Retour haut de page

Vidéoguide : Sète : les Joutes sétoises [images animées]

Voir la notice détaillée
joutes.JPG

Le saviez-vous ?

Si Sète n'en est pas le berceau originel, les joutes nautiques constituent un élément fort de l'identité de cette ville relativement jeune, née avec son port en 1666.
Les jouteurs, dont les affrontements culminent pour la fête de la Saint Louis, rivalisent d'audace pour devenir les champions des Sétois.
 
Ce vidéoguide d'animation a été réalisé en 2013 dans le cadre du projet e-Anem, financé par le FEDER en Languedoc-Roussillon. 

Appartient à :

Collection des vidéoguides de Sète

Transcription :

Traduction française

Les jouteurs de Sète sont tels des chevaliers célébrant les valeurs courtoises. Les joutes nautiques perpétuent d'ailleurs le vocabulaire des tournois d'antan : pavois, lance, quintaine...   En fait, la pratique des joutes à Sète remonte à la naissance de son port, inauguré en 1666.   Elles s’organisent selon le principe suivant : deux hommes postés sur une plate-forme à l’arrière d’une barque tentent de se renverser à l’aide d’une lance en bois. Dans l’eau. À Sète, les joutes se déroulent dans le Canal royal, ce bras d'eau relayant la ville à l'étang de Thau…  Le matériel est le suivant : les barques, peintes de blanc et aux couleurs de leur équipe avec son équipage ; le pavois ; la lance, qui s'affine progressivement jusqu'à la pointe, munie d'une couronne de fer ;  la tintaine (peut-être de l'occitan ten-té !) ou quintaine, c’est-à-dire l’embarcation…   Les jouteurs aujourd'hui tout de blanc vêtus, à l'instar de bien des sports modernes, évoluent aux sons d’instruments traditionnels, tambour et hautbois, sur une partition de Lully selon certains.   Ritualisées et codées, les joutes sont une pratique vivante ayant évolué au fil des siècles… Mais hier comme aujourd'hui, elles contribuent surtout à la bonne vie de la cité, et constituent le socle d’une identité sétoise.

Tèxte del comentari occitan

Los justaires de Seta son coma de cavalièrs que celèbran las valors cortesas.  Amai, las justas nauticas perpetuan lo vocabulari dels tornegs d'antan : pavesadas, lanças, quintaina...   En fach, la practica de las justas a Seta remonta a la naissença de son pòrt, inaugurat en 1666.   S’organizan segon lo principi seguent : dos òmes postats sus una plataforma a l’arrièr d’una barca ensajan de se reversar amb l’ajuda d’una lança de fusta. Dins l’aiga. A Seta, las justas se debanan dins lo Canal reial, aquel braç d'aiga que religa la vila a l'estanh de Tau…  Lo material es lo seguent : las barcas, pintradas de blanc e de las colors de lor equipa amb son equipatge ; la pavesada ; la lança, que s'afina progressivament duscas a la puncha, munida d'una corona de fèrre. ; la tintaina (benlèu de l'occitan "ten-té !") o quintaina, es a dire l’embarcacion…   Los justaires uèi tot de blanc vestits, a la manièira de fòrça espòrts modèrnes, evoluan als sons d’instruments tradicionals, tamborn e autbòis, sus una particion de Lully segon d'unes.  Ritualizadas e encodadas, las ajustas son una practica viventa qu'a evoluat long dels sègles… Mas ièr coma uèi, contribuísson sustot a la bona vida de la ciutat, e constituísson lo sòcle d’una identitat setòria.

Citer ce document

Centre inter-régional de développement de l'occitan (Béziers, Hérault). Auteur, Kaleo design. Metteur en scène ou réalisateur, Les Joutes sétoises / CIRDÒC-Mediatèca occitana, Occitanica - Mediatèca Enciclopedica Occitana / Médiathèque encyclopédique occitane
http://www.purl.org/occitanica/5229

Contribuez

Tags autorisés : <p>, <a>, <em>, <strong>, <ul>, <ol>, <li>