Retour haut de page

Vidéoguide : La Foire de Beaucaire [images animées]

Voir la notice détaillée
fiera.JPG

Le saviez-vous ?

La Foire de Beaucaire figure pendant des siècles au rang des grandes foires annuelles françaises, aux côtés de celles de Champagne ou de Bourgogne. Le privilège accordé à la cité gardoise pour la tenue de cet événement commercial de premier plan relève tant d’une situation géographique idéale, au carrefour des grandes routes de commerce de l’époque, que de réalités politiques et historiques. Deux ouvrages en occitan nous dépeignent l'effervescence de cette foire : La Canso (ou Chanson de la croisade des Albigeois) texte anonyme du XIIIesiècle, et L’Embarras de la Foire de Beaucaire (L'Enbarras de la fieiro de Beaucaire) de Jean Michel de Nîmes (1657).


Ce vidéoguide d'animation a été réalisé en 2014 dans le cadre du projet e-Anem, financé par le FEDER en Languedoc-Roussillon. Version occitane sous-titrée en français.

Appartient à :

Collection des vidéoguides de Beaucaire

Transcription :

Tèxte occitan

Idealament localizada entre plana lengadociana e bassa valada de Ròse, Bèlcaire ven, fòrça d'ora, un centre comercial màger, conegut en particular per sa prestigiosa fèira de la Magdelena.
L'istòria de las fèiras de Bèlcaire seriá intimament ligada a la de la Crosada contra los Albigeses. Lo Comte de Tolosa e de Sant Gèli, victoriós del sèti de Bèlcaire en 1217, acòrda a la vila lo privilègi de « tenir fèira ».
Se Bèlcaire aguèt mantuna fèira, la que debuta a la santa Magdelena demòra la mai celèbra. Coneguèt als sègles XVII e XVIII son ora de glòria.
Alphonse Daudet, Stendhal o Frederic Mistral... ne contèron las ricas oras, mas es un tèxte occitan, L'embarras de la fieiro de Bèlcaire, que liura lo retrach lo mai preciós de la Fèira. En 1657, pareis l'obratge de Jean Michel de Nismes dins lo qual se succediguèron marchandòts, vendeires de tapisses e d'estòfas, mas tanben sauta-en-bancas, mostraires d'orses e bèstias de fèira ! La fièra es tanben fèsta, en particular religiosa.
Rendètz-vos comercial màger, la Fèira reünís un larg ventalh de mestièrs (cordonièrs, amolaires...), de produches e de trafics de tota mena, licits e illicits… Tota una ambiança finament descricha en lenga d'òc.

Mas la modernitat s’anóncia… La Revolucion industriala apòrta los primièrs batèus de vapor, que remontan lo corrent. Tre alara, lo pont de batèus que religan Bèlcaire a Tarascon es destinat a desaparéisser. En 1852, ven lo camin de fèrre.
Aquelas diferentas evolucions marcan progressivament la fin de la granda fèira annadièra en tant que pòrt d'entrada e d'escambis de merças vengudas d'Euròpa e d'endacòm mai.
La vila consèrva encara las traças d'aquel passat gloriós, amb aqueles ostals particulars, sa literatura… Cèrta una autra epòca… mas la fèira existís encara e debuta totjorn lo 21 de julhet…

 


Traduction française

 

 

Idéalement localisée entre plaine languedocienne et basse vallée du Rhône, Beaucaire devient très tôt un centre commercial majeur, notamment connu pour sa prestigieuse foire de la Madeleine.
L'histoire des foires de Beaucaire serait intimement liée à celle de la Croisade des Albigeois. Le Comte de Toulouse et de Saint-Gilles, victorieux du siège de Beaucaire en 1217, accorde à la ville le privilège de « tenir foire ».
Si Beaucaire eut plusieurs foires, celle débutant à la sainte-Madeleine demeure la plus célèbre. Elle connu aux XVIIe et XVIIIe siècles son heure de gloire.
Alphonse Daudet, Stendhal ou Frédéric Mistral...en contèrent les riches heures, mais c'est un texte occitan, L'embarras de la fieiro de Beaucaire qui livre le portrait le plus précieux de la Foire. En 1657, paraît l'ouvrage de Jean Michel de Nîmes dans lequel se succèdent camelots, vendeurs de tapis et d'étoffes, mais aussi saltimbanques, montreurs d'ours et bêtes de foire ! La foire est aussi fête, notamment religieuse.
Rendez-vous commercial majeur, la Foire réunit un large éventail de métiers (coordonniers, rémouleurs...), de produits et de trafics de toutes sortes, licites et illicites… Toute une ambiance finement décrite en langue d'oc.

Mais la modernité s’annonce… La Révolution industrielle apporte les premiers bateaux à vapeur, qui remontent le courant. Dès lors, le pont de bateaux reliant Beaucaire à Tarascon est voué à disparaître. En 1852, vient le chemin de fer.
Ces différentes évolutions marquent progressivement la fin de la grande foire annuelle en tant que port d'entrée et d'échanges de marchandises venus d'Europe et d'ailleurs.
La ville conserve encore les traces de ce glorieux passé, avec ces hôtels particuliers, sa littérature… Certes une autre époque… mais la foire existe encore et débute toujours le 21 juillet…

Citer ce document

Centre interrégional de développement de l'occitan (Béziers, Hérault). Auteur, Kaleo design. Metteur en scène ou réalisateur, La Foire de Beaucaire / CIRDÒC-Mediatèca occitana, Occitanica - Mediatèca Enciclopedica Occitana / Médiathèque encyclopédique occitane
http://www.purl.org/occitanica/5255

Contribuez

Tags autorisés : <p>, <a>, <em>, <strong>, <ul>, <ol>, <li>