Le hautbois du Bas-Languedoc Photogr. Bernard Desblancs, Conservatoire Occitan (Toulouse)  Hautbois de Puechabon  recueilli par Pierre Laurence et Michel VidalC’est le hautbois de la région de Sète, le seul hautbois occitan dont la pratique persiste jusqu’à nos jours sans interruption, et ce notamment grâce à son utilisation pour les joutes nautiques.
On ne peut pas parler d’un seul hautbois du Bas-Languedoc puisque cela recouvre en fait plusieurs instruments légèrement différents d’une zone à une autre.

Organologie

Il est fait en buisOn en trouve également en ébène, en noyer ou bois fruitiers. le plus souvent, mesure entre 45 et 50 cm de long et se compose de trois parties percées de sept trous (six trous de jeu et un trou d’accord).
Le pavillon est souvent percé d’un ou deux Qui influent sur la qualité du son.trous de clarté.
Les anches sont longues et tenues entre les lèvres. Ce sont deux lamelles de roseau montées sur cuivret.

Répertoire et occasions de jeu

Traditionnellement, le rôle principal du hautbois est l’animation des fêtes votives : le musicien assure la totalité de la fête sur plusieurs jours.
Il accompagne la danse mais aussi les jeux traditionnels qui varient selon les secteurs géographiques : les quilles, les courses de taureaux, et, sur le littoral, les joutes nautiques.
Ce rôle diminue peu à peu dès le début du 20ème siècle mais des occasions de jeu persistent : Pâques, Carnaval, et surtout joutes nautiques autour de l’étang de Thau, et plus particulièrement à Sète.
C’est ainsi que le hautbois du Bas-Languedoc est petit à petit devenu le hautbois des joutes de Sète.
Le répertoire est constitué pour l’essentiel d’airs à danser mais un répertoire de morceaux à entendre existe aussi.

"Polka à Léon" (trad.) interprétée par Maxence Camelin

Pratique actuelle

A la fin de la première guerre mondiale, le hautbois du Bas-Languedoc n’est guère plus utilisé que pour l’animation des joutes nautiques de Sète et quelques autres fêtes.
Il faut attendre la fin des années 1950 pour que le hautbois retrouve un second souffle grâce à deux mouvements distincts mais quasi simultanés : le mouvement folklorique et la mouvance occitaniste des années 1970.
Aujourd’hui, l’instrument est joué sur l’ensemble du territoire qui était le sien avant son déclin. Il est toujours l’instrument des joutes à Sète et sur l’ensemble du littoral languedocien.