Retour haut de page

Vidéoguide : Trobairitz en Gévaudan [images animées]

Voir la notice détaillée
trobairitz.JPG

Le saviez-vous ?

Terre occitane, le Gévaudan est également terre de troubadours et de trobairitz. Les sources évoquent pour ce seul territoire - dont les contours dépassent aujourd'hui le département administratif de la Lozère en débordant également sur l'Ardèche ou le Gard -, un ensemble d'au moins quatorze troubadours dont quatre femmes, se répartissant autour de 1180, en deux fécondes générations d'écrivains. Garin le Brun, Guillem Gasmar, Grimoart Gausmar, Garin d'Apcher ou Torcafol débutent leur création alors que le courant ouvert par le Poitevin Guillaume IX, duc d'Aquitaine, est déjà bien établi. Leur production témoigne de l'accomplissement rencontré par cette littérature.


Ce vidéoguide d'animation a été réalisé en 2014 dans le cadre du projet e-Anem, financé par le FEDER en Languedoc-Roussillon.
 
Version occitane sous-titrée en français.

Appartient à :

Collection des vidéoguides de Langogne

Transcription :

Tèxte occitan

Occitània aculhísals sèglesXII e XIII, un reviscòlliterari. Trobadors e Trobairises,lorsconsòrres, cantanla fin'amor e sasvertuts.
Foguèron segonlostestimoniatgesescriches, Vidas e Razòs, de tèxtesbiografics brèus, e cançonièrsmanuscriches, environ 2500 trobadorse un vintenatde trobairitses.

Tèrra occitana, Gavaudan nos a transmés los escriches de quatòrze trobadors. Demest eles, figuran quatre femnas.
Qualasson aquelatrobairitz gavaudanesas ? Aquídoncas… Azalaísd'Altièr, domaisèlade nlinhatge, Na Castelloza, dònaauvernhatainstalladaen Gavaudanen seguidadeson maridatge, mas tanbenAlmucs de Castelnòu e Iseut de Capio.

Interessam-nos a aquelas doas darrièras. Coma fòrça de lors consòrres, Almucs, eissida de la familha de Castelnòu-Randon, e Iseut, dòna de Capio, del nom d'un castèl situat alara sul Causse de Mende, son de nòbla extraccion.

Raras son en efièch, en aqueltempsesencarapaucfavorables ala gent feminina, lasqu'la possibilitatd'exprimirpereschlors« amors ». La fin'amorconstituísen efièch, pelstrobadors, lorprincipal tèmade produccion.

Almucs de Castelnòu e Iseut de Capio son principalament conegudas par lors escambis epistolars.
Dins l'encastred'unatençon,dialògpoetic, Iseut encarnalo ròtlede mediatritzentre Almucs e son amant, Guigue de Torna.
LodialògdobèrtperIseut de Capio, se compausad'unasolacobla,un coblet, dinslo qualaquelapren la defensadesenhorGuigue.
Tota question demandant responsa, Almucs pren a son torn la pluma, e redigís un segond coblet que revèla l'infidelitat de son galant, una fauta plan mal percebuda per la societat occitana e la gent literària. Almucs engaja doncas son amant a demandar perdon per sa fauta.

Guigue expièt sa fauta ? Fauta de testimoniatges istorics, cadun serà sol jutge del devenir d'aquela istòria.

 


Traduction française

 

L'Occitanie accueille aux XIIe et XIIIe siècles, un renouveau littéraire. Trobadorset trobairitz,leurs consœurs, chantent la fin'amor et ses vertus.
Ils furent selon les témoignages écrits, Vidas e Razòs, de courts textes biographiques, et chansonniers manuscrits, environ 2500 troubadours et une vingtaine de trobairitz.

Terre occitane, le Gévaudan nous a transmis les écrits de quatorze troubadours. Parmi eux, figurent quatre femmes.
Qui sont ces trobairitzgévaudanaises ? Voici donc… Azalaïs d'Altier, demoiselle de haut lignage, Na Castelloza, dame auvergnate installée en Gévaudan suite à son mariage, mais également Almoïs de Châteauneuf et Iseut de Chapieu.

Intéressons-nous à ces deux dernières. A l'instar de bien de leurs consœurs, Almoïs, issue de la famille de Châteauneuf-Randon, et Iseut, dame de Chapieu, du nom d'un château situé alors sur le Causse de Mende, sont de noble extraction.

Rares sont en effet, en ces temps encore peu favorables à la gente féminine, celles ayant la possibilité d'exprimer par écrit leurs « amours ». La fin'amorconstitue en effet, à l'instar des troubadours, leur principal thème de production.

Almoïs de Châteauneuf et Iseut de Chapieu sont principalement connues par leurs échanges épistolaires.
Dans le cadre d'une tenson,dialogue poétique, Iseut endosse le rôle de médiatrice entre Almoïs et son amant, Guigue de Torna.
Le dialogue ouvert par Iseut de Chapieu, se compose d'une seule cobla, un , dans lequel celle-ci prend la défense du sieur Guigue.
Toute question demandant réponse, Almoïs prend à son tour la plume, rédigeant un second couplet qui révèle l'infidélité de son soupirant, une faute très mal perçue par la société occitane et la gente littéraire. Almoïs engage donc son amant à demander pardon de sa faute.

Guigue expia-t-il sa faute ? Faute de témoignages historiques, chacun sera seul juge du devenir de cette histoire.

Citer ce document

Centre interrégional de développement de l'occitan (Béziers, Hérault). Auteur, Kaleo design. Metteur en scène ou réalisateur, Trobairitz en Gévaudan / CIRDÒC-Mediatèca occitana, Occitanica - Mediatèca Enciclopedica Occitana / Médiathèque encyclopédique occitane
http://www.purl.org/occitanica/5251

Contribuez

Tags autorisés : <p>, <a>, <em>, <strong>, <ul>, <ol>, <li>