouquette, Yves Rouquette, Aurélia Lassaque, Sergi Bec, Joan Larzac, James Thomas, Joan Ganhaire, Gérard Zuchetto.

DÉCOUVRIR LE PROGRAMME DU SAMEDI 6 JUIN 

INFORMATIONS PRATIQUES

Informations :
chambradoc@chambradoc.it - tel: +39 328-3129801 - www.chambradoc.it
info@oc-cultura.eu – tel : +33 4 67 11 85 10 – www.oc-cultura.eu
 
+ de détails sur le site de la Chambra d'Òc : www.chambradoc.it
+ de détails en ligne (fr/oc) sur le site du CIRDOC - Institut occitan de cultura : ICI
CIRDOC - Institut occitan de cultura
Musicien de la Bande à Cana, l'artiste Jànmarc Cana prête aussi sa voix à une petite marionnette chauve-souris qui se nomme Madama Rata. Bien connue à Nice pour ses reportages, micro-trottoirs et points météo... elle est un peu grincheuse mais elle vous invite, si vous le souhaitez, à lui répondre en direct devant sa caméra !


Spectacle en occitan dans le cadre du cycle Dimècres en familha et de l'exposition Nissa es Bellanda

Tout public à partir de 6 ans

Entrée libre dans la limite des places disponibles

    Infos et contacts :

    Lo CIRDOC – Institut occitan de cultura Mediatèca (site de Béziers)
    Place du 14 Juillet – 34 500 BEZIERS
    info@oc-cultura.eu
    04 67 11 85 10
    CIRDOC - Institut occitan de cultura
    Pour cette nouvelle séance du Ciné-Òc, le CIRDOC - Institut occitan de cultura et l'association Tu Tanben accueillent le réalisateur Marc Oriol, à l'occasion de la projection de ce superbe film-portrait de Renat Jurié :

    Renat Jurié, dins la votz dels sègles (2016, 73 min.)

    C’est avec Joël Saurin, le bassiste du groupe Zebda, que Marc Oriol a eu l’idée de réaliser un film sur le chanteur traditionnel Renat Jurié et son biais de viure, son attachement à sa terre et son chant. Un chant profond accompagné avec simplicité et sans artifices par Jean-Pierre Lafitte et ses instruments en roseau qu’il fabrique lui-même, sur un répertoire de chants sacrés et de chansons profanes d’Occitanie.
    Entre occitan et français, Renat Jurié, enfant d'un monde rural péri-urbain quasiment disparu, nous transmet une part de la mémoire collective dont il est le porteur engagé. Au fil de concerts avec son comparse de toujours et de scènes tournées dans sa ferme du Rouergue au gré des saisons, nous le suivons dans le temps retenu qui fait ce pays, sa langue et sa manière de penser.

    Film en occitan sous-titré français
    Entrée libre dans la limite des places disponibles
    Tout public

    Plus d'infos :

    Tu Tanben : tutenbenoc@gmail.com 
    CIRDOC - Institut occitan de cultura : 04 67 11 85 10 / contact@oc-cultura.eu
    CIRDOC - Institut occitan de cultura
    Du 21 février au 10 avril 2020, le CIRDOC - Institut occitan de cultura accueille une grande exposition d'art contemporain dédiée à la création niçoise, en lenga dai país.
    Les artistes invités, de Ben à Jànluc Sauvaigo en passant par le collectif Nux Vomica, offrent une plongée dans l'univers foisonnant, riche et coloré de la culture nissarde, par trop méconnue. De nombreux rendez-vous ponctuent l'événement : concert, conférences, projections, spectacle... Suivez le guide !

    « Tant qu’on parlera notre langue, notre art sera contemporain »

    C’est cette citation, forte et sèche comme un coup de massue, inscrite par Ben sur une œuvre acquise en 2018 par le CIRDOC – Institut occitan de cultura, qui est à l’origine de l’exposition Nissa es Bellanda. L’art contemporain d’expression occitane vit, et vit bien. En particulier celui qui s’exprime en occitan nissart, tant il est vrai que l’effervescence et le bouillonnement créatif à Nice ont donné lieu, depuis des décennies, à un véritable renouveau de la création en lenga nòstra, ferment d’une culture de la résistance à l’uniformisation, héritière d’un imaginaire d’une grande richesse, tout à la fois métissé et profondément enraciné. Cette culture devenue souterraine à Nice, c’est celle de Bellanda, l’autre nom de la ville, dont on trouve trace dès l’époque médiévale dans La Vida de Sant Onorat, oeuvre du troubadour Raimon Fairaud.

    Bellanda la mytérieuse

    Bellanda, pour les artistes invités, c’est donc la part caché de Nice, son ADN, son âme profonde, loin des paillettes de la « Côte d’Azur ». Elle abrite en son sein un concept important, presque vital pour le peuple des Cagas-blèas (l’autre surnom des Niçois) : le pantai, autrement dit le rêve, étroitement lié à l’histoire de cette porte ouverte sur la Méditerranée, et qui sert de fil conducteur à une certaine contre-culture et à sa créativité débordante. Une culture « underground » comme on dit en bon français… Son symbole ? Une chauve-souris, la ratapinhata, synonyme de l’inversion des codes et de la création débridée.

    Les artistes de Bellanda :

    • Jànluc Sauvaigo : peintre, poète, compositeur, musicien, auteur de bande dessinée… Depuis plus de 40 ans Jànluc Sauvaigo nous offre une œuvre riche et polymorphe, imprégnée de surréalisme. Au fil d’un voyage dans son monde, vous aurez l’impression d’être avec lui dans l’arrière-boutique d’un bar de la cité cachée. Un bar fumant dans une rue obscure où l’on peut écouter chaque jour des groupes jouant du blues, du folk, du jazz… au rythme des mots qui viennent colorer une poésie à la sonorité niçoise. 
    • Serge Dotti : enfant du Babasoc (la vieillie ville de Nice), c’est par le théâtre et l’art de la marionnette qu’il donne vie aux symboles, aux personnages-clés et au bestiaire de la culture niçoise.
    • Ben : exposé dans le monde entier, figure de l’avant-garde (avec le mouvement Fluxus notamment), Ben est sans conteste le plus connu des artistes engagés pour la reconnaissance et la promotion de l’occitan. Dès 1962 à Nice, il rencontre François Fontan (1929-1979), idéologue anticolonialiste, penseur du concept d’ethnisme. Fruit des échanges avec ce grand occitaniste : Ben s’engage par son art contre le « génocide linguistique », et porte haut les couleurs d’une Occitanie libre.
    • Louis Pastorelli : « Après plusieurs années d’absence, je reviens à Nice à la fin des années 1980, persuadé que si j’ai à faire et à affirmer quelque chose c’est ici, à Nice, qu’il me faudra le faire ». C’est en 1989 qu’il fonde avec ses complices le Hangar Saint-Roch, à la fois lieu emblématique et collectif d’artistes, plasticiens, sculpteurs, touche-à-tout qui mettent en commun leur envie profonde de démontrer que l’on peut vivre Nice, et pas seulement « à Nice ».
    • Vincent Calassi : dessinateur, peintre, sculpteur, il rejoint le Hangar Saint-Roch dès le début des années 1990 et s’engage pour faire vivre ce lieu d’expression libre et ouvert à tous. Mais aussi pour la renaissance de la langue niçoise, des fêtes populaires. Cela passera notamment par la chanson, à travers le groupe Nux Vomica, emblématique de ce nouveau pantai niçois.
    • Maurice Maubert : illustrateur prolifique, voyageur invétéré, il est de la troupe qui donne son âme au Hangar Saint-Roch et à ses émanations carnavalesques, artistiques, musicales. Dans son travail apparaissent des formes abstraites et colorées, nées de pigments, de terres, d’acrylique. Il expérimente diverses techniques et expressions : peintures, collages, drippings, sculptures, installations, et réalise des tableaux qui font irruption dans le réel, créant un espace symbolique et imaginaire.

    Les évènements autour de Nissa es Bellanda :

    Du vernissage à sa clôture, l’exposition sera ponctuée de nombreux événements :
    Vendredi 21 février :
    • 18h00 // 2 conférences : « La remirabla vida de la BD oucitana en la vila pantalhada de Bellanda » par Jérémie Marçais (enseignant, traducteur) + « Jànluc Sauvaigo, un beatnik perdut de la nissardituda » par Olivier Pasquetti (enseignant, doctorant à l’université de Nice-Sofia Antipolis)
    • 19h30 // vernissage en présence des artistes, suivi d’un concert du groupe Nux Vomica
    Mercredi 18 mars :
    • 10h // Madama Rata, un spectacle tout public de Jànmarc Cana, dans le cadre du cycle « Dimècres en familha ». Musicien accompli au sein de La Bande à Cana, l’artiste prête ici sa voix à une petite marionnette chauve-souris appellée Madama Rata, bien connue à Nice pour ses reportages, micro-trottoirs et ses points météo… mais aussi pour son caractère bien trempé !
    Jeudi 9 avril :
    • 18h // Projection des films Going Back to Nissa la Bella (réal. Christian Passuello) et À propos de Nice (réal. Jean Vigo), en présence de Christian Passuello et de Karim Ghiyati, directeur d’Occitanie Films 
    Et tout au long de l’exposition… De nombreuses visites scolaires, mais aussi des visites sur demande !

    Infos et contacts :

    Lo CIRDOC – Institut occitan de cultura Mediatèca (site de Béziers)
    Place du 14 Juillet – 34 500 BEZIERS
    info@oc-cultura.eu
    04 67 11 85 10
    CIRDOC - Institut occitan de cultura
    MJC de Béziers
    Dans sa dernière création, Nannette ou l'arbre merveilleux, Séverine Sarrias, nous entraîne une nouvelle fois à la découverte des contes traditionnels du Massif Central, en revisitant les récits de Nanette Lévesque.

    Il y a deux siècles, portant sous le bras ses deux enfants, la « Naneta » allait de village en village, survivant de l'aumône en contrepartie de ses récits et de ses chants. Une héroïne singulière, dont quelques 120 récits et chants nous sont parvenus, témoignages de la prodigieuse mémoire de Nannette Lévesque et précieux tableaux dépeignant le monde rural et la condition féminine au XIXe siècle.

    On goûtera avec plaisir, portés par la voiX douce de Séverine Sarrias, des contes tour à tour facétieux ou merveilleux, des chansons - dont certaines inédites - interprétées sur des airs traditionnels ou grâce à la mise en musique d'Arnaud Cance, et des temps de vie de la conteuse de Mézenc.

    Un spectacle de et avec Séverine Sarrias. Mise en musique et inédits : Arnaud Cance.
    Découvrir le spectacle en détail : ICI  

    INFORMATIONS PRATIQUES

    Spectacle hors-les-murs proposés dans le cadre du festival Conto'folies de la MJC de Béziers.

    Le 07/02 à 18:30 à la MJC de Béziers

    Entrée gratuite sur réservation auprès de info@oc-cultura.eu / 04.67.11.85.10.
    Université Paul-Valéry Montpellier 3
    Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée
    CIRDOC - Institut occitan de cultura
    Vendredi 22 novembre à 11h, l’Université Paul-Valéry Montpellier-3, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et le CIRDOC-Institut occitan de cultura présenteront un programme de coopération pluriannuel porté par l’équipe d’enseignants-chercheurs du département d’occitan de l’Université. À cette occasion, un hommage sera rendu à Robert Lafont, disparu il y a dix ans, qui fut une personnalité majeure pour la pensée et l’action occitanes du XXe siècle et une figure importante de l’Université de Montpellier des années 1960 aux années 1980.

    Programme

    11h - Dévoilement de la plaque « Bibliothèque Robert Lafont »

    11h15 - Présentation et signature de la convention de coopération entre l’Université Paul-Valéry Montpellier-3, le CIRDOC - Institut occitan de cultura en présence de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée

    12h - Présentation en avant-première du projet « 50 ans de borbolh* occitan : culture et mouvement occitans de 1968 à nos jours » (*bouillonnement)  

    Informations pratiques

    Le 22/11/2019 à 11:00 - Bâtiment A - Avenue du Val de Montferrand - Université Paul-Valéry Montpellier 3

    Entrée libre sur inscription à : presidence@univ-montp3.fr

    Télécharger le carton d'invitation :  ICI
    Télécharger le dossier de presse : ICI 
    sus 3