Robèrt Lafont, lo dire e lo far / le dire et le faire

Robert Lafont, lo dire e lo far / le dire et le faire

 

Lo sol poder es que de dire
Robert Lafont, Dire, 1957.

Écrivain, linguiste, historien, personnalité majeure de la recherche scientifique et de l'action occitane, Robert Lafont est très tôt séduit par l'écriture poétique. Après avoir découvert la capacité poétique de la langue occitane par la lecture de Mirèio  à l'adolescence il publie dès 1943, à tout juste vingt ans, un premier poème dans la revue Oc, Aigas mortas... . Ce petit texte marque l'entrée en littérature d'un des plus grands auteurs occitans contemporains, auteur de plus de cent dix ouvrages publiés de son vivant.

Avec son premier recueil, Paraulas au vielh silenci (Toulouse, SEO, 1946) il s'affranchit des influences de la poésie régionale d'avant-guerre et forge un univers poétique personnel, en prise avec la création littéraire et artistique de son époque.

Chez Lafont, la voix poétique n'est pas solitaire mais prise de parole collective. Le langage est le propre de l'humanité. L'homme construit l'univers dans sa bouche ; son pouvoir sur le monde lui vient de la parole. Dans l’œuvre de Lafont, comme linguiste et comme poète, tout acte de parole est une action sur le monde.   

L'importance de son œuvre littéraire en prose, fondamentale dans l'émergence d'une nouvelle littérature occitane (La vida de Joan Larsinhac, 1951 ; la trilogie monumentale de La Festa, 1983-1996) tout comme l'originalité de son œuvre théâtrale (La loba / La louve, 1959 ; La révolte des "cascavèus", 1977 ; La Croisade, 1982), ont fait oublier que Robert Lafont est également une voix majeure de la poésie occitane contemporaine. L'édition-somme de ses Poèmas (1943-1984)par les éditions Jorn en 2011 permet de redécouvrir son œuvre poétique.

Descobrir l'òbra / Découvrir l'œuvre 

 

Parle plus a degun Je ne parle plus à personne
que l'aufabèt que me ven au poema car l'alphabet qui naît en mon poème
ditz son a coma araire e son e coma esteva. prononce a comme araire et t comme timon
   
Saber se trobarem lo biais d'una paraula justa Est-ce que nous trouverons une parole juste.
a metaforizar leis autostradas ? pour métaphoriser les autostrades ?
E la mòrt granda de la vielha Et la grande mort de la vieille
qu'ofrissiá son lassitge a la raja qui offrait sa fatigue à la rage du jour
en glenant son remebre de blat qué ne farem en glanant un souvenir de blé qu'en ferons-nous
dins l'estendard d'un espitau dans les parcelles hospitalières
on es mòrt Dieu amb lo lengatge où Dieu est mort avec la langue
e lo badamorir fai pus qu'un clucadís dedins un liech de ferramenta ? et le dernier soupir n'est rien de plus qu'un clic dans un lit de fer blanc ?

 

Cosmographia monspellunanensis, extrach, Montpeyroux : Jorn, 2000

"Photo Georges Souche, extraite du portfolio fòto-poesia "Arbres" (éditions Cardabelle)" 

 

Mai passem lisc sus pagana leiçon Ne nous attardons pas à païenne leçon,
que puslèu qu'un sermon fach en catèdra car plutôt qu'un sermon tombé de chaire
que condemna lo sègle a resemçon qui condamne le siècle au repentir
   
ò un pecat pentit que jòga Fèdra ou un péché frileux qui nous joue Phèdre
çò que me tèn de vos coronar d'èdra me retient de vous couronner de lierre
es çò que manca a nòstra Trinitat ce qui encore manque à notre Trinité
terrana : un tèrç de paradís, l'oliva. terrestre : un tiers de paradis, l'olive.
Ieu l'òme a la cisterna acastelat Moi, l'homme à la citerne remparé,
   
cantarai donc la bèla plana argiva je chante maintenant la belle plaine argienne,

ò de l'Aupilha a la Crau sa pariva

ou sa jumelle entre Alpille et Crau,
tala coma a ma vista s'espandís telle qu'à mes regards elle s'étend :
ordres de nuech que l'auba palla laura rangées de nuit labourées d'aube pâle,
estanh de bronze au trasmont que lusís étang de bronze au crépuscule,
   
miraus sedós de la jornada saura miroir soyeux de la rousse journée,
dobladura d'argent quand bofa l'aura. et doublure d'argent quand le vent souffle.
Dirai la vida lenta de l'oliu Je dirai la vie lente de l'olivier,
saba sàvia estremada en rusca eissucha sève sage enfermée en rèche écorce
per un fulhum dos sègles renadiu pour un feuillage qui renaîtra deux siècles,
   
arbre torçut dins una lònga lucha arbre tordu dans une longue lutte,

que cau trenta ans per que balhe sa frucha.

à qui il faut trente ans pour qu'il donne ses fruits.
Segon l'item d'una antica rason Suivant l'item d'une ancienne pratique,
que ditz de defugir lo fòrt de cuecha qui dit de fuir le feu de la cuisson
au plen estiu per la rèiresason de plein été pour l'arrière-saison,
   
arredonís una forma condrecha il arrondit une forme correcte
de druda carn en decembre perfiecha. de chair serrée, en décembre parfaite.
E sota lei tormens d'un mistralàs Sous les tourments du vent du nord,
que morre fend a ronfle e bofe trenca qui fend le nez, coupe le souffle,
l'olivairitz culhirà a cabàs à pleins paniers cueillera d'oliveuse
   
calheta ò vermelhala galinenca caillette ou vermeille, gallinenque,

saurenca ò picholina selonenca

blondine, picholine, salonnaise
que'n còp qu'auràn racat son chuc amar qui, une fois craché leur jus amer,
amb lei lessius la sal e mai la sciéncia  par l'effet des lessifs, du sel, de la science,
compausaràn lo concert lo pus rar composeront le concert le plus rare

 

 
de tasts divins e d'umana paciéncia de goûts divins et d'humaine patience

amb dei sasons que viran la sapiéncia.

avec le retour sage des saisons

 

La Gacha a la Cistèrna / Le Guetteur à la Citerne, Jorn, 1998.

 

Lòng lo camin di desiranças Le long du chemin des désirs
se'n van nòstri jorns pès descauç s'en vont nos jours les pieds nus
amb de tròç de fuòc sus si piadas des lambeaux de feu sur leur trace
e li mans vuejas d'esperança.  et les mains vides d'espérance.
   
Mai se ton sòmi s'es pausat Mais i ton rêve s'est posé
au vèspre tebe d'una femna sur le soir tiède d'une femme
lo cèu s'endaura de remèmbre le ciel se dore de mémoire
se'n van ti jorns amb li mans plenas. s'en vont les jours les mains comblées
   
Un arbre guèira sus lo pueg Un arbre guette sur le mont
la ronda amoçada dis oras la ronde éteinte de tes heures

 

que çai revèn de quora en quora qui s'en revient de çà et là
dançar un recaliu de nuech. danser une braise de nuit.

Robert Lafont, «  Cosmogonia ninòia / Cosmogonie naïve  » , in Dire (Ed. IEO, 1967).

 

La votz del poèma / La voix du poème :

 IN Robert Lafont, Morceaux choisis dits par l'auteur, Montpellier : Aura productions, 1997

De legir / A lire

Robert LAFONT, Poèmas 1943-1984, Montpeyroux, Jorn, 2011.

Robèrt Lafont, lo dire e lo far / le dire et le faire