Retour haut de page

Vidéoguide : Le Cassoulet [images animées]

Voir la notice détaillée
vignette.jpg

Le saviez-vous ?

Toulouse, Carcassonne et Castelnaudary, proposant chacune une recette de cassoulet spécifique à leur terroir, s'en disputent la paternité. Mais le gastronome languedocien Prosper Montagné tranche le débat en faveur du cassoulet chaurien.

Ce vidéoguide d'animation a été réalisé en 2014 dans le cadre du projet e-Anem, financé par le FEDER en Languedoc-Roussillon.

Version occitane sous-titrée en français

Appartient à :

Collection des vidéoguides du Lauragais

Transcription :

Traduction française

Des haricots-lingots, du jarret de porc, du confit d'oie ou de canard, de la couenne et de la saucisse. Voilà les principaux aliments qui composent ce mets emblématique, le cassoulet… Toulouse, Carcassonne et Castelnaudary, proposant chacune une recette spécifique à leur terroir, s'en disputent la paternité. Mais le gastronome languedocien Prosper Montagné tranche le débat en faveur du cassoulet chaurien, chauffé aux ajoncs de la Montagne Noire.

Appelé jusqu'au XVIIIème siècle « étouffé », le Cassoulet doit son nom au récipient dans lequel il mijote, la cassole, un plat en terre cuite fabriqué à Issel, petit village de potiers.

Le haricot-lingot, élément-clé de cette préparation provient originellement du Pérou. C’est Catherine de Médicis, reine de France et comtesse du Lauragais, qui encourage la culture de cette légumineuse venue d’Amérique dans le sud de la France.

Au XIXème siècle, le poète occitan Auguste Fourès consacre pas moins qu’une monographie au  Cassoulet. Et il s’adresse au potier en ces mots : « Pense s'il te plaît, au cassoulet, la renommée de [Castelnaudary]. » Renommée qui a largement dépassé les frontières méridionales…

Tèxte occitan original

De mongetas, de garron de pòrc, de confit d'auca o de guit, de codena e de saucissa. Aquí les aliments principals que compausan aqueste plat emblematic, lo caçolet… Tolosa, Carcassona e Castèlnòu d'Arri, que prepausan caduna una recèpta especifica a lor terrador, se'n disputisson la paternitat. Mas le gastronòm lengadocian Prosper Montagné règla la question, el, le debat en favor del caçolet de Castèlnòu d'Arri, calfat amb de tojas de la Montanha Negra. 

Apelat fins al sègle XVIII « estofat », le caçolet deu son nom al recipient dins lo qual còi doçament , la caçòla, un plat de tèrra cuèita fabricat, un còp èra, a Issèl, vilatjòt de potièrs.

La mongeta, element-clau d'aquela preparacion, proven originalament de Peró. Es Caterina de Medici, reina de França e comtessa de Lauragués, qu'encoratja la cultura d'aquesta leguminosa venguda d’America dins lo sud de França.  Al sègle XIX, lo poèta Auguste Fourès consacra pas mens qu’una monografia al  Caçolet. E s’adreça al potièr amb aqueles mots : « Pensa se te plai, al caçolet, le renom de [Castèlnòu d'Arri]. » Renom qu'a largament depassat las frontièras meridionalas…

Citer ce document

Centre inter-régional de développement de l'occitan (Béziers, Hérault). Auteur, Kaleo design. Metteur en scène ou réalisateur, Le Cassoulet / CIRDÒC-Mediatèca occitana, Occitanica - Mediatèca Enciclopedica Occitana / Médiathèque encyclopédique occitane
http://www.purl.org/occitanica/5202

Contribuez

Tags autorisés : <p>, <a>, <em>, <strong>, <ul>, <ol>, <li>