Retour haut de page

Vidéoguide : Les Capitelles [images animées]

Voir la notice détaillée
capitelas.JPG

Le saviez-vous ?

Au cœur de la garrigue, auprès des chênes kermès dont celle-ci tire son nom (de l'occitan garic), demeurent les vestiges de capitelles et de masets plus tardifs. Ils sont l'empreinte de l'homme sur ces paysages difficiles, dont les terres sont soumises à de nombreuses contraintes : soleil, manque d'eau, terrain escarpé. Ces formes d'habitat d'aspect rudimentaire, constitué souvent d'une pièce unique, reposent en fait sur une grande maîtrise technique des lois de résistance de matériaux.

Ce vidéoguide d'animation a été réalisé en 2013 dans le cadre du projet e-Anem, financé par le FEDER en Languedoc-Roussillon.

Version occitane sous-titrée en français.

Appartient à :

Collection des vidéoguides de Nîmes

Transcription :

Traduction française

Au cœur de la garrigue nîmoise, d'intrigantes constructions de pierres semblent sorties tout droit de terre.  Connues ailleurs sous les noms de "tsabana", "barraca", "cabanon"... elles sont ici appelées capitelas.    D'aspect rudimentaire, les capitelas les plus anciennes n'ont en fait pas plus de 300 ans. Elles sont un abri pour les paysans, le matériel ou les récoltes et servent également de refuge à des protestants  au cours des Guerres de religions du XVIe siècle.   Constructions de pierre sèches, seul un minutieux agencement des pierres en encorbellement permet à l'édifice de tenir selon un fragile équilibre des forces. La plupart reposent sur un mur d'enceinte, première étape de valorisation d'une garrigue hostile, que la faim de terre pousse à coloniser.   Pour les mêmes raisons apparaît dès le XVIIIe siècle, une nouvelle forme d'habitat populaire : les masets. Littéralement « petite ferme », les agriculteurs ou ouvriers les conçoivent comme un coin de verdure, un potager qui sera leur oasis loin de la ville. Initialement rudimentaires, ces masets se développent en habitats de loisir, dont certains demeurent aux abords de Nîmes.

Comentari occitan

Al còr de la garriga nimesenca, de construccions de pèira intrigantas semblan sortidas tot drech de tèrra. Conegudas endacòm mai jols noms de "tsabana", "barraca", "cabanon"... aicí son apeladas capitèlas. D'aspècte rudimentari, las capitèlas las mai ancianas an pas, de fach, que 300 ans. Son un abric pels païsans, lo material o las recòltas... e servisson tanben de refugi a de protestants pendent las Guèrras de religions dau sègle XVI. Construccions de pèiras secas, sol un agençament minuciós de las pèiras en sortent permet a l'edifici de se manténer segon un fragil equilibri de las fòrças. La màger part repausan sus un mur d'encencha, primièira etapa de valorizacion d'una garriga ostila, que la fam de tèrra buta a colonizar. Per las meteissas rasons apareis tre lo sègle XVIII, una novèla forma d'abitat popular : los masets. Literalament « pichon mases », los agricultors o obrièrs los concebon coma un canton de verdura, un òrt que serà lor oasi luònh de la vila. Inicialament rudimentaris, aqueles masets se desvolopan en abitats de léser, que n'i a d’unes que demòran als entorns de Nimes.

Citer ce document

Centre inter-régional de développement de l'occitan (Béziers, Hérault). Auteur, Kaleo design. Metteur en scène ou réalisateur, Les Capitelles / CIRDÒC-Mediatèca occitana, Occitanica - Mediatèca Enciclopedica Occitana / Médiathèque encyclopédique occitane
http://www.purl.org/occitanica/5227

Contribuez

Tags autorisés : <p>, <a>, <em>, <strong>, <ul>, <ol>, <li>