Explorar los documents (11 total)

Quentin Peyras e lo collectatge - Tè Vé Òc
Gros, Lise. Metteur en scène ou réalisateur

Emission del 18 de març de 2020

Quentin Peyras : collectatge per la lenga

Avem rescontrat Quentin Peyras, un òme jove que trabalha a la Talvera a Tolosa. Sa causida es de faire un trabalh sus la lenga occitana amb de personas que parlan la lenga naturalament dempuèi de temps. Se lo collectatge costumièr es fach sus de praticas, de mestièrs o de creacions, Quentin, el,  s’interessa mai a la lenga. A lo socit de relevar lei particularitats de la lenga e de mesurar s’es « colonizada » o pas per lei francismes. Una entrevista rica en pais carcassés.

Un reportatge de Lisa Gròs

[resumit de Tè Vé Òc]

De l' « enquèsta sul folclòre » de la Societat de las Letras d'Avairon (1897-1902) a la recèrca etnografica avaironesa del sègle XX / Jean Delmas
Delmas, Jean
Jean Delmas, archiviste-paléographe, ancien directeur des Archives départementales de l'Aveyron, présente dans le cadre des « Arrêts sur Archives », journées d'études Archivethno organisées par le GARAE-ethnopôle de Carcassonne et le Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture (LAHIC : CNRS – EHESS), les corpus ethnographiques aveyronnais constitués entre 1875 et 2004 :
- 1875 : publication du Dictionnaire patois-français de l’abbé A. Vayssier ;
- 1897-1902 : enquête sur le folklore de la Société des Lettres, Sciences et Arts de l’Aveyron ;
- 1954-1955 : enquête sur le folklore des Archives départementales de l’Aveyron (à partir des questionnaires du Musée national des Arts et traditions populaires) ;
- 1963-1966 : l’enquête de la Recherche Coopérative sur programme du C.N.R.S. consacrée à l’Aubrac (publication ; 1970-1982) ;
- 1978 : création du Musée du Rouergue ;
- 1991-2004 : l’opération Al canton (Conseil général de l'Aveyron – Centre culturel occitan du Rouergue ; Christian-Pierre Bedel dir.)

L'article s'intéresse particulièrement à « l'Enquête sur le folklore » (1897-1902) menée par la Société des Lettres, Sciences et Arts de l'Aveyron.

Télécharger l'article depuis le site du GARAE : www.garae.fr/IMG/doc/Delmas.doc

En savoir + sur la journée d'étude : « Arrêts sur Archives : Autour de cinq fonds ethnographiques » : GARAE - LAHIC, 2006. 
L’enquête de Coquebert de Montbret et la glottopolitique de l’Empire français / Thierry Bulot
Bulot, Thierry
Cet article de Thierry Bulot, enseignant-chercheur à l'Université de Rennes2 [PREFics-DYNADDILIF (EA4246 ex 3207)] / université Européenne de Bretagne, a été initialement publié dans Romanischen philologie, n° 2-1989 (p.287-292). Il est accessible en ligne sur le site Sociolinguistique Urbaine : Normes et identités en rupture (sociolinguistique-urbaine.com).
L'auteur présente l'Enquête impériale sur les patois dirigée par Charles-Etienne Coquebert de Montbert et son fils Eugène pour le Ministère de l'Intérieur en analysant en particulier ses enjeux politiques. 

Lire l'article sur le site Sociolinguistique Urbaine.
Rapport sur la limite géographique de la langue d'oc et de la langue d'oïl / par M. Ch de Tourtoulon et M. O. Bringuier
Tourtoulon, Charles de (1836-1913)
Bringuier, Octavien (1829-1875)
De 1873 à 1875, Charles de Tourtoulon et Octavien Bringuier, félibres et philologues de la Société pour l'étude des langues romanes (Montpellier), entreprennent la première étude linguistique menée en France à partir d'une vaste enquête de terrain. 
Les résultats de l'enquête Tourtoulon-Bringuier sont publiés en 1876 dans le cadre d'un rapport au Ministre de l'Instruction publique, publié dans la collection des Archives des missions scientifiques et littéraires : choix de rapports et instructions publié sous les auspices du Ministère de l'instruction publique et des cultes. Paris : Imprimerie nationale : E. Leroux. 
Le rapport renouvelle la conception de la frontières linguistiques et donnera lieu à une contre-enquête menée par les philologues parisiens (Gaston Paris et Paul Meyer). L'Enquête Tourtoulon-Bringuier est à l'origine de la création d'un espace linguistique intermédiaire entre domaine occitan et domaine français, que Jules Ronjat nommera le "Croissant" en 1913.

Lire le Rapport sur la limite géographique de la langue d'oc et de la langue d'oïl sur Gallica : accès direct.
Les enquêtes dialectologiques sur les parlers du Croissant : corpus et témoins / Guylaine Brun-Trigaud
Brun-Trigaud, Guylaine
Menée sous l'égide de la Société pour l'étude des langues romanes (Montpellier), l'enquête de Charles de Tourtoulon et Octavien Bringuier, philologues et félibres, sur les limites entre la langue d'oc et la langue d'oïl, fut la première vaste étude linguistique menée en France à partir d'enquêtes de terrain et d'une méthodologie scientifique. 
Elle fut à l'origine d'une nouvelle conception de la "frontière linguistique" et de la détermination d'une zone linguistique particulière car intermédiaire entre deux grands domaines linguistiques gallo-romans, le "Croissant" (terme forgé par Jules Ronjat en 1913). 
Guylaine Brun-Trigaud propose ici une synthèse de l'histoire des enquêtes linguistiques depuis l'Enquête impériale de 1807-1812 jusqu'aux Atlas régionaux de la deuxième moitié du XXe siècle à travers le cas très particulier du "Croissant", zone de parlers intermédiaires entre domaine d'oc et domaine d'oïl.  

Consulter l'article (dans Persée : portail de revues en sciences humaines et sociales) 
La dialectologie : Aperçu historique et méthodes d'enquêtes linguistiques / Sever Pop
Pop, Sever (1901-1961)
Sever POP (1901-1961) est un linguistique roumain, spécialiste de la dialectologie et de la géographie linguistique.

En 1950, il publie cet ouvrage de synthèse qui demeure une des rares histoire générale et complète des enquêtes linguistiques et études dialectologiques.

Cet ouvrage fait une grande place aux enquêtes linguistiques et travaux dialectologiques en France de la Révolution jusqu'au XXe siècle et en particulier sur les travaux concernant la langue occitane. 

La Dialectologie : aperçu historique et méthodes d'enquêtes linguistiques représente un manuel accessible sur l'histoire de la dialectologie, l'évolution des méthodes d'enquête mais aussi sur les représentations des élites et des institutions concernant les langues minorisées en Europe. 

>> Accéder au document  sur Archive.org
Bibliothèque nationale de France. Département des manuscrits. Notes et documents sur les patois de la France [fiche d'inventaire]
CIRDÒC-Mediatèca occitana

Histoire du fonds

Ces cinq volumes de manuscrits sont liés à l’Enquête impériale sur les patois conduite de 1807 à 1812 par Charles-Etienne Coquebert de Montbret et son fils Eugène dans le cadre des activités du bureau de la Statistique du ministère de l’Intérieur. Interrompue en 1812, la documentation rassemblée par l’Enquête impériale est dispersée entre plusieurs fonds et établissements documentaires. La majeure partie se trouve à la Bibliothèque de Rouen (fonds Coquebert de Montbret), dans la section de linguistique de la Collection Coquebert de Montbret de la Bibliothèque nationale de France (NAF 20080-20081), et aux Archives nationales (F17 1209).

Voir tous les fonds de l’Enquête impériale sur la patois : corpus “Enquêtes linguistiques sur l’occitan”

Description du fonds

Les cinq volumes réunis sous le titre de « Notes et documents sur les patois de la France, recueillis par les préfets des différents départements de l'Empire, vers 1811 et 1812 » (BnF - NAF 5910-5914) contiennent les envois de plusieurs départements au ministère de l’Intérieur en réponse à l’Enquête impériale sur les patois, en particulier la traduction en « idiome local » de la Parabole de l’enfant prodigue conformément aux directives de Charles-Etienne Coquebert de Montbret. Seul le premier volume (Ain, Eure) ne concerne pas la langue occitane. Les volumes II (Gard), III (Haute-Vienne), IV (cartes dialectologiques) présentent un intérêt pour la sociolinguistique de l’occitan. Le volume V concerne la littérature languedocienne à l’époque moderne.

Contenu :

- NAF 5910 - vol. I : Ain, Eure.
- NAF 5911 - vol. II : Gard, Nord.
- NAF 5912 - vol. III : Oise, Haute-Vienne.
- NAF 5913 - vol. IV : Cartes des dialectes.
- NAF 5914 - vol. V : « Recueil de poésies languedociennes, tant anciennes que modernes, en patois de Montpellier. — 1812 ».

Importance matérielle :

5 vol., (388, 374, 359, 46 f., 105 p.)

Pour le consulter :

Identifiant du fonds :

NAF 5910-5914

Instruments de recherche disponibles :

BnF - Archives et manuscrits (catalogue en ligne : http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/)
Accéder directement à l’inventaire du dossier “Notes et documents sur les patois de la France...” [Enquête impériale sur les patois] (NAF 5910-5914) : http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ead.html?id=FRBNFEAD000040922
Enquêtes linguistiques sur l'occitan en France de 1790 à nos jours [Corpus]

Cet article "Corpus" propose une synthèse historique sur les grandes enquêtes linguistiques intéressant la langue occitane menées depuis la Révolution française jusqu’à nos jours. Il décrit et signale également la documentation et les archives liées aux différentes enquêtes et vous donne accès à la documentation disponible en ligne. 

1/ « L’Enquête sur les patois » ou « Enquête de Grégoire » (1790-1794)


Source : http://www.bib-port-royal.com/gregoire.htmlL'enquête menée de 1790 à 1794 par l'abbé Henri Grégoire (1750-1831), député de l'Assemblée constituante puis de la Convention nationale n'est pas une enquête administrative de statistique officielle, même si elle est soutenue par les institutions révolutionnaires. L’abbé Grégoire mène un projet à visée politique et dont le but est clairement un « inventaire avant disparition » (Merle, 2010). Le questionnement sur les « patois » s'accompagnait d'ailleurs de nombreuses demandes relatives aux mœurs et à la moralité du peuple. Pour autant, l’entreprise de l’abbé Grégoire est bien la première enquête s’intéressant à la sociologie linguistique de la France, avec un questionnaire comportant quarante-trois rubriques. L'enquête Grégoire sollicitait les sociétés patriotiques des Amis de la Constitution et non les administrations.
Elle donna lieu au Rapport sur la nécessité d’anéantir les patois et d’universaliser l’usage de la langue française, présenté par l’abbé Grégoire au nom du Comité d’Instruction publique devant la Convention nationale le 16 prairial an II.

> Sources et fonds documentaires :

Les matériaux et documents produits pour l’enquête (réponses à la circulaire de l’abbé Grégoire, envoi d’imprimés en langues de France) sont répartis entre deux fonds documentaires :

- Bibliothèque de la Société de Port-Royal - Fonds de l’abbé Henri Grégoire >> fiche de fonds

- Bibliothèque nationale de France, NAF 2798 >> fiche de fonds

> Documentation en ligne sur Occitanica :

Voir tous les documents sur l’enquête Grégoire disponibles sur occitanica

> Bibliographie :

Voir tous les documents ayant pour sujet l’enquête Grégoire dans le Trobador, catalogue collectif de la documentation occitane.


2/ Enquête impériale sur les patois, aussi appelée « Enquête de Coquebert de Montbret » (1807-1812)

 

Source : Page de titre des Mélanges sur les langues, dialectes et patois (coll. CIRDÒC-CAC 7763) L'Enquête impériale sur les patois, menée entre 1807 et 1812, est la première enquête de linguistique officielle, organisée par le bureau de la Statistique du ministère de l'Intérieur. Elle a été conduite par le savant Charles-Etienne Coquebert de Montbret et son fils Eugène, grands érudits et spécialistes des langues. La méthode de l'enquête est très différente de celle de l'enquête de l’abbé Henri Grégoire qui poursuivait un but politique plus que sociolinguistique ou scientifique, celui de prouver « la nécessité » et de trouver « les moyens d'anéantir les patois et d'universaliser l'usage de la langue française ». L’enquête impériale met en place une méthode proche de la dialectologie moderne en demandant, commune par commune via l’administration départementale, la traduction systématique d’un même texte, la Parabole de l'enfant prodigue. Interrompue en 1812, elle est resté inachevée.

Une partie des traductions de la Parabole de l’enfant prodigue en langues de France recueillies au cours de l’Enquête impériale a été publiée par Eugène Coquebert de Montbret dans les Mélanges sur les langues, dialectes et patois  : renfermant, entre autres, une collection de versions de la Parabole de l'enfant prodigue en cent idiomes ou patois différens, presque tous de France… Paris : Delaunay, 1831.

Les archives de l’enquête ont été dispersées, une partie semble perdue. La documentation sauvegardée se trouve pour une bonne partie au sein du fonds Charles-Etienne et Eugène Coquebert de Montbret à la Bibliothèque municipale de Rouen, à la Bibliothèque nationale de France, aux Archives nationales et dans plusieurs Archives départementales.

> Sources et fonds documentaires

- Bibliothèque Municipale de Rouen, Fonds Coquebert de Montbret … >> fiche de fonds

- Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, «  Notes et documents sur les patois de la France » : NAF 5910-5914 >> Fiche de fonds

- Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Collection Coquebert de Montbret (volumes « Linguistique ») : NAF 20080-20081 >> Fiche de fonds

- Archives Nationales, F/17/1209 :  “Enquête sur les patois”

> Documentation en ligne sur Occitanica :

Voir tous les documents sur l’Enquête impériale sur les patois disponibles sur occitanica

> Bibliographie :

Voir tous les documents ayant pour sujet l’Enquête impériale sur les patois dans le Trobador, catalogue collectif de la documentation occitane.


3/ Enquête du Ministère de l'Instruction publique, dite « Enquête de Victor Duruy »


Victor Duruy, ministre de l’Instruction publique sous le Second Empire de 1863 à 1869, lance en 1864 une enquête statistique destinée à mieux connaître la situation de l’enseignement primaire en France. L’enquête de 1864 se démarque des enquêtes précédentes par le degré de précision du questionnaire, destiné à dresser un tableau très précis de la situation de l’enseignement primaire en France. Par la circulaire du 28 mai 1864, le ministre Duruy adresse aux préfets un questionnaire qui devait être renseigné par les inspecteurs primaires, les inspecteurs d’académie et les recteurs, devant y ajouter un rapport d’ensemble concernant leurs circonscriptions scolaires.

Pour la première et la seule fois dans l’histoire de la statistique scolaire en France, le questionnaire comprend une rubrique sur les “idiomes et patois en usage” :

“ Existe-t-il des écoles où l’enseignement est encore donné en patois exclusivement ou en partie ? Nombre des écoles où l’enseignement est donné en totalité en patois ? En partie seulement ? Combien d’enfants savent le parler sans pouvoir l’écrire ? Quelles sont les causes qui s’opposent à une prompte réforme de cet état de choses ? Quels sont les moyens à employer pour le faire cesser. Joindre au rapport un fragment du patois ou de l’idiome avec la traduction littérale.” (circulaire du 28 mai 1864, publiée dans : Bulletin administratif du ministère de l’Instruction publique, nouvelle série, t. I, Paris, 1864).

Les directives données en font une enquête statistique particulièrement précise et développée et surtout, en intégrant dans un questionnaire précis sur les usages linguistiques dans les écoles et parmi les enfants, l’enquête Duruy produit jusqu’à l’enquête INSEE “Étude de l’histoire familiale” de 1999, la seule matière documentaire permettant une connaissance statistique assez précise de la situation sociolinguistique à l’échelle de la France.

> Sources et fonds documentaires :

Archives Nationales F/17/3160 : Instruction publique : “Statistique. États divers.” Ce dossier donne le résumé par département des réponses données à l’enquête du Ministère de l’Instruction publique de 1864. Les réponses à l’enquête du Ministère de l’Instruction publique de 1864 semblent ne pas avoir été conservées.


4/ La mission Tourtoulon-Bringuier (1873-1875)


En 1873, Charles de Tourtoulon et Octavien Bringuier, deux philologues félibres de l’école de Montpellier entreprennent une mission pour la Société pour l'étude des langues romanes, soutenue par le ministère de l’Instruction publique (arrêtés ministériels du 2 mai et du 11 juin 1873) en vue de déterminer la limite entre la langue française et la langue occitane ou domaine d’oïl et domaine d’oc. La mission Tourtoulon-Bringuier est la première grande enquête linguistique nationale fondée sur une enquête de terrain armée d’une méthodologie scientifique : les études sont menées sur les lieux mêmes, par les mêmes personnes, afin que le même esprit préside à l'ensemble des recherches, et aussi pour que les nuances phonétiques, si difficiles à noter exactement, le soient par les mêmes personnes. Ils mettent au point un alphabet phonétique et des critères linguistiques déterminés par avance.

L’Enquête Tourtoulon-Bringuier est menée au cours de deux missions : la première de l’embouchure de la Gironde jusqu’en Creuse, puis une seconde de la Creuse jusqu’en Allier. Seule la documentation de la première enquête est connue et accessible. Elle concerne 150 communes d’enquête et environ 500 personnes interrogées.

Les résultats de l’enquête Tourtoulon-Bringuier, publiés en 1876 dans un rapport au Ministre de l’Instruction publique intitulé “Étude sur la limite géographique de la langue d'oc et de la langue d'oïl” amèneront à repenser la conception des frontières linguistiques de façon non linéaires mais forcément approximatives.

L’école philologique de Paris dirigée par Gaston Paris et Paul Meyer lancent une contre-enquête dans le département de la Creuse, menée par Antoine Thomas (40 communes du sud de la Creuse).

La mission Tourtoulon-Bringuier, menée sous l’égide de la Société pour l’étude des langues romanes, qui s’oppose à l’école philologique de Paris, et dont les membres étaient proches, voire actifs dans la renaissance occitane félibréenne, se démarque également dans ses motivations idéologiques, comme l’a noté Guylaine Brun-Trigaud : “Son but officiel consistant à déterminer la limite oc-oïl pour toute la France, mais on peut penser qu’il s’agissait par ce biais d’évaluer le territoire que pourraient légitimement revendiquer les félibres, qui, depuis 1854, prônaient un retour de la langue et de la culture occitanes, autour de la personnalité de Mistral” (“Les enquêtes dialectologiques sur les parlers du Croissant : corpus et témoins”, Langue française. Vol. 93, n°1, 1992. En ligne)

> Documentation publiée :

Étude sur la limite géographique de la langue d'oc et de la langue d'oïl Premier rapport à M. le Ministre de l'Instruction publique, des Cultes et des Beaux-Arts. Extrait des Archives des Missions scientifiques et littéraires, troisième série - tome troisième, Paris, Imprimerie Nationale, 1876. >> En ligne

> Sources et fonds documentaires :

Archives nationales F/17/2943 : Ministère de l’Instruction publique : Octavien Bringuier - Dossier sur la mission en France ayant pour but d’étudier la limite entre les parlers d’oc et les parlers d’oïl.

Bibliothèque nationale de France, Collection Coquebert de Montbret [fiche d'inventaire]
CIRDÒC-Mediatèca occitana
De 1807 à 1812, Charles-Etienne Coquebert de Montbret et son fils Eugène conduisent l’Enquête impériale sur les patois, première grande enquête officielle de statistique et de sociolinguistique menée en France. Interrompue en 1812 par le ministère de l’Intérieur, la documentation rassemblée et produite par l’Enquête impériale est aujourd'hui dispersée entre plusieurs fonds et établissements documentaires. La majeure partie se trouve à la Bibliothèque de Rouen, à la Bibliothèque nationale de France (NAF 5910-5914) et dans la section de linguistique de la Collection Coquebert de Montbret (NAF 20080-20081), et aux Archives nationales (F17 1209).

Voir tous les fonds de l’Enquête impériale sur la patois : Occitanica-corpus “Enquêtes linguistiques sur l’occitan”.

Histoire du fonds

Modalités d'entrée :

Don du Muséum d'Histoire naturelle, 1895. D. 3304. 

Description du fonds

« Collection Coquebert de Montbret » : 25 vol. ms. contenant les papiers de Charles-Étienne Coquebert de Montbret, commissaire des Relations extérieures à Hambourg et Amsterdam, directeur de la Statistique au ministère de l'Intérieur, membre de l'Institut (1755-1831), et de son fils Eugène Coquebert de Montbret, secrétaire interprète aux Affaires étrangères (1785-1849) et adjoint de son père au bureau de la Statistique lors de l'Enquête impériale sur les patois.

L'ensemble de la collection, issue d'un don du Museum national d'histoire naturelle qui conserve toujours les archives des travaux scientifiques de Coquebert de Montbret, est représentative de l'activité de Charles-Etienne et d'Eugène Coquebert de Montbret, diplomates et savants. La collection contient une section de « Linguistique » (2 vol. : NAF 20080-20081 contenant une partie des archives de l'Enquête impériale sur les patois, dispersées après 1812). 

Contenu du fonds :

> BNF - NAF 20080 : Collection Coquebert de Montbret : vol. 3 : Linguistique, t. I  (368 f.)

Ligne de démarcation de la langue française au nord-est (1807). -- Spécimens de patois picard, gallau, lyonnais, occitan (gascon, languedocien). -- Chansons de la Creuse et de Porrentruy. -- Dialectes italiens, roman de Suisse et catalans. -- Chansons en dialecte sicilien et grec moderne. -- Traductions de la parabole de l'Enfant prodigue en allemand, espagnol, occitan (gascon), grec, italien, portugais et slavon.

> BNF - NAF 20081 : Collection Coquebert de Montbret : vol. 4 : Linguistique, t. II 196 f.

Démarcation entre le bas et haut allemand, par Grimm. -- Facsimilés d'actes islandais. -- Langues tartare, finnoise, mikemake, huronne. -- Les Gitanes (1808). -- Notice sur les Arméniens et leur langue, par Chahan de Cirbied (1811). -- Recueil de copies d'actes relatifs aux Juifs de France (1198-1299), de Provence (1512), d'Alsace (1784), de Parme (1789), de Francfort-sur-le-Mein (1816), etc.

Importance matérielle :

2 vol., recueils factices, montés in-fol. (368, 196 f.)

Pour le consulter

Identifiant du fonds :

NAF 20078-20102 (collection Coquebert de Montbret)
> Section de « Linguistique » : NAF 20080-20081

Instruments de recherche disponibles :

BnF - Archives et manuscrits (catalogue en ligne : http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/)

Accéder à l’inventaire complet de la collection Coquebert de Montbret de la Bibliothèque nationale de France (NAF 20078-20102) : http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ead.html?id=FRBNFEAD000006471

Les Français et leurs langues / Brigitte Horiot
Horiot, Brigitte
Texte de la conférence prononcée le 27 septembre 2011 à l'ENS de Lyon par Brigitte Horiot, professeur émérite de l'Université Lyon-III qui retrace les grandes étapes de la connaissance des langues de France et des études dialectologiques, de l'enquête de l'abbé Grégoire jusqu'aux atlas linguistiques régionaux.


Lire l'article :  en cliquant iciCapture d'écran de l'article sur http://cle.ens-lyon.fr/  ©Brigitte Horiot



http://cle.ens-lyon.fr/plurilangues/les-francais-et-leurs-langues-enquetes-sur-les-patois-dialectes-et-mots-regionaux-132848.
sus 2