Retour haut de page

Vidéoguide : Les bugadières de Grabels [images animées]

Voir la notice détaillée
P19b_vignette.png

Le saviez-vous ?

Chaque année, différents marchés traditionnels et foires aux métiers anciens mettent à l'honneur des gestes et outils rendus obsolètes par les technologies nouvelles. Les bugadièras (que l'on pourrait traduire par « lavandières ») ont aujourd'hui disparu. Toutefois, de ces périodes où la bugada (lessive) constituait un événement en soi, un moment de sociabilité, il demeure un ensemble d'images, de représentations, mais également de chants et de textes.

Appartient à :

Collection des vidéoguides sur Montpellier

Transcription :

Tèxte en occitan


Las bugadièras an quitat nòstras contradas. Teissuts novèls e novèlas technologies an rendut inutilas las grandas bugadas d'un còp èra.
Pasmens, fa un sègle encara, la "bugada" annadièra èra un temps de fèsta, un ritual, pendent prèp d'una setmana. Mas fàcia a l'amplor del prètzfach, las familhas aisadas o citadinas la deleguèron a de bugadièras professionalas. Las Grabelesas s'especializan dins aqueste prètzfach.
Las vesèm alara, per totes los tempses e totas las sasons, faire lo camin cap a la capitala erautesa e ne tornar, amb jol braç, la farda de las familhas montpelherencas.
La bugada tradicionala es un art. Sa practica e son saber-faire se son transmeses en Occitània via un lexic ric.
A caduna son torn, las bugadièras desalivan,entinan,caudejan,desentinan e espandisson la farda, d'etapas pendent las qualas se canta, parla, se conte d'istòrias. Coma o ditz lo provèrbi, "lengut coma una bugadièra !"
Cants e provèrbis se multiplican per contar la bugada e son importància per las comunautats passadas, que tesmònian d'un mestièr fatigant. "Li bugadieros dóu riéu / Majarien soun ome viéu" nos ditz atal Frederic Mistral.
Las Bugadièras, musas popularas mas tanben literàrias. En 1895, l'Òlt e Garonés Paul Froment lor dedica lo poèma La Bugada.
Musas musicalas tanben : atal, quitament se a desparegut, la Bugada obsessiona encara dins los ans 1980 los cantaires occitans coma Eric Fraj. 

Traduction française 

Les bugadières ont quitté nos contrées. Nouveaux tissus et nouvelles technologies ont rendu inutiles les grandes lessives d'antan.

Il y a un siècle encore, la "bugada" annuelle était pourtant un temps de fête, un rituel, durant près d'une semaine. Mais face à l'ampleur de la tâche, les familles aisées ou citadines la délèguent à des lessiveuses professionnelles. Les Grabelloises se spécialisent dans cette tâche.

On les voit alors, par tous les temps et toutes les saisons, faire le chemin vers la capitale héraultaise et en revenir, avec sous le bras, le linge des familles montpelliéraines.

La bugada traditionnelle est un art. Sa pratique et son savoir-faire se sont transmis en Occitanie via un riche lexique.

Tour à tour les bugadièras desalivan,entinan,caudejan,desentinan et espandisson le linge, des étapes durant lesquelles on chante, parle, se raconte des histoires. Comme le dit le proverbe, "bavard comme une bugadière !"

Chants et proverbes se multiplient pour raconter la bugada et son importance pour les communautés passées, témoignant d'un métier éprouvant. "Les bugadières du ruisseau/mangeraient leur mari tout vif" nous dit ainsi Frédéric Mistral.

Les Bugadièras, muses populaires mais aussi littéraires. En 1895, le Lot-et-Garonnais Paul Froment leur dédie le poème La Bugada.

Muses musicales également : ainsi, bien que disparue, la Bugada hante encore dans les années 1980 les chanteurs occitans comme Eric Fraj. 

Citer ce document

CIRDÒC-Mediatèca occitana, Kaleo design. Metteur en scène ou réalisateur, Les bugadières de Grabels / CIRDÒC-Mediatèca occitana, Occitanica - Mediatèca Enciclopedica Occitana / Médiathèque encyclopédique occitane
http://www.purl.org/occitanica/5279

Contribuez

Tags autorisés : <p>, <a>, <em>, <strong>, <ul>, <ol>, <li>